– “Prédateurs !” a “lancé-sagaie” Nelson MANDELA, le noir africain, le Lion d’Afrique qui n’est pas mort.

C’était le 21 décembre 2015, juste avant les fêtes de fin d’année.
Je flemmardais sur… mon canapé ! [mais vous le saviez déjà] et je regardais l’écran plat du plat pays, la Hollande, euh non, la France sous François HOLLANDE.
Le PAF français, pif, PAF, poum, m’obligeait à zapper tant le nul succédait aux z’héros d’opérettes ou aux assiettes des super-chefs toqués à toques blanches.

Afficher l'image d'origine

 

Et là, alors que je m’apprêtais à zapper pour la énième fois, “clic, clic, prends ça, une claque pour l’animateur Truc-Muche et le présentateur Machin-Chose”, j’entends “Prédateurs !”.
Je tourne la tête et je le vois “royal”, “impérial”, “auguste”, non pas comme le clown Chocolat, le faire-valoir de Monsieur LOYAL dans son cirque, non loin de la rue du Cirque.

Non, pas du tout.
Il est là puis disparaît, juste le temps de me montrer SON Afrique, des paysages de savane et de chasse.
Et bien sûr, bis, ter, quater repetita, toujours le même message dit avant lui par de grands prophètes africains et un grand chanteur américain, tous noirs et… morts, lors de leurs passage de vie à trépas et de l’au-delà à ici-bas :
– “La race noire est en danger. Ils veulent nos terres d’Afrique. Ils volent nos terres d’Afrique.”

Afficher l'image d'origine

 

OK, pas de panique.
Une bande-annonce passe et repasse sur l’écran plat de la télévision présentant justement “Les Prédateurs”, reportages sur les animaux tueurs de l’Afrique et d’ailleurs.
Je n’avais pas assez d’éléments d’information pour écrire un article “solide”.
Déjà que beaucoup me pensent “folle”, convaincus qu’il n’y a de vie qu’ici-bas sur terre, mais pas là-bas, au-delà de notre vision physique.
Je ne voudrais pas leur donner systématiquement raison.
Je rappellerais que la philosophie, c’est aussi la métaphysique, c’est à dire l’étude de ce qu’il y a “après” la physique, la révélation du soleil aux hommes de la caverne qui vivent dans leur monde d’ombres et sont persuadés que leur cécité, limite physiologique de leur vue, est “raison”.
Donc, puisqu’il y a eu conjonction entre deux visions, entre la diffusion de reportages sur “Les Prédateurs” et la “visite”, courte apparition, de Nelson MANDELA, la prudence, toujours bonne conseillère, m’a invitée à “zapper” l’épisode Nelson MANDELA.
S’il s’agit d’une série, et d’une première, il devrait y avoir un autre feuilleton, patience.

– “J’attendrais, le jour et la nuit, j’attendrais toujours, ton retour !” chantait DALIDA, tralala…
Sauf que Nelson MANDELA n’est pas revenu pour s’expliquer ou m’expliquer pourquoi il avait “balancé” à la va-vite cette affirmation.
Qui étaient les “prédateurs” ?
J’avais reçu fugitivement, furtivement, une “image” fugace.
Mais l’écrire, la décrire, eût été une épreuve.
Sans preuves, j’aurais encore eu un procès à coup sûr orchestré par les plus riches qui se servent du droit de la presse, un droit devenu le droit qui oppresse, pour interdire toute liberté d’expression aux morts comme aux vivants.

Afficher l'image d'origine

Actuellement, si je l’avais écrit cet article sans autre information, je serais à la place de Florian PHILIPPOT ou d’autres Français qui osent attaquer l’image des admirables Emirs des Emirats Arabes Unis, nos “alliés”, [Teheu, teheu, je tousse !] chameliers et carnassiers, tant carnassiers qu’ils se sont transformés en chameaux pas beaux montés sur des chameaux déformés, des bêtes de somme.
Ils se sont tous unis contre la race noire.
Race d’esclaves pour eux, race noire qui ne compterait pour rien dans une enclave qui s’appelle l’Afrique !
Un conclave de “Caucasiens” du grand Orient s’est réuni pour désigner ceux qui allaient, non pas hériter de la terre des ancêtres noirs, la terre de nos ancêtres, la terre de l’Humanité, mais déshériter les Noirs d’Afrique de leur terre, la terre qui les a vus naître, grâce aux guerres et aux instincts grégaires.

Et quand je pense que c’est nous, les Blancs européens, “qu’on” traite de racistes, alors que ce sont eux, les Caucasiens d’Arabie qui trafiquent le plus d’êtres humains, travaux forcés et prostitution “commercée” avec les Islamistes, leurs alliés jihadistes, et commencée de si longue date lors des guerres barbaresques et mauresques.
Rien ne se perd, tout est récupéré, tout se recycle, jusqu’aux dons d’organes, volontaires ou involontaires.
Ils tuent des fillettes comme d’autres tuent le cochon à Noël.
“Des pommes, pommes, des poires, poires, des scoubidous-bidou-bidous-wouaaah”, des coeurs, coeurs, des fois, fois, des reins, reins, des Yézidis et des Chrétiennes.
Qui en parle ?
Personne.
Le commerce de la mort remplace le commerce de l’amour lorsque le désir se lasse.
Alors le coeur se glace d’horreur et l’Islamiste découpe la fillette au nom d’ALLAH le très miséricordieux, la bavette de Flanchet ou l’aiguillette baronne, côtes et entrecôtes.

