Le voyage du Président français, François HOLLANDE.

Ce sera un voyage au bout de la vie, une longue nuit pour la France, si le président de la France ne reporte pas ce voyage ou ne modifie pas ses plans de déplacement.

Il a déjà dit qu’Il aime François, sa capacité critiquée à résister aux pressions avec un tel pouvoir d’inertie qu’il fait s’arracher les cheveux à la Chancelière allemande, Angela MERKEL.

Parfois, résister, c’est savoir dire “non”, sans le formuler, un “non” qui est une position devenue statique comme une opposition muette à un système d’oppression économique qui n’autorise de décisions politiques que lorsqu’elles sont favorables aux “possédants”, les gens les plus riches de cette planète.

L’inertie supposée devient alors un formidable “non” dans l’attente d’un changement qui devra être provoqué par les peuples en révolte contre un système économique injuste.

Il y a eu une décision, une décision prise à la suite des événements traumatiques de ces derniers temps, une décision politique qui déplaît “souverainement” à ces adversaires politiques. Mais sait-il qui sont ces adversaires politiques ?

Il dit que François HOLLANDE doit suspendre son projet de voyage ou en changer les modalités de déplacements, changer le plan d’étapes et les transports utilisés.

La décision prise par le Président français a été condamnée et donc le condamne lui-même à une exposition au risque létal maximum.

De l’argent circule, beaucoup d’argent.

Quelle femme, quel homme, à votre époque, est capable de résister à de pareilles sommes s’il lui est demandé de tuer un autre homme, une autre femme ?

Trop peu.

Aucun écrit, et si possible pas de communication pouvant être interceptée, ne devra inscrire la traçabilité de ce voyage, sauf à vouloir que ce voyage ne devienne pour le président François HOLLANDE un voyage au bout de sa vie et, pour la France, un voyage pouvant durer une très longue nuit, la nuit de l’osbcurantisme “religieux”.

Evidemment, cet article n’est qu’ un rêve, une somnolence lors d’un état de conscience “dit” modifié, une méditation sur la vie et la mort dont l’objet est ce voyage sur terre qui nous conduit tôt ou tard vers notre destination commune, la mort.

Cependant mieux vaut tard que trop tôt, car la finalité de la vie, c’est de pouvoir choisir la Vie, pas la mort.

Si je me suis trompée, abrutie de sommeil, poussée dans mon réveil à prévenir, car qui peut guérir de la mort ?, j’en serais la première heureuse.

Qui le saura jamais ?

S’il est en vie, après ce voyage, ce sera une réponse positive… pour la France.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s