Coupe du Monde de football 2018 en Russie – Le Seigneur vous demande : – “Pourquoi prier le dieu de la religion des perdants ? Si vous voulez gagner, priez le Bon Dieu ! Rejoignez le camp des vainqueurs, pas celui des vaincus.”

 

Résultat de recherche d'images pour "jésus football"

 

Jesus-CHRIST, almost as good as MESSI ?

  • But as Messiah, better than MESSI !

Et sauvez vos âmes :

– “Save Our Souls-SOS”, vous crient les Chrétiens du Moyen-Orient et d’Afrique,

  • eux qui se battent pour vous tous les jours

  • contre l’Islamisme,

  • le camp de la haine et des vaincus.”

 

Résultat de recherche d'images pour "jeu du hasard football"

 

 

 

Vous dites : – “C’est pas du jeu si Dieu veut jouer avec les hommes  !”

Mais le Seigneur se joue des hommes qui croient se jouer de Lui.

C’est un jeu, le football, n’est-ce pas ?

  • Le jeu du hasard et de… l’amour ?

Il faut l’espérer parce que, si ce n’était pas le jeu du hasard et que le Seigneur ait envie d’envoyer quelques shoots dans les buts de “l’Adversaire”, mais ce serait terrible !

Terrible pour les gens très riches, pour tous ceux qui convertissent les hommes à la religion du Veau d’or, grâce aux pétrodollars, et à la terreur, grâce aux attentats.

  • “Ce ne sont pas des conversions du coeur que d’utiliser l’argent pour acheter les hommes !”, dit le Seigneur.

Aussi, pour ces gens-là, les “collabos”, les réprouvés, l’idée,

  • pire,  la preuve que Dieu existe,
  • mais c’est l’enfer !

Sur terre.

 

Résultat de recherche d'images pour "l'enfer sur terre"

 

  • Si on ne peut plus faire ce qu’on veut et autant de MAL que l’on veut à autrui…

A quoi ça sert d’être tout-puissant, “Bruce tout-puissant”, si c’est Dieu qui décide ?

 

 

 

Résultat de recherche d'images pour "enfer sur terre"

 

 

Et puis si Dieu existe, peut-être que l’Enfer existe ?

  • Pas sur terre, hein, mais là-haut, là-bas, dans l’au-delà ?

Quelle horreur !

C’est peut-être un peu tard pour se refaire… une santé morale ou un casier judiciaire vierge ?

C’est facile de condamner des innocents sur terre, surtout ceux qui ne peuvent pas se défendre

  • quand on a tous les pouvoirs,
  • et surtout celui de faire du MAL, de faire le MAL.

 

 

Résultat de recherche d'images pour "juges iniques jésus"

Mais s’il faut payer le prix après, dans une autre vie,

  • alors là, ce n’était pas prévu, mais pas prévu du tout
  • comme ce “Jésus”, cet “Issa”
  • qui s’invite dans la Coupe du Monde de football 2018,
  • en Russie, un pays chrétien, un “reborn”.

 

 

Résultat de recherche d'images pour "jésus enfer"

Il n’y a pas que le football !

 

 

Est-ce que l’Enfer existe ?

Tu veux savoir ?

Tu veux savoir vraiment si tu vas aller en Enfer, mon frère, quand tu fais du MAL aux pauvres gens ?

Alors lis simplement les Evangiles.

Un certain Jésus affirme que l’Enfer existe.

Et, pour Lui, crois-moi, ce n’était pas une parabole.

  • Puisqu’Il est mort sur la croix pour vous éviter l’Enfer.

 

 

Résultat de recherche d'images pour "jésus enfer"

 

 

 

,

Advertisements

De Charlie CHAPLIN, dit “Charlot” pour les rigolos ! Sauf que c’est pas drôle ce qu’il est venu me dire. En fait, ce n’est pas me dire, c’est me montrer, me montrer le retour d’un antisémitisme et DES “Nuits de Cristal”, pas une, mais plusieurs “Nuits de Cristal”. Et Charlot vous demande : – “Allez-vous laisser faire ? Encore une fois, comme déjà avant, comme autrefois, ALLEZ-VOUS LAISSER FAIRE ? D’abord en Allemagne, puis dans toute l’Europe. D’abord les Juifs, puis les Chrétiens.”

 

 

Résultat de recherche d'images pour "charlie chaplin le dictateur"

 

Cela fait longtemps que Charlot n’était pas venu me voir.

Il est semblable à celui que j’avais reçu, un homme au coeur transparent, une pureté intrinsèque qui rend belle toute chose au travers de ses yeux, des yeux de poète.

Charlie CHAPLIN, pour moi, c’est l’enfance.

L’enfance, c’est à dire pour un Chrétien et la Chrétienne que je suis, c’est avoir la capacité de regarder en face une réalité VIERGE de toute déformation et de toute manipulation… MEDIATIQUES.

