“Individu connu des services de police” ? Pour un migrant dont le droit de circulation est reconnu “universellement” et qu’importe la frontière franchie, est-ce signifiant ? – Du délit d’étranger en séjour irrégulier et de la persistance de la mention en 2018/2019 sur certains fichiers.

Un étranger qui a séjourné en France irrégulièrement
avant le 1er janvier 2013, qualifié de “sans-papier” dans un temps pas si éloigné du nôtre, peut encore être fiché comme ayant commis un délit du fait que la mise à jour (suppression de la mention) n’a pas été effectué.

En effet la loi qui a supprimé le “délit de séjour irrégulier pour les étrangers” n’a été promulguée en France que le 31 décembre 2012.

Pour un policier qui prend l’audition d’un mis en cause et rajoute “logiquement” et automatiquement la mention “connu des services de police”, ce qui est une obligation professionnelle pour le fonctionnaire, est-ce pour autant une faute personnelle de service ou un dysfonctionnement collectif qui prend tout son écho dans les fichages permanents et résistants contre le temps de tout et n’importe qui en France, même des victimes d’agressions fichées simplement parce que leurs noms apparaissent dans une procédure pénale ?

L’affaire Philippe PICHON, commandant de police révoqué professionnellement pour avoir justement dénoncé les problèmes posés par le STIC, fichier utilisé par les services de la Police Nationale, reste l’épine plantée dans le pied de la Police Nationale, un colosse aux pieds d’argile.

L’impermanence juridique et la mouvance des textes de loi expliquent cette impossibilité à actualiser les fichiers, ce qui provoque de graves erreurs imputables à qui ?

Car ce “signalement” judiciaire, “connu des services de police”, devient une instrumentalisation de la Justice et des chroniqueurs judiciaires dans certaines situations comme celles des migrants ayant pénétré irrégulièrement sur le territoire français avant 2012.

De là à déposer plainte pour diffamation, il faut savoir raison garder !

  • Et s’interroger plutôt sur les causes qui provoquent les mêmes effets.

Par contre, quand c’est l’individu lui-même, titulaire d’un titre de séjour pour résident, qui déclare “être connu des services de police et de gendarmerie” [sic], ce n’est pas simplement pour avoir pénétré sur le territoire français illégalement et y avoir séjourné irrégulièrement.

En effet, que je sache, lors d’une audition, rien ne peut interdire à un policier de prendre la déclaration spontanée d’un individu “indic-quant” lui-même qu'”il est connu des services de police ou de gendarmerie”, sachant que les mêmes services ne lui veulent que du bien et qu’il n’a absolument plus rien à craindre de “l’in-Justice” française, surtout à Perpignan !

C’est un deal à Perpignan :

  • T’es un “dealer”,
  • donc t’es un “indic” protégé par les services de la Police Nationale.

Tu ne pouvais même pas payer de pension alimentaire à ton ex-femme que tu traînes dans la boue et devant les tribunaux, pour cause de “dépécuniairisation” à l’époque, MAIS, ayant trouvé un emploi payé au SMIC avec prime d’activité dans un aéroport “sécurisé”, bien que “CONNU des SERVICES DE POLICE”, tu as pu avoir accès à un crédit immobilier négocié avantageusement sur la base d’un apport “discret” de 20 000 (vingt mille) euros, économies accumulées du temps où tu étais déclaré sans ressources.

Ta femme actuelle ne travaille pas et tu roules, au choix, soit avec l’une de tes deux voitures dont la dernière te sert à “frimer” lors de tes sorties hebdomadaires ou en moto si tu veux te “faire le kakou” ou t’échapper vite fait.

Et bien sûr, tu es non-imposable, la prime d’activité étant la preuve de ton “insolvabilité”.

Aussi, après avoir procédé à plusieurs vérifications et selon les propres déclarations de cet “innocent” “CONNU des SERVICES DE POLICE”, aveu non arraché sous la torture par un policier recueilli lors d’un interrogatoire officiel,

  • “innocent” qui dormait avec sa petite fille dans le même lit (pas d’argent pour lui acheter un matelas à même le sol ?),
  • “innocent” qui continue de doucher nue, lui-même, sa propre fille à l’âge de onze ans,
  • “innocent” qui veut obtenir à tout prix, et sans le consentement de la mère de sa fille, l’autorisation de l’emmener à l’étranger… pour lui faire rencontrer sa famille paternelle… et peut-être son futur mari,
  • le “mariage gris” entre cousins étant reconnu comme une forme d’immigration non marginale bien rémunérée par la famille du futur époux,

j’en conclus que je peux republier l’article que j’avais temporairement supprimé, ayant trouvé des éléments de plus en plus probants donc accablants dans cette affaire où un “pauvre” étranger en situation irrégulière a profité d’une étrangère en situation régulière en France pour “la baiser” et lui faire un enfant.

La question reste la même :

-Pour quelles raisons cet “individu” CONNU des SERVICES DE POLICE” bénéficie-t-il d’une telle “aura de bienveillance”,

  • au point de déclarer lui-même, par habitude et machinalement, être “CONNU des SERVICES DE POLICE”,
  • alors que, d’ordinaire, c’est au policier de vérifier ce fait dès le début de l’audition.

[Aparté de COLUCHE : – “Y’a pas de honte quand t’es ‘dealer’, à être “CONNU des SERVICES DE POLICE” ! Piss’que c’est un métier connu favorablement des services de police.

Tu m’étonnes !

Les dealers, c’est les seuls qui donnent une prime “d’in-activité” aux policiers mal payés pour qu’y les laissent travailler, tranquilles !

Quasi-légalement ! “]

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s