Le « passage » : – Quand mourir n’est pas la fin du combat ! Il n’est pas né celui qui mettra Bernard Tapie au tapis.

Bernard Tapie, l'homme qui avait absolument tout fait

Deux à trois semaines à agoniser, étymologiquement à lutter contre la mort.

Pendant ce temps, quelque part en France, une femme qui pleure pour rien, des larmes silencieuses, les griffes de la nuit qui broient son subconscient et une souffrance qui submerge les digues du temps et de la distance.

Elle se raccroche à tout et à n’importe quoi mais elle ne comprend pas.

Dans sa vie, tout va bien.

Ou alors elle a un immense chagrin d’amour mais que t’imagine même pas et sans raison valable qui plus est, un chagrin d’amour comme une mort terrible qui s’accroche à la vie pour mieux la détruire.

Lorsqu’elle rit, elle pleure encore et ces larmes silencieuses coulent sur ses joues, sans pouvoir les retenir.

Elle voudrait dormir mais c’est mourir.

Elle préférerait mourir plutôt que souffrir sauf qu’une autre volonté lutte en elle et bute contre ce mur qu’est la mort.

Elle est incapable d’expliquer cette descente aux enfers.

Lentement elle tourne les pages de sa vie, contacte une par une des relations virtuelles ou réelles qui la rappellent quand elle arrive à les joindre.

– Personne n’est mort, ouf !

– Personne n’est en train de mourir.

  • Alors que se passe-t-il ?

Elle se sent comme les bêtes qui voient arriver l’ange de la mort, cette mort que les animaux flairent quand plus rien n’éclaire l’existence des hommes autour d’eux.

Pourtant les hommes ne voient rien sauf le moribond qui gémit, refusant de sauter dans le vide.

Car le moribond ne veut pas mourir.

– Il crie à l’aide, il prie, il supplie !

C’est le « passage ».

– Lui, il est mort un peu trop tôt.

Il dit qu’il ne devait pas mourir.

Je ne sais pas pourquoi.

Je cherche.

Je n’ai trouvé que cet article qui pourrait expliquer un tel désespoir, plutôt une telle volonté de boxeur, de catcheur, de ne pas s’avouer vaincu au soir de sa vie parce que le combat n’a pas été mené jusqu’à son terme.

Je mets le lien en ligne et remercie Marc Olivier Fogiel pour cette information précieuse, presque la manifestation de la dernière volonté testamentaire de Bernard Tapie :

Mort de Bernard Tapie, les réactions du monde du sport en direct: des  hommages prévus au Vélodrome

_________________________________________________

Mort de Bernard Tapie : il aurait voulu résister au cancer quelques jour de plus

La Rédaction, Mis à jour le 03/10/21 15:27

[ TAPIE. Depuis 2017, Bernard Tapie souffrait d’un double cancer à l’estomac et à l’œsophage. Il est finalement décédé ce dimanche 3 octobre, à 78 ans. Mais d’après Marc-Olivier Fogiel, l’homme d’affaires aurait demandé aux médecins de tenir un peu plus longtemps.

[…]

Sur BFM TV, Marc-Olivier Fogiel a expliqué que Bernard Tapie aurait demandé à ses médecins de tenir quelques jours de plus. En effet, il voulait attendre le 6 octobre, jour du délibéré pour l’affaire du Crédit Lyonnais. 

[…]

14:42 – Avant de mourir, la curieuse demande de Bernard Tapie

Il se battait contre ses cancers depuis 2017, mais son état de santé se dégradait et Bernard Tapie en était conscient. Seulement, selon les confidences de Marc-Olivier Fogiel, l’homme d’affaires aurait fait une demande un peu particulière à ses médecins. “Il avait en ligne de mire le 6 octobre, c’est la semaine prochaine. Pourquoi ? Parce qu’il y a une décision de justice le 6 octobre. Et il avait demandé à ses médecins de tenir jusqu’au 6 octobre. Il savait qu’il n’irait pas au-delà”, a expliqué le patron de BFM TV. Ce délibéré concerne l’affaire du Crédit Lyonnais, dans laquelle était mêlée l’homme d’affaires.

[…]]

https://www.linternaute.com/actualite/biographie/1428124-bernard-tapie-a-quel-age-est-decede-l-homme-d-affaires/

____________________________________________

J’avais oublié que j’étais une « passeuse », uniquement pour certains hommes, à propos desquels j’avais déjà reçu des flashs, noté des rêves devenus prémonitoires. C’était le cas pour Bernard Tapie, à l’apogée de sa gloire, quand j’avais rêvé qu’il serait traqué comme la bête du Gévaudan par des huissiers impitoyables et implacables. « Il » m’avait été demandé de le contacter pour le lui faire savoir…

  • La bonne blague !

– Vous vous voyez écrire à Vincent Bolloré, la quatorzième fortune de France, qu’il vaudrait mieux pour lui s’enfuir de France car il va finir sa vie persécuté par des justiciers sans foi ni loi et qu’il sera poursuivi par les abois de créanciers et d’usuriers aux doigts crochus qui le feront crever comme un cerf lors d’une chasse à courre ?

