De François Mitterrand, ex-dirigeant du Parti Socialiste français et Président de la Ve République : “La victoire du Socialisme – Le Parti Socialiste (français) est mort, vive le Socialisme mondial !”

Amazon.com: François Mitterrand : Le roman du pouvoir: Movies & TV

Après la victoire de “Joe le Bide” [Joe Biden] aux Etats-Unis, le nouvel inexistant Président américain, le pantin désarticulé, jouet de puissances étrangères,

… j’écrirais même l’“agent de puissances étrangères” chargé de démanteler les Etats-Unis qui ne le seront plus (unis),

… mandat présidentiel obtenu par des élections truquées qui sont la manifestation de cette réussite agissante d’ennemis de l’extérieur désireux de détruire la puissance américaine,

– je m’interrogeais par rapport aux conséquences de ce “Bide” annoncée pour une Amérique du Nord qui sera déclassée,

… “cassée” par ses propres élites qui la livreront à ses adversaires économiques et politiques,

… “mais bientôt aussi militaires”, m’annonça alors le Président français, François Mitterrand, venu en visite soudaine.

“Car il n’y a rien de pire que ces hommes de gauche américains qui prétendent obtenir la paix en cédant à des dictateurs qui leur font peur”, ajoute l’ancien dirigeant du Parti Socialiste français.

“Les Démocrates américains gouverneront la peur au ventre comme des lâches, uniquement préoccupés de tenir le cap de réformes sociales internes pour contenter un peuple qui sera de plus en plus désespéré à cause de leur incapacité à gérer politiquement et surtout économiquement une grande Nation qu’ils ont prévu de disloquer.

Les pouvoirs des états américains seront renforcés contre celui du gouvernement central américain, the White House, qui sera volontairement affaibli dans le but à peine caché,

– en cas de réélection de Donald Trump ou de l’équivalent d’un homme de sa “trempe” (jeu de mots voulu par François Mitterrand), c’est à dire en cas d’élection d’un Patriote convaincu de vouloir sauver son pays,

– de l’empêcher (Impeachment) de pouvoir prendre ou reprendre le pouvoir.

– Car le pouvoir, c’est d’abord de “pouvoir” !

Le “vouloir” n’est rien sans le pouvoir, le pouvoir de changer les choses.

[C’est toujours François Mitterrand qui s’exprime mais je traduis sa pensée politique avec mes mots, parfois, quand je perçois des concepts non exprimés verbalement.

Cependant je sais que l’homme d’État me corrigera si je m’écarte trop de sa pensée politique, lui qui fut aussi un grand écrivain.]

C’est la lettre de mission délivrée à “Joe le Bide” par des Démocrates dont le souci premier sera, non pas de maintenir l’Amérique du Nord à son rang dominant de première ou seconde puissance économique mondiale,

– mais de l’affaiblir pour éviter qu’à l’avenir, un Président américain de la “trempe” de Donald Trump ne s’oppose à une gouvernance mondiale qui promeut les intérêts individuels privés plutôt que l’intérêt collectif des Etats-Nations.”

C’est à ce moment-là que François Mitterrand,

– devant ma consternation de voir les États-Unis d’Amérique du Nord disparaître

– et se dissoudre dans un “melting-pot” africain et asiatique,

– pour devenir, à leur tour, un sous-continent géré par une ploutocratie mondiale dévorant ses propres enfants,

– à l’image de ce dieu mythologique, Cronos (le Temps) mangeant sa progéniture en tenant, dans une de ses mains, la faucille dont le symbole a été repris par les Socialistes,

– sans en comprendre le sens prémonitoire,

… François Mitterrand intervient à nouveau.

François Mitterrand et le soutien à la démocratie et aux droits de l'homme  [1] | Cairn.info

Le Président socialiste français explique que les peuples occidentaux dont est issue cette ploutocratie insatiable,

– voie sans issue malheureuse d’un mélange d’identités trompeuses, confondues avec des minorités aux revendications facilement manipulables, plus facilement qu’une grande masse humaine inemployable,

… le Président français explique que ces peuples anglo-saxons vont se fondre dans un nouveau “melting-pot” asiatico-africain ethniquement soumis à une religion dévastatrice pour les femmes et castratrice pour les idées des Lumières.

L’Amérique du Nord sera noyée,

– moins par des vagues d’émigration amérindienne en grande majorité catholiques, ce qui explique le laxisme d’un Pape ayant vécu en Argentine, soucieux d’offrir un avenir économique plus intéressant aux peuples catholiques pauvres de l’Amérique du Sud,

– que par des flux humains extérieurs aux deux continents américains dans un souci d’hétérogénéiser la population américaine pour mieux pouvoir la dominer en provoquant, encore une fois volontairement, des divisions internes, sinon des conflits civils insolubles.

Donc la seule façon de se maintenir au pouvoir pour ces élus politiques dépravés que sont les Démocrates, c’est de brasser perpétuellement les peuples et de promettre aux “déracinés” d’obtenir des droits civiques et sociaux s’ils votaient pour les Démocrates. Sinon ces nouveaux Américains n’auraient pas pu bénéficier de ces droits civiques et sociaux, s’ils avaient voté pour un parti politique conservateur, qui plus est patriote.

