De Jean De La FONTAINE : “Le remède qui tue le cheval, une cure de cheval ! La cure d’austérité. Vous ai-je déjà conté cette fable de ma composition, “Le cheval et le loup” ? Pour votre siècle, vous l’appellerez “Le Signe du Loup.””

 

Résultat de recherche d'images pour "le loup"

Et il vous suffira de chercher qui est le loup, à défaut de savoir où le trouver.

Mais comment trouver le loup, gens de rien, gens sans biens, gens sans terre, si vous ne savez pas identifier celui qui vous veut manger ?

Aussi je vais vous raconter comment le loup procède pour vous guérir de tous vos maux.

A son procédé, vous le saurez reconnaître.

Ecoutez bien ce qui va suivre, si vous vous dites Français, peuple équin épris de liberté et des chevaux qui en sont le symbole, et qui, autrefois, étiez les meilleurs cavaliers du monde !

[Les Gaulois, “nos ancêtres les Gaulois”, étaient recrutés par les Romains parce qu’ils étaient les meilleurs cavaliers du monde. La FONTAINE m’autorise cet ajout “culturel”, si tant est que vous vous sentiez l’âme d’un Gaulois, c’est à dire d’un Français.

Résultat de recherche d'images pour "guerrier gaulois à cheval"

C’est pour cette raison, parce que les Français adorent les chevaux, qu’il y a tant de clubs équestres en France, “dans votre France de “voitures sans chevaux” mais dont la puissance est estimée par rapport à ces nobles bêtes”. Car, oui, n’en déplaise aux révisionnistes de tous genres, à la solde de “”vos ennemis” qui veulent vous “tuer””, l’âme de la France n’est pas morte et se réincarne, dans toutes les générations, chez ceux qui l’habitent et qu’elle habite, pas chez ceux qui la visitent et l’irritent par leur manque de respect envers elle”.]

_____________________________________________________________________________

L’homme qui s’aventure hors de ses compétences s’attire à coup sûr son lot de malfaisances.

http://www.la-fontaine-ch-thierry.net/chevalou.htm

| LE CHEVAL ET LE LOUP

Un certain loup, dans la saison
Que les tièdes Zéphyrs ont l’herbe rajeunie,
Et que les Animaux quittent tous la maison,
Pour s’en aller chercher leur vie,
Un Loup, dis-je, au sortir des rigueurs de l’hiver,
Aperçut un Cheval qu’on avait mis au vert.
Je laisse à penser quelle joie !
Bonne chasse, dit-il, qui (1) l’aurait à son croc (2).
Eh! que n’es-tu Mouton ? car tu me serais hoc (3) :
Au lieu qu’il faut ruser pour avoir cette proie.
Rusons donc. Ainsi dit, il vient à pas comptés,
Se dit écolier d’Hippocrate ;
Qu’il connaît les vertus et les propriétés
De tous les simples de ces prés,
Qu’il sait guérir, sans qu’il se flatte,
Toutes sortes de maux. Si Dom Coursier (4) voulait
Ne point celer (5) sa maladie,
Lui Loup gratis le guérirait ;
Car le voir en cette prairie
Paître ainsi, sans être lié,
Témoignait quelque mal, selon la Médecine.
J’ai, dit la bête chevaline,
Une apostume (6) sous le pied.

Résultat de recherche d'images pour "le cheval et le loup"


Mon fils, dit le Docteur, il n’est point de partie
Susceptible de tant de maux.
J’ai l’honneur de servir Nosseigneurs les Chevaux,
Et fais aussi la Chirurgie.
Mon Galant ne songeait qu’à bien prendre son temps,
Afin de happer son malade.

Résultat de recherche d'images pour "le cheval et le loup"


L’autre qui s’en doutait lui lâche une ruade,
Qui vous lui met en marmelade
Les mandibules et les dents.
C’est bien fait (dit le loup en soi-même fort triste)
Chacun à son métier doit toujours s’attacher.
Tu veux faire ici l’Arboriste (7),
Et ne fus jamais que Boucher. ]

Jean De La FONTAINE – Livre V, Fable VIII

Résultat de recherche d'images pour "le cheval et le loup"

Cette fable vient d’Esope “L’âne et le loup”
(recueil Névelet) ;
D. Loayza traduit la fable d’Esope sous le titre :
Le loup médecin” et la morale :
Quand on se mêle de ce qui ne vous regarde pas,
on essuie à juste titre des revers”
(Esope, traduction D. Loayza, Flammarion)

Ici, le loup utilise la ruse au lieu de la force, il utilise le
boniment comme les charlatans. Il dégage lui-même
la leçon : “A chacun son métier”.

(1) pour qui
(2) crochet auquel on suspendait la viande
(3) tu serais à moi (allusion à un jeu de cartes où
l’on dit “hoc” en jetant sur le tapis les cartes qui font gagner)
(4) titre d’honneur “seigneur cheval”
(5) cacher
(6) une tumeur, un abcès
(7) l’herboriste

_________________________________________________________________

Ainsi vont les loups et font les loups qui vous promettent de vous guérir de votre argent pour mieux vous le voler.

Résultat de recherche d'images pour "patrons du CAC40 humour"

Mais, si le cheval s’est défendu d’un bon coup de sabot, « tel est pris qui croyait prendre ! »

[morale d’une autre fable intitulée « Le rat et l’huître »],

force est de constater que vous, les Français, vous ne savez plus, ni monter à cheval, ni vous défendre contre la cabale des loups, ceux qui vous prennent tout :

– de gré, par ruse,

– ou de force, par contrainte usurière ou par politique de la terreur, la terreur mahométane.

A-t-on jamais vu un Roi confier la garde de ses prisonniers aux voleurs et aux coupeurs de route ?

Pourtant, Français de ce siècle, vous avez confié la garde de votre fortune à des banquiers, c’est à dire à ceux-là même qui en veulent à votre argent et qui volent votre argent,

– à ceux-là même qui en veulent à vos biens et qui volent vos biens, tous vos biens publics et privés.

Sous prétexte de vous soigner, vous trouvant trop obèses, et les régimes amaigrissants étant à la mode, vous voilà tous à la diète !

Une cure d’amaigrissement, une cure de cheval, un remède de cheval qui vous tue !

La cure d’austérité.

Mais, bonnes gens, qui vous a rendus malades ?

Résultat de recherche d'images pour "banquier humour noir"

Un banquier ne pouvait qu’être le président de votre République « fripournelle » plus que fraternelle, sinon qui d’autre aurait pu l’être ?

[ « fripournelle » : Association de malfaiteurs qui réunit « fripons » et « ritournelles », termes usités au XVIIe siècle]

Dictionnaire de L’académie française (8 ème édition)

RITOURNELLE
n.f.
Courte phrase musicale dont on fait précéder chaque couplet d’une chanson.

Cette ritournelle ne convient pas au chant.

Il se dit familièrement par extension et dans un sens ironique, d’une idée à laquelle quelqu’un revient sans cesse, d’un propos qu’il répète à satiété, d’une réponse qu’il fait toujours la même.

« Il a parlé longtemps pour dire toujours la même chose; c’est toujours la même ritournelle. »

Read more at http://www.notrefamille.com/dictionnaire/definition/ritournelle/#rwyeuivpBe8yqOQi.99

______________________________________________________________________________

« Il a parlé pour ne rien dire, ajoute le fabuliste, votre fabuleux président, le Roi des Grenouilles, et vous l’avez cru ! Quelle est cette magie qui opère sur vous, de vous faire accroire que l’on puisse changer une dette en argent, en espèces sonnantes et trébuchantes, quand c’est une espèce de fausse dette, une dette de rien fondé sur du vide, dette créée par la tromperie et la rouerie de vos financiers. Vos banques sont vides. Elles n’ont plus d’argent. Elles vous vendent du vent qui va devenir tempête, la tempête du XXIe siècle ! »

Résultat de recherche d'images pour "tempête du siècle crack bancaire"

[ […] « Tromperie » comme la « tromperie » des laboratoires pharmaceutiques, le grand scandale de votre siècle :

B. − Vieilli. Illusion, fausse apparence, mensonge. La médecine industrie consiste en une tromperie perpétuelle et des mensonges périodiques (Cl. Bernard, Princ. méd. exp., 1878, p. 183).]

http://www.cnrtl.fr/lexicographie/tromperie

La ritournelle de la dette vous prend la tête. Vous êtes tous bien embêtés, vous, les Français de ce siècle dits endettés, et pas l’un d’entre vous ne pense à demander des comptes à ceux qui tiennent les comptes.

Et si la dette n’était que mensonges ?

Une dette factice créée de toutes pièces par des banquiers au moment propice d’une mondialisation sauvage pour vous abattre, vous, les nations et les peuples ?

Est-il sage de rembourser ce que vous ne devez pas payer ?

Résultat de recherche d'images pour "banquier dette humour"

Vous avez répondu, « – Oui !», fiers Français, et vous vous êtes vendus, rendus au boniment de charlatan et de « boursicoteur » de vos persécuteurs.

Quelle est cette grande Bourse qui vous prend toutes vos économies et vous vole tous vos biens ?

Comment avez-vous pu gober le discours du héron qui se fait passer pour un héros, vous, petites grenouilles, qui vouliez un Roi, un sauveur ?

[Jean De La FONTAINE fait référence à son autre fable, « Les Grenouilles qui demandent un Roi »]

Seul un Roi est attaché aux biens de son pays, de sa terre.

Un Roi sans royaume n’est plus un Roi.

Comme un banquier sans argent n’est plus rien.

Par contre, un Roi sans argent, s’il a ses gens avec lui, peut tout.

Dans le Royaume de France, les nourritures terrestres sont abondantes.

Au royaume de l’argent, la pourriture barbaresque est puante et tuante.

Que ferez-vous, Messieurs les Français, quand vous aurez tout vendu aux Anglais, à leurs cousins d’Amérique et aux Teutons ?

Mangerez-vous vos enfants, vous qui serez plus pauvres que Job sur son tas de fumier ?

Ou dévorerez-vous vos billets de banque, accommodés à quelque sauce exotique, arrosés d’un pétrole qui durcit vos âmes et noircit vos actions ?

En Bourse ou pas, vous n’êtes plus dans la course, peuple de France, simple piétaille et valetaille.

Que mangerez-vous quand vous aurez vendu toutes vos terres agricoles et que vous n’aurez plus d’argent, vous, les Français, peuple qui se rit de tout et rigole d’un rien ? 

Il vous faudra importer votre riz, puisque vous n’aurez jamais plus de pain, symbole de la France chrétienne, votre France dont vous détestez aujourd’hui la religion.

Résultat de recherche d'images pour "banquier humour noir"

Nouveaux Africains de ce siècle, vous serez et vous ferez comme les Africains qui vous assiègent et qui se sont soumis à une autre religion, laquelle de tous temps les a « esclavagisés », la religion mahométane  :

– Vous irez et vous errerez, immenses troupeaux de bétail humain, à l’aventure, chercher non plus fortune, sort réservé aux nouveaux Maîtres « milliardaires » de votre nouveau monde sans frontières, mais vous chercherez une pâture pour brouter de l’herbe comme vos vaches, s’il en reste, ou boire de l’eau croupie et nauséabonde qui vous fera mourir, pas assez vite à votre goût.

Résultat de recherche d'images pour "la diète humour"

Vous envierez le sort de vos animaux domestiques quand vous en aviez ou regretterez de ne pas avoir mangé vos chiens, quand vous en aviez.

Moins bien traités que vos animaux domestiques par vos nouveaux maîtres sadiques, vos organes serviront leur science qui est de conserver leur jeunesse grâce à ceux qui trépassent.

Alors vous comprendrez que, sans terre, un peuple n’est plus rien.

Mais vous aurez bu, jusqu’au bout !, la potion du médecin Diafoirus, le remède de cheval dont s’est moqué l’ami MOLIERE, mon ami, potion qui vous aura tués.

L’AUSTERITE !

Résultat de recherche d'images pour "austérité"

Le remède de votre siècle :

– Mangez moins pour coûter moins !

Coûter… moins cher, qu’importe si votre chair est faible, ou plutôt tant mieux pour vos Maîtres qui vous préfèrent sans force, sans force de résistance.

– Recevez moins d’argent, mais plus de coups, pour être RENTABLES !

Ce qui est toujours profitable pour vos exploiteurs, les tueurs du peuple français.

Quel tour pendable que celui joué au peuple de France, les « vilains » qu’il faut abattre, pour pouvoir conquérir les terres de France tant convoitées par des financiers qui n’en sont pas, eux, des Français !

Il faut vous battre, les combattre de toutes vos forces.

Mais le pouvez-vous ?

Puisque vous ne le voulez pas.

Petites et sottes gens, vous ne voyez que par le bout de la lorgnette les quelques économies qui vous sont promises,

– des sornettes !,

en échange,

– un marché de dupes !,

de quelque argent, si peu !,

  • contre votre liberté et vos droits à habiter, RESTER sur le sol français où vous êtes nés, parfois, de plus en plus rarement, depuis plusieurs générations.

Car enfin, si vous trouvez logique, parce que vous n’avez plus d’argent, d’en avoir encore moins qu’avant, gens de France, autrefois avisés et d’une extrême méfiance, c’est que vous méritez votre sort.

Résultat de recherche d'images pour "la diète humour"

Votre sort d’esclaves taillables et corvéables à merci !

Montez sur l’âne, l’animal qui vous ressemble le plus à ce jour, ou portez-le, peu m’importe !

[Jean De La FONTAINE fait référence à sa fable « Le Meunier, l’âne et son fils »]

Le plus âne des trois n’est pas celui qu’on pense !

Gens pédestres, sans plus de dextérité équestre, avec vos voitures sans chevaux, croyez-le ou non, vous êtes tous devenus des ânes.

Il n’est pas donné à n’importe qui de faire partie de l’ordre équestre, anciennement français.

Vous avez raison, de la raison qui mène et ramène les bourricots vers leur Maître, et qui s’énonce ainsi :

– une vie de servitude sans grandeur, une vie d’horreur à servir ses bourreaux, par habitude et par lassitude.

Vous ne faites même plus partie de la maison de vos Maîtres.

Comme en mon temps !

Quitte à dormir par terre dans la ruelle.

Même un âne refuse de servir un Maître qui le maltraite.

Pourtant vous le faites et si bien !

Vous le soutenez dans ses mauvaises actions, ce Maître, contre votre peuple de France.

Résultat de recherche d'images pour "banquier humour noir"

Traîtres à votre propre cause, quand le Maître cause, vous vous agenouillez, ayant perdu votre foi en Dieu, ne croyant plus qu’en l’homme, un homme trompeur et menteur.

Lui, le cheval, il réserve son coup de sabot à l’imbécile qui se croit supérieur à lui,  cet homme qu’il domine par la taille et par l’intelligence.

Vous devriez monter plus souvent à cheval, pour prendre de l’altitude et retrouver votre noblesse d’antan.

Tout est à l’encan, les hommes et les terres dont ils étaient propriétaires et sont, les premiers, à en être dépossédés par votre « Maître mot », le mot « profit », le mot de vos Maîtres.

Résultat de recherche d'images pour "banquier dette humour"

Avant, oui, avant, de mon temps qui devrait être encore votre temps, le mot « profit » s’utilisait dans ce sens :

– « Mettre sa vie à profit pour être au service des autres ! »

C’était le sens même de la mission des hommes d’Etat, le sens même et sacré de la mission du Roi, le Roi de France.

Changez d’attitude !

Ou mourez.

Mourez sans espoir, de désespoir, sans savoir pourquoi vous vivez et avez vécu, enfermés dans un monde virtuel qui vous coupe des liens avec votre terre, votre monde réel.

Vous vous réveillerez, les chaînes aux pieds, les poignets entravés, sans vos écrans qui vous bercent d’illusions, dans un monde cruel, celui que vous avez laissé bâtir, à force de le fuir dans votre monde « virtuel ».

A force” ?

Quelle force ?

Vous êtes méprisables et donc justement méprisés.

Vous ne voyez pas où ces Maîtres vous conduisent.

C’est la plus vieille ambition humaine :

– devenir le Maître du monde !

Ils veulent tous devenir les Maîtres du monde.

Grâce à vous !

Unissez-vous, gens de la terre de France, votre espérance !

Unissez-vous, sous la bannière, la bannière de vos quartiers pour défendre vos villes !

Car vous avez oublié jusqu’aux privilèges qui vous étaient déjà accordés du temps des anciens Rois de France.

Résultat de recherche d'images pour "banquier humour noir"

[Petite recherche historique, après avoir buté sur le sens du mot « bannière » et plusieurs « NON » de Jean De La FONTAINE !, j’ai enfin trouvé, « je crois », ce qu’il voulait dire et qui a un rapport avec la taxe d’habitation et son opposition à sa suppression  :

[ […] P. ext., terme d’anc. dr. coutumier.Ensemble de personnes habitant dans un quartier. Chef de bannière. Capitaine de quartier dans une ville (Besch. 1845, Lar. 192. Dans les sept quartiers de la ville nommés bannières, parce que chacun avait son drapeau et ses couleurs, les citoyens [de Besançon] choisissaient tous les ans vingt-huit notables qui, à leur tour, nommaient quatorze personnes deux par bannière, pour former la magistrature de l’année. A. Thierry, Essai sur l’hist. de la formation et des progrès du Tiers-état,1853, p. 337.]]

Citoyens des villes, regroupez-vous sous la bannière de vos Maires et protestez contre la suppression de la taxe d’habitation !

Le piège de votre Président est habile. Mais l’avait-il compris lui-même, incapable de raisonner autrement que comme il a été formé, “désinformé” et “formaté”, selon votre dire d’aujourd’hui, comme un banquier ?

Plutôt que de demander au patronat, gens qui ne sont déjà plus de votre Nation, la France, mais restent vos Maîtres, d’augmenter vos salaires, l’Etat français, votre Président de votre République maçonnique (sic) va vendre votre droit à habiter sur des terres françaises, un droit reposant sur la contribution publique pour vous faire taire, droit vendu (la suppression de l’impôt local comme “localiser“) contre l’acceptation de la baisse de vos salaires (l’autorisation de supprimer des emplois, vos emplois comme “délocaliser“).

Et combien de temps pensez-vous que vous serez exonérés d’impôts ?

Ce qui vous donnera pendant peu de temps la brève illusion d’avoir un peu plus de pouvoir d’achat, si peu au regard de ce que vous réserve votre avenir de serfs !

Car un autre impôt viendra remplacer cet impôt.

Résultat de recherche d'images pour "banquier dette humour"

Mais ce nouvel impôt ne vous créera pas de droit, dans tous les cas, plus le droit d’administrer avec votre défunt Maire, puisque le mandat de « maire » va disparaître, la ville ou le village que vous aurez choisi d’HABITER.

Pour habiter, il faut payer la taxe d’habitation à sa ville ou à son village, c’est à dire votre commune qui est une COMMUNAUTE de lieu et de vie au sein de la nation française.

Sans cette taxe, la taxe d’habitation, n’importe qui, n’importe comment pourra venir s’installer dans votre ville ou dans votre village.

Vous n’aurez plus votre mot à dire.

Il n’y aura plus d’ « HABITANTS » à proprement parler.

Seuls les plus riches pourront se réclamer de ce « titre » honorifique, lesquels dirigeront vos COMMUNES, puisqu’eux seuls continueront de payer cet impôt.

Mais ces riches ne seront pas tous des Français.

L’élection du président de votre pléthorique « communauté d’agglomérations » se basera sur le suffrage censitaire des seuls « possédants », lesquels, je vous le répète, ne seront pas forcément français.

Ainsi les étrangers pourront voter en France dans les élections municipales, parce qu’aura été coupé le lien d’habitation avec la France et ses habitants français.

C‘est une manière « diabolique »

[A prendre sous le sens premier de « qui divise »]

– de faire passer le droit des votes des étrangers en France pour accélérer son changement de population, sans référendum populaire dont le résultat était connu d’avance.

C’est « machiavélique ».

C’est le siècle des Lumières sans les Lumières de la vraie Philosophie, le siècle des Lumières franc-maçonnique, de la maçonnerie dite spéculative, importée en France par des marchands dont le « Maître-mot » fut le « profit » !

Résultat de recherche d'images pour "patrons du CAC40 humour"

Allez-vous laisser faire, vous laisser faire ?

Allez-vous vous laisser berner à ce point par des politicards et des tricards sans vergogne ni besogne ?

Car ces gens-là, s’ils ont de l’argent, n’ont pas de besogne.

Ils sont payés à laisser faire, c’est à dire à ne rien faire.

Et surtout se taire, vous taire ce qui se passera !

Car ils le savent.

Mais s’en moquent.

Le non-cumul des mandats ?

Une berlue puisque les communes vont disparaître.

Les politicards vous présentent comme un effort d’honnêteté ce qui est pure malhonnêteté de leur part, puisque vos COMMUNES vont disparaître.

Votre Nation va disparaître, remplacée par des régions aux pouvoirs accrus, ce qui permettra de justifier les haut salaires de vos futurs présidents de ces régions gigantesques qui seront de petits « Etats » sans pouvoir réel, dans tous les cas, un pouvoir exécutif insuffisant pour vous défendre contre les Multinationales, ces Etats d’argent sans terre et sans gens dirigés par vos marchands du monde.

Résultat de recherche d'images pour "patrons du CAC40 humour"

La terre, c’est le lien à l’impôt, celui auquel ils veulent échapper tous et tout comme vous, mais pas pour les mêmes raisons !

Vous, parce qu’ils vous ont appauvris sciemment au point de vous faire accepter de vendre vos terres et votre pays, la France, pour quelque misérable somme, deux ou trois centaines d’euros que vous voulez économiser à court-terme, le couteau sur la gorge pour nourrir et entretenir vos familles.

Eux, parce qu’ils ne veulent plus rien payer aux Etats-Nations qu’ils fortifieraient ainsi, alors qu’ils veulent leur disparition, être les seuls à diriger le monde, eux qui sont déjà les « Maîtres du Monde ».

  • Vous réveillerez-vous, peuple de France !?

Sortirez-vous de votre sommeil, de votre rêve éveillé qui vous tient toute la journée, le nez sur un écran, une petite fenêtre qui réduit votre monde à une vision grotesque et singulière, vous faisant croire que tout le monde est comme vous et que vous êtes comme tout le monde ?

Même comme les plus riches !

Riches que vous défendez mieux que vous-mêmes, vous projetant sottement dans leur condition qui n’est point la vôtre !

– « Moi, à leur place, dites-vous !, j’en ferais tout autant ! Je tromperais mes frères, mon père et je garderais tout pour moi, sans rien partager, surtout pas avec les pauvres. »

Pauvres que vous êtes, de biens, d’argent et de coeur !

Combien d’entre vous deviendront aussi riches que ces milliardaires qui se pavanent et se dandinent comme des dindons dans des défilés de mode pour vous dire comment vous habiller, tout comme eux !, et dans des galas, pour vous dire à qui donner votre pauvre argent, toutes proportions gardées, tout comme eux !

Résultat de recherche d'images pour "patrons du CAC40 humour"

Vous êtes les dindons de cette farce mondiale et vous devriez vous rappeler que, si les dindons gloussent, comme vous, peuple de France, il n’empêche qu’ils terminent tous dans la marmite du chef !

Billevesées pour gens peu avisés… que de vous faire croire que vous êtes tous « PAREILS ».

Quand un comédien pleure sur les pauvres gens, comédien payé à vous faire croire qu’il est ce que vous êtes quand il vous joue et surjoue dans des films imbéciles où les effets spéciaux remplacent l’intelligence du Créateur, il joue son rôle de… comédien !

Ce n’est jamais qu’un comédien qui pleure sur commande pour vous faire participer d’un monde artificiel, le sien, qui n’est pas le monde réel.

Lui, le comédien, après son gala de charité, va retrouver sa superbe propriété de milliardaire, payé à faire semblant d’aimer, même de vous aimer, tandis que vous, allez retrouver votre taudis misérable, convaincus qu’il vous faut donner votre pauvre argent pour des « migrants ».

Pourtant convenez avec moi que ces miséreux,

– ce que vous serez incessamment sous peu, gens sans terre,

seraient bien mieux logés chez votre comédien, fieffé coquin, que dans des centres de rétention ou des hôtels de première classe, la vôtre !

C’est à dire la condition la plus basse.

Résultat de recherche d'images pour "patrons du CAC40 humour"

A trop tirer sur la corde, elle se casse !

Même si vous nous croyez morts, la vie renaît toujours.

La mémoire n’est pas individuelle, non !

La France éternelle existe.

Nous vous enverrons de plus en plus de messages et nous vous préviendrons contre ces projets qui visent à détruire votre pays, notre pays, la France, car ce pays fut le nôtre.

Ainsi je dénonce le « dépaysement » forcé qui consiste à couper tous les arbres de votre pays pour les remplacer par d’autres espèces d’arbres, précédant l’incendie ravageur en ravageant soi-même la végétation ancestrale et nationale de la France.

Cette rage contre la végétation, forêts, bosquets, talus, prés et champs, procède toujours du même raisonnement :

– couper le lien avec le passé !

Port-Vendres-1.jpg

Détruire les paysages d’antan, nos arbres magnifiques, pour faire de la France un pays comme les autres, et de préférence, aussi laid que certains pays du bord méditerranéen, du sable et des cactus, pourvu qu’il y ait les palmiers… à dattes ? Non ! A dettes, oui. 

A force de passer leurs vacances au Maroc, payées par les contribuables français, nos édiles ne rêvent que de devenir marocains !

Bienvenue en Afrique du Nord !

Bienvenue en Arabie Saoudite !

Quand vous voyez que, même la Russie a transformé la décoration de ses hôtels de luxe en palais mahométans, pour accueillir, le temps d’à peine une semaine, et tout récemment, l’un des Maîtres de votre monde, le Roi d’Arabie, est-il étonnant que les actes de soumission, d’auto-censure et de bouffonneries orientales se multiplient dans tous vos pays européens et en France ?

Le Roi Louis XIV avait aimé que MOLIERE se moquât de l’ambassadeur du Grand Seigneur turc, Soliman AGA, dans le « Bourgeois Gentilhomme », d’autant plus que son propre ambassadeur avait été emprisonné, puis expulsé sans ménagements.

Mais aujourd’hui, dans votre pays et en votre siècle, pour s’être moqué d’un monarque turc mahométan, MOLIERE, mon ami, se serait retrouvé cité devant votre XVIIe Chambre Correctionnelle à Paris,  antichambre de la soumission à toutes les autorités de ce monde, quelles qu’elles fussent !

Résultat de recherche d'images pour "patrons du CAC40 humour"

Protégé par le Roi Louis XIV, que serait-il advenu de lui, MOLIERE, s’il avait ri et fait rire d’une religion qui est la plus bête au monde, sous votre Président qui se prend pour un monarque  ?

Mais de quel pays est-il, ce monarque, Emmanuel MACRON ?

Un Roi ne vend pas son pays tout à l’encan.

Son intelligence supérieure ne protège pas votre Président contre ses propres préventions, c’est à dire son conditionnement de « banquier ».

Comme à notre époque, il était risqué de remettre sa vie entre les mains des médecins, à votre époque, il est très risqué de remettre votre argent à vos banquiers, ces charlatans de la dette !

Résultat de recherche d'images pour "banquier dette humour"

[Les banques créent l’argent sous forme de dette

dimanche, 21 fevrier 2016 11:40]

http://www.lebonnetdespatriotes.net/lbdp/index.php/dossierslbdp/decryptages/item/5605-les-banques-cr%C3%A9ent-largent-sous-forme-de-dette

___________________________________________________________________

Si votre nouveau Roi veut bien être plus sage qu’il n’y paraît à mes yeux, qu’il écoute ce message :

Méfiez-vous, Maîtres du Monde, sans pays de la terre,

Méfiez-vous, Maîtres du Monde, sans gens de la terre,

Méfiez-vous du sabot du cheval dont le coup est toujours fatal à ceux qui oppriment le peuple de France !

Résultat de recherche d'images pour "patrons du CAC40 humour"

Je vous aurais prévenus :

– votre peuple est grand, grand en nombre, et grand en force.

Vous l’avez berné, avec la suppression de la taxe d’habitation qui vise à casser le lien entre la terre et son peuple.

Aux marchands du monde, vous avez fait le choix de leur vendre le droit d’habiter en France par la suppression de l’impôt collectif, pour mieux vendre les terres de France et faire disparaître les derniers défenseurs commensaux du peuple, les magistrats communaux, les Maires de France.

Présents sur place, mangeant avec leurs administrés sur les mêmes terres, dans les mêmes lieux, sous les mêmes cieux, les Maires partagent le sol de leurs pairs, leurs égaux en droits qui les élisent, pauvres ou riches :

–  le soleil s’il brille, la pluie si elle tombe, les problèmes tous différents de leurs compères qui ont les mêmes repères locaux.

Vous avez choisi A TORT de remplacer les Maires de France par des Présidents de Communautés d’agglomération qui sont et resteront élus grâce à un vote censitaire, non universel, qui excluera le peuple, le réduisant à une condition réelle et perpétuelle d’esclaves, « brassiers » vendant la force de leurs bras soumis au pouvoir arbitraire de riches et très lointains patrons inatteignables et donc impitoyables.

Le peuple de France encore aujourd’hui majoritaire, s’il ne paie plus l’impôt du sol, le droit d’habiter sur les terres de France, pas seulement foncièrement, perdra le droit de contester les décisions des nouveaux Maîtres du Monde qui remplaceront leurs Maires par des « affidés ».

Car contribuer par l’impôt public à la gestion de vos communes vous permet, sottes gens de France, de demander des comptes à vos maires élus directement par vous, l’avez-vous bien compris ?

Lorsque vous ne paierez plus l’impôt local, l’impôt du lieu où vous habitez, vous devrez vous taire lorsque sera construite une déchetterie à ciel ouvert, faire vos bagages lorsqu’un forage de gaz de schiste va détruire votre habitat, ou laisser faire, béats, quand de pauvres gens seront envoyés dans un camp de réfugiés en France, chez vous, dans votre village ou votre ville, amenés là, sur vos terres qui ne seront plus vos terres, à cause de guerres voulues par ces gens si riches, trop riches, pour vous chasser de vos terres de France.

Ne pas payer la taxe d’habitation, c’est renoncer au droit de gérer votre commune avec vos Maires.

C’est acter de la disparition du dernier Magistrat de proximité pour vous retrouver sous la coupe réglée des banques et des pillards.

Résultat de recherche d'images pour "patrons du CAC40 humour"

Pour deux cents à trois cents euros par mois, en moins sur votre salaire, plutôt que d’en demander la juste augmentation à vos Maîtres esclavagistes, vous êtes prêts à vous vendre, à vendre vos familles et le futur de vos enfants, futur déjà précaire, à vendre les terres de France, vos villes et vos villages, à des fripouilles sans honneur et sans gloire.

Malheur à vous, bande d’ânes !

Le « Maître-Héron » gobe ses grenouilles sous les applaudissements du bon peuple de France.

Les patrons se réjouissent.

Ils n’auront plus de charges à payer pour vous mettre au chômage de longue durée, croyez-moi, de très longue durée !

Et si la baisse de votre salaire de misère est artificiellement compensé par la vente du droit à gérer vos communes avec votre Maire, c’est à dire la suppression de la taxe d’habitation, incessamment sous peu, vous paierez d’autres impôts qui, eux, ne vous ouvriront que le droit de vous taire.

Vous êtes aussi vénal que votre patron, mais beaucoup moins intelligent, peuple de France !

Parce que vous refusez d’entendre et de comprendre, occupés à vous amuser et à musarder sur des écrans de songes.

C’est votre drogue !

Résultat de recherche d'images pour "patrons du CAC40 humour"

Quant à votre Président qui prétend gérer l’Europe et ne peut gérer son pays, la France, c’est pitoyable.

Comme le sont vos Maîtres du Monde qui vous expliquent qu’il est impossible de gérer un pays, mais qu’ils pourront gérer le monde.

Regardez dans quel état est votre monde !

Le remède a ses effets.

Le malade est à l’article de la mort.

Je vous le dis !

Et je ne garantis pas que cet article suffise à lui rendre la vie, la conscience de la liberté qui est conscience de la vie.

Car, pour être libres, il faut en payer le prix !

Le prix sous forme de taxes, pour être forts, plus forts ensemble, ou le prix du sang quand votre pays est envahi.

– Etes-vous prêt(e)s, Français(es), à payer le prix de votre liberté, à payer le prix pour votre liberté ?

Ou préfèrez-vous la servitude, la servitude volontaire des animaux domestiques caressés à coups de cannes pour finir chez le boucher ?

Résultat de recherche d'images pour "patrons du CAC40 humour"

Eux s’en moquent, ces animaux familiers, tout comme vous, de savoir où ils sont nés et à qui appartient la terre sur laquelle ils souffrent.

Ils vont mourir bêtement.

Advertisements

De MOLIERE : – “Pourquoi le CETA avec le Canada ?” Parce que… Emmanuel MACRON, votre président qui préside à vos destins, a, pour Justin TRUDEAU, le Premier Ministre canadien, les yeux de l’amour ! Il lui offre donc ce festin “royal”.”

Si Monsieur JOURDAIN, le Bourgeois Gentilhomme, qui se voulait “BCBG” selon le vocabulaire minimal de votre siècle,

[“BCBG”, acronyme de  “bon chic bon genre”, du genre de la série américaine “bécébégé” in Beverley Hills]

– faisait de la prose sans le savoir,

Résultat de recherche d'images pour "monsieur jourdain et les sons leçon d'orthographe"

– Monsieur MACRON, le Bourgeois Banquier, votre “BB” national, fait de la trahison en le sachant.

Si Monsieur JOURDAIN, le Bourgeois Gentilhomme, se prenait pour un aristocrate aux fins de plaire à une marquise,

– Monsieur MACRON se prend à dessein pour le Roi de France, un Roi au pouvoir absolu, pour séduire un Premier Ministre canadien.

Fou d’amour, il espère faire fondre la Banquise, le “Nunavut” de Justin TRUDEAU, un jour prochain.

Résultat de recherche d'images pour "brigitte bardot"

Aidez-le à stopper le massacre des phoques de la Banquise ! Mais ne vous opposez pas au massacre des éléphants du PS, surtout pas. 

“Un jour (prochain), comme le dit la chanson, une chanson pour enfants de votre siècle :

– “Un jour (prochain) mon Prince (charmant) viendra !”

____________________________________________________________________

Someday my Prince will come !

– “He’s so charming, Justin TRUDEAU !”

Résultat de recherche d'images pour "justin trudeau"

Prince of my dreams

Far away

To call my own

Someday

Prince of my dreams

Far away

To call my own

Someday”

Compositeur : Franck CHURCHILL

Auteur : Larry MOREY

1937

From ‎ « Snow White and the Seven Dwarfs »

[« Blanche Neige et les sept nains »]

Walt DISNEY

Résultat de recherche d'images pour "le prince charmant de blanche neige "
Résultat de recherche d'images pour "le prince charmant de blanche neige "

__________________________________________________________________

C’est ainsi que, comme le Bourgeois Gentilhomme, votre Président de votre royale République française envoie un billet doux au Premier Ministre du Canada, le CETA, un billet doux plein de billets, de vrais billets, cette fois-ci.

– “Belle marquise, vos beaux yeux me font mourir d’amour !”

ou

– “D’amour, mourir me font, belle marquise, vos beaux yeux !”

ou

– “Vos beaux yeux, d’amour, me font, belle marquise, mourir !”

C’est de la prose ou du commerce, le commerce de ses charmes au XXIème siècle.

Et le panier qui l’accompagne est bien garni.

Résultat de recherche d'images pour "corbeille de la mariée"

[MOLIERE m’envoie l’image du “panier”, élément vestimentaire “de la robe à paniers”, ce costume de femme avec jupon baleiné adopté par l’aristocratie et la haute bourgeoisie au milieu du XVIIIème siècle, soit à l’époque pré-révolutionnaire.]

Un panier qui doit devenir, pour le couple de tourtereaux, la corbeille de la mariée, plutôt du marié, puisque votre siècle autorise les mariages contre-nature.

Résultat de recherche d'images pour "robe à paniers"

http://lecostumeatraverslessiecles.chez-alice.fr/Costumes/XVIIIe/1774-1789_feminin.htm

[La Cour avait conservé du règne précédent le goût des toilettes luxueuses et Marie-Antoinette, malgré la simplicité de son éducation à la cour d’Autriche, au lieu de réagir contre ce mouvement, en prit la tête. Jamais peut-être le luxe ne fut plus insolent à la cour de France que durant les années 1776 à 1778. C’est l’époque des immenses robes à paniers couvertes de falbalas de toutes sortes, de perles et de pierreries ; les souliers mêmes étaient brodés de diamants. Toutefois ce luxe extravagant fut réservé à la Cour et aux grandes cérémonies.[…]]

___________________________________________________________________________

N’oubliez jamais que Jean-Baptiste POQUELIN, celui que vous appelez familièrement “MOLIERE”, est un fin, très fin observateur des moeurs humaines.

Ce n’est pas qu’un “comique”.

Si, pour MOLIERE, Justin TRUDEAU, Premier Ministre du Canada, est la Marquise De POMPADOUR d’un Emmanuel MACRON, fou d’amour, qui se prend pour Louis XV, rappelez-vous que cet amour, de Louis XV pour la Marquise De POMPADOUR, avait coûté, à la France, le Canada.

Et MOLIERE vous annonce, “tout de go”, dans la langue qui domine votre siècle et vos mentalités, que le CETA va vous coûter la France.

Image associée

Autrement dit  l’amour fou d’Emmanuel MACRON pour Justin TRUDEAU le conduit à des écartes de conduite répréhensible…

[au singulier la conduite, “répréhensible” dans tous les sens du terme et sens dessus-dessous]

et irrépressibles.

[au pluriel les “écarts” marquant une très forte addictologie à cet “amour”].

__________________________________________________________________________

[Le rôle de Mme de Pompadour dans la guerre des septs ans

Interview par Lorenzo Crivellin à un historique: Mr Albert

Résultat de recherche d'images pour "marquise de pompadour"

[Meme pour les encyclopedistes, le Canada etait “un pays habite par les ours, les castors et les barbares, et couvert de neige 8 mois par an”. C’est seulement au XIXe siecle que la France commenca a realiser la perte de ses colonies et en voulut au regne de Louis XV (et a la Pompadour).

Marie Therese a moqué Mme Pompadour avec son cadeau (bureau avec diamants) pour obtenir son but avec Louis XV ?


Bien peu de chose en verite ppar rapport aux richesses de la Marquise. Marie-Therese souhaita donner une somme a la marquise qui refusa et suggera plutot ce nouveau type de cabinet a ecrire, un ‘escritoire’. C’est Marie-Therese qui, jugeant un tel cadeau de seulement 4000 ducats, bien peu de chose. Elle le fit alors sertir d’ornement en or et en lacque. La facture totale du travail s’eleva a 77000 livres. L’ecritoire comportait un portrait miniature de l’imperatrice entoure de diamants. La Pompadour jugea ce cadeau ostentatoire (elle aimait plutot les choses simples, telles que les porcelaines et les fleurs) et le cacha. Il se trouva alors dans l’inventaire des objets en vente apres sa mort mais on en a perdu sa trace depuis.

[…]

La grande erreur incombe cependant a Louis XV qui, devant un cas evident de politique etrangere d’envergure, se contenta de laisser faire les apprentis negotiateurs. Les termes de cette alliance, sans aucune garantie ni contrepartie pour la France en echange d’une defense des positions autrichiennes en Europe, a cree une onde de choc chez les ministres qui le surent… une fois l’accord signe!


Bien sur, le Roi n’a jamais tord. Donc l’Histoire retiendra la Pompadour comme seule responsable de ce renversement d’alliances. […]]

[Texte original aux fautes de frappe non corrigées]

Résultat de recherche d'images pour "marquise de pompadour louis XV"

_________________________________________________________________________

Il ne suffit pas de se prendre pour un Roi, pour l’être.

Et le paraître en ses pompes et atours.

L’amour d’un jour suffit à tout faire perdre.

Passe encore qu’il faille perdre la tête…

[au propre comme au figuré]

Mais faire perdre un pays, est-ce bien raisonnable ?

Surtout pour un tour de pirouette, pirouette et cacahuètes, une pirouette galante.

Résultat de recherche d'images pour "libertinage louis XV"

_______________________________________________________________

Pirouette cacahuète

Il était un petit homme
Pirouette cacahuète
Il était un petit homme
Qui avait une drôle de maison
Qui avait une drôle de maison

[La République de France]

Sa maison est en carton
Pirouette cacahuète
Sa maison est en carton
Les escaliers sont en papier
Les escaliers sont en papier

Si vous voulez y monter
Pirouette cacahuète
Si vous voulez y monter
Vous vous casserez le bout du nez
Vous vous casserez le bout du nez

Le facteur y est monté
Pirouette cacahuète
Le facteur y est monté
Il s’est cassé le bout du nez
Il s’est cassé le bout du nez

Résultat de recherche d'images pour "pirouette cacahuète"

On lui a raccommodé
Pirouette cacahuète
On lui a raccommodé
Avec du joli fil doré
Avec du joli fil doré

Le beau fil s’est cassé
Pirouette cacahuète
Le beau fil s’est cassé
Le bout du nez s’est envolé
Le bout du nez s’est envolé

Un avion à réaction
Pirouette cacahuète
Un avion à réaction
A rattrapé le bout du nez
A rattrapé le bout du nez

Mon histoire est terminée
Pirouette cacahuète
Mon histoire est terminée
Mesdames, Messieurs, applaudissez !
Mesdames, Messieurs, applaudissez !

https://www.youtube.com/watch?v=W0aMIKXajw8

_________________________________________________________________________

Si vous n’y trouvez aucun sens, vous dit MOLIERE, c’est que vous-mêmes êtes des « insensés » de ne point comprendre que :

– pour ces gens-là, la France est un pays trop grand pour eux.

Eux,

– ce sont ces « petits hommes » qui vous gouvernent sans savoir où ils vont, juste pour « faire plaisir »,

– et où ils vous emmènent, pourvu que leur désir les y conduise, pour se faire plaisir.

« Car tel est notre plaisir ! »

– pourrait être actuellement la devise de votre Président qui se prend pour un Roi, un roi « Bourgeois (point) Gentilhomme ».

Puisqu’il n’était même pas de la noblesse.

Si Emmanuel a pour Justin les yeux de l’amour,

« tout Paris, pour Chimène [Justin TRUDEAU], a les yeux de Rodrigue [Emmanuel MACRON] ! »

Paraphrase de la citation de BOILEAU, sur « Le Cid » de Corneille.

Résultat de recherche d'images pour "emmanuel macron justin trudeau"

Justin Trudeau And Emmanuel Macron Continue Their Ideal Bromance At The G20 Summit | TIME

____________________________________________________________________

Mais Rodrigue doit-il assassiner la France, pays qui fut le père du Québec, le Canada français, pour sauver le CETA, cette camelote, et Justin TRUDEAU, son beau camelot ?

« Camelot »

Personne qui vend dans la rue.

1. Usuel. Marchand ambulant qui vend, dans la rue, dans un lieu public ou dans une foire, parfois avec force boniments, des objets de peu de valeur. Boniment de camelot, éventaire de camelot.

[…]

http://www.cnrtl.fr/definition/camelot/1

_________________________________________________________________

PROVERBE

« Il est comme le camelot, il a pris son pli », c’est-à-dire il est incorrigible.

________________________________________________________________

Camelot :

“Marchand ambulant, sans frontières, un migrant”.

[Ajout de MOLIERE.]

Pour le Canadien qui n’est d’aucun pays, pas même du sien.

A moins qu’être du pays de l’argent ne fasse de vous un citoyen de tous les pays du monde ?

Mais quel pays est-ce cela, qu’un pays qui n’est de nulle part ou partout ?

Sinon un pays qui n’existe pas ?

A force de vivre dans le virtuel, vous avez perdu le sens du réel.

Résultat de recherche d'images pour "monsieur jourdain le bourgeois gentilhomme"

Revenez sur terre avant qu’il ne soit trop tard !

La terre a des limites et si votre pays appartient à tout le monde, je vous assure que beaucoup de pays ne vous appartiennent « point ».

Vous devriez réfléchir à ce « point », le point d’une limite qui est la frontière des pays de ce monde.

Avant que d’ouvrir votre frontière à tous les pays du monde !

__________________________________________________________________

C’est dommage que vous ne puissiez voir le comédien Jean-Baptiste POQUELIN s’adressant à vous et vous disant :

– « [ …] je vous assure que beaucoup de pays ne vous appartiennent « point ». »

C’est un régal des yeux tant l’élégance du geste sur scène rejoint le bon sens de la formule « théâtrale ».

Il semble que pareille évidence vous ait quelque peu échappé.

Résultat de recherche d'images pour "monsieur jourdain le bourgeois gentilhomme"

La nouvelle farce, les “Elections présidentielles au beau Royaume de France en l’an de grâce 2017” par Jean-Baptiste POQUELIN dit “MOLIERE”, où comment les “Marchands de ce Siècle se payent votre tête !”.

Résultat de recherche d'images pour

Un proche regardait “l’Avare” de MOLIERE, film réalisé par Jean GIRAULT et Louis De FUNES, acteur jouant lui-même le rôle principal de “Harpagon” “l’avare”, lorsque je reçus cette remarque :

– “C’est l’un de mes meilleurs acteurs !”

Je ressentis alors la présence d’un jeune homme seyant et fringant, amateur de belles femmes, qui me dit s’incarner souvent dans les personnages de “jeunes premiers” de ses pièces de théâtre, des comédies écrites sous le pseudo d’un certain MOLIERE.

Immédiatement, je ne pus m’empêcher de compter les siècles nous séparant :

– Quatre siècles !

Pouvait-on encore entrer en relation avec un “défunt”, quatre siècles après sa prétendue mort, c’est à dire sa mort physique ?

Je ne le pensais pas possible.

Quoique la “visite” de Jacques De MOLAY, 22ème et dernier grand maître de l’Ordre des Templiers mort le 18 mars 1314, m’ait prouvé qu’il est possible à une âme de voyager hors du temps, cette dimension, le temps, n’appartenant qu’à notre univers physique.

Surprise, un peu décontenancée, je percevais chez mon “visiteur” la même surprise.

Jean-Baptiste, ainsi voulait-il que je l’appelle,

– non pas MOLIERE, de son nom de scène,

partagea avec moi son regard, son désappointement, sur notre siècle.

Je vis que notre monde était sale, moi qui n’avais cessé de lire, écrit par nos savants historiens, que c’était le siècle de Louis XIV qui était le plus sale, ce que contesta MOLIERE.

Pardon, Jean-Baptiste !

Le dramaturge (auteur de théâtre) m’opposa la beauté de la nature dans son siècle rustique et rural à la laideur de nos artifices, de nos façades délabrées (sic), de nos lézardes mal calfeutrées, de nos rues jonchées de déchets mieux à l’abri que ne le sont nos pauvres gens, de nos véhicules sans chevaux qui font plus de bruit et pètent dix fois plus que les chevaux d’antan, de nos arbres si mal en point, de nos fleurs de plus en plus rares et de nos caniveaux remplis d’eau imbuvable, impropre à la consommation, à l’identique de l’eau qui coule de nos robinets, une eau dite traitée car sinon corrompue, comme le sont nos moeurs actuelles.

Résultat de recherche d'images pour "paris quartier de la goutte d'or"

– “On ne traite pas la pureté, on la préserve”, dit MOLIERE, pardon, Jean-Baptiste.

On ne rend pas sa virginité à une nonne détroussée (sic !).

Les oiseaux de nos villes se meurent.

Les arbres se meurent.

Les fleurs agonisent patiemment.

Tandis que les laides peurs s’éternisent, l’amour et la tendresse étant ladrement entretenus dans un monde de tromperies où tout est tu, pour que ce petit monde en folie ne s’entretue point dans vos rues.

L’artiste me montre une cour, basse-cour de volailles picorant et se piquant, courant les unes après les autres, satire absurde d’une monarchie aujourd’hui disparue et dont les canailles se disputent les restes.

N’ayant pas plus de cervelles que la poule au pot qui va finir dans votre assiette, nos nouveaux seigneurs pérorent et se dévorent dans le décor royal d’une fin de règne qui n’était pas prévu pour eux.

Le règne !

Car la fin est bien prévue pour eux.

– “Tout baigne !”, disent ces beaux messieurs aux atours si bien soignés qu’un coiffeur leur coûte plus cher qu’un bon intendant.

Pourtant le cheveu est aussi rare sur le crâne du prétendu Roi que l’est son entendement aux choses de ce monde.

Chauve il est, chauve est son pouvoir.

Il a pouvoir sur tout sans avoir pouvoir sur rien.

A-t-on jamais rien vu de si surprenant et de si absurde ?

Résultat de recherche d'images pour "l'avare de molière louis de funes"

Quel est ce vote, le vote d’un peuple qui n’est informé de rien et prétend être formé sur tout et savoir tout, lui qui n’a jamais appris le quart de ce qu’était obligé de connaître un Roi de France ?

Quels sont ces gens pour qui vote ce peuple ignare et hagard, gens qui prétendent vouloir gouverner alors qu’eux-mêmes sont incapables de se tenir bien à table et de tenir bien leur rang dans leur monde ?

Où sont passés les chevaliers d’industrie, les nouveaux révolutionnaires sans qui le pays tombe dans la misère ?

Qui a remplacé les châtelains et les patelins ?

A quoi vous servent vos grandes ruches sans industrie ?

On dirait des abeilles s’affairant sans savoir où aller trouver du miel.

Toutes dans la ruche, à vouloir travailler toutes à faire la même chose, comme si cent abeilles pouvaient aller butiner ensemble la même rose.

Voici la cause de tous vos soucis.

Votre société produit l’uniformité.

Et l’uniformité produit l’uniforme qui nuit à vos libertés.

Tous et toutes pareilles !

La belle affaire !

Êtes-vous donc si pressés de mourir, car seulement dans la mort nous serons tous pareils ?

Vous serez tous pareils puisque moi je ne suis pas comme vous, gens de ce siècle sans cervelle.

Ainsi le sot prétend être pareil que le savant et s’approprie le droit de juger de la valeur de sa trouvaille.

Ainsi l’idiot croit pouvoir remplacer le paysan par une machine qui fera bien mieux que lui et saura traire les vaches à sa place.

Lui qui ne sait même pas veler une vache et faire naître un veau !

Résultat de recherche d'images pour "veaux"

Votre Général disait que vous étiez devenus des veaux dans ce siècle d’abattoirs à ciel ouvert, où des fours servaient à griller des gens pas pareils.

Notre corps brûle de même manière sur un bûcher ou dans un four.

Mais un maçon n’est pas un pâtissier et un soldat n’est pas un drapier.

Vous ne respectez pas le savoir-faire, c’est à dire ce qui permet à la France d’être industrieuse et rieuse.

Vous ne respectez plus le savoir.

Vous ne respectez que ceux qui vous ne vous respectent pas, comme si, moins vous étiez considérés par des gens incapables, plus vous les considériez comme étant capables de faire à votre place ce que vous seuls savez faire et êtes capables de faire.

Je n’en reviens pas de ce manque de considération envers vous-mêmes qui vous amène à vous mépriser vous-mêmes et à rejeter votre propre culture.

Comment voulez-vous que ceux qui prétendent vous diriger puissent le faire, eux qui n’ont ni votre savoir-faire ni votre savoir ?

Comment avez-vous pu “déléguer” un pouvoir, le pouvoir de la connaissance, sans la connaissance ?

Ces gens ne connaissent rien à rien et ce sont eux qui votent vos lois.

Vous étonnez-vous ensuite que ces lois soient inadaptées, elles qui ne visent qu’à capter vos biens et à vous en déposséder ?

Résultat de recherche d'images pour "renard poulailler"

Le plus grand problème de votre siècle est l’ignorance des gens qui vous gouvernent.

Elle est incommensurable, aussi immense qu’une forteresse bâtie sur du sable et que vous voyez s’enfoncer, chaque jour un peu plus.

Plus vous avez acquis de connaissances, moins ils en ont.

Ce ne sont que des marchands de sable !

Ils vous vendent du rêve car ils n’ont aucune solution concrète à vous proposer.

Ils ne comprennent rien à ce qui se passe dans le monde, dans votre monde.

Ils sont dépassés par les découvertes scientifiques et par les moyens de gouvernance développés par des gens qui profitent de leur ignorance.

Je ne vois que volaille courant dans la basse-cour et venant flatter le renard qui s’est introduit dans leur poulailler pour les piller et les tuer.

Ce sont canards sans tête qui marchent sans savoir où ils vont jusqu’à ce que mort s’ensuive.

Il leur faudrait plus de dix ans pour comprendre simplement quelle culture il faut mettre dans votre champ à la place du blé centenaire qu’ils vous demandent de ne plus semer parce que d’autres le leur ont demandé, des marchands de céréales non français.

Etes-vous devenus tous fous ?

Faîtes-vous confiance à des “précaires” ?

Que vous avez élus pour quatre ans de règne, même pas quatre ans.

La première année ils batifolent, bien fol qui s’y fie !

Ivres de pouvoir, ils paradent et défilent, nomment les leurs pendant qu’ils dégomment les autres.

La seconde année, ils réfléchissent car ils dévissent, tombent de leur fauteuil qui n’est pas un trône.

Les lois pleuvent comme les feuilles en automne, avant l’hiver de leur pouvoir.

Il leur faut faire semblant, occuper l’espace et le temps, donner l’apparence d’un travail qui consiste à défaire le travail des autres, pour faire savoir qu’ils existent.

La troisième année, ils s’accrochent aux branches de l’arbre dont les feuilles sont tombées pour ne pas être pendus par leur peuple à la branche la plus haute de leur arbre !

Celui qu’ils s’apprêtaient à couper pour ne plus être à l’ombre du soleil, du Roi-Soleil, l’arbre qui leur cache leur inanité, eux qui gâchent la vie de leur peuple et qui veulent briller, en brûlant tout sur leur passage, selon leur bon plaisir et leurs nombreuses envies, par pure vanité, vanité de se prendre pour des Rois, eux qui ne sont que des simples sujets de basse-cour, de la valetaille.

La quatrième année, il leur faut vendre les meubles, jusqu’aux gens de maison, comme des locataires ne pouvant plus payer leur loyer !

Résultat de recherche d'images pour "élus politiques plumés"

Ils doivent à leurs créanciers des années de fainéantise et de bêtise pendant lesquelles ils ont fait semblant de travailler, croyant donner le change, eux qui ne changent jamais rien à rien !

Car ils ne pourraient pas “changer”.

Ils ne savent pas faire.

Si, comme les maîtres-chanteurs, ils savent “échanger”.

Votre siècle est le siècle des échanges matériels.

Vous élisez des marchands de biens qui vendent vos meubles, les meubles et les immeubles de votre pays.

C’est tout.

Quand il n’y aura plus rien à vendre, ils s’enfuiront comme des voleurs, ce qu’ils sont d’ailleurs.

Ils ne savent rien faire.

Alors ils vous prennent tout.

Ils prennent vos entreprises, vos terres agricoles, vos châteaux, vos églises qui se vident mais qu’eux savent si bien vendre aux moins offrants.

Car, en plus, eux qui ne savent rien faire, ils vendent aux moins offrants, ce qui est contraire à la loi des marchés, quand on est commerçant, un tant soit peu.

Mais eux ne sont même pas de bons commerçants.

Ils vous endettent.

Et vous croûlez sous le poids de leurs dettes.

Etes-vous devenus bêtes, à être bêtes de somme ?

Résultat de recherche d'images pour "marchands de biens humour"

Ils placent leurs richesses chez ceux qui pillent la France, votre pays.

Et comme les malandrins, les malotrus, ils se touchent sur chaque vente truquée, tronquée, une commission, la commission des traîtres à la Nation (sic).

Aucun Roi n’accepterait de dépouiller la France de ses richesses, car ce serait se dépouiller lui-même.

Mais ses viles fripouilles que vous élisez n’ont rien, n’en ont strictement rien à faire.

Ils n’ont rien en magasin qui leur soit propre, pas plus qu’ils n’ont quelque chose sous leur crâne de canard décapité par la cupidité.

Il est plus facile de vendre ce qui ne vous appartient pas que de vendre ce qui vous appartient !

Ces gens du peuple que vous élisez et qui se croient au-dessus du peuple, de votre rang, ne sont même pas de votre rang.

Ils n’appartiennent à aucun pays.

Ils n’aiment aucun peuple.

Ils vivent de leurs tromperies et de votre folie.

S’il fallait leur demander de payer l’impôt du sang pour leur pays, comme il était demandé aux nobles seigneurs de mon siècle, ces crapauds fuiraient devant l’ennemi, coassant et jacassant, pies voleuses qui vous jouent du pipeau et s’en vont avec une retraite-chapeau que vous ne leur contestez pas, qu’importe s’ils vous laissent le pays en ruine.

Pourquoi ne leur demandez-vous pas de gager leurs biens si le montant de la Dette de votre Royaume n’est pas réduite à néant lorsqu’ils s’en vont ?

Résultat de recherche d'images pour "dette de la france humour"

Ô combien est-il surprenant que ces voleurs à la tire s’en tirent si bien, qu’après chaque élection qui ruine toujours davantage le beau pays de France, vous ne leur demandiez rien, pas de comptes à rendre, pas d’argent à leur prendre ?

Pourquoi ne leur demandez-vous pas ce qu’ils vous demandent à vous ?

De rembourser leurs dettes puisque la France est si pauvre ?

Êtes-vous devenus à ce point stupides ou si lâches que plus rien ne vous fâche, petit peuple de France ?

La Dette de votre pays n’est pas la dette des paysans de France.

Elle est la dette des puissants de ce monde inventée comme le plus puissant outil de domination des peuples par des usuriers sans patrie, pour vous réduire à leur merci.

Arrêtez de leur dire “Merci !”et “remerciez-les”, congédiez-les tant que vous en avez encore le pouvoir.

C’est vous qui êtes coupables d’avoir accepté ce système de gouvernance avec une bande d’incapables !

Vous avez voulu être dirigés par un qui était “tout comme vous”.

Mais qui d’entre vous a été éduqué dès la naissance à régner et à gouverner sur un grand et si beau pays comme celui de la France ?

Qui d’entre vous est capable de comprendre l’art militaire, entre autres arts et métiers ?

Résultat de recherche d'images pour "saint louis roi de france"

Déjà que la plupart de vos parlementaires sont des emplois fictifs, payés à rien faire, somnolant et ronflant dans les rangs parsemés d’une Assemblée qui n’a de “Nationale” que le nom ?

Il n’est point besoin d’aller chercher bien loin qui est payé à rien faire sur les bancs de votre noble Assemblée de “Rois-fainéants” votant pour des lois créées ex-nihilo de leur propre sottise et par votre lourde méprise ?

Il suffit de voir combien leurs lois servent d’abord à se protéger eux-mêmes de votre sourde colère populaire, vous qui ne pouvez plus rien faire contre eux !

Quand saurez-vous vous en défaire avant qu’il ne soit trop tard pour la France ?

Vous avez coupé la tête du dernier Roi de France.

Fort bien et vous voilà bien !

Il vous reste une bande de voleurs qui s’entendent entre eux à vouloir vendre ce qu’il reste de votre beau pays.

Ils vous ont déjà vendus comme bétail à des marchands de bestiaux.

Vous leur coûtez trop cher !

A nourrir et à entretenir, puis à mourir.

Bientôt même les terres de vos cimetières seront récupérées pour construire des maisons de maîtres à vos nouveaux maîtres, leurs maîtres à eux.

Ils ne sont pas français, ces nouveaux maîtres, et vos nouveaux Rois, des traîtres, sont leurs valets qui n’en ont cure.

Mais vous ignorez de fait qui ils sont, ces nouveaux maîtres.

Êtes-vous fiers d’avoir été “vendus” par ces marchands à d’autres marchands que vous ne connaissez pas ?

Ils ne croient en rien, vos hérons-voleurs au bec broyeur.

Et vous êtes les grenouilles de fripouilles qui n’arrêtent pas de vous gober entières et vivantes, tandis que vous les applaudissez et vous gaussez de leurs exploits !

– Le Roi est mort, vive le Roi !

Résultat de recherche d'images pour "grenouilles avec héron fable la fontaine"

Soyez heureux d’avoir été français, car il est compté le temps où vous l’êtes encore.

Il sera bientôt trop tard pour aller pleurer auprès de ceux qui vous appauvrissaient.

Eux auront de nouveaux passeports et s’envoleront vers d’autres horizons… meilleurs !

Laissant derrière eux un champ de ruines, autrefois appelé France.

Et quelques corps décimés par une guerre que vous ne voyez pas venir.

Ils ont réussi à tuer l’armée de circonscripts.

Ils ont recruté une armée de métier, une armée de mercenaires.

Elle n’est pas plus française que le rat n’est français dans vos caves.

Et si l’heure est grave, ceux qui vous gouvernent mal le savent bien et se gavent encore mieux.

Tandis que vous, vous ne savez que supporter patiemment le mal qu’ils vous font.

Vous me faîtes penser à des porteurs de chaises dont le maître s’engraisserait et pèserait de plus en plus lourd, tandis qu’eux s’amaigriraient jusqu’à ne plus pouvoir le porter, tant ils n’en pourraient plus de ce maître si ingrat, trop gros et trop gras.

S’ils lâchent la chaise, le maître les renvoie.

Et si vous lâchez le pouvoir, le maître gros et gras crée des lois qui vous renvoient à vos devoirs d’esclaves.

Telle est la réalité de votre siècle de marchands !

Résultat de recherche d'images pour "porteurs de chaises XVIIie siècle"

Porte-faix, porte-fardeaux, porte-dettes des riches…

Que le diable vous emporte de vous être ainsi laisser faire !

Vous vous êtes vendus à des marchands d’esclaves.

Et c’est pour cette raison que vous honorez tant une religion qui vous propose pour seul salut une nouvelle servitude, l’esclavage des nations autrefois chrétiennes.

Car posez-vous la question de savoir pourquoi vous défendez tant la seule religion qui ne condamne pas l’esclavage ?

Mais si cette condition humaine vous plaît tant, pourquoi avoir fait la Révolution, vous qui haïssez vos propres libertés ?

Il fallait le dire que vous vouliez, comme le bétail, être nourri et logé, sans travailler, en échange de votre droit à savoir faire ?

Il y aura tant et plus de Fermes à Mille Vaches !

Et il y aura tant et plus de Fermes à Mille Veaux, c’est à dire vous, les nouveaux Français sans souche ni culture.

Que deviennent les veaux dans ces fermes qui n’appartiennent pas à ceux qui y travaillent ?

Ils vont dans un abattoir à Mille Vaches et Mille Veaux.

Après avoir été nourris de farines animales, contre-nature, la chair de leur mère et de leurs frères, ils y sont égorgés de belle manière, une manière cultuelle dans un état qui se prétend religieux, à contre-culture de la culture française.

Je crois bien que vous appeliez ça, il fut un temps, la “maladie de la vache folle” !

La maladie de votre siècle.

Résultat de recherche d'images pour "maladie de la vache folle"

__________________________________________________________________

Au pays de la langue dite de MOLIERE, n’oubliez jamais que celui que vous appeliez MOLIERE et qui continue tant à vous faire rire, a été emprisonné pour dettes au courant du mois d’août 1645 au Châtelet, sur poursuites de ses créanciers impavides devant tant de misère humaine.

 

 «Le Grand-Châtelet fut, après le gibet de Montfaucon, l’édifice le plus sinistre de Paris, tant par sa physionomie et sa destination que par son voisinage qui faisait de ce quartier l’endroit le plus fétide de la capitale.» L’odeur pestilentielle provenait à la fois des cadavres déposés dans la morgue et de la proximité des boucheries (en face), des triperies (rue de la triperie à gauche) et des poissonneries (rue Pierre Poisson à droite)

Grand Châtelet. Vue prise de la rue Saint-Denis (1800) vers le sud.

Image illustrative de l'article Grand Châtelet

Theodor Hoffbauer (1839–1922

peintre, illustrateur et architecte français

Sans l’aide de son père, Jean-Baptiste POQUELIN  aurait croupi encore pendant longtemps dans cette prison fétide et MOLIERE serait mort avant que d’être né. Le génie ne sauve pas pas de la bêtise humaine.

Résultat de recherche d'images pour "le chatelet prison"