Afficher l'image d'origine

_______________________________________

Et enfin c’est arrivé !
Le temps d’écrire est arrivé, par un mail, une pétition à faire circuler et que vous voudrez bien signer pour vos frères noirs d’Afrique, s’il vous plaît, avant qu’eux et leur terre ne soient saignés à blanc, couverts de leur propre sang :

[ Cher(e) ami(e),

Je viens de signer cette pétition sur SumOfUs.org — “Président Kikwete: tenez votre promesse faite aux Maasaï du Serengeti et garantissez par écrit leur droit à rester sur leurs terres ancestrales” — et je pense que tu aimerais également la signer. Pour signer il te suffit de cliquer sur ce lien: http://action.sumofus.org/fr/a/serengeti-land-grab-french/?sub=mtl.

Peux-tu soutenir cette cause en signant la pétition?
http://action.sumofus.org/fr/a/serengeti-land-grab-french/?sub=mtl

Merci!]

Tout est devenu clair, jusqu’à la peau de lion ou de léopard dont se recouvrait élégamment Nelson MANDELA, peau qu’il portait comme un trophée de gladiateur antique dans ma vision, guerrier de lumière me désignant les chasseurs des terres d’Afrique, chasseurs de têtes noires, prédateurs de chair venus d’un lointain enfer de flammes noires, paradis de l’or noir.

S’était-il adressé à moi, Nelson MANDELA, parce que j’avais découvert l’Afrique, étant enfant, grâce à ce livre fabuleux, au sens étymologique du mot “fable”, comme les fables cruelles d’un certain Jean De La FONTAINE :
– “Le Lion” de Joseph KESSEL ?
Le Lion, The King, a pour ennemi, un jeune Massaï, l’ami/amant de Patricia, l’héroïne.
La fable nous apprend qu’il ne suffit pas d’être l’ami(e) d’un lion pour être l’ami(e) de l’homme et que ni l’un ni l’autre ne peuvent être dressés lorsqu’ils sont sur leurs terres.

Afficher l'image d'origine___________________________________

1. Communities Are Fighting Back Against The Global Land Grab
Sauvons le Serengeti! | SumOfUs
action.sumofus.org/fr/a/serengeti-land-grab-french/
En cache
Pages similaires
SumOfUs. L’humain avant le profit. Les femmes Maasaï sont à la tête de la resistance … Président Kikwete: tenez votre promesse faite aux Maasaï du Serengeti et …. chassés de leurs terres, promises à de riches chasseurs, Metronews France, …
Save the Serengeti! | SumOfUs
action.sumofus.org/a/serengeti-land-grab/
En cache
Traduire cette page
25 nov. 2014 – SumOfUs … The Maasai women have led protests against the corporate land-grab. … them off their ancestral land to make way for a Dubai-owned hunting … Finland, France, French Guiana, French Polynesia, Gabon, Gambia …

Ce site est sûr
Les Maasaï du Serengeti ont besoin de nous. – Google Groups
https://groups.google.com/d/topic/oceatoon/IyZkh4X1x1Y
En cache
20 déc. 2015 – Les Maasaï du Serengeti ont besoin de nous. Showing 1-1 of 1 … http://action.sumofus.org/fr/a/serengeti-land-grab-french/?sub=mtl. Merci!

[ Les femmes Maasaï sont à la tête de la resistance face à l’accaparement de leurs terres.
Le plan était simple: vendre une partie des célèbres plaines du Serengeti puis évacuer 40 000 Maasaï de leurs terres ancestrales pour les transformer en réserve de luxe pour la chasse au gros gibier. Ces plaines qui fourmillent de lions, de léopards, d’éléphants, de gnous, de zèbres et de buffles, risquaient d’être vendues à la Ortelo Business Corporation, basée à Dubaï, pour devenir un terrain de chasse.

Confronté à la pression populaire, le président tanzanien a renoncé à l’accord qui prévoyait la saisie des terres et assuré à la population Maasaï qu’elle était en sécurité sur son territoire.

Mais on ne peut pas faire confiance au gouvernement tanzanien. En 2013, après une imposante campagne d’opposition locale et internationale, le président de la Tanzanie a promis aux Maasaï qu’ils pouvaient rester sur leurs terres. Malgré tout, en fin d’année dernière, le gouvernement a fait volte-face et leur a dit que l’accord était relancé et qu’ils devaient quitter leur territoire ancestral d’ici la fin de l’année.

