“So” COLUCHE : – “C’est l’histoire d’un mec qui collectionne les filles comme moi j’enfile des perles sur ma queue… On ovationne, siouplaît !”

https://www.cherche-midi.com/sites/cherche_midi/files/styles/w500/public/books/9782749100333.jpg?itok=CIMRjf7t

Afficher l'image d'origine

Il en a tout un album, le bonhomme, de filles.

Il tape sur son portable, et hop, c’est le grand show, le peep-show comme à Pigalles.

Comment il te les fait défiler, sur son portable !!

T’en as plein les mirettes et t’en perds pas une miette, enfin, si t’es un mec, comme lui, comme moi, quoi.

Si c’est élégant ?

Ca dépend.

Comment, les filles, elles peuvent être assez connes pour se foutre à poils devant ce taré ?

Je m’le demande.

Lui, il “se poile”, le gorille.

Il ne les a pas ratées !

On se croirait dans un bowling ou sur un “baisodrome”, celui de Paris, Marseille ou Blagnac, sur le tarmac ou sur un boulevard :

– Elles tombent toutes, comme dans un jeu de quilles car il a les boules.

Et le grade… et la fonction qui va avec !

Il les roule et les rend toutes maboules.

Il bombe le torse avantageusement et t’explique :

– “Elle, j’l’ai baisée sur le coin de la table, tu sais, la table de réunion dans mon bureau. Regarde-moi ce cul ! T’en redemandes, hein, mon cochon ?”

Bah, mon cochon, c’est une sacrée cochonne, la fille !

Afficher l'image d'origine

La fille sur la photo a l’air con, pass’qu’elle est conne.

Elle croit poser pour la postérité comme si elle était Marilyn MONROE.

En fait elle pose toute nue pour lui montrer son cul, à lui et aux autres, des tas de mecs qu’elle ne connaît pas mais que lui connaît bien.

Et elle le fait pour rien, si, pour rien !

Elle se fait pas payer.

C’est gratuit !

Même si elle espère qu’il va lui renvoyer l’ascenseur, après l’avoir envoyée au ciel… le septième ? Non, plutôt en enfer comme une carrière achetée de con à conne.

Pas une nuit avec lui, juste un moment, un moment pour passer l’ennui, c’est pour ça qu’on appelle “ça” une passe, quand on est une pute.

Ou pass’qu’elle a peur, d’la p’tite frappe qui s’prend pour une “terreur”, quand c’est l’heure et qu’y faut y passer, sur la table de réunions et d’opérations.

Parfois ça arrive, c’est à dire qu’il arrive et qu’il demande pas la permission.

Pas la peine quand on est un chef.

Il force le passage et la fille se tait.

Lui fait son affaire, proprement ou salement, selon le moment et qu’il a beaucoup transpiré, avant ou après, avec une autre conne.

Pas d’erreur, ça paye d’être un chef et un maître.

Afficher l'image d'origine

La galerie de filles défile, au rythme de ses doigts experts qui glissent sur l’écran du téléphone.

C’est le diaporama des “plans Q”, les instantanés de la vie d’un mâle dominant dans le règne des singes humains.

De mon temps, on n’aurait pas pu.

Se trimballer avec les albums-photos de ses conquêtes féminines ou autres, à poils.

Aujourd’hui, c’est fou ce que vous pouvez faire, les mecs !

Pas de prises de bec avec la gonzesse qui voudrait pas… un petit clic sur votre portable, le tour est joué : photos de face de la partie pile des fesses de “madame” bien épilées.

– “Qu’est-ce tu fais ? Tu viens !”

– “J’télephone à maman pour lui dire que j’vais arriver en retard au repas du soir, tu permets, oui ?!”

Et hop, une photo de la nana sur le plumard qui s’marre :

– “Ah, pass’que, toi, t’appelles ta mère ? T’as quel âge, mon gros ?

– “L’âge de mes artères, j’vais t’montrer.”

Bon, ça c’était avant.

Je m’égare dans le temps.

Et je me prends pour lui, kaï, kaï !

J’préfère être comme je suis, c’est à dire comm’j’étais avant, avant de mon vivant.

Afficher l'image d'origine

Oh qu’il est beau, le zèbre, ce mâle suffisant et ricanant !

Il tend même son portable, le Vénérable ancêtre, sa galerie de photos de filles très déshabillées à des filles très habillées :

– celles qu’il a pas pu encore “sauter”.

Ou qu’il n’envisage pas de “sauter”.

Mais quand on aime, on ne compte pas !

Peu généreux de la bourse, il l’est davantage des ses deux bourses.

Lui, y risque pas d’s’retrouver à poils dans la vie.

Pas comme Véro qui va bientôt n’avoir plus que son slip à offrir à l’adversaire pour le satisfaire… ou mourir.

Sauf que, Véro, elle est pas baisable.

Enfin, c’est c’qu’elle pense.

Dois-je lui donner tort ?

Pourquoi les laides aiment le ski nautique ?

Pourquoi les laides aiment le ski nautique ?

Bon, revenons à notre défilé de mannequins contenu dans la petite boite par celui qui veut mettre toutes les nanas en boîte.

