Du Seigneur : – “Le pouvoir créateur du “Verbe”, c’est d’écrire l’avenir sans savoir que ce sera l’avenir.” Quand la Justice devient une figure allégorique, “Dame BATAILLE”.

Résultat de recherche d'images pour "jésus juge"

Le Seigneur veut que je l’écrive ainsi.

Pour l’éternité.

La Justice est devenue cette “BATAILLE” qu’un jour j’avais figurée sous ce nom allégorique “Dame BATAILLE”.

Juste écrire, que, pour Lui, le temps n’existe pas.

Encore moins le hasard !

Le Seigneur s’amuse des hommes qui “croient” s’amuser de Lui.

“Dame BATAILLE”, créée par le “hasard” de l’écriture, devient la preuve de ce jeu de hasard qui a pour seul maître, Dieu.

Et Il vous le signifie.

Le hasard n’existe pas.

Au moment même où j’écris “ce jeu du hasard”, “le jeu du hasard” s’affiche sur l’écran de télévision dans les sous-titres d’un film que je regarde sans le voir.

Un démon reprend “malicieux” : – “[…] ce que les hommes appellent “le jeu du hasard”.”

Le film s’appelle “L’oeil du diable”, une comédie réalisée par Ingmar BERGMAN en 1960.

Résultat de recherche d'images pour "ingmar bergman l'oeil du diable"

Car, comme le montre si bien le film d’Ingmar BERGMAN, le diable obéit à Dieu.

Oui, il n’y a pas de hasard.

Et si les hommes se damnent, c’est parce qu’ils ont tiré la mauvaise carte et parié sur le mauvais cheval.

A qui la faute ?

Pas à Dieu.

Mais à l’homme qui est toujours libre de ses choix dans un monde où le hasard n’existe pas.

Ce qui existe, c’est la conséquence du choix de ses actes.

Et cette conséquence n’est JAMAIS imprévisible.

Pour Dieu !

Résultat de recherche d'images pour "hasard jésus"

Non, je n’ai pas choisi ce film. Je l’ai vu, après avoir écouté, plus que regardé, un petit film sur les “baleines”, un film de la vie, la vie de deux délicieuses vieilles dames, qui passait à la télévision laissée allumée pendant que je travaillais.

Je fais partie de cette génération qui a besoin de se boucher les oreilles avec du bruit, du bruit choisi, pour pouvoir se concentrer.

Le Seigneur veut que je rappelle quelle est la VRAIE figure allégorique de la Justice appelée “Thémis” en grec.

___________________________________________________________________________________

Je vais faire simple, en mettant en ligne cette…

Définition de l’allégorie de la Justice trouvée sur un forum de Yahoo :

[ Si on représente la Justice avec les yeux bandés, c’est pour signifier qu’elle tranche les litiges sans considération du statut social ou ethnique de la personne, de ses croyances, de sa religion ou de ses moeurs.

La Justice est aveugle car elle est impartiale, elle n’a donc pas de parti pris.

La Justice est aveugle car les justiciables sont “égaux en droit” devant elle. Chacun jouit des mêmes droits, à moins que la Justice en dispose autrement.

Cette représentation de la Jusitice est en réalité tirée de la mythologie grecque, il s’agit de la déesse Thémis (fille de Gaia la Terre et Ouranos le Ciel) qui s’affiche comme l’allégorie de l’institution judiciaire depuis le 13e siècle.

Ses yeux bandés représentent effectivement l’impartialité. Thémis est aussi armée d’un glaive (le pouvoir coercitif de l’Etat) et d’une balance (la mesure des intérêts contradictoires en présence dans un procès) qu’elle porte de façon plus ou moins ostentatoire.

Jonathan · il y a 1 décennie

C’est effectivement un symbole ambigu.

Aveugle, la Justice ne fait pas de différences entre les justiciables.

Mais, comment peut-elle se prononcer sans “voir” les affaires qui lui sont soumises ?

@ux deux Q/Ristes qui m’ont gratifié d’un pouce vers le bas = Pourquoi ? ? ?

Jacques Vingtras · il y a 1 décennie

Résultat de recherche d'images pour "la justice injuste"

_________________________________________________________________________

Et je terminerais par cette citation du grand écrivain romantique, François-René, Vicomte De CHATEAUBRIAND :

« L’allégorie morale, comme celle des prières dans Homère, est belle en tout temps, en tout pays, en toute religion; le christianisme ne l’a pas bannie. Nous pouvons, autant qu’il nous plaira, placer au pied du trône du souverain arbitre, les deux tonneaux du bien et du mal. »

F.-R. de Chateaubriand, Génie du Christianisme, t. 1, 1803, p. 470.

_______________________________________________________________________________

Le film “L’oeil du diable” est encore visible sur l’écran de télévision, à cette heure, histoire non achevée, d’un article qui se termine.

 

Résultat de recherche d'images pour "hasard jésus"

 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

w

Connecting to %s

%d bloggers like this: