Rêve que j’espère non prémonitoire de la nuit du 16 au 17 février 2018 révélé à la demande du Seigneur : – “Jusqu’à Perpignan en chemin de fer, de Perpignan jusqu’à Canet en chemin de terre et, arrivée à Canet, la mer recouvrant la terre sous un ciel liquide noyant les étangs et frappant les eaux avec des crépitements de mitraillettes.”

Résultat de recherche d'images pour "ter perpignan montpellier"

J’aime beaucoup prendre le train,

  • le TER surtout, cet omnibus qui longe la côte maritime

  • et dessert toutes les gares, stations touristiques et plages typiques du Roussillon

  • où les étangs flirtent avec la mer Méditerranée

  • pendant que des flamands ponctuent de rose un camaieu de bleus célestes et terrestres.

Le TER sillonne lentement et majestueusement les paysages variés du littoral, offrant à l’oeil des voyageurs des tableaux impressionnistes travaillés par le vent, les éléments naturels et l’intervention artificielle des hommes.

Parfois le train marche sur l’eau et, de chaque côté des rails, étangs et mer se disputent la montée sans vagues d’une étendue liquide sans horizon qui recouvre peu à peu le chemin de fer.

Je m’attends toujours à ce qu’un jour, un contrôleur de la SNCF nous annonce que le train ne peut plus avancer et qu’il nous faut atteindre Perpignan, non pas à pied, mais à la nage.

Résultat de recherche d'images pour "ter perpignan montpellier"

Peut-être est-ce pour cette raison que j’ai rêvé de voyager de Perpignan jusqu’à Canet sous un ciel qui avait ouvert ses vannes et lâché ses flots d’humeur contre une humanité qui paraissait l’avoir fâché ?

Je l’ignore.

L’avenir nous le dira.

Car, sans varier, cette règle s’applique qui veut que la prédiction ne soit comprise que :

  • lorsque l’évènement est advenu.

Sinon elle reste incompréhensible parce qu’imprévisible.

  • Un comble, pour une prédiction !

Cependant prédire l’imprévisible est la condition même du “prophète”,

  • condition qui précède sa lapidation publique

  • par des gens incrédules lesquels gesticulent en vain et articulent un discours de la méthode éculé,

  • à l’argument ridicule et incontournable suivant : – “Dieu est hasard !”

D’ailleurs, je sais pourquoi le petit train de la Vie chemine courageusement et audacieusement :

– si les roues tournent, ce n’est pas parce qu’elles sont actionnées par un principe mécanique, non !

  • que nenni !

 

  • Les Frères de Lumière ont la réponse :

– c’est grâce au hasard si vous parvenez à destination… ou pas !

Or le hasard, ce n’est rien d’autre que le nom donné à Dieu par des ignorants qui ne savent pas lire l’Histoire de l’Homme ou leur propre histoire.

Ne pas savoir lire, c’est être analphabètes, non ?

  • Et des analphabètes néo-maçonniques, le XXIème siècle en est plein !

Résultat de recherche d'images pour "hasard"

Donc, j’ai rêvé que je prenais le train.

J’arrive à la gare de Perpignan, baptisée par le “Fou” génial catalan, Salvador DALI,

  • “El Centre del Mon”

– le génie étant la folie, et la folie étant le génie catalan, ce génie démesuré et abjuré par l’orthodoxie religieuse de notre siècle obscurantiste.

Son “caleçon taché”, maculé d’excréments et peint avec un réalisme saisissant, lui vaudrait aujourd’hui la prison à vie !

Donc j’arrive dans cette gare devenue… –  euh, je ne sais pas trop !?

Disons une mocheté absolue, multicolore et déserte avec ces boutiques vides et ces SDF jeunes et vieux qui cherchent un sens à leur vie dans une vie qui n’a plus aucun sens,

  • surtout à Perpignan.

Les fontaines n’ont plus d’eau pour éviter d’attirer les SDF, justement.

Et les arbres n’ont plus ni branches, ni feuilles, pour éviter d’attirer les oiseaux voyageurs, comme les étourneaux étourdis, des SDF eux aussi.

La ville est aussi hospitalière pour l’humain pauvre que pour les chats abandonnés, non stérilisés mais…

  • affamés jusqu’à leur mort !

Une méthode d’élimination des pauvres bêtes abandonnées, souvent des animaux autrefois familiers ou des chatons jetés de voitures ou de balcons par des êtres humains encore plus bêtes qu’eux.

A Perpignan, ils préfèrent les rats aux chats.

Donc ils auront la peste et les rats.

Résultat de recherche d'images pour "peste et rats"

Je l’ai toujours écrit et je le maintiens.

La ville pullule de rats.

Et, avec la chasse aux oiseaux migrants, la ville vibre et pique, pas seulement à cause des marteaux-piqueurs, les bétonneurs,

  • mais à cause de tous les insectes qui s’y multiplient, harceleurs comme les rats, qui n’ont plus de prédateurs naturels pour les faire disparaître, ces oiseaux honnis et bannis du ciel par la ville de Perpignan.

A Perpignan, ils préfèrent le béton à la verdure.

Alors que,

  • dans les déserts, partout ailleurs dans le monde, les hommes replantent difficilement des arbres pour retenir l’eau, la terre arable et sèment des haies et des bosquets pour contenir l’humidité des sols fertiles et ne pas mourir sur du sable et de la pierre stériles.

Eh bien, à Perpignan, le rêve exotique,

  • c’est le désert avec son oasis tous les deux cents kilomètres où deux ou trois palmiers se mirent dans une flaque d’eau, genre de piscinette agrémentée de rocaille et de cactus.

Sauf qu’à Perpignan, vous avez le bac de la piscine sans l’eau pour vous y baigner, surtout pas !

Car cette eau pourrait abreuver les SDF et les migrants du ciel, les oiseaux,

  • – malheureux – !

Coupons l’eau à tous ceux qui n’en ont pas, c’est mieux.

Les hommes politiques s’admirent dans les reflets des vitres de verre du Centre del Mon, se voyant grands quand, vus du ciel, ils sont si petits.

Un peu à l’image de leurs coeurs,

  • pierres plates et épines de plantes grasses, sécheresse et vindicte !

Donc me voilà à Perpignan.

Je descends du train et m’engage dans le grand hall vide, le fameux “Centre del Mon”.

Résultat de recherche d'images pour "gare de perpignan sale"

Des SDF tendent la main et s’accrochent aux plus riches, les plus dédaigneux d’eux, pourtant.

Ils n’ont pas de monnaie, les riches, jamais.

Ils ont juste des cartes bancaires, des “Golden Cards”.

– “My heart belongs to my Golden Card, to my Master Golden Card !”

Les jeunes traînent avec des chiens.

Comme Johnny HALLYDAY, ils aiment les chiens !

Et les chiens les aiment.

Ils leur rendent leur amour aux hommes, sans rien exiger d’eux que d’être avec eux, à traîner à longueur de journée et à avoir soif et faim, eux aussi.

  • C’est bien les seuls à les aimer, ces jeunes qui n’ont pas d’avenir et le savent !

Car aimer les chiens ne suffit pas à créer de l’humain avec les autres “chiens”.

Je passe entre un jeune qui alpague un vieux con,

  • et une jeune qui regarde, hagarde, le vieux con repousser le jeune.

  • Un SDF mature tente de la jouer : – “Sois sympa, mon prince, file-moi au moins une clope !”, en retenant par la manche un autre vieux con qui se sauve, tirant sur son bras pour le libérer et retirant sa main de sa poche pour mieux s’enfuir, valise à la main.

_________________________________________________________________

https://www.causeur.fr/perpignan-declin-louis-aliot-catalogne-148058

Perpignan, la Catalane assoupie

parDaoud Boughezala

– 1 décembre 2017

[ Ghettoïsation, clientélisme et sinistrose économique: depuis des décennies, Perpignan décline malgré les efforts de quelques élus dynamiques. Tandis qu’à Barcelone la prospère, nombre de Catalans rêvent d’indépendance, sa voisine française se cherche encore. Reportage.

Terminus Perpignan, tout le monde descend au « centre du monde ». Pardon, au «centre del món», comme il est écrit sur les panneaux de la gare. Inspirée d’une saillie fantasmagorique de Dali sur la dérive des continents, l’inscription en catalan n’annonce pas franchement la couleur. Car Perpignan trône au cœur d’un des départements les plus pauvres de l’Hexagone et accumule les records négatifs. Non content de la placer dans le flop 5 des métropoles économiquement les moins dynamiques de France et de Navarre, Le Figaro a récemment classé la capitale catalane au sommet des villes où il fait bon investir dans l’immobilier : les prix y sont si bas qu’un an suffit à rentabiliser l’achat d’un appartement. En sortant de la gare, je croise une théorie de mendiants à quelques mètres des inévitables kebabs. Nul punkachien à l’horizon, bien que nombre d’entre eux débarquent ici, persuadés que la misère sera moins pénible au soleil. Palmiers, plaques de rue bilingues français-catalan et immeubles à teintes pastel donnent des accents ibériques à ce dernier bout de France avant la frontière. Vu de Paris, Gitans, Maghrébins et petits Blancs donnent l’impression de se tirer la bourre.

[…]]

Résultat de recherche d'images pour "perpignan ville sale"

___________________________________________________________

Ainsi je me retrouve devant,

  • mais pas encore dehors,

– devant la façade vitrée, si haute et si grande, si impersonnelle et si moche du bâtiment appelé le “Centre del Mon”.

Dehors, il tombe des trombes d’eau.

Et j’ai laissé ma voiture chez moi.

Comme la plupart des policiers, ou ex-policiers,

  • comme la plupart des fonctionnaires, ou ex-fonctionnaires,

– j’ai fui Perpignan.

J’habite ailleurs !

Résultat de recherche d'images pour "perpignan ville sale"

C’est pas une vie aussi pour les Gitans privés de vacances – Voir article de l’Humanité

Le Maire de Perpignan est sans doute celui qui habite le plus loin de Perpignan puisqu’il a choisi de traverser la Méditerranée et de résider plus souvent qu’à son tour au Maroc.

  • C’est peut-être pour ça que le nouveau maire plante autant de rocaille, de cactus et de palmiers, détruisant tout ce qui avait été planté par l’ex-“père-maire”, Paul  ALDUY, et autrefois préservé tant bien que mal par son “fils-maire”, Jean-Paul ALDUY,

  • allant jusqu’à détruire le square Bir-Hakeim avec ses arbres bi-centenaires,  plantés depuis 1800, actuellement encerclés et entravés par des tuyaux, à cause d’un chantier qui est un vrai “chantier” ! où les platanes “remarquables” se sont retranchés sur pied,  entourés de tranchées et de terre retournée avec des bulldozers tranchant dans le vif de leurs racines, au risque, voulu ou pas, de provoquer à terme la mort de ces arbres “vénérables” au sein du parc très couru de Perpignan.

La “Promenade des Platanes” est aussi devenue la “Promenade des “Plantés””,

[allusion à la chanson de Julien CLERC “Je suis planté”]

  • avec ses platanes mutilés et torturés dont l’ombre a été réduite à portions congrues, ces arbres étant devenus les “ennemis publics numéro un” des agents des services d’entretien des espaces verts de la Mairie de Perpignan,

  • platanes à remplacer partout dans la moche ville par des palmiers qui tombent malades à Perpignan et meurent les uns après les autres.

________________________________________________________________________

Résultat de recherche d'images pour "square bir hakeim"

[C. Ripoull dénonce un «massacre à la tronçonneuse» à Perpignan

Lundi 14.9.2015. 18:15h]

________________________________________________________________
  • D’ailleurs les platanes ont été déjà arrachés autour de la fontaine sans eau, fontaine exceptionnelle offerte par la Catalogne espagnole, mais qui repose en paix comme une carcasse de voiture, désossée la plupart du temps, jouet cassé par “l’enfant gâté” de la ville, lequel cumule les mandats malgré ses promesses jamais tenues de s’en abstenir.

  • La place est entourée et assiégée par des pelouses artificielles qui pourrissent et garantissent davantage le maintien éternel d’odeurs réelles et nauséabondes telles qu’urines humaines et déjections animales là où d’anciennes pelouses naturelles, maintenant détruites, étaient capables d’absorber et de neutraliser ces odeurs à peine supportables pour l’odorat humain et même canin.

Amen.

Il lui manque l’esprit saint à Monsieur le Maire de la ville de Perpignan,

  • cet esprit visionnaire qui animait l’ancien Maire de Montpellier, Georges FRECHE, un “personnage”,

  • un “Monsieur”, celui-là, un vrai “Monsieur”, “Monsieur” Georges FRECHE.

Il doit avoir la nostalgie du Maroc, le Maire de Perpignan,

  • tandis que le Maire de Montpellier, Georges FRECHE, lui, avait la nostalgie de l’Empire romain avec sa ville tracée au cordon, grâce à “l’équerre et au compas”.

Résultat de recherche d'images pour "square bir hakeim"
Fermé TOTALEMENT pour cause de travaux, un “VRAI CHANTIER” !

Donc le Maire de “Perpignan la Catalane” la transforme en un “Casablanca” bigarré, avec ses souks et ses ventes de stups, ses burnous et ses babouches pittoresques ou parfois cauchemardesques, tant la notion d’élégance relève de canons différents selon les moeurs, les époques et les lieux.

Parce que Marrakech, c’est trop chic pour devenir Perpignan.

Mais Perpignan, ce n’est pas assez chic pour Monsieur le Maire de cette ville, agglomération qui n’a plus de poumons verts et va sans doute asphyxier, au sens propre comme au sens figuré, ses habitants, et s’asphyxier,

  • pour se venger des hommes bêtes qui ignorent que ce sont les arbres qui transforment le gaz carbonique en oxygène, pas le béton !

http://madeinperpignan.com/il-est-ou-le-maire-il-est-ou-tube-de-lete-par-clotilde-ripoull-et-perpignan-equilibre-1/

Je suis prête à parier que cet été, Perpignan, ville non industrialisée, aura aussi sa pollution à l’ozone permettant d’accuser les automobilistes d’en être à l’origine pour qu’ils deviennent les cochons payants d’une immense farce politique locale et nationale,

  • appelée l'”écologie punitive”.
  • A moins que les services de police et le Palais de Justice – qui porte si mal son nom ! -,  ne se décident enfin à taxer les dealers de stupéfiants qui enfument les édiles et plument les volatiles toxicos à Perpignan ?

Perpignan, c’est déjà le Maghreb, mais sans la capacité des polices algériennes et marocaines à faire régner l’ordre.

Résultat de recherche d'images pour "maghreb perpignan"

“Maghreb, femmes à l’honneur” ? Il suffit de lire les titres pour en être convaincus. 

A Perpignan, ceux qui font régner l’ordre, c’est la “racaille”, comme à Marseille,

  • petites cailles adorées et fort bien traitées dans cette ville du Sud méditerranéen.
  • Charité bien ordonnée commence par soi-même !

Pour ce qui est de cette charité-là, les dealers ont bien intériorisé cette norme “culturelle” française.

Pour sûr, à Perpignan, on a pris de l’avance sur le projet européen d’intégration,

  • inclure l’arc méditerranéen dans l’espace européen,

  • en devenant la plus grande place de vente de stups sur le front hispanico-franco-maghrébin.

Depuis 2017, le Maire de Perpignan a entrepris de construire la plus grande Mosquée du pays catalan sur un terrain de 2 400 m2 vendu 140 000 euros, prix de la dhimmitude, à une association arabo-turque, “l’Ensoleillée”, “ASSATE”, dans le quartier de Mailloles,

  • après avoir promis de favoriser l’implantation d’une agence immobilière musulmane dans le quartier sud de Perpignan au Moulin à Vent, réservée à qui de droit !,

  • c’est à dire principalement aux pratiquants et trafiquants de la seule religion qui a le droit, dans ce pays laïque, de discriminer “positivement” les bénéficiaires des faveurs de Monsieur le Maire.

Résultat de recherche d'images pour "mosquée à Perpignan"
La loi du quartier, laquelle ? La “Charia” ? Pas la loi française, c’est sûr.

Etre Chrétien à Perpignan revient à n’avoir plus aucun droit, victoire pour les maçons néo-cons !

Mais ce qu’ont oublié les “pas francs”-maçons de Perpignan,

  • ville qui en compterait le plus en France au mètre carré,
  • c’est qu’eux aussi ne seront plus les bienvenus à “Perpignan-la-Mecque”.

D’où le déménagement du Pôle Universitaire de Droit appartenant à l’UPVD de Perpignan au Centre Ville de Perpignan, “bouge” déserté, le Centre Ville, avec, à terme, un projet très simple et qui devrait rapporter gros aux élus locaux :

– déménager dans le futur l’intégralité de l’Université au centre de Perpignan pour laisser “se communautariser” le sud de Perpignan “en paix”

  • et faire de Perpignan,

  • ce souk ouvert à tous les trafics illicites,

  • une porte ouverte de l’Arabie islamique sur l’Europe.

C’est pour cette raison, à Perpignan même, qu’ont été construits des abattoirs gigantesques, respectant la norme “halal”, avec leurs salles d’abattage orientées vers la Mecque, s’il vous plaît !,

  • pour aider les sacrificateurs musulmans à trouver la Mecque,

  • parce qu’un dieu sanguinaire leur commande de ne pas endormir les animaux pour les égorger CONSCIENTS, encore aujourd’hui au XXIème siècle, agonisant de longues minutes avant que les bêtes ne meurent.

Les abattoirs ont été édifiés près de l’autre TRES GRANDE MOSQUEE de Perpignan, celle qui est désertée par les Musulmans car trop éloignée du centre de Perpignan,

  • située entre l’aéroport de Perpignan-Rivesaltes et le noeud autoroutier international aux fins de favoriser les flux “touristiques” halal.

