HITLER, le bruit des bottes !

Vous les entendez, le bruit des bottes ? Elles frappent sur le sol, de manière cadencée et avancée.

 

Elles arrivent, comme une vague brune ou noire.

Selon lui, Adolf HITLER, ce sera pire qu’au XXème siècle parce que nous avons perdu le sens commun de la vie.
Nous n’accordons plus aucun prix à la vie réelle.

Tout se joue dans le virtuel quand le virtuel se joue de nous et nous met en joue dans des jeux de fous.

Nous ne l’avons pas entendu, et pourtant combien l’ont attendu, son réveil à Adolf HITLER, lui qui revient et nous prévient, pour ne plus revenir dans ce monde et faire mourir.

C’est trop tard, selon lui.
Ou c’est trop tôt.
Parce que parfois il faut attendre que la vague soit passée pour agir.
Réagir face à une vague, c’est mourir.
On ne prend pas de front un océan de haine qui dévale vos rues et vous met le corps à nu.
La haine tue, la haine va tuer.

Ce sera la nuit des longs couteaux.

“Maréchal, nous voilà !” Non, ce n’est pas une provocation.

Ou révocation de ce gouvernement pétainiste.

HITLER insiste sur cette évocation de terreurs nocturnes, au pluriel.
Il l’avait dit, mais l’avais-je bien écrit ?
Avais-je tout compris ?

Il faut dire qu’écrire pour HITLER me pose toujours des difficultés, jusqu’aux transmissions de pensées, maux de têtes et fatigue.
Je préfère écrire pour d’autres.
A force de prendre des antalgiques, j’ai décidé lâchement de lui donner la parole à nouveau.
Pour pouvoir dormir un peu.
Avoir la paix !

Vous trouvez votre monde soporifique, se moque-t-il !
Qui manque d’actions.
Et vous rêvez de devenir le héros d’un de vos jeux “virtuels” ?
Ne craignez rien, dit-il.
Joyeux Noël !, rit-il.
Vous allez enfin pouvoir jouer dans le monde réel.
Jouer avec la vie et la mort !

 

Qui seront les gagnants ?
HITLER ne veut même pas nommer les camps qui s’affrontent.
Il paraît qu’on les connaît.
Mais le sait-on, en vérité ?
Sait-on regarder la vérité en face, nous demande-t-il ?
Faire la paix avec celui qui vous hait est aussi stupide que d’embrasser un “serpent à sornettes” (sic).

Au lieu de sonnettes, vous allez entendre les trompettes du jugement dernier, le vôtre.
Vous allez être réveillés dans votre sommeil de morts, vous qui vivez comme des morts-vivants, une “fausse” vie, le cul coincé dans un fauteuil ou un canapé à pianoter sur des écrans qui vous capturent et vous maintiennent en prison.
Vous ne voyez pas vos géôliers et vous vous croyez libres.
La belle affaire !

Quelle est la raison principale de votre pauvre existence de “mort-vivant” ?
Le confort.
La luxure.

Vous avez tort.
La torture va remplacer vos plaisirs si peu purs et vos pleurs n’effaceront rien.
Comme les chiens, vous chouinerez avant de mourir.
Comme les chiens, vous gémirez en suppliant qu’on vous épargne, en rampant par terre.

 

Demain ou après-demain ?
Mais très vite.

Vos gouvernements croient pouvoir tout contrôler, eux qui n’ont plus aucun pouvoir.
Les USA vont être dépassés et dévastés.
Il ne restera rien du continent nord-américain.
Vous avez parié sur le mauvais cheval, dit Adolf HITLER.

Tant pis pour vous !

Ce qu’il faudrait faire ?
Non, il ne veut pas que je l’écrive.

Adolf HITLER veut juste que vous sachiez (“chassiez”, s’amuse-t-il !) que le Front National, ce sont des enfants de choeur à côté de ceux qui vont débarquer.

Il est trop tard.

Le comprenez-vous ?
Réveillez-vous, lâchez vos écrans tactiles et futiles.
Préparez-vous à regarder la mort en face.

 

Et ajoute-t-il, c’est beaucoup moins drôle que dans un jeu virtuel.
La mort, ça fait mal !
La mort, c’est sale.
La mort, c’est le MAL en action quand on n’a plus pour passion la vie.

