#MeToo – Le jour où les filles de la PJ ont niqué Pierre JOXE, alors ministre de l intérieur.

Le “Rouquin”* nous avait rassemblés dans la grande pièce de convivialité, actifs et administratifs, pour nous annoncer la bonne nouvelle :

– Pierre JOXE, le ministre de l’intérieur, allait venir visiter la PJ, ce soir !

Hors de question de ne pas être à son poste, même si le ministre de l’intérieur n’arrivait au SRPJ que vers les 20H00.

Evidemment, allez savoir pourquoi, le “Rouquin” fixa avec insistance le “club des trois”, les Drôles de Dame de la PJ, Fatima*, Agnès* et moi, même génération, même forme de résistance à l’obéissance hiérarchique.

– “Avec ou sans les formes”, ajoute ce coquin de COLUCHE en visant d’autres formes que celles de la politesse.

Il insiste pour que j’ajoute :

– “Celles de la jeunesse et de la joliesse !” mais ça m’agace un peu…

En même temps, COLUCHE me montre que, pour ce patron d’un SRPJ de l’époque, exhiber son personnel féminin, c’était se comporter comme les patrons du CAC40 qui exhibent leurs signes de richesse extérieure, en rentrant dans la compétition de ceux qui en ont le plus :

– plus de pouvoir, plus de sexe et plus de fric !

Plus les filles étaient jeunes et jolies, plus le service était coté par et pour les mâles.

Un peu comme dans les boîtes de nuit où la gratuité de l’entrée pour les filles est compensée par la promesse pour les dragueurs/chasseurs de trouver du gibier à leur convenance.

Résultat de recherche d'images pour "patron cac40 humour""

Après tout la Fonction Publique de l’Etat français n’est que le reflet de cette société en déliquescence et décadence qui pourrissait par la tête.

Aujourd’hui la France est un grand corps malade atteint par un taux de corruption-records qui fait d’elle, sans aucun doute, la République la plus bananière de l’Europe.

– La “Françafric” a tué la France !

___________________________________

– “Aussitôt le patron parti, les trois filles se réunissent dans leur QG, le bureau de Véro.”

C’est COLUCHE qui raconte à nouveau :

– “Il est hors de question de rester jusqu’à 20H00, ce soir ! Je dois sortir avec Patrick*, aller au cinoche et après au restaurant avec ses copains du rugby”, dit Agnès, la future victime de ce que tu sais, toi qui me lis.

– “Moi”, ajoute Fatima*, “j’ai ma petite fille. Elle ne peut pas se passer de sa maman. Tout ça pour accueillir un ministre ! Il n’a qu’à l’accueillir seul, son ministre. On n’est pas payées à jouer les hôtesses d’accueil.”

Les deux se tournant vers Véro :

– “Alors, tu proposes, quoi ?”

Véro sourit.

– “On avisera les filles, mais on se cassera avant 20H00, promis.”

Les trois filles se regardent et éclatent de rire.

Résultat de recherche d'images pour "patron cac40 humour""

A la PJ, avec Véro, elles ne se sont jamais ennuyées et elles pouvaient compter sur elle pour les défendre.

La journée se passe relativement tranquillement dans l’ambiance toujours “hot” de la PJ qui ferait passer des numéros d’exhibition érotique en sex-shops pour des cures d’abstinence sexuelle.

Puis, c’est l’heure de partir.

Véro tente une première approche purement administrative, plaidant la cause de Fatima* basée sur la nécessité pour elle de partir à l’heure car elle doit s’occuper de sa petite fille, ajoutant “malade”.

– C’est de bonne guerre !

Le “Rouquin”* l’envoie “ch.er”, un peu près en ces termes.

– “J’vous ai déjà dit “Non”. Vous faites “ch.er” et de toutes façons vous êtes une “ch..euse”. C’est “non” et ce sera toujours “non” !

Je veux toutes les filles présentes ce soir.

Le ministre viendra vous serrer la main personnellement, à vous, dans vos bureaux respectifs.”

– “Mais il y a Danielle la blonde, et Elisabeth”, proteste Véro vainement. “Elles, rester, ça ne leur pose aucun problème.”

A u contraire, Danielle, elle adorait se faire “palucher” par les mecs de la P.J. et surtout les patrons. Si Feufeu ne la pelotait pas et ne la bécotait pas tous les matins en arrivant au service, elle tombait malade et devenait neurasthénique.

  • Faut comprendre son mec était cheminot, conducteur de trains ! Il était pas souvent là.

– Alors un ministre… !!!!!!!!!!

– “Oui, mais elle a cinquante ans et Elisabeth… Euh… Bon, c’est pas pareil.”

Elisabeth, pourtant bien foutue, n’était pas terriblement sexy, c’est vrai.

– Mais Véro, non plus !

Enfin, c’est ce que pense Véro.

Résultat de recherche d'images pour "ministre humour""

Le patron se retourne, menaçant, vers Véro :

– “Je vais voir le directeur de la Sécurité Publique. Si, à mon retour, l’une d’entre vous s’est barrée, elle pourra dire “adieu” à sa prime !

Sans exclure d’autres sanctions.

– Ne me donnez pas le plaisir de vous sanctionner, Mademoiselle !”

___________________________________

Aparté de Véro :

Le “Rouquin” ne pouvait pas me blairer.

Il détestait les personnels administratifs, sauf lorsqu’ils étaient d’un grade inférieur à ceux des inspecteurs de police.

Voir la police être gérée par des cadres administratifs, des S.A., “Sections d’Assaut”, formation paramilitaire des Nazis, nous rendaient équivalents, Norbert et moi, pour le “Rouquin”, aux S.S..