___________________________________________________________________

Résultat de recherche d'images pour "mosquée à Perpignan"

L’église chrétienne et ancienne de Perpignan est située malheureusement dans le quartier des “dealers”. A deux pas de l’entrée de l’église, des “mineurs guetteurs” installés sur le perron d’une maison font bien comprendre aux visiteurs et/ou pratiquants qu’ils les dérangent dans leur petit commerce !

La police nationale ne peut rien faire car prendre les dealers en flagrant délit serait mission impossible et la police municipale renvoie les victimes d’insultes et de menaces vers le procureur de la république qui est aux abonnés absents. Lol !

Les incendiaires et les dealers courent toujours. Mais les policiers syndicalistes qui dénoncent ces faits sont révoqués. Ouf, la réputation de la police nationale est sauvée ! 

  • Rappelez-moi : le trafic de stupéfiants est illégal en France, non ? Ou me trompè-je ?

Résultat de recherche d'images pour "poivrot humour"

_______________________________________________________________________

Merci aux généreux contribuables perpignanais !

Pourtant Perpignan est une des villes les plus pauvres de France et ses commerces désertés en sont la preuve. Je devrais préciser, les “commerces honnêtes” !

Sa jeunesse française est en totale déshérence et tombe en désespérance.

Donc il est juste de dire que le seul métier d’avenir qui existe à Perpignan est bien celui de vendeur de shit marocain, à condition de l’être, Marocain ou au moins Maghrébin et de parler “arabe”.

Sinon vous allez direct à la case “prison” !

_________________________________________________________________

http://www.cnews.fr/justice/video/drogue-quand-une-saisie-record-revele-les-liaisons-dangereuses-entre-stups-et-indics-155824

Drogue : quand une saisie record révèle les liaisons dangereuses entre “stups” et “indics”

Justice – Publié le 03 mars à 19:11 – Mis à jour le 23 mai 2016 à 17:53

Résultat de recherche d'images pour "serpico"
A Perpignan, les juges d’instruction sont “débordé(e)s”
Absolument dé-bor-dée !. ou le paradoxe du fonctionnaire
  • quand il s’agit de défendre les victimes de patrons harceleurs
  • mais disposent de suffisamment de temps libre pour mettre en examen les syndicalistes “incorruptibles” et incorrigibles qui “parlent”
  • et surtout écrivent trop.
Je connais même un-e juge d’instruction qui, par d e p i t, fait la tournée des bars pour conseiller personnellement aux tenanciers de “dénoncer” un policier pour racket, il paraît. J’écris “il paraît”, parce que le policier en question et les tenanciers ignoraient,
  • pour le premier qu’il les rackettait
  • et pour les seconds qu’ils étaient rackettés.

D’ailleurs un, puis deux des tenanciers interrogés par “le-la” juge d’instruction durant sa tournée des bars ont demandé au policier :

_ “Alors tu nous rackettes ?”

Un-e juge d’instruction qui enquête seul-e sur son terrain favori,

  • les bars de la ville de Perpignan,

c’est beau, non ?

Et c’est du sérieux ! 

Résultat de recherche d'images pour "juge d'instruction ripoux"

 

C’est aussi en sirotant un verre au comptoir d’un bar que “le-la” même juge d’instruction, toujours par d e p i t, s’était fendu-e d’un rapport contre un autre pilier de bar,

  • un policier, qui aurait manqué de respect à son supérieur hiérarchique…
  • lequel était absent et de la scène du crime de lèse-majesté  et absent au moment de la “commission” de ce crime.

Comment manquer de respect à son supérieur hiérarchique lorsqu’il n’est pas présent sur les lieux de votre irrespect, je vous le demande ? Un mystère de plus qu’Hercule POIVROT devra résoudre à Perpignan.

M. “le-la” Juge, sauf votre respect, arrêtez la tournée des bars le soir dans la petite ville de Perpignan. A force vous allez finir par avoir mauvaise réputation !

Et vous savez ce qu’on dit : – “Quand deux poivrots se rencontrent, ils se racontent des histoires de poivrots !” Poursuivez de votre ire les “vrais” délinquants et arrêtez de vous prendre pour un commissaire de police en règlant leurs comptes “personnels” à leurs places,

  • commissaires d’ailleurs qui ne vont plus sur le terrain depuis longtemps.

 

Résultat de recherche d'images pour "poivrot humour"

______________________________________________ _________

Je résume l’article qui nous intéresse par rapport à Perpignan :

  • François MOLINS, le Roussillonnais, actuel procureur de la République de Paris, fait dessaisir de l’enquête sur le trafic de stupéfiants marocain un service d’investigation à compétence nationale, spécialisé dans la lutte contre  les trafics de stupéfiants
  • aux fins de protéger un “dealer” à la casquette d’indic, Sofiane H.,
  • un “parrain de la drogue”, inscrit comme “tonton” dans les listes d’indics du même service de police.

Question pour les nuls :

  • Combien de tonnes de drogues transitent du Maroc via Perpignan vers Nantes pour arriver à Paris, grâce à des “go-fasts” autoroutiers, quelquefois interceptés,
  • sous couvert de “pistage de trafiquants de stupéfiants” qui sont de toute manière déjà identifiés et inscrits comme “tontons” dans nos services de police, donc “protégés” par la justice ?
  • Et combien cette “bienveillante protection” rapporte-t-elle aux protecteurs “institutionnels”, fonctionnaires de police et magistrats ?
  • Ce qui est  certain, c’est que l’Etat et les contribuables français n’y trouvent guère profit. Ce sont même eux les perdants, puisque le “tonton”, l’homme à protéger, est le “parrain” à la tête du réseau, comme dans le cas de Sofiane H.,
  • parrain qui devrait être l’homme à abattre, si nous étions dans un pays de droit.