A chacun son rôle.
Vos “politiques” (HITLER refuse lui aussi le terme “élus”, tout est truqué !) vous ont vendus.
Et sachez, dit Adolf HITLER, que vos vies valent moins cher que leurs comptes en banque.
Lui aimait son peuple et sa patrie.
Eux aussi, tout comme vous, vos “élus”, n’aiment qu’eux-mêmes et leurs vies “virtuelles”, loin de toute réalité populaire et salutaire.

Bienvenue en enfer !
Sur terre.

 

Vive nos amis, les Turcs !

Un hasard, ce choix ?

A votre avis ?

L’Europe est suicidaire.

Comme l’enfer, elle aime les incendiaires.

_________________________________

J’aurais aimé vous parler des cristaux de neige plutôt que d’une “nuit de cristal”.
Mais je tricherais et mentirais si j’enjolivais ce que me confient des messagers qui ne sont pas toujours des anges.

HITLER proteste !
Il est sur la voie de la rédemption.
Il veut nous éviter la mort dans ce monde de corruption et de haine.

Mouais…
Bon, je vais ravoir une vilaine migraine, je le sens et le pressens.
Si c’est un test, il est manqué.
J’ai à nouveau mal à la tête.

La prévention “prophétique” par un ennemi du bien public, c’est difficile à faire avaler, encore plus que les sornettes des serpents qui sifflent sur nos têtes en ces temps si bas d’élections “truquées”.
Tu nous stresses inutilement.

Aussi je m’arrête là.
J’espère que tu te trompes, sincèrement et de tout mon coeur.

On se reverra, HITLER.
Je ne sais pas si on se rencontrera dans une autre vie.
Mais je sens qu’on se reverra.
Il ne s’appellera pas Adolf HITLER, cette fois-ci.
Il n’affichera pas “Front National” car, comme tu ne cesses de nous en avertir, les pires ennemis de la liberté ne sont pas ceux qu’ils nous désignent mais ceux qui prétendent la défendre.

Alors qui ?

 

Je ne sais pas et j’ai trop mal à la tête.
Il m’a rendu “marteau”, Adolf HITLER !

Mais il vous donne la réponse.

A vous de croire ou de ne pas croire.

Si vous préférez ne pas savoir, alors dormez tranquilles, Français !

 

 

“Recel (oil) Taqiya” ERDOGAN !

De son vrai nom, voir “Dictator” ci-dessus éructant,  who will imprisons our journalists and shuts down our newspapers.

Tu sais, Adolf, je trouve qu’il  a comme un air de ressemblance avec toi.

Sans doute la moustache à la HITLER !

  • “Plus qu’un air, répond Adolf HITLER. Et c’est volontaire, bande d’idiots.”

HITLER aime bien cet adjectif, “idiot” car il est le même quasiment en français et en allemand. On ne peut pas ne pas comprendre.

Advertisements

3 thoughts on “HITLER, le bruit des bottes !”

    1. HITLER avait déjà annoncé les attentats sur les grands boulevards à Paris dans l’article du 24 octobre 2015..

      https://veroniquehurtado.wordpress.com/2015/10/24/adolf-hitler-est-il-en-enfer-non-il-explique-pourquoi/

      Le “Führer” s’était alors moqué de ce peuple français occupé à s’amuser, tandis que d’autres prévoyaient de les tuer, les “islamo-fascistes”.

      HITLER avait même expliqué qu’il y aurait infiltration de terroristes tueurs parmi les migrants.

      Quand je relis cet article, celui du 24 octobre 2015, je me dis que moi-même je n’ai pas su suffisamment prendre en compte ses avertissements… parce que c’est HITLER.

      Pourtant l’annonce était très claire à relire l’article.
      Il s’agissait bien des attentats du vendredi 13 novembre 2015.

      J’avais “oublié” !
      ______________________________________________________
      EXTRAIT de cet article du 24 octobre 2015 :
      […]
      Puis-je m’en réjouir, moi, HITLER ? Oui, franchement, ça me fait rire de voir ces Français qui m’ont vaincu aujourd’hui aller chercher leurs ordres à Berlin.

      Je l’avais déjà écrit dans “”Mein Kampf”, en libre édition

      [ Demandez-vous pourquoi cet ouvrage est en libre édition, comme le Coran qui prône l’extermination des Juifs ! ] :

      – Les Français sont un “sous-peuple”.

      Occupés à boire et à manger, perdus dans la gaudriole “gauloise”, vous êtes minables.

      Vos hommes politiques sont à votre image de peuple inconsistant et frivole.

      Afficher l’image d’origine

      Malheureusement, il vous faudra apprendre à vous battre, maison par maison, jardin par jardin, rue par rue.

      Il vous faudra sortir les couteaux et vous jouerez ou rejouerez, comme en Allemagne, la “Nuit des Longs Couteaux”.

      L’ennemi n’est plus le même.

      Cet ennemi fut mon allié lorsque j’espérais conquérir l’Afrique, sinon au moins l’Afrique du Nord.

      J’aime (je me moque !, rit HITLER), quand vous accueillez à bras ouverts ceux qui vous envahissent.

      Au fond, Charles De GAULLE n’était pas français.

      Sinon il aurait été pétainiste.

      Vous êtes tous des pétainistes, déjà vaincus et trouvant toutes les raisons du monde de ne pas vous battre.

      [“Bug télépathique, je n’arrive pas à saisir deux pensées à la fois]

      HITLER me montre les grands boulevards, à Paris, la marée humaine qui monte, qui monte…

      Et il me renvoie l’image des chars nazis envahissant Paris.

      – “Ils sont plus forts que moi, admire-t-il, ils vous envahissent, sans armes, sans chars et sans efforts.”
      […] ]

      Like

  1. Quand j’écris pour un “visiteur”, je prête ma plume.
    Et comme l’inspiration n’est pas “intérieure”, de moi, mais extérieure, du “visiteur”, je zappe bien souvent ce que j’écris au moment où je l’écris.

    Il faut à la fois écrire et “entendre”.
    “Entendre” prend beaucoup d’énergie.
    Après il faut se régénérer, revenir dans ce monde ici-bas.

    Mais depuis la publication de l’article, HITLER ne me quitte plus !
    Parce que je n’ai pas relevé le terrible “Joyeux Noël !”

    Effectivement, lorsque je l’ai écrit, je me souviens même avoir pensé que c’était prématuré de souhaiter Noël début décembre.

    Aujourd’hui, nous savons tous pourquoi HITLER a souhaité “Joyeux Noël” aux Américains, annonçant qu’ils seraient dépassés par la situation et qu’ils n’auraient rien vu arriver, surtout pas la mort.

    Comme les médias ne se précipitent pas pour vous expliquer ce qu’HITLER veut vous expliquer, alors je vous prouve qu’il s’agissait bien d’un acte CHRISTIANOPHOBE, contre la Fête de Noël.

    Rien à voir avec une dispute d’un employé contre son ex-employeur !
    Mensonges et songes d’Occident lâche et islamo-collaborationniste.

    Oui, c’était bien une Fête de Noël organisée pour les employés du Centre Social :
    http://www.parismatch.com/Actu/International/Fusillade-de-San-Bernardino-Yvette-Velasco-morte-sous-les-balles-876049
    [

    C.R.

    Yvette est l’une des quatorze personnes à avoir péri sous les balles de Syed Farook et sa compagne mercredi. Agée de 27 ans, la jeune femme participait à la fête de Noël organisée ce jour-là à San Bernardino. ]
    _____________________________________________
    EXTRAIT de l’article du 02 décembre 2015 :
    […]
    Vous trouvez votre monde soporifique, se moque-t-il !
    Qui manque d’actions.
    Et vous rêvez de devenir le héros d’un de vos jeux “virtuels” ?
    Ne craignez rien, dit-il.
    Joyeux Noël !, rit-il.
    Vous allez enfin pouvoir jouer dans le monde réel.
    Jouer avec la vie et la mort !
    […] ]
    ________________________________________________

    Vous ne croyez en rien ?
    Alors vous êtes comme les “pas-francs”-maçons qui ne croient qu’au dieu “hasard”.
    Parce qu’ils n’ont rien compris de la vie !
    Le hasard, c’est le nom qu’on donne à un problème dont on n’a toujours pas trouvé la solution.
    Ce problème, c’est la vie, votre vie.

    Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s