En plus, comble de l’horreur, Feufeu m’avait envoyée en stage deux fois de suite à l’ENSP de Saint-Cyr au Mont-d’Or, des stages de gestion dans le cadre de la déconcentration budgétaire.

L’ENSP, Ecole Nationale Supérieure de la P olice, est réservée aux commissaires de police.

Feufeu a une excuse pour avoir commis ce crime de lèse-majesté contre le “Rouquin” :

– sa chère et tendre épouse était un cadre bancaire.

Et, à mon avis, elle n’était pas agent d’accueil.

Feufeu aimait les femmes intelligentes et entreprenantes.

Donc, pour lui, être une femme et connaître la comptabilité n’était pas incompatible.

___________________________________

– “Donc voilà ma Véro, avec les filles, coincées à l’intérieur du SRPJ à attendre un “Pierre JOXE”, ministre de l’intérieur, dont elles n’avaient que faire… pour rester poli.”

COLUCHE reprend l’affaire :

– “Elles z’avaient déjà un mec !

– Pas la peine de s’en chercher un autre, non ?

Nos trois drôles de dames se regroupent devant les fenêtres du SRPJ, les fenêtres du premier étage qui surplombaient la cour d’honneur.

Y’a des gars qu’arrivent en uniforme et en habits de cérémonie.

Les officiels font des marques sur le sol.

Résultat de recherche d'images pour "officiers de police""

Curieuses, – quand t’es jeune, t’es curieux de tout, elles observent ce manège où le rang, les grades, les insignes prennent une importance amusante quand tu sais qu’en PJ, la compétence primait sur le grade, ce qui aurait dû être le cas pour les autres services.

Mais, dans les autres services, c’est plutôt l’inverse !

– Plus t’es con, plus tu montes en grade.

Comme ça, les plus cons, ceux qui gouvernent, y sont sûrs de pouvoir continuer à gouverner sans être renversés par une bande de plus cons qu’eux.

– Quoiqu’à leur place, je me méfierais !

Y’a des cons méchants.

– Et un con méchant, ça s’raisonne pas !

Piss’qu’y raisonnent pas.

Résultat de recherche d'images pour "les cons humour""

Donc, tu vois le spectacle :

– les trois donzelles aux fenêtres du premier étage, larges et grandes comme un balcon, et les policiers, genre CRS, en bas, à défiler, à répéter la cérémonie d’honneur comme y disent.

Pis, tout à coup, y’en a un qui lève le nez !

– Et qu’est-ce qui voit ?

En haut, tout là-haut, une brune pétillante et sexy, une autre brune langoureuse et sensuelle, et une blonde amusante qui fait le clown pour amuser les copines devant la vitre…

J’te laisse deviner qui était la blonde.

Là, tout s’arrête ou tout s’embrouille ou plutôt tout s’emballe !

Les mecs, au lieu d’regarder le chef, ils lèvent tous les yeux vers les fenêtres du SRPJ.

___________________________________

Aparté de Véro :

Tout ce qui est écrit est véridique !

___________________________________

“Tu comprends, tu peux rien contre les lois de la nature :

– XX attire XY et réciproquement !

– Quoiqu’tu fasses, t’es baisé-e !

Et ma Véro, bah, elle comprend tout d’suite le parti qu’elle va pouvoir en tirer, de ce pouvoir de séduction sur les policiers qui doivent rester imperturbables en attendant l’arrivée de Pierre JOXE, surtout qu’il est déjà 18H40.

Elle fait signe aux filles qui se rapprochent pour prendre les consignes.

– Et vas-y !

Le show “Coco-Girls”, rideaux bien ouverts, peut commencer.

– Surtout qu’elles ont été à bonne école avec les mecs de la P.J. !

En-bas, les policiers se marchent dessus dans la cour d’honneur :

– C’est à qui veut voir les filles danser et les exciter !

L’arrivée de Pierre JOXE se transforme en spectacle “show”, très chaud.

Les fusils ne sont plus tenus droit alors que se redresse un autre engin propre à la gente masculine.

Le chef ne contrôle plus rien.

Les gars ne peuvent pas s’empêcher de regarder les filles danser et les allumer.

– Et ils aiment ça !

Le directeur departemental de la securite publique du Nord Jean-Claude Menault lors de sa prise de fonction en 2008.
Carlton de Lille : Le capitaine Denis Gumez, ancien chef de la police des moeurs lilloise, entendu par la police des polices

Ils n’écoutent même plus les ordres du chef qui s’égosille devant eux pour rien.

Il faut dire que le chef tourne le dos aux fenêtres du SRPJ, lui, pour faire face à ses hommes qui vont devoir faire une drôle de haie d’honneur au ministre de l’intérieur qui arrive incessamment sous peu.

Ils ont tous le nez en l’air et la branlette en marche.

Le chef semble enfin comprendre d’où vient le problème.

Il se retourne et voit les filles en-haut, en train de danser et d’allumer ses hommes !

Ce n’est pas possible.

Véro en profite même pour lui envoyer un big bisou, d’un souffle élégant avec sa main jolie.

Résultat de recherche d'images pour "bisou envoyé par la main""

Il fallait bien viser, car il fallait viser le chef pour pouvoir partir.

Même pas deux à trois minutes plus tard, le “Rouquin” déboule dans la pièce où les filles s’amusent comme des petites folles à exciter les mecs.

– “Tout le monde dehors !

Vous prenez vos cliques et vos claques et je ne veux plus vous voir au service.

Et vous sortez par la cour de derrière, pas par la cour d’honneur.

Je ne veux pas avoir votre viol sur la conscience.”

Véro et les filles ont sauté de joie !

Elles avaient gagné.

Elles z’avaient niqué Pierre JOXE.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s