Comme le président tanzanien a déjà reculé sur ses promesses par le passé, nous ne baisserons pas les bras tant que le gouvernement tanzanien ne garantira pas par écrit aux Maasaï des droits permanents sur leurs terres.

Demandez au président de la Tanzanie de tenir sa promesse et de garantir par écrit aux Maasaï des droits permanents sur leurs terres.

Les Maasaï résistent depuis des décennies à la commercialisation de leurs terres traditionnelles. Ils se battent contre des investisseurs avides de profits qui convoitent l’extraordinaire faune de la région et essaient d’obtenir des permis de chasse et de tourisme. L’histoire ne cesse de se répéter: on fait des promesses, mais on ne les respecte malheureusement pas.

Le sage Ole Kulinga, un dirigeant traditionnel Maasaï, explique: “Nous ne sommes rien sans nos terres, et cet engagement de la part du président nous permet tous et toutes de pousser un soupir de soulagement. Mais les chasseurs veulent ce territoire à tout prix, et nous ne nous sentirons en sécurité que lorsque des droits permanents sur nos terres nous seront octroyés par écrit.”

Beaucoup d’argent était en jeu dans la transaction prévue avec Dubaï. Les personnes sur le terrain qui s’opposent à la réserve de chasse depuis maintenant deux ans ont été menacées, et certaines ont même été tuées. Maintenant que le président s’est prononcé et que l’attention de la communauté internationale a été attirée sur le sort de la population Maasaï, c’est notre chance de montrer au grand jour la trahison du gouvernement tanzanien et de le forcer à tenir ses promesses. S’il vous plaît, soutenez les Maasaï, qui pourraient tout perdre, et aidez-les à conserver leurs terres ancestrales.

Signez la pétition adressée au président de la Tanzanie qui lui demande de mettre ses promesses par écrit, et ce, DÈS MAINTENANT.
**********
Plus d’information:
Tanzanie: 40000 Maasaï chassés de leurs terres, promises à de riches chasseurs, Metronews France, 19 novembre 2014 ]

Afficher l'image d'origine

______________________________________

“- Les Noirs seront comme les Blancs et les Blancs seront comme les Noirs” avait prophétisé Simon KIMBANGU KIANGANI, un Saint africain chrétien.

Autrement dit les terres d’Europe seront livrées à la même prédation que les terres d’Afrique !
Nos frères noirs d’Afrique n’ont pas arrêté de nous alerter, nous, les Européens, convaincus que nous sommes que nul ne pouvait nous coloniser.
Nous sommes en voie de colonisation par les Caucasiens américains et saoudiens.
Nos terres agricoles deviendront leurs terrains de jeux ou leurs réserves de chasses, avec ou sans indigènes blancs européens, indigènes blancs qui picolent et rigolent pendant qu’on les vole et qu’on viole leurs femmes et leurs filles.
Tel est notre avenir, cet avenir que nous laissons faire aux riches Saoudiens et aux riches Qataris parce que nous préférons nous taire et que nous nous laissons faire !

C’est sûr que les Jihadistes peuvent rire de nous en ce moment, nous les Européens qui leur auront opposé encore moins de résistance que nos frères noirs d’Afrique tant nous avons peur de mourir.
Au nom du “vivre ensemble”, nous invitons nos prédateurs à venir vivre parmi nous, au milieu du troupeau, leur garde-manger.
Seuls seront sauvés ceux qui pourront courir vite, très vite !
Aussi je vous invite à vous mettre au régime maigre, dès maintenant, pour sauver votre peau, une peau qui n’est pas une peau de lion, pas celle du King Nelson MANDELA.
On peut être un nègre et un Roi, le Roi des hommes, des hommes noirs et blancs.
_________________________________________________________

Dans la jungle, terrible jungle
Le lion est mort ce soir
Et les hommes tranquille s’endorment
Le lion est mort ce soir

wiiiihihihi O Wimoweh (x2)

Tout est sage dans le village
Le lion est mort ce soir
Plus de rage, plus de carnage
Le lion est mort ce soir

wiiiihihihi oO Wimoweh O Wimoweh (x8)

_________________________________________________

Non, le lion n’est pas mort.
Il dort.
Mais n’oubliez pas :
– “Il ne faut pas réveiller un lion qui dort !”

Unissez-vous à vos frères chrétiens d’Afrique et d’Amérique avant qu’il ne soit trop tard !
Nelson MANDELA était aussi un chrétien comme Simon KIMBANGU KIANGANI, frères noirs d’Afrique que nous abandonnons pour accueillir nos prédateurs.
Martin LUTHER KING était aussi un chrétien, frère(s) noir(s) d’Amérique que nous abandonnons et laissons tuer pour nous offrir à une religion qui nous persécute, nous qui pardonnons et donnons tout aux plus riches pour tout prendre aux plus pauvres.
Nous avons tout à apprendre de nos frères de misère, en particulier comment survivre en milieu hostile.

Souvenir, souvenir :
“Africa 1982 de Rose LAURENS”

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s