C’est pour cette raison que les Démocrates américains doivent faire venir des millions d’immigrants sur le territoire des Etats-Unis, afin que ces immigrants reconnaissants votent au moins une première fois pour un Président américain se revendiquant du Parti des Démocrates. En effet, les migrants devenus des Américains de deuxième génération votent moins pour les Démocrates.

Car ensuite, devenus Américains, ces immigrés s’assimilent et s’embourgeoisent, victimes eux aussi d’un chômage endémique entretenu car voulu par les Démocrates qui dirigent, non pas, leur pays, mais servent des intérêts financiers apatrides. Pour ces Mondialistes à la morale putride et avides de richesses, l’argent n’a ni odeur ni couleur.

La “Bonne Nouvelle” (parole d’Évangile dite avec le sourire carnassier du Scorpion, François Mitterrand), est que le Socialisme cru moribond par les Français va dominer le monde et mettre fin à ces stratégies de “dépravation sociale” (sic) et de spoliation économique qui visent à concentrer le pouvoir mondial entre les mains de quelques gouvernants qui ne sont plus des hommes politiques mais des “arrivistes”, des “parvenus” aux fortunes aussi soudaines que leurs valeurs morales sont vaines et creuses.

– Vous promouvez (François Mitterrand s’adresse aux hommes politiques occidentaux), par faiblesse et esprit de liesse, une religion qui est mortifère pour les peuples civilisés occidentaux et incendiaire pour la paix du monde sur cette terre déjà crucifiée.

Or le Socialisme chinois et le Soviétisme russe dont l’esprit survit à un capitalisme moribond pour en faire un instrument monétaire et usuraire notoire de domination économique implacable prouvent que ce sont les seuls deux régimes politiques qui ont réussi à survivre collectivement, sans sacrifier leurs identités premières.

L’attachement aux valeurs culturelles, plus que cultuelles, fonde une union nationale quasiment inébranlable qui concrétise l’intuition marxiste des fondateurs de ces deux régimes athéistes.

[Pour François Mitterrand, l’athéisme est moins la négation métaphysique de Dieu que la négation de son action physique dans le monde d’ici-bas.

Je tente de traduire sa pensée :

– Selon François Mitterrand, c’est l’absence même de visibilité physique de Dieu qui permet à l’homme d’être libre.

Et, sans cette liberté humaine, il n’y aurait pas “d’accès” à la Divinité qui est l’accomplissement de la nature humaine, une nature tout à la fois transcendante et… immanente.

– A vérifier par tous ceux qui connaissent la pensée religieuse de François Miterrand, sachant que le terme “religieux”, dans l’acception mitterrandienne, ne serait pas que cultuel mais serait d’abord “culturel”.

Je ferme la parenthèse.]

Dieu ? Je ne sais pas si j'y crois. J'ai des regrets de ne plus avoir une  conception aussi simple de la création et de ...

Par conséquent, François Mitterrand reprend à son compte la prédiction de Karl Marx sur l’effondrement du Capitalisme miné par sa rapacité et ses stratégies de prédation provoquant l’anéantissement des ressources naturelles

– pour le seul profit illimité de quelques uns dont la fortune déjà immense pose un problème à l’humanité toute entière.

Si Bernie Sanders avait été élu Président des États-Unis, il y aurait eu convergence des luttes sociales, donc socialistes, avec la Chine et la Russie.

Mais l’élection de Joe Biden précipite l’Amérique toute entière, les deux “Amérique”, celle du Nord et celle du Sud, dans un abîme économique sans précédent, chute dont elle ne se remettra pas.

Qui plus est, la couardise des Démocrates qui ne sont dans ce Parti de gauche que pour des raisons électoralistes donc purement opportunistes, va permettre aux États belliqueux, tels que la Turquie, l’Iran, la Corée du Nord et tous les “Pinochet”, petits dictateurs de la soldatesque, de faire régner un climat de terreur et de faire germer des graines de guerres un peu partout dans le monde.

Ceux qui se disent faiseurs de paix sont souvent à l’origine de bien des guerres cruelles et monstrueuses, absurdes, à cause de leur incapacité à prendre une décision courageuse et surtout à cause de leur cynisme évident, c’est à dire de leur profonde indifférence envers les malheurs humains.

Rien de ce qui est humain n’intéressent les faiseurs de paix !

Sinon ils auraient été jetés en prison en tant qu’opposants politiques dénonçant le grand nombre d’injustices frappant les pauvres gens constatées aux Etats-Unis.