Autre question d’importance :

 

Résultat de recherche d'images pour "michel neyret"

______________________________________________________________________________

https://www.nouvelobs.com/justice/20170317.OBS6775/proces-du-vol-de-cocaine-au-36-quai-des-orfevres-chute-d-un-policier-modele.html

Procès du vol de cocaïne au “36 Quai des Orfèvres” : chute d’un policier modèle

[…]

Par ailleurs, lors du procès, Farid Kharraki a affirmé que la drogue lui avait été remise par deux personnes en présence de Guyot. “Qui ?”, l’interroge alors le président. “Je ne sais pas”, rétorque le trafiquant, soudain mutique. “Donc Jonathan Guyot n’a pas agi seul ?”, l’interroge encore le président du tribunal.

Demandez à l’IGPN, ils sont assis au fond de la salle.Vincent Monnier

_______________________________________________________________

  • – “DEMANDEZ A L’IGPN, ILS SONT ASSIS AU FOND DE LA SALLE.”
  • – “Vous leur avez demandé ?
  • “Surtout pas !”

_ Au fait, demander quoi ?

_ Ah oui, si Jonathan GUYOT, originaire de Perpignan et ayant toujours ses attaches dans cette ville “merveilleuse”, avait des complices au sein de la Police Nationale ?

Pas la peine, nous avons la réponse :

_ IL FAUT DEMANDER A L’IGPN.

_ Si c’était “non”, la réponse, nous l’aurions su de suite.

  • Donc c’est “OUI“.

_ Oui, il y a d’autres complices au sein de la Police Nationale que l’IGPN a protégés.

Résultat de recherche d'images pour "juge d'instruction ripoux"

_____________________________________________________________

 

Si vous voulez vendre de la drogue sans appartenir à la “Communauté”, vous risquez à coup sûr de vous faire arrêter par la Police Nationale,

  • plus pour concurrence déloyale, – ce commerce NON “national” n’est pas permis aux Français de souche -,
  • que pour trafic de stupéfiants, – trafic illégal selon la loi française et internationale -,
  • mais  LEGAL dans la pratique perpignanaise et donc sur le territoire français.

Il semble bien y avoir un accord tacite entre la gouvernance de cette ville et les forces de police pour ne pas “embêter” les “touristes” du Maghreb ou les “bi-nationaux” qui vivent plus qu’aisément grâce à ce commerce devenu LEGAL,

  • la vente des stupéfiants, puisque,

  • s’il est interdit par la loi française de vendre des drogues,

  • la police nationale et le procureur de la République l’autorisent.

Qui ne dit mot consent et qui n’agit [pas] autorise !

Si l’on est français et que l’on veut vivre bien à Perpignan,

– il faut se faire élire maire ou conseiller municipal pour avoir sa part du gâteau et recevoir les bakchichs traditionnels accordés généreusement dans le monde du Maghreb aux “Céfrans” qui acceptent de se soumettre.

La “Dhimmitude” a ses propres habitudes et son habitat insalubre.

Résultat de recherche d'images pour "mosquée à Perpignan"

Nous ne pouvons pas loger nos SDF dans des logements sociaux mais tout le monde s’en fout !

  • Pendant ce temps Monsieur le Maire de Perpignan concède un terrain de 2 400 mètres carrés à une association “culturelle” arabo-turque et le lui cède pour une somme astronomiquement… basse de 140 000 euros.

Heureusement Monsieur le Maire de Perpignan est un Républicain !

Sinon, j’aurais eu peur.

Me voilà rassurée.

Résultat de recherche d'images pour "poivrot humour"

_________________________________________________

Et me voilà débarquée à Perpignan, dans une gare du bout du monde,

  • déjà à l’autre bout de la Méditerranée.

[Mais si !, j’aime bien Marrakech. Même que j’y suis née ! Mais de là à faire venir le Maroc et son shit en France !, il y a un fossé, une mer, la Mer Méditerranée, entre eux et nous, les trafiquants de drogue, qui ne devrait pas être franchi.]

Il pleut à seaux.

Des seaux remplis d’eau céleste qui vous trempent des pieds à la tête et traversent ma parka.

Je recule, pas pressée de sortir de suite et heurte une vieille dame.

– “Vous n’avez pas de moyen de transport ?” me demande-t-elle.

– “Non, j’ai laissé ma voiture chez moi. Je ne pensais pas qu’il pleuvrait autant à Perpignan !”

– “Si vous voulez, je peux vous raccompagner chez vous. Vous habitez Perpignan ?

– “Non, juste à côté.”

– “Ah, moi aussi. Moi, j’habite Canet-Village.

La “mamie” m’indique un nom de résidence cossue, principalement réservée aux classes aisées, aux retraités aisés, les seuls qui soient riches avec les dealers.

Je n’hésite pas longtemps.

Résultat de recherche d'images pour "gare de perpignan"

A Perpignan, prendre un bus, c’est comme parier au Loto. Il y a beaucoup plus de perdants que de gagnants !

Mode d’emploi des bus perpignanais :

– si vous voulez arriver à l’heure, efforcez-vous de ne pas partir à l’heure, surtout pas !

Mais bien avant l’heure…

Autrement dit un parcours qui vous prendrait vingt minutes avec votre voiture personnelle vous prendra une heure

  • si vous avez eu la chance d’avoir votre bus à temps,

– non pas que vous soyez arrivé-e en retard !

– mais si votre bus, lui, n’a pas trop de retard.

  • Et si votre bus a beaucoup de retard, ce qui est habituel dans Perpignan,

– n’hésitez pas à doubler ou parfois tripler l’estimation du temps de parcours prévu en voiture

– et donc à partir beaucoup plus tôt de chez vous pour prendre votre bus,

  • au moins une heure avant

  • par rapport à l’heure “normale” prévisible de départ de votre bus s’il arrivait à l’heure.

Image associée

Les seuls bus à l’heure sont ceux qui vous embarquent de force !

Sachant cela, vous comprendrez pourquoi j’accepte avec reconnaissance la proposition d’aide de la gentille dame âgée.

[qui pourrait être moi. Mais, dans mes rêves, je ne me vois pas vieillir.]

La “mamie” me précède jusqu’à sa voiture, mieux couverte que moi pour affronter ce temps qui est plus breton que catalan.

La pluie tombe si fort qu’à l’intérieur de la voiture, nous avons du mal à nous entendre parler. Les essuie-glaces peinent à rejeter la flotte qui s’accumule sur le pare-brise avant.

Les cumuls d’eau commencent à bloquer les rues de Perpignan, mais heureusement, nous sommes enfin sorties de cette “ville à bouchons”,

  • sans champagne ni campagne à cause de l’amour de la rocaille et de la canaille,

  • bouchons partout et toujours,

  • qu’il vente, qu’il pleuve ou qu’il fasse beau !

Parce qu’à Perpignan, comme à Paris, nous avons notre périphérique qu’il faut emprunter, surtout pour se rendre à Canet.

Résultat de recherche d'images pour "canet en roussillon photos"

Canet-Plage et ses petites boutiques le long de la promenade de la mer

Un périphérique autour de Perpignan avec plein de ronds-points,

  • sans lesquels la circulation serait plus fluide

  • et sans lesquels il n’y aurait plus de bouchons, ce qui serait moins rigolo.

Champagne !

Donc ce serait moins rigolo s’il fallait faire sauter les bouchons à Perpignan sans champagne et sans rond-points.

Sachant que les Pyrénées-Orientales ont récemment obtenu un prix :

  • le prix du rond-point le plus laid de France,

– placé par un jury national et impartial en deuxième position,

  • c’est à dire avec attribution de la “médaille d’argent du rond-point le plus laid de France”.

C’est dire combien il y a de ronds-points et combien, eh bien, en plus !,

  • ils sont moches, vraiment très moches, les ronds-points de Perpignan.

______________________________________________________________

https://actu.fr/occitanie/cugnaux_31157/palmares-toulouse-perpignan-possedent-deux-pires-ronds-points-france_15018733.html

Palmarès. Toulouse et Perpignan possèdent deux des pires ronds-points de France

L’association Contribuables Associés organisait, jusqu’au 8 janvier, le “Concours du pire rond-point de France”. Deux des trois “gagnants” se situent en Occitanie. Explications.

[…]
[Résultat : l’Occitanie s’est distinguée en plaçant deux communes de notre région sur le podium. Derrière le « Masque d’André-Malraux » de Pontarlier, grand vainqueur, figurent le « Cadran solaire » de Perpignan (2e) – 300 000 euros tout de même – et « L’arbre en ciel » de Cugnaux, à l’ouest de Toulouse (3e, pour un coût de 68 000 euros). […]]
Résultat de recherche d'images pour "ronds points de perpignan"
_____________________________________________________________

La petite voiture zigzague sur le périphérique et arrive péniblement à s’en sortir, malgré toutes mes appréhensions.

Ma conductrice paraît plus sereine que moi.

– “Nous serons bientôt à Canet”, dit-elle, satisfaite.

Horrifiée, je réalise que…

La “mamie” a oublié que je n’habitais à pas à Canet et nous avons raté la bretelle de sortie vers mon village.

J’essaie diplomatiquement de faire remarquer cette erreur de destination et de rappeler que je ne souhaite pas aller à Canet, moi.

Mais ma bonne Samaritaine continue de papoter et de rouler comme si de rien n’était et comme si mon village n’était rien pour elle.

  • Seule compte sa destination à elle, Canet.

Puis, tout à coup, paraissant piquée par une mouche, elle se tourne vers moi en souriant :

– “Je fais d’abord quelques courses dans les magasins du centre, ensuite je les dépose chez moi et après seulement je vous ramène chez vous, d’accord ? Après tout, nos villages sont assez proches, non ? C’est juste un petit détour. Si je vous ramène maintenant chez vous, le temps d’aller et venir, les commerces seront fermés . Et je n’ai plus rien à manger dans mon frigo”, termine-t-elle en riant.

Résultat de recherche d'images pour "canet en roussillon centre ville"

Quoi dire ?

Faire un caprice et exiger qu’elle me laisse là, sur la “deux voies”, en bord de route et sous des trombes d’eau, en déclarant fièrement :

– “Non merci ! Je rentre chez moi à pied.”

La route disparaît sous des flaques d’eau qui deviennent des ruisseaux qui deviennent des petites rivières.

Résultat de recherche d'images pour "canet en roussillon inondé"

Marcher ?

Patauger et bientôt nager seront des termes plus exacts pour décrire la traversée des eaux.

Nous arrivons assez vite à Canet.

Et des Hauts de Canet, la route plonge vers le bord de mer.

“Plonger” n’a jamais été un terme aussi exact à employer pour rouler vers cette “cuvette” qui s’emplit d’eau rapidement et qui commence à me faire peur, Canet-Plage.

Résultat de recherche d'images pour "canet plage"

Mais la “mamie” n’en a cure.

Elle veut faire ses courses.

Nous descendons vers le centre de Canet pour aller nous garer sans trop de problèmes,

  • pour une fois, à Canet !,

  • dans un parking qui devrait s’appeler plutôt une “pataugeoire” ou un bassin pour enfants.

C’est joli, Canet.

C’est propre et bien entretenu.

Les commerces sont des invitations à dépenser son argent pour des plaisirs non défendues, les plaisirs de la vie.

Canet a su préserver ses petites boutiques et ma conductrice s’empresse de filer vers une Supérette, puis un bar-tabac-presse, pour foncer finalement chez un Traiteur dont la vitrine expose des plats à faire saliver un noyé.

Résultat de recherche d'images pour "traiteur canet en roussillon"

“La Marée” de Canet-Sud – L’établissement existe depuis 25 ans.

Sébastien Rosse et son équipe vous y accueillent , dans un espace de 100 m² dédié aux poissons, fruits de mer et crustacés.

De la petite place centrale où a été garée la voiture, je la vois, la “mamie” et peux la suivre des yeux, faire ses courses effectivement avec gourmandise et une certaine mignardise.

Enfin, elle revient, les bras chargés de victuailles et son cabas de grand-mère plein à craquer.

Elle jette le tout à l’arrière du véhicule et se précipite dans la voiture, pour échapper à la pluie qui mouille tout et pénètre les corps, après avoir empesé les vêtements et pesé du poids de ses millions de gouttes d’eau sur les godasses devenues informes de ses victimes humaines.

Je note que ses cheveux, à la mamie, à la coiffure d’avant si élégante, pendouillent comme une perruque en train de sécher sur un fil de linge, sans retenue ni tenue.

Elle démarre rapidement :

– “Partons vite avant que nous ne puissions plus circuler !”

Résultat de recherche d'images pour "canet en roussillon inondé"

Canet et ses inondations

Là je me dis que c’est “mort” pour pouvoir retourner ce soir dans mon village.

Je risque fort d’avoir à passer la nuit chez ma bonne Samaritaine, si elle m’accepte.

Il va falloir que je prévienne ma famille de mon retard devenu certain, sinon de mon impossibilité à les rejoindre dans l’immédiat.

Car il est plus sage d’attendre que le ciel se calme, à l’abri, sous un toit de maison ou d’immeuble.

Nous quittons la petite place et réussissons à sortir du parking qui ressemble de plus en plus à un vrai bassin de piscine.

La voiture de Madeleine*

[Appelons-là ainsi]

– la voiture de Madeleine est petite mais stable.

Elle est assez haute sur roues,

  • ce qui évite de s’enliser ou de glisser vers les fossés sur les routes d’eau qui détrempent le sol et gondolent les chaussées alluvionnaires
  • mais ça ne m’empêche pas de “baliser”.

Résultat de recherche d'images pour "canet en roussillon inondé"

Colère à Canet : – “D’habitude, on est toujours averti à temps !”

Une automobile n’est pas un canot de sauvetage, sauf si elle est amphibie,

  • ce qui n’est pas le cas de la voiture conduite par ma gentille secouriste.

Un petit village dans le village de Canet a été construit, les pieds dans l’eau, pour les touristes de l’été,

  • des touristes aisés qui doivent pouvoir se baigner à leur aise, sans avoir trop de kilomètres à parcourir à pied.

L’écologie, aujourd’hui, c’est d’amener la mer au plus près des habitations !,

  • pour éviter que les gens ne se déplacent trop avec leurs voitures polluantes.

Du moins je suppose !

Sauf qu’à être trop près des plages, c’est la mer qui transporte les habitations loin de chez elle.

Des habitations qui la rongent comme un cancer, le cancer du littoral méditerranéen.

Résultat de recherche d'images pour "canet en roussillon inondé"

Canet : L’Hôtel des Flamants Roses inondé, 35 personnes au chômage technique…

Il n’y a pas que le soleil qui tue, à vouloir trop bronzer sur le sable chaud.

Il y a aussi la pluie !, une pluie qui transforme ce sable en marais mouvants, inquiétants car déconcertants.

Des serpents d’eau se glissent jusqu’à la route qui est de plus en plus inondée.

Moi et la “mamie”, malgré la pluie battante et la froideur pénétrante de la nuit qui commence à tomber, nous sortons de la voiture.

Madeleine ne pouvait plus avancer.

Il y avait trop d’eau qui monte, qui monte, qui monte, tout en bas, vers Canet-Plage.

Elle a choisi de se garer en bord de route pour laisser passer les puissants 4×4 qui font rugir leur moteur de bonheur,

  • du bonheur de servir enfin à quelque chose !,

  • en nous doublant et en nous éclaboussant.

Nous regardons toutes les deux, dégoulinantes d’eau, la cuvette se remplir jusqu’à peut-être déborder.

Mais quand, quand va-t-elle déborder la cuvette de Canet ?

Résultat de recherche d'images pour "canet en roussillon inondé"

Canet et ses inondations

Nous commençons à avoir peur, très peur.

Moi, j’ai peur de ne plus jamais pouvoir rentrer chez moi.

Et Madeleine aussi, elle a peur de ne pas pouvoir rentrer chez elle, en-bas, là-bas, là où elle est attendue.

Son chat l’attend.

Pourra-t-il aller se cacher ?

Non !

Pourra-t-il sortir du trou où il est piégé et échapper à cette marée montante et galopante qui noie petit à petit, peu à peu, Canet-Plage ?

Lui, le chat, les voisins de Madeleine et les familles venues passer quelques jours dans le Sud de la France,

  • là où il fait toujours plus beau qu’ailleurs ?

 

Résultat de recherche d'images pour "canet en roussillon inondé"

Tempête à Canet, 5 mars 2013.

Alors, comme s’il ne suffisait pas de voir l’eau monter d’en-bas, par le bas,

  • d’un pas pesant et lourd, mais d’un pas lent et sûr,

– et l’eau d’en-haut se mettre à tomber plus vite encore,

  • avec de la pluie serrée chutant de là-haut sans arrêt, à coups de seaux d’eau violents
  • le ciel se noircit sous nos yeux effrayés, plus noir que la nuit, sombre et menaçant.

Nous voyons la Mer Méditerranée se transformer en une estampe japonaise aux formes  cruelles  et tourmentées,

  • avec ces ébauches de vagues gravées sur bois comme des mains géantes qui sortent de l’eau pour saisir tout ce qui se présente à elles

  • et se saisir de la vie sur terre !

C’est comme si je voyais la Mort à l’oeuvre.

Résultat de recherche d'images pour "tableau japonais vague"

C’est à la fois terrifiant et glorifiant, à la gloire d’une force naturelle que rien, ni personne, ne peuvent jamais arrêter !

La Mer Méditerranée, cette eau si calme avec ses vagues si apaisées, s’enrage.

La “belle” perd sa façade lisse et, la bave aux lèvres, elle déborde de l’horizon,

  • “mer-ère” couvrant toute vie et recouvrant tout espoir de survie par son linceul blanc flottant dans les airs,

  • écume de mer presqu’animée de vie avec ses vagues-mains sorties de leurs manches liquides pour venir agripper les corps des vivants

Par Hokusai — Metropolitan Museum of Art, base de données en ligne : entrée 45434, Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=2798407

Ses vagues ne sont plus des barrières linéaires

  • mais deviennent des geysers furieux qui jaillissent du plan d’eau autrefois étal sous des cieux devenus orageux  alors que, si peu de temps avant, ils étaient bleus, si bleus.

Soudain, comble de l’horreur et de la peur, les cieux s’ouvrent, ils se trouent.

Ils se perforent de trous et de sillages de lumière qui viennent frapper la mer.

On entend la foudre

[si c’est la foudre ?]

  • crépiter comme une mitrailleuse

  • et tracer sur l’eau qui continue de monter jusqu’à nous des traits perpendiculaires, réguliers et arbitraires, comme peuvent l’être des tirs militaires, lorsque la “poudre de feu” a parlé.

J’entends encore le crépitement de ces impacts de “foudre”

[S’agit-il de “foudre” ?]

  • et j’entends surtout résonner le silence des morts,

– le silence de tous ceux qui se sont retrouvés ensevelis, sans pouvoir fuir leurs habitations, sous une mer devenue furieuse et périlleuse, jalouse comme une ventouse, aspirant tout l’air de la terre et attirant comme un aimant toute la terre sur la planète des hommes.

Nous rentrons instinctivement la tête dans nos épaules devant ces frappes aériennes terrifiantes et mortifiantes.

Résultat de recherche d'images pour "tsunami éruption volcanique"

Des nuages noirs, si noirs, plus noirs que la nuit, avec des trouées de lumière, genre de “foudres”, mortelles. 

Leur force est si grande que nous nous résignons à mourir debout, non pas assises dans la petite voiture,

  • par peur stupide de périr emportée par les eaux dans ce véhicule qui n’est plus qu’un fétu de paille.

L’eau arrive vers nous comme un cheval au galop dont la crinière d’écume éclabousse d’étoiles de feu la nuit qui vient enfin de tomber.

L’eau ?

Des murs d’eau.

Des mains géantes et mutilantes, des mains qui arrachent tout sur leur passage,

  • toute vie et toute envie de vivre.

Parce que les autres sont déjà morts et qu’il n’y a plus d’échappatoire possible.

Résultat de recherche d'images pour "tsunami éruption volcanique"

C’est le matin.

Je suis couchée dans mon lit.

Je me dis que je vais revoir le soleil et je me sens l’âme d’une Indienne qui a envie de faire la danse du Soleil pour saluer le lever de l’astre du jour !

Résultat de recherche d'images pour "sioux danse du soleil"
Animisme et Christianisme ont pour source commune le “Grand Esprit” avec des symboles COMMUNS
Les Indiens sont des frères de foi.

Il pourra se passer, un mois, trois mois, cinq ans ou dix ans avant que ce rêve ne se réalise.

Je l’espère le plus tard possible !

Et J’espère : – “Jamais !”

C’est ce que je me dis quand je décide qu’il est trop tôt pour se lever et que je referme mes yeux.

Je ne veux plus rien voir, plus rien savoir.

Malgré le soleil et la lumière du jour !

Peut-être grâce au soleil et à sa chaleur bienveillante…

– Dors encore !

  • Dors pour oublier qu’un dieu en colère est plus fort que les hommes…, tous les hommes.

Résultat de recherche d'images pour "sioux danse du soleil"

Le Maître de la Terre veut supprimer des vies et il appelle à en sacrifier d’autres pour laver l’affront des hommes qui veulent se prendre pour des dieux !

Depuis la nuit des temps, les hommes savent qu’ils doivent respecter ce pacte avec le Maître de la Terre.

Mais, au XXIème siècle, les hommes sont devenus si intelligents qu’ils pensent pouvoir arrêter une “Mer-ère” en colère avec leurs petits bras musclés et leurs tracteurs robotisés !

Je ne les ai pas vus mourir.

Au moins, tout a été si rapide qu’ils n’ont pas dû souffrir.

Je l’espère très fort !

Je ne veux pas savoir.

Je ne veux plus savoir.

Plus rien savoir.

Je finis par retrouver le sommeil, un sommeil d’où je chasse l’angoisse et la mort.

Dormir, c’est déjà mourir un peu.

Accepter de s’abandonner sans défense, sans lutter, pour partir très loin, et parfois si loin qu’on ne se réveille plus.

Pour moi, c’est ça, la mort.

Un sommeil qui laisse derrière lui un corps lourd et pesant pour nous faire voyager vers d’autres pays et d’autres émotions.

Et quand on se réveille, la vraie question est de savoir

  • qui est dans la réalité ?

  • Où est cette réalité ?

– Est-ce ce monde où l’on croit vivre ou est-ce ce songe où l’on croit dormir ?

Résultat de recherche d'images pour "mort sommeil"

Tout ce que je demande, c’est de ne jamais avoir à assister, impuissante, à la mort des autres,

  • des autres qui sont autant de moi-mêmes,

  • et que je ressens comme moi-même,

– avec leurs peurs et leurs espoirs.

__________________________________________________________

PERPIGNAN, VILLE IDEALE ?

Résultat de recherche d'images pour "sondages humour"

Majorité des avis, moins un, sur la ville de Perpignan, le “Centre du Monde”, “El Centre del Mon” :

https://www.ville-ideale.fr/perpignan_66136

Avis posté le 11-02-2018 à 08:49
Par WillyWilliam

1.94

Environnement

Transports

Sécurité

Santé

Sports
et loisirs

Culture

Enseignement

Commerces

Qualité
de vie

1

3

1

2

1

2

3

2

2

Les points positifs : Soleil.
Visa, seul moment de culture dans l’année.

Les points négatifs : Perpignan est un village endormi, abandonné.
Assez tistounet, mieux vaut ne pas être dépressif. Les ruelles du centre de sont gaies que par la couleur du bàti. Rien le dimanche.
Beaucoup de commerces mettent la clