Les “c.ns-finis” du confinement : – Heureusement que les Français ont voté en 2017 pour Emmanuel Macron…, et pas pour Marine Le Pen !

Je suis sortie après le couvre-feu.

Envie pressante de liberté !

Il n’était pas encore très tard, pas si tard que ça, entre

18H00 et 19H00.

Peut-être un peu plus tard, le temps de savourer ces instants de liberté pris, comme volés, à une autorité devenue folle.

J’ai fait le mur !

J’ai franchi le mur de Berlin, celui qui sépare le monde des libertés publiques du monde de l’enfermement soviétique,

– du monde socialiste !

Mais où sont les hommes, nos super héros ?
Heureusement, il y a Nicolas qui explique : “Comment je suis devenu un super-héros ?”

Là, nulle part ou partout, j’ai roulé n’importe où.

Pour me prouver à moi-même que j’étais libre !

Sur une avenue, des voitures étaient scotchées les unes aux autres.

Un bouchon suspect bouchait la vue juste avant un rond-point,

… ce qui interdisait aux automobilistes prisonniers de cet abus de pouvoir de pouvoir faire demi-tour.

Car ils n’ont plus de pouvoir sur leur propre vie.

Réflexe à l’africaine, j’ai été me garer le plus vite possible et sans attendre de savoir ce qui se passait, sur un trottoir, au hasard.

En Afrique, si tu as le bon réflexe, tu évites les contrôles des autorités démilitarisées ou des milices non autorisées, mais tolérées, puisque les trafics font vivoter tout un continent à la dérive.

Pourtant “il” m’avait été dit de ne pas passer par là.

Donc je suis passée par là pour savoir pourquoi je ne devais pas passer par là.

– Logique féminine et femelle d’une louve solitaire qui aime s’exposer au danger, se confronter à la vie et à ses risques.

Et puis aussi, vérifier si elle est toujours cette “sorcière” qui fait peur parfois aux autres.

– Avais-je raison de ne pas vouloir passer par là ?

La seule manière de le savoir :

– passer par là !

Que devais-je voir ici :

– là où je n’aurais pas dû passer ?

J’ai fermé la portière de ma voiture et j’en suis descendue, à la mode apache.

Quelques voitures plus loin, une femme, une autre femme, jolie brune aux cheveux courts, elle aussi garée, presqu’égarée dans cette longue avenue, attendait dans son véhicule, manifestement inquiète, à l’affût des bruits et des moindres mouvements de véhicules autour d’elle.

– On se serait cru en temps de guerre !

Terroriser le bon peuple est tellement plus facile que de terroriser la racaille.

Je lui ai souri.

Et j’ai commencé à descendre le talus en direction d’une autre route, celle de ma liberté retrouvée.

Car, aller, à pied, voir ce qui se passait, s’il s’agissait d’un contrôle des forces du désordre, c’était risqué de se faire interpeller, les piétons eux-mêmes étant interdits de circulation après 18H00 :

– couvre-feu oblige… pour les honnêtes gens !

De loin, à l’abri, abritée par de hautes haies, j’ai vu les gendarmes qui arrêtaient les voitures et verbalisaient les contrevenants à la liberté de circuler,

– une liberté constitutionnelle… il paraît !

Avant l’avènement de la dictature mondialo-soviético-socialiste à la mode française.

Heureusement que les Français ont voté en 2017 pour Emmanuel Macron contre Marine Le Pen !

Sinon…

Sinon quoi ?

– Où sont parties nos libertés publiques ?

– Qui nous les a prises ?

Au moins, en cas d’invasion chinoise ou d’invasion sino-russe ou d’invasion soviétique, la France aura pris de l’avance, comme du temps de Pétain avec la dictature nazie.

Les Français seront habitués.

Au pire, nous serons tous morts, vaincus à genoux par notre propre c.nnerie.

Puisqu'”on” vous affirme que ce sont ces automobilistes, seuls à bord de leur véhicule ou en couple, oui, que ce sont, eux, les responsables de cette pandémie “mondiale”, mon bon monsieur.

La voilà, la cause de la pandémie mondiale :

– la voiture !

Enfermés dans votre habitacle, affreux automobilistes, vous causez la mort de vos tristes compatriotes.

– Quel spectacle honteux, ces criminels qui osent encore rouler en voiture après 18H00 et ainsi rouler la République française, leur mère-patrie si bonne avec eux !

Sus à l’ennemi intérieur !

Plus loin, à quelques cents mètres de là, qui n’était plus “ici” où je m’étais garée, des grosses berlines faisaient rugir leur moteur.

Les citadins du quartier, du haut de leur balcons, les voyaient surgir à toutes trombes sous le nez des forces de l’ordre, trop occupés à verbaliser les pigeons bagués pour s’inquiéter du désordre de la “cité”:

– une cité dans la Cité !

Les dealers pouvaient continuer à dealer tranquillous.

Les loups étaient rentrés depuis trop longtemps dans la cité pour les en chasser.

Il est plus simple d’enfermer les poules dans leur poulailler et de faire revenir les pigeons au pigeonnier.

– Donc tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles !

Nous n’éviterons pas un troisième confinement qui n’a pas pour but d’éviter une pandémie mondiale mais de couvrir la grave crise économique provoquée par un capitalisme moribond

– et de recouvrir, derrière les volets d’habitants honnêtes confinés chez eux, l’activité économique illégale, la seule qui ait droit de cité et d’exercice partout en France comme sur le continent africain.

Pourquoi les Français voteraient-ils en 2022 pour le Rassemblement National ?
Pour ne pas finir comme des c.ns finis !

[J’oubliais d’avertir :

Cet article est un pur phantasme.

Je suis par nature obéissante et “con-finie” :

– donc confinée ! ]

“Ma petite entreprise…”

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s