Sauf que je ne regardais pas les films de Charlot, trop tristes, trop VRAIS sans doute, une vérité insupportable pour l’enfant que j’étais.

Je n’ai jamais pu rire sur un film de Charlot, pleurer, oui.

Et je n’aime pas pleurer, je n’aime pas les films qui font pleurer.

Il y a tant de raisons de pleurer dans le monde pour de VRAI.

Aller voir un film pour pleurer, ça me dépasse !

Résultat de recherche d'images pour "charlie chaplin le dictateur"

Non, je ne critique pas les films de Charlie CHAPLIN, de Charlot le comique qui savait rendre le tragique si drôle que les spectateurs riaient aux larmes de leurs propres malheurs ou des malheurs d’autrui, de ce clochard si maladroit qui voulait aider les autres, lui qui n’arrivait pas à s’aider lui-même.

L’humour juif, cette dérision de l’instant et de l’éternité, d’un moment donné pour arriver au temps du pardon, où tout doit être pardonné, au nom des Vivants.

– “Mais peut-on pardonner la HAINE ?”, demande Charlot qui vous fait tant rire encore.

L’ombre du “Dictateur” plane sur l’Allemagne.

Charlie CHAPLIN vous avait prévenus :

– “Il sera le nouvel HITLER, le nouvel Adolf HITLER. Il s’appelle Recep Tayyip ERDOGAN et c’est aujourd’hui le Président de la Turquie.”

Demain, Recep Tayyip ERDOGAN pourra-t-il être le Président de l’Allemagne, le nouveau leader du monde musulman “européen” ?

Résultat de recherche d'images pour " erdogan dictateur"

Charlie CHAPLIN me montre et se montre à moi, habillé comme “Charlot”, son personnage qu’il a immortalisé ou qui l’a immortalisé.

Lequel des deux a immortalisé l’autre ?

Maintenant Charlot se promène et me promène dans l’Allemagne nouvelle, une Allemagne colonisée par des fanatiques haineux, antisémites et christianophobes.

La lâcheté des élites allemandes et européennes est responsable de leur cécité.

La lâcheté plus que leur corruption ?

Charlot ne me répond pas.

Il me montre…

Des magasins “taggés”, des croix nazies, mais qui cachent un antisémitisme ISLAMISTE, lorsque le diable s’associe avec le diable.

Des rideaux métalliques de commerces casher baissés, des portes d’immeubles condamnées, des quartiers qui ressemblent à des pogroms, quartiers dévastés aux appartements pillés et aux femmes déshabillées de force, violées, puis torturées et tuées.

Des enfants regardent ces horreurs avec des grands yeux d’enfants stupéfaits,…

Les yeux de Charlie CHAPLIN enfant ?

Résultat de recherche d'images pour "charlie chaplin"

Ou les yeux de l’enfance d’une humanité en grande perdition, qui le sait mais qui veut l’ignorer.

Les Juifs ne pourront pas fuir.

Il a été décidé de les exterminer sur place pour éviter de reproduire l’erreur fatale d’Adolf HITLER.

La solution FINALE doit être expéditive et DEFINITIVE.

Il n’y aura pas de voyage-aller pour Israël.

Encore moins de voyage-retour !

Je vois, avec les yeux de Charlot, des enfants qui errent dans les rues à la recherche de leurs parents tués sur place.

Si les enfants sont pris,

– excusez-moi de vous l’écrire mais je dois vous le dire, décrire ces nuits de terreur,

  • ils sont égorgés comme des agneaux et laissés sur place.

Ces mots “sur place” reviennent avec insistance.

Ils scandent les violences, – ces mots “sur place” -, violences ?

Euphémisme si peu doux,

  • “violences”, pour dire les atrocités commises contre les Juifs
  • comme “incidents” au lieu de “accidents” ou “attentats” contre les Chrétiens, mot tellement à la mode , ce mot “incident” chez nos lâches médias.

La police ne s’aventure plus dans ces quartiers.

Résultat de recherche d'images pour "police zone de non droit humour"

Trop peu nombreuse, désarmée, contrainte par l’obligation européenne “droitsdel’hommiste” de respecter des règles démocratiques que les autres, ses ennemis “sur place”, ne respectent pas, la police laisse faire.

Sinon c’est elle qui serait accusée de violences ethniques puisqu’il n’y a qu’une seule et même ethnie, toujours la même, qui s’attaque aux autres communautés.

Ou, hypothèse optimiste, la police allemande paraît-elle laisser faire, de temps en temps, abattant fugacement un pilleur ou un fuyard, sans pouvoir distinguer qui est qui, ou disant qu’elle ne le peut pas, distinguer ?

Mais la police allemande a une conviction:

– la seule distinction possible est que tous les hommes juifs ayant été tués les premiers, il  ne reste que leurs agresseurs qu’ils peuvent tuer, mais à une condition, une seule,

  • ne pas se faire prendre par des élites qui “couvriraient” les assassins et les condamneraient pour prouver qu’ils ne sont pas racistes ou… “islamophobes”.

Charlot me montre ces événements tragiques dans une succession d’images animées, un film muet dramatique dans lequel les policiers jouent un rôle fatidique, celui d’être victimes de leur devoir, victimes d’une farce politique sinistre… MAIS DROLE.

Après la énième condamnation d’un policier pour violences policières contre de jeunes ethniquement marqués et “innocents”, présents par hasard la nuit dans ces quartiers désertés par les citoyens allemands, un gros politicien, cigare dans la bouche, reçoit, de la main à la main, une grosse enveloppe de billets, de la main à la main, de la main d’un sultan enturbanné qui disparaît aussitôt de l’écran.

Charlie CHAPLIN me précise qu’aujourd’hui il n’y a même plus besoin de donner des enveloppes. Un clic suffit, tapé sur un clavier d’ordinateur pour acheter à coups de millions d’euros l’avenir d’une civilisation judéo-chrétienne et achever les Juifs d’Europe.

– “Et, me dit-il, on dit que les Juifs sont cupides ! Que dire de vos hommes élus grâce au sang des victimes des attentats  ? Qui sont les auteurs de tous ces attentats en Europe ?, interroge Charlie CHAPLIN. Qui ? CE SONT TOUJOURS LES MEMES et vous le savez. “

Car les plus avides de tous, ce ne sont pas les Juifs, mais ce sont ces politiciens européens prêts à tout pour devenir riches, très riches, multi-millionnaires.

Résultat de recherche d'images pour "attentat islamiste"

De temps en temps, dans la cité qui n’appartient plus à l’autre cité, barrée de la mémoire des hommes par la frontière invisible d’une haine ancestrale, la HAINE des JUIFS, dans la nuit trop longue qui n’en finit plus de durer et de s’étirer, on entend les pleurs d’un enfant comme les miaulements d’un chaton…

Sauf qu’on sait que c’est un enfant, un enfant qui se cache et qui a peur, un enfant qui sanglote.

Il n’est pas possible de trouver les enfants qui se cachent car ils savent que ceux qui les cherchent veulent les tuer.

Charlot me montre la scène filmée par Mohamed MERAH, ce tueur cynique, l’indic de la police française, qui prend par sa queue de cheval une fillette pour la tuer froidement, sans regrets, sans remords, sans humanité, dans une cour d’école.

– “Ce n’est même pas un chien, cet Islamiste, me dit Charlot, car un chien aurait eu pitié d’une enfant. Et un chien se serait moqué que l’enfant soit juif, chrétien ou athée. Il aurait juste protégé un “petit d’homme”, une petite fille.”

Les médias taisent ces assassinats “collectifs” qu’ils se refusent à qualifier de “génocide”.

– “Encore et toujours !”, dit, à voix presque basse, Charlot, si triste tout à coup, évoquant d’une image fugace le génocide si peu médiatisé des Chrétiens d’Orient et des Yézidis.

Résultat de recherche d'images pour "génocide chrétien"

Charlot me montre l’écran qui blanchit sur un matin si clair, si étrangement clair après cette nuit de terreur, l’écran de son film muet, le film de l’avenir de l’Allemagne, le centre de l’Europe.

Le soleil se lève sur des rues jonchées de corps épars.

Et des enfants au regard hagard, parfois avec leurs mères si, par chance, elles ont pu échapper à leurs tortionnaires, sortent de leurs cachette.

Alors résonnent les coups clairs, dans l’air du matin, des snipers qui ont pris la relève et qui tirent, tirent, sur les enfants innocents.

_______________________________________________________________________

______________________________________________________________

Comme un écho, se répètent les cris isolés des victimes, victimes trop isolées et si esseulées.

Non, ce n’était pas fini.

C’était juste le début, le début de la fin de l’Europe blanche et judéo-chrétienne.

Charlot s’en va.

Il enjambe un ou deux cadavres, je ne sais plus.

Il rentre dans le film.

Il s’arrête,…

Son pied allait franchir encore un autre cadavre.

Il se retourne, fait quelques moulinets avec sa canne et envoie en l’air un révolver qui n’a pas suffi à protéger une maman.

Elle n’avait pas su s’en servir.

Elle ne savait pas s’en servir.

C’est bête, non ?

Ou c’est rigolo ?

Je ne sais pas.

Je n’aime pas l’humour qui rend triste.

Il paraît sourire, Charlot.

Résultat de recherche d'images pour "charlot avec sa canne"

Il me dit alors, simplement :

– “Dis-leur !

– Car bientôt, il sera trop tard.

– Dis-leur :

A quoi ça vous a servi d’interdire le Nazisme pour introduire ensuite dans vos pays européens pire que le Nazisme, l’Islamisme qui vous tuera tous ?

Charlie CHAPLIN ajoute :

– “Vous parlez de “peste brune” mais quand la peste est verte, elle n’a pas la couleur de l’espérance.”

 

 

Résultat de recherche d'images pour " erdogan dictateur"