Donc je me suis contentée de raconter à des proches ce rêve bizarre sur un type très riche, un arriviste à la forte gueule, qui ne m’intéressait pas plus que ça, et, pour tout dire, que je considérais à cette époque comme étant lui aussi un des pires prédateurs du XXème siècle, redresseur opportuniste d’usines en faillite pour se faire des couilles en or sur le dos de prolétaires qui avaient toujours eu le tort de n’avoir jamais assez travaillé.

Cependant, à cause de la réalité du vécu onirique de cette chasse à l’homme cauchemardesque qui m’avait, malgré moi, touchée, j’avais pris soin de noter mon rêve dantesque sur un journal, mon journal de jeune fille romantique.

Presque vingt ans plus tard, le rêve devenait réalité et je voyais sous mes yeux Bernard Tapie être traqué comme l’ennemi public numéro un français, les huissiers se présenter aux portes de l’hôtel particulier de Cavoye à Paris, son domicile privé, dans le VIIème arrondissement.

________________________________________________________

  • Rappel de Bernard Tapie pour les charognards qui viendront à son enterrement :

[ L’homme d’affaires voudrait racheter le bâtiment, situé dans le 7e arrondissement de Paris.

Écrit par Frédéric Sergeur

Publié le 16/06/2021 à 6h39  Mis à jour le 16/06/2021 à 10h37

[…]

Le fondateur des sociétés Artémis et Kering, troisième fortune française, proposerait 80 millions d’euros pour s’offrir l’Hôtel de Cavoye. Un accord pourrait rapidement être donné. Le média précise qu’il ne souhaiterait pas déloger Bernard Tapie trop rapidement de ce qui est devenue sa résidence principale, qui comprend trois bâtiments et un jardin de 885 m² : celui-ci aurait un délais de six mois pour déménager, selon un accord trouvé entre les deux parties. L’an dernier, Mediapartavait évoqué une offre de rachat d’une riche Canadienne, assortie d’une “étonnante condition : que la justice rejette la mise en liquidation du groupe de l’ex-homme d’affaires demandée par le parquet”. ]

https://www.capital.fr/entreprises-marches/lhotel-particulier-de-bernard-tapie-dans-le-viseur-de-francois-pinault-1406541

__________________________________________________________

– Méfiez-vous des morts qui ne veulent pas mourir !

Ils peuvent se venger.

Quoiqu’il en soit, j’invite aimablement Bernard Tapie à contacter de toute urgence Geneviève Delpech, la veuve de Michel Delpech, elle-même médium et plus connue que moi.

La décision de l’in-Justice du 06 octobre 2021 était attendue par un mort qui, comme Coluche, considère qu’il n’est pas mort.

Mais, étant mort trop tôt, l’affaire est enterrée.

Donc les décisions antérieures s’appliquent, ce qui explique la rage de Bernard Tapie et l’orage qui se prépare.

  • Il est dans le « passage » et, avant de partir, Bernard Tapie entend bien régler ses comptes.

J’ai écrit « décision de l‘in-Justice » parce que tel est Sa volonté.

Bernard Tapie croyait encore en la justice de son pays, lui.

Il aurait voulu pouvoir « passer » en paix.

– Ah, j’oubliais :

  • j’avais déjà écrit un article sur Bernard Tapie et l’amour que lui portait le Seigneur.

« Je crois », s’il faut employer ce terme que je n’aime guère, « je crois » que le Seigneur aime les vivants.

J’entends par « vivants », ceux qui vivent à fond leur vie, sur des chapeaux de roues, comme des aventuriers, peut-être voyous un jour, loups un autre jour, mais toujours pleins d’amour pour la vie.

Le Seigneur s’ennuie avec les justes, les pharisiens et les hypocrites.

__________________________________________________

Apocalypse 3:15-19


“Je connais tes œuvres.

Je sais que tu n’es ni froid ni bouillant.

Puisses-tu être froid ou bouillant!

Ainsi, parce que tu es tiède, et que tu n’es ni froid ni bouillant, je te vomirai de ma bouche.

Parce que tu dis: Je suis riche, je me suis enrichi, et je n’ai besoin de rien, et parce que tu ne sais pas que tu es malheureux, misérable, pauvre, aveugle et nu, je te conseille d’acheter de moi de l’or éprouvé par le feu, afin que tu deviennes riche, et des vêtements blancs, afin que tu sois vêtu et que la honte de ta nudité ne paraisse pas, et un collyre pour oindre tes yeux, afin que tu voies.

Moi, je reprends et je châtie tous ceux que j’aime.

Aie donc du zèle, et repens-toi.”

_____________________________________________

  • Tu t’es bien battu, Bernard, comme un boxeur sur son ring renvoyé dans les cordes mais jamais mis KO !

Tu es devenu une image christique et tu en avais conscience sur la fin de ta vie.

Comme Job, tu n’as jamais maudit Dieu et tu as continué à croire en l’homme et en l’Homme.

Aujourd’hui ta rage coule dans le sang de mes veines, ta rage d’être parti quelques jours trop tôt, trois jours, ta rage d’avoir été trahi quand, toi, tu avais supporté tant de souffrances.

– Malheur à ceux qui ne rendent pas la justice en ce monde !

J’espère me tromper et que tu pourras partir en paix.

Mais je sais que voir tes enfants être dépouillés de leurs biens, de tes biens, te fait rugir comme un lion affamé de justice là où tu es.

Extraits de la comédie musicale Les Misérables choisis par Bernard Tapie

Le seul espoir, l'”Au-revoir” de Bernard Tapie :

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s