Prix Nobel de la Paix en 2016 Juan Manuel Santos Colombie
Pour ses efforts en faveur du processus de paix avec les FARC.
Avec un cadeau en forme de clin d’oeil de François Mitterrand qui a lui-même choisi cette vidéo, je vous laisse découvrir pourquoi, en référence à une correspondance elle aussi secrète.
Juste une question pour les sceptiques qui ne croient pas en la Vie au-delà de la mort :
– Combien de chances avais-je de tomber sur une vidéo parlant de François Mitterrand et surtout d’un sujet que je viens de traiter dans l’article publié précédemment ?
Le Président offre cette vidéo à un killer, lui aussi un grand séducteur, qui doit épouser (sic) son destin politique.
François Mitterrand adore jouer sur les mots : – “Il n’y a pas que les femmes qui s’épousent !”, dit-il.
Puis il ajoute : – “Mais il y a des femmes qui changent le destin des hommes et qu’il faut épouser.”
L’homme est têtu et j’ai dû écrire la fin de la dictée sinon il m’accusait de vouloir changer le sens de… l’Histoire, rien que ça !

Alors, en pleine crise économique mondiale, la Chine et la Russie socialistes tiendront le monde entre leurs mains.

Le temps des invasions se rapprochent mais…,

[Et là, le ton, la “sensibilité” de la perception de sa voix s’aggravent… “comme le contexte mondial”, s’amuse-t-il à ajouter]

… ces invasions militaires par des civilisations supérieures seront nécessaires pour éviter que le monde occidental ne tombe sous la coupe réglée d’une religion médiévale aux superstitions avilissantes et abrutissantes pour l’espèce humaine, avec ses pratiquants vivant de rapine et de combines sur les ruines de notre civilisation chrétienne incapable de se défendre, même pas pour sauver la vie de ses propres enfants.

L’Église Catholique est l’incarnation de ce dieu monstrueux, Chronos, qui dévore ses propres enfants.

Or, me dit François Mitterrand, le mythe de Chronos, c’est l’inversion du dogme chrétien :

ce sont les fils qui tuent le père pour ne pas être dévorés par lui !

Les enfants de ce siècle, du XXIe siècle, ce siècle qui devait être spirituel selon la prophétie d’André Malraux : “Le XXIe siècle sera spirituel ou ne sera pas” seront obligés de tuer leur père pour ne pas être dévorés par lui.

[Vidéo choisie par François Miterrand lui-même ! Croyez-le ou pas, peu m’importe.]

La génération des post-soixante-huitards mourra, elle qui a englouti goulûment et égoïstement tous les plaisirs de la vie, sans jamais vouloir les partager avec sa progéniture qu’elle a privée de futur.

Les enfants du XXIe siècle ne conjuguent plus le verbe “vivre” au futur simple.

Ils vivent au présent de l’indicatif, un temps vindicatif, celui de la revanche qui approche.

Le XXIe siècle verra revenir le Christianisme par le triomphe du fils sur le Père,

– un Fils ressuscité qui viendra chercher sa couronne d’épines de Roi des Juifs et de Sauveur des tueurs d’illusions virtuelles.

La Vertu n‘est pas une illusion.

C’est la condition de toute vie humaine si l’espèce humaine ne veut pas se voir disparaître de cette planète qu’elle contribue à détruire dans sa fuite vers le Net,

– plutôt que de chercher à s’instruire, à comprendre les leçons d’une existence qui n’est jamais vaine.

Les réticences à s’instruire de la part de cette génération dite sacrifiée par les médias du mainstream, la jeunesse du XXIe siècle, entérinent un mot d’ordre social qui est celui du devoir de mourir pour laisser les vieux mieux vivre leur courte et fatale existence jusqu’à leur acte de décès inéluctable.

– C’est ainsi que votre civilisation hédoniste est devenue le tombeau de la jeunesse occidentale.”

Fin de vie de François Mitterrand : les révélations de sa confidente
6MEDIAS



Le 8 janvier 1996, on apprenait la mort de François Mitterrand après une longue maladie. 20 ans après son décès, sa confidente brise le silence et revient sur l’état d’esprit de l’ancien chef de l’Etat peu avant son départ dans “Croire aux forces de l’esprit” publié chez Fayard. L’auteure, Marie de Hennezel, une psychologue spécialiste de la fin de vie à qui il avait demandé de préparer sa mort. “Faites tout ce que vous avez vraiment envie de faire, allez en Egypte. Et puis quand vous vous sentirez prêt, demandez à ce qu’on arrête les traitements, cessez de vous alimenter. Cela ne prendra pas longtemps” , lui aurait-elle conseillé selon les extraits de l’ouvrage publiés par le JDD. Si elle s’est permis d’être aussi directe avec l’ancien président, c’est qu’elle a été sa confidente, sa psy selon certains, pendant 12 ans. “Je le vois se diriger vers moi, et planter son regard dans le mien. Je perçois de la solitude dans ses yeux et je sais deux choses : qu’il est malade et que je le reverrai” ,écrit-elle à propos de leur rencontre en 1984. En 1995, il écrit la préface de son livre “La mort intime”. Entre eux, la relation n’est pas amoureuse, mais elle est très forte. Une proximité qui durera jusqu’à la fin. “Il me priait de lui masser les pieds, il sentait que l’énergie revenait” , révèle-t-elle à propos de celui qu’elle considère comme l’homme “le plus important” de sa vie.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s