Chien perdu sans collier

Chanson serinée doucement à mon oreille par un de mes visiteurs, un certain Jacques Brel, l’été durant

– Je l’ai rendu à sa propriétaire encore plus beau et plus attirant qu’avant !

Non, Madame, je ne l’ai pas castré, un si beau mâle…

Je n’aurais jamais osé :

C’eûsse-été très mal, quasiment suce-pet.

– Il aurait pu m’en être redevable, l’animal !

Mais, pensez-vous, deux ou trois fois ramené à qui de droit, sa propriétaire officielle, l’heureuse bénéficiaire d’un contrat de mariage en bonne et due forme, puisque je ne suis pas une voleuse d’hommes, l’animalito à la libido éclectique sur vibrato électrique a rapporté qu’il avait été maltraité, ce qui est légalement condamnable, je vous l’accorde.

Car, même s’il ne s’était jamais plaint à la dame de coeur qui l’avait accueilli puis recueilli sans pour autant lui ouvrir son lit, ne voulant lui offrir que sa tendresse platonique sans caresses physiques, il a préféré aller aboyer contre elle auprès d’autres mâles pour la faire gronder et s’assurer surtout que sa réputation de mari honorable ne serait pas atteinte, sachant la romance déjà éteinte.

Se damner pour l’or d’un mot d’amour… Je ne sais si je serais ce héros !

Mal en a pris au marri malapris :

Le juge a tranché comme Salomon, l’aîné des sages, un Doyen dans son genre fort rusé qu’il était dur d’abuser :

– « Elle ( vous, Madame ou moi-même) ira où elle veut sauf là où vous (lui, la bête de sexe) exercez votre emprise, l’empire du mâale. »

Que d’histoires pour une Histoire terminée dans un département qui n’était pas ma destination première, encore moins voulue, ce qui était connu de tous.

  • Avant de dire « Adieu ! » à votre bête de sexe, pensez, mesdames, à faire établir un constat de bien-portance pour l’animal que vous rendez à sa propriétaire, votre sœur d’amour dont vous avez partagé, non pas l’homme, mais le sort commun à toutes les femmes :

– « C’est pas moi, c’est pas de ma faute, j’t’y jure !

C’est elle, sur la tête de mes enfants, (de nos enfants), j’te jure, elle faisait rien que me tenter. »

– Pour atteindre l’inaccessible étoile !

Les apparences sont parfois si trompeuses.

Et « sincères condoléances » à Dame Vérité qui restera toute nue au fond de son puits, à se mourir d’ennui, ne pouvant en ressortir pour animer ou réanimer les momies de l’Histoire.

  • Tonton, tantine, juste une comptine d’enfant, d’infante trompée par un mâle dont le courage labial n’a eu d’égal qu’une rage létale incompréhensible… :
  • tuer la femme seule coupable, c’est à dire la faire huer !

– N’est-ce pas à hurler de rire, singe hurleur imitant l’Homme qu’il n‘est pas encore devenu, si tard dans sa vie, sans plus d’envie ?

Pourtant ne vous avais-je pas dit « Adieu », mon bel animal, en un seul mot comme je vous l’avais précisé, ce qui n’était pas répréhensible, l’histoire prenant fin sans votre dédicace, même si l’adieu fût inaudible pour le chien fugueur que vous étiez ?

« A D I E U »

Et d’autant plus compréhensible vu la suite donnée à cette histoire en fugue, non pas en chute mineure mais en lutte pour personnes majeures, fuite en avant de mon chien aboyeur voulant mordre la main qui lui avait écrit des mots d’amour devenus ses maux du jour.

J’ai fait une bonne action.

L’amour conjugal renaît de ses cendres, l’animal adverbial ayant été restitué à sa propriétaire légale.

– La vie n’est-elle pas merveilleuse sans plus d’autre envie pour moi que d’aimer un autre que lui ?

Madame, ma sœur de genre, a raison :

– dans les saisons de l’amour, il n’y a de temporalité que pour le coeur.

Tant que votre coeur bat, aimez, aimez, aimez-vous et, sous aucun prétexte, ne doutez de votre fringant mâle à la fringale sexuelle duelle!

– Puisqu’il vous dit qu’il vous aime et qu’il n’aime que vous… croyez-le !

FERMEZ LES YEUX

Conseillé par lui…malgré moi

______________________________

– Non, tu ne lui ressembles pas !

Lui était capable d’être en vérité et d’assumer les ruptures, des ruptures qui lui ont permis de devenir ce qu’il devait être :

  • un aventurier, un véritable aventurier quittant tout pour retrouver la vraie vie

un homme célèbre pour ce qu’il était pour de vrai, pas pour de faux !

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: