Du Général de GAULLE à François FILLON : – “Comme je l’avais annoncé à François FILLON, le 27 mars 2017 sur votre blog, la Justice refuse de poursuivre l’affaire du “Cabinet Noir”. Donc c’est aux parlementaires de droite et de gauche, s’ils sont des Républicains, de se saisir de cette affaire et de créer une commission d’enquête parlementaire sur les “fuites” judiciaires devenant des “tuiles” amères pour les opposants politiques au régime socialiste.”

Résultat de recherche d'images pour "général de gaulle et les juges"

 

Qui a voté les lois accordant aux procureurs de la république l’opportunité absolue des poursuites, le pouvoir de classement sans suite des plaintes précaires de justiciables broyés car désemployés ou de justiciables trop choyés pour les renvoyer ensuite à un implacable anonymat post-politique ?

Qui a voulu contrer le pouvoir des juges d’instruction et réduire le droit d’obtenir justice des simples citoyens, lesquels ne peuvent plus saisir directement un juge d’instruction devenu moins indépendant qu’il ne l’était avant ces réformes iniques et irréfléchies ?

_________________________________________________

http://www.lemonde.fr/societe/article/2009/09/01/reforme-de-la-justice-sarkozy-satisfait-des-conclusions-du-comite-leger_1234598_3224.html

Justice : la suppression du juge d’instruction provoque un tollé

Le comité Léger, qui a remis ses conclusions à l’Elysée, préconise la fin du juge d’instruction et le renforcement des droits de la défense.

Le Monde.fr avec AFP et Reuters | 01.09.2009 à 19h40 • Mis à jour le 02.09.2009 à 07h51

“REPRENDRE EN MAIN LA JUSTICE”

Mais le renforcement du pouvoir des procureurs sans envisager de consolider leur indépendance cristallise l’opposition des magistrats et avocats, de la gauche et même pour certains de la droite, qui y voient la fin d’une justice indépendante. Les représentants des magistrats ont ainsi dénoncé une “régression démocratique”, un rapport “médiocre” (Union syndicale des magistrats) et le risque d’une justice “moins bien rendue” (Syndicat de la magistrature). L’ONG Transparence International France craint pour sa part que “l’action de la justice ne soit même plus initiée dans des dossiers de corruption, de trafic d’influence ou d’abus de biens sociaux susceptibles de gêner des dirigeants politiques ou économiques”. (Lire aussi l’interview de Jacques Terray, vice-président de Transparence International).

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/societe/article/2009/09/01/reforme-de-la-justice-sarkozy-satisfait-des-conclusions-du-comite-leger_1234598_3224.html#vpi1SzCDJPkjS5pQ.99

Article choisi par le grand Charles De GAULLE

Résultat de recherche d'images pour "général de gaulle et les juges"

_______________________________________________________

C’est vous, gens de droite, gens de mon parti qui avez privé de leur droit à obtenir justice, les citoyens de France ! Vous avez donné tous pouvoirs d’enquête aux procureurs de la république, sans les rendre indépendants du pouvoir exécutif, c’est à dire du pouvoir politique en place. Etant alors vous-mêmes en place, vous n’avez pas songé à l’alternance.

Ou, pour être plus exact, vous n’avez pas songé une seule fois que cette alternance ne s’exercerait pas dans les règles de votre art, un art feutré et “poli”, plus que politique, c’est à dire l’art de se servir soi-même, plus que de servir l’Etat, dans un entre-soi courtois, matois et malsain, sous la forme d’une gouvernance qui n’est plus qu’une gérance de bail pour des canailles.

Quand on gère l’Etat comme des maquereaux, on fait de la République française une pute. Et c’est ainsi que la prostitution devient une forme de recrutement obligatoire dans la Fonction publique d’Etat. La mentalité d’un fonctionnaire d’Etat n’est plus de servir l’Etat mais de servir une personne. Plus l’homme s’avilit, au lieu de se grandir, plus la République se déprécie.

Résultat de recherche d'images pour "prostitution politique"

La France est devenue pire que l’Italie. Au moins l’Italie a procédé à son opération “Mains Propres” grâce à des juges intègres qui n’étaient pas des francs-maçons. Il viendra un jour où des juges intègres refuseront de se soumettre au pouvoir occulte de loges criminelles. En attendant, il faut d’ores et déjà oser dessiner cette carte des réseaux d’influence fraternelle, cette carte des routes de la prévarication et des autoroutes de la corruption. C’est d’ailleurs le rôle des autoroutes en Europe, permettre une libre circulation s’affranchissant de tout péage routier et de tout contrôle douanier. D’où leur privatisation expresse. Plus aucune barrière tarifaire ou policière ne peut plus bloquer le libre commerce mafieux des stupéfiants et des trafics d’êtres humains dont les immigrés clandestins sont les premières victimes sur votre territoire national.

Oui, vous avez le devoir de dire aux Français que ce projet mondialiste de libre circulation des hommes et des marchandises était d’abord un projet “criminel”, de grand banditisme, un banditisme international remplissant les poches de vos élus politiques et celles de vos frères affairistes et carriéristes, fonctionnaires, notaires ou autres mercenaires fraternels au service d’une oligarchie apatride. Comment peut-on être recrutés comme fonctionnaires, servir l’Etat, puis devenir des mercenaires servant des trafiquants d’influence et des blanchisseurs d’argent au sein d’une gouvernance sans état d’âme, sans état de droit autre que le droit de tout faire devenant celui du devoir de plaire aux plus forts, ceux qui ont tort, plutôt que de faire son devoir pour ne pas faire du tort à la collectivité, donc au plus grand nombre ?

Résultat de recherche d'images pour "fonctionnaire"

Vous n’avez plus de protections physiques ni terrestres parce que vos élus politiques ont vendu votre droit à être protégé(e)s, en l’échange du droit économique à pouvoir tout acheter et tout distribuer partout et en tous temps, un libre-échangisme qui se retrouve dans vos moeurs et a transformé en immense bordel vos sociétés dites libérales. Les citoyens européens sont devenus de simples marchandises humaines. Les femmes qui ont su prouver qu’elles étaient au côté des hommes, en temps de guerre résistantes et constantes, valeureuses et audacieuses, sont les victimes innocentes d’un choix de société déraisonnable et implacable pour elles, avec des cultures orientales machistes, violentes et violeuses.

Bientôt la France ne pourra plus s’offrir comme une terre d’asile à des étrangers persécutés à cause d’une religion mortifère dont vous interdisez stupidement la critique.

Il vous faudra choisir entre l’argent de l’Arabie Saoudite et du Qatar ou, ou exclusif, la vie de vos gens sur le territoire français, et ce rapidement. Mais le pouvez-vous ? L’oserez-vous ? Puisqu’il vous faudra rendre l’argent dissimulé sur des comptes off-shore, sachant que le Qatar et l’Arabie Saoudite peuvent offrir plusieurs millions d’euros à un élu politique afin qu’il cède du terrain et offre des milliers d’hectares pour la construction d’une mosquée ou pour la dissimulation d’un prosélytisme salafiste jugé dangereux, même par vous, les aveugles français nés-aveugles de par votre négationnisme religieux au nom d’un relativisme athée que je résumerais ainsi :

– Toutes les religions se valent !

Résultat de recherche d'images pour "général de gaulle islam"

Balivernes pour imbéciles ignorants qui ne veulent pas savoir.

Pourtant il suffirait d’ouvrir un livre, le Coran, pour savoir.

Puisque vous savez lire, que je sache !

[Colère du Général De GAULLE]

Refuseriez-vous de lire “Mein Kampf” s’il vous fallait accueillir des Nazis persécutés sur votre territoire national, au risque de finir dans un camp de travail jusqu’à votre mort, dépossédés de vos terres ancestrales ?

Pour résumer et laisser ma secrétaire vaquer à ses occupations ménagères,

[pas faux !]

vous avez anéanti votre système judiciaire et choisi de ne pas rendre la Justice plutôt que de rendre la Justice plus forte, en ne lui donnant pas les moyens de pouvoir travailler au service de tous les justiciables, ce qui était pourtant votre devoir, à vous, les élus.

Vous subissez les justes conséquences de votre incurie politique, en ayant choisi de faire des Palais de Justice en France, des écuries d’Augias avec un tiercé maçonnique à trois têtes, genre P2 italienne, un mauvais, très mauvais genre, qui sont :

– pour la première tête de l’exécutif, le président de la république,

– pour la seconde tête de l’exécutif, le premier ministre et son âme damnée, le ministre des affaires intérieures et troubles,

– et pour la troisième tête de l’exécutif, un judiciaire qui disparaît, emporté dans le courant trop fort pour lui des règlements de comptes personnels et politiques.

Qui peut nager à contre-courant au risque de perdre son emploi, son honneur et sa vie ?

Personne.

A part ma secrétaire.

Parce qu’elle croit en Dieu.

Ce qui n’est pas votre cas puisque, pour la plupart, vous ne croyez qu’en votre tireuse de cartes ou votre lecteur d’étoiles.

[L’astrologue].

Donc il était hautement prévisible que la Justice classerait toute plainte pouvant aboutir à sa propre condamnation.

Comme je l’avais annoncé à François FILLON et sans être moi-même un cartomancien.

https://deuvosguard.org/2017/03/27/le-general-de-gaulle-donne-son-satisfecit-a-francois-fillon-representant-de-la-droite-traditionnelle-en-france-pour-la-creation-dune-commission-denquete-parlementaire-sur-les-trafics-dinfl/

[ Le Général De GAULLE délivre un “Satisfecit” à François FILLON, représentant de la droite traditionnelle en France, pour la création d’une commission d’enquête parlementaire sur les trafics d’influence du pouvoir politique en place. Mais le grand homme exprime quelques réserves sur la saisine de la Justice française, elle-même à la source des délits retenus dont l’origine est connue de tous.

[…]]

Résultat de recherche d'images pour "de gaulle les juges"

__________________________________________________________________

Le premier qui dit que l’Islam est compatible avec la République, surtout si c’est un Républicain, aura des comptes à rendre au Général De GAULLE lorsqu’il franchira la frontière ultime de la “ultima hora” !

Vous êtes prévenus.

Ca y est ?

Je suis libre ?

Je vais enfin pouvoir aller faire le ménage ?

Il ne se passe plus rien ?

Peut-être.

Ah si, je dois encore un article à COLUCHE sur la Guyane et un autre sur la Corse à… Napoléon BONAPARTE.

Depuis au moins… deux ans !

Vous le saviez aussi patient ?

Mais le temps ne compte pas dans l’au-delà, enfin, sauf quand la mort frappe à notre porte, à la porte des vivants.

Résultat de recherche d'images pour "final hour"
Advertisements

Affaire François FILLON, le Seigneur accuse : – “République de racailles qui se savent tous capables d’affaires similaires, de corruption, de trafic d’influences et de blanchiment d’argent mais qui se couvrent mutuellement jusqu’à ce qu’ils découvrent l’un des “leur-re-s”, pour mieux tromper et voler le peuple de France, en leur faisant élire pire que celui qu’ils dénoncent et jettent aux orties ! C’est vous qui serez sortis de ce monde populaire quand le peuple reprendra le pouvoir.”

Afficher l'image d'origine

Le Seigneur vous accuse de recel, vous les voleurs de réputations médiatiques, vous les falsificateurs de révélations à votre heure, vous, les calculateurs de manipulations qui déshonorent l’homme mais vous déshonorent, vous les menteurs qui avez caché pendant si longtemps une vérité que vous connaissiez, les fautes de vos semblables, les fautes qui vous sont semblables, vous qui êtes tous PAREILS !

Car vous avez commis et commettez exactement les mêmes erreurs, les mêmes délits et les mêmes crimes.

Enumération non exhaustive donnée par le Seigneur contre vous, sans rémunération pour  vous qui avez et allez poignarder l’un des vôtres qui se vautre, tout comme vous, les filous et les voyous, dans le luxe et la luxure :

– fraudes fiscales, emplois dissimulés, blanchiment d’argent, escroqueries (si, si, messie !) diverses, tous délits et crimes cachés du grand public,

  •  et sans mettre en ligne une vie privée de débauche qui, si elle était connue de vos électeurs, vous clouerait au pilori de la honte et vous conduirait tout droit à la débauche, c’est à dire au licenciement pour fautes morales, vous qui avez fait voter une loi qui permet de débaucher si facilement les petites gens du peuple !

Le Seigneur dit que vous vous faites chanter mutuellement, vous, les élus politiques, désenchantant progressivement une France menée à sa perte par vous, une bande de voleurs mis au pouvoir par un peuple que vous méprisez souverainement, oublieux que vous tenez votre légitimité de ce peuple autrefois souverain et qui ne vous a pas encore démis.

Pas encore, mais ça ne saurait tarder…

Trois petits points !

Afficher l'image d'origine

Vous considérez que dire la vérité est dangereux, parce que vous avez tant à cacher !

Sauf pour abattre l’un des vôtres, un “leur-re-“.

Pourquoi ?

Pourquoi avez-vous choisi de révéler ce que vous saviez pendant tout ce temps, juste à ce moment-là, trompant le peuple de France ?

Le Seigneur dit :

– Par opportunisme politique.

Parce qu’il n’était point tant corrompu que vous ne l’êtes !

C’est tout dire.

Ah, si François FILLON avait aimé la France comme il a aimé sa famille, capable de donner même ce qu’il n’avait pas le droit de donner pour protéger cette France qu’il l’aime, mais le Seigneur lui aurait pardonné.

Le Seigneur pardonne à celui qui pèche par amour.

Pas à celui qui pèche par ambition et par pure cupidité.

_____________________________________________________

La parabole du mauvais intendant fonde ce désintérêt pour l’argent que vous devriez tous avoir.

Il faut savoir se faire des amis avec le mauvais argent, quitte à ne jamais se faire rembourser ses dettes, quitte à ne jamais faire rembourser les dettes de la France.

Afficher l'image d'origine

_____________________________________________________________

http://www.entretienschretiens.com/094%20La%20parabole%20de%20lintendant%20avise%20-%20Lc%2016(1-13).htm

Parmi toutes les paraboles enseignées par Jésus, la parabole de l’intendant avisé est sans contredit celle dont l’interprétation présente le plus grand défi. Cette histoire suscite la perplexité à bien des égards. La plus troublante question concerne l’éloge du maître pour son gérant qui est pourtant décrit dans le texte biblique comme une personne malhonnête. Comment Jésus peut-il proposer la conduite d’un être trompeur à l’imitation de ses disciples? Nous reviendrons sur ce point dans un moment. Lisons d’abord ce récit.

Luc 16.1. Jésus dit aussi à ses disciples : Un homme riche avait un économe, qui lui fut dénoncé comme dissipant ses biens.

2 Il l’appela, et lui dit : Qu’est–ce que j’entends dire de toi ? Rends compte de ton administration, car tu ne pourras plus administrer mes biens.

3 L’économe dit en lui–même : Que ferai–je, puisque mon maître m’ôte l’administration de ses biens ? Travailler à la terre ? je ne le puis. Mendier ? j’en ai honte.

4 Je sais ce que je ferai, pour qu’il y ait des gens qui me reçoivent dans leurs maisons quand je serai destitué de mon emploi.

5 Et, faisant venir chacun des débiteurs de son maître, il dit au premier : Combien dois–tu à mon maître ?

6 Cent mesures d’huile, répondit–il. Et il lui dit : Prends ton billet, assieds–toi vite, et écris cinquante.

7 Il dit ensuite à un autre : Et toi, combien dois–tu ? Cent mesures de blé, répondit–il. Et il lui dit : Prends ton billet, et écris quatre–vingts.

8 Le maître loua l’économe infidèle de ce qu’il avait agi en homme avisé. Car les enfants de ce siècle sont plus avisés à l’égard de leurs semblables que ne le sont les enfants de lumière.

9 Et moi, je vous dis : Faites–vous des amis avec les richesses injustes, pour qu’ils vous reçoivent dans les tabernacles éternels, quand elles viendront à vous manquer.

10  Celui qui est fidèle dans les moindres choses l’est aussi dans les grandes, et celui qui est injuste dans les moindres choses l’est aussi dans les grandes.

11 Si donc vous n’avez pas été fidèle dans les richesses injustes, qui vous confiera les véritables ?

12 Et si vous n’avez pas été fidèles dans ce qui est à autrui, qui vous donnera ce qui est à vous ?

13 Nul serviteur ne peut servir deux maîtres. Car, ou il haïra l’un et aimera l’autre ; ou il s’attachera à l’un et méprisera l’autre. Vous ne pouvez servir Dieu et Mammon.

Dans le monde des affaires

Nous découvrons dans ce récit un gestionnaire à qui un maître avait confié son domaine et ses avoirs. Il semblait bénéficier d’une grande autonomie, ayant même l’autorité de conclure des contrats en les signant lui-même. Un jour, il fut soupçonné de ‘dissiper’ les biens de son maître (v. 1). Ce blâme très sérieux allait le conduire à sa destitution. Le maître lui annonce alors qu’il le relève de ses fonctions et l’appelle à rendre compte de sa gestion.

L’homme utilisa ce délai pour réfléchir sur son avenir. Il comprit qu’il sera bientôt laissé à lui-même pour subvenir à ses besoins et qu’il devra agir promptement s’il veut se tirer d’embarras. N’étant pas accoutumé aux durs labeurs, il rejette l’idée de faire des travaux physiques. D’autre part, il est trop fier pour aller mendier dans la rue. Que faire pour assurer son futur?

Ayant pesé et rejeté les moyens dont il ne voulait pas, sa pensée tomba sur un plan dans lequel il espère se faire rapidement des amis. Ceux-ci pourraient, tel que nous lisons au v. 4, le recevoir dans leurs maisons le jour où il se retrouvera sans emploi. Comment y parviendra-t-il? Il fit venir les débiteurs de son maître et leur demanda de modifier, en leur faveur, les documents relatifs à leur dette. Le premier avait une dette s’élevant à 100 mesures d’huile. Le gestionnaire lui proposa de mettre le chiffre 50 sur le billet – une suppression de 50%. Un deuxième client devait 100 mesures de blé. Celui-ci fut invité à écrire 80 – une suppression de 20%. Il convoqua ainsi un à un les débiteurs et autorisa chacun d’eux à effacer une partie considérable de leur dette.

Le récit se termine au v. 8 en nous faisant savoir que ‘le maître loua cet intendant malhonnête d’avoir agi de façon avisée’. Ce sont ces paroles qui causent bien des maux de tête aux commentateurs bibliques

Nota bene : Oui, il suffit de lire l’exégèse de cette parabole par l’auteur de cet article et ses difficultés à justifier laborieusement ce que le peuple sait intuitivement :

– Il vaut mieux avoir un voleur pour meneur, qu’un homme honnête donc menteur qui vole les honnêtes gens par amour de l’argent !

Le mythe de “Robin des Bois”, l’admiration très française portée à Arsène LUPIN, prouve aux hommes politiques qu’ils peuvent se faire élire et réélire, avec une “casserole”.

C’est la “prime à la casserole”, le jugement du peuple, le vote populaire si méprisé, la sagesse du “Vox Populi, Vox Dei !”.

A une seule condition, que l’élu qui a volé ait partagé son butin avec le peuple.

Le Christianisme français est juif et latin.

Il n’a pas la rigidité protestante d’une éthique dressant un autel au Veau d’Or.

Jésus transgressait les lois pour l’Homme car la Loi est faite pour l’Homme et non l’inverse.

L’homme politique doit pouvoir le faire aussi, s’il veut être élu et réélu.

La loi des hommes ne peut être au-dessus de l’Homme.

Afficher l'image d'origine

_____________________________________________________________

L’argent ne doit pas être le principal souci de celle ou de celui qui gouverne la France.

L’argent n’est qu’un moyen de rendre heureux, pas un moyen de rendre malheureux et de soumettre à sa gouverne un peuple rebelle par le poids d’une dette irréelle.

Le Seigneur l’a déjà dit :

La dette est fictive. D’ailleurs votre argent est fictif et n’existe pas. Vous le savez bien. Vous avez déjà dépensé plus que vous n’aviez matériellement en valeurs “or”, argent ou nickel.

Pourquoi mentir aux peuples et faire peser sur vos peuples le poids d’une dette inique ?

Pourquoi avez-vous changé les paroles de la prière chrétienne, elle-même inspirée du Jubilée juif ?

L’année 2017-2018 sera l’année du Jubilée juif, l’année de l’effacement des dettes d’Etats.

Sachez-le !

– Vous ne pourrez rien faire contre Ma volonté, dit le Seigneur.

Tous les plans que vous mettrez en place, Je les anéantirais.

Quelle prière vous ai-Je laissée, à vous, les Chrétiens, enfants spirituels des Juifs, vos Pères dans la tradition biblique ?

L’avez-vous oubliée ?

Souviens-toi, toi qui Me trahis et ne crois pas en Moi, du “Notre Père” en latin, langue véhiculaire de la foi catholique :

Pater noster, qui es in coelis,
Sanctificetur no­men tuum,
Adveniat regnum tuum,
Fiat vo­luntas tua, sicut in cae­lo et in terra.

Panem nostrum quotidianum da nobis hodie.
Et dimit­te nobis debita nostra,
sicut et nos dimittimus debitoribus nostris.
Et ne nos inducas in tentatio­nem.
Sed libera nos a malo.

Amen

Afficher l'image d'origine

  • Comment as-tu pu, toi le Pape jésuite, les laisser traduire à nouveau MAL le “Notre Père”, en gommant le Jubilée juif ?

En ne faisant pas respecter Ma volonté

  • d’EFFACER LES DETTES ET DE LIBERER LES ESCLAVES,
  • D’AFFRANCHIR LES HOMMES DU POIDS DE LEURS DETTES ?

– “Je suis Vivant !”, dit le Seigneur.

https://viechretienne.catholique.org/pape/en-latin/919-pater-noster

Notre Père qui es aux cieux
que ton nom soit sanctifié
que ton règne vienne,
que ta volonté soit faite
sur la terre comme au ciel.

Donne-nous aujourd’hui
notre pain de ce jour,
pardonne-nous nos offenses
comme
nous pardonnons aussi
à ceux qui nous
ont offensés
et ne nous soumets pas à la tentation
mais délivre-nous du mal.

Amen

Fausse traduction !

“pardonne-nous nos offenses comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés”

L’offense n’est pas une dette.

L’offense ne rend pas esclave.

La dette rend esclave.

L’argent rend esclave.

Il ne suffit pas de pardonner pour redevenir libres.

Il faut donner, donner, c’est pardonner, c’est délivrer.

Il faut RENDRE.

Rendre l’argent pris avec et par l’usure.

Vraie traduction :

Remets-nous nos dettes (debita nostra) comme nous les remettons à ceux qui nous sont débiteurs (debitoribus nostris).

Ô mon Eglise, qui te prétends chrétienne, toi conçue dans le péché d’un culte romain impérial et qui te veux universelle, comment peux-tu mentir ainsi à tes ouailles ?

Lorsque les élus politiques et les banquiers hérétiques, n’ayant pour seul culte que l’argent, réciteront le “Notre Père”, en répétant dans leur prière devenue quotidienne Mon exigence de devoir remettre les dettes de ceux qui leur sont débiteurs,

– alors le Christianisme retrouvera sa place au sein de votre société dite laïque, mais qui n’est, pour l’heure, que païenne et chienne ramassant les miettes de pain à la table de ses nouveaux Maîtres à penser, les Maîtres de son monde sans frontières et sans limites dans leur goinfrerie matérialiste.

Afficher l'image d'origine

L’année 2017-2018 sera l’année jubilaire de l’effacement des dettes.

Car vos dettes sont iniques.

Sinon c’est Moi qui vous effacerais de la mémoire de ce monde.

– “Plus jamais personne ne saura même qu’un jour vous avez existé sur cette terre”, dit le Seigneur.

Ainsi parle le Seigneur pour qui l’argent n’est rien.

Ainsi parle le Seigneur aux hommes qui vouent un culte à Mammon, les “on” de ce siècle de l’or noir.

Si vous voulez la Justice, la vraie Justice, soyez justes !, dit le Seigneur.

Recherchez et faites condamner ceux qui savaient et se sont tus,

ceux qui ont caché ces délits et ces crimes,

ceux qui cachent encore d’autres délits et d’autres crimes,

les délits et les crimes de leurs pairs,

pour les faire connaître au bon moment, leur moment,

lorsqu’ils veulent abattre un des “leur-re-s”.

Ce sont des receleurs de fraudes fiscales, de détournement de fonds publics, d’emplois dissimulés, de blanchiment d’argent et de vols,

tous délits et crimes dont ils étaient tenus d’informer la Justice !

AVANT, pas maintenant.

Le Seigneur vous demande :

– Comment pouvez-vous accepter que ceux qui savaient et qui étaient complices soient libres et non entendus sur le fait qu’ils n’ont rien dit AVANT, avant les élections présidentielles, sur l’affaire FILLON ?

Et combien d’autres affaires sont ainsi en dormance, servant à éliminer le candidat qui ne joue plus le jeu ou qui, tout à coup, dévie de la ligne “Bildeberg” et défie la crapulerie politique en place ?

– Efface la Dette de mon peuple, dit le Seigneur.

Et J’effacerais ta Dette.

Afficher l'image d'origine

Afficher l'image d'origine