Car lui, il les veut à sa botte, dans sa petite boîte rectangulaire, son téléphone portable.

C’est sa hotte, la hotte du père Fouettard qui s’serait déguisé en Père Noël, avec l’appétit aiguisé des prédateurs solitaires.

– “Alors, tu veux quoi, l’année prochaine, ma poulette ?

Quoi, encore une prime au mérite ?”

Et, tendant son tonfa :  – “Bah ouais, quoi, ça s’mérite !”.

Afficher l'image d'origine

– Des noms, des noms, des noms ?!

Mais non, mais non, mais non…

Qui c’est ?

Est-ce que j’sais, moi ?

Y’en a plein qui savent c’que tu sais pas, toi.

Y’en a plein d’autres aussi qui savent, tous ceux à qui y montrait ses trophées de chasse sexuelle, le bellâtre.

L’affaire Denis BAUPIN, à côté, c’est d’la “gnognotte” par rapport à sa cagnotte et ses jolis p’tits lots.

Il peut aller s’rhabiller, DSK !

Il a trouvé son maître.

Si la faim justifie les moyens, alors, à chaque jour sa putain !

Y’a pas à dire, ça peut rapporter gros d’être passé maître dans l’art de “niquer les autres”.

Nique ta mère, mon frère !

Afficher l'image d'origine

Par contre y les a déjà, les menottes, le SM.

Y va p’t’être y laisser quelques quenottes dans ce “Voyage au bout de l’enfer” mais qu’on se rassure :

– “Il assure tout le temps, surtout lorsqu’il l’a “dure”, la trique, sous tous les temps, quelque soit la saison et dans toutes les positions, pourvu que cela dure !”.

C’est comme ça qu’on se fait des relations dans la “maison”, leur milieu :

– Il faut savoir baiser l’aut’ et s’baiser mutuellement.

Ensuite, une fois qu’tu les as tous niqués, tu sais ce qu’t’es ?

Le roi des… cons !

___________________________________________________

Définition du “con” :

“Con” : sexe féminin, centre de toutes les attentions du sexe masculin.

Autrement dit, mon pote, le siège de tous les gouvernements de ce monde.

Pass’qu’on n’est jamais assis que sur son cul, aux chiottes comme dans un fauteuil de président ou de directeur.

Afficher l'image d'origine

Commentaire :

Mouvement de panique dans les services pass’qu’y s’sont tous reconnus !

Les chefs, y s’sentent tout nus.

Vont pas tirer leurs coups, tout de suite, au service, moi, j’vous l’dis !

Non, z’allez pas m’dire que, vous aussi, vous avez un portable ?

A l’avenir, pour les dames de p’tite vertu, génération “promotion canapé”, une proposition qui vaut c’qu’elle vaut, pour les bourses de ces messieurs :

– Pensez à faire interdire le port du portable dans les services aux fins de limiter les agressions phalliques avec l’arme photographique.

  • “Pass’que je l’vaux bien”, qu’elles disent.

“- Les Français, tous des veaux !” qu’y disait, lui, le grand général, le copain à Véro.

Véro, elle préfère les “Scorpions”, les gars comme moi, quoi.

Et le Général, il en est un, lui aussi :

– “In cauda venenum !”

Ouaip, moi aussi, j’ai mes latrines, mes lettres latines,..

Faut pas croire !, j’sais lire.”

Afficher l'image d'origine
Advertisements

2 thoughts on ““So” COLUCHE : – “C’est l’histoire d’un mec qui collectionne les filles comme moi j’enfile des perles sur ma queue… On ovationne, siouplaît !””

  1. Et l’avocate de la partie adverse, devant la Cour d’Appel de Montpellier, de s’exclamer :
    – “Faut l’arrêter d’écrire !”
    (sic)
    En mauvais français, j’vous l’accorde… pas.
    Elle l’a dit, j’suis témoin :
    – “Faut l’arrêter d’écrire !”
    “Sinon elle va donner des noms.”
    Ca, elle l’a pas dit !, j’vous l’accorde… oui.
    Mais c’est tout comme.
    C’est pour ça qu’c’est marqué qu’elle est dangereuse, Véro, marqué noir sur blanc dans l’arrêt de la Cour d’Appel de Montpellier.
    Pass’qu’y faut l’arrêter d’écrire…
    Avant que vous ne sachiez tout :
    – “Tout sur les zizis, les grands, les petits, les gros et les dégonflés…”

    Like

  2. Le procureur Achille TALONNETTE vient de tourner les talons et partir en courant de Perpignan.
    Il a l’air content de plus y revenir.
    Son successeur est de Perpignan comme François “MOULIN à Vent”, le Roussillonnais qui brasse de l’air sur les affaires de Véro à Paris car il faut “l’arrêter d’écrire”.
    Qu’est-ce qu’on a d’la chance !
    On va pouvoir travailler qu’avec des “locaux”.
    C’est beau, la famille.
    Vive les frères !
    Nous, les morts, qui sommes pas morts, c’est pour ça qu’on va donner not’ voix à Véro, pour qu’elle parle… qu’elle parle pour nous !
    Et qu’vous vous trompiez pas le jour d’aller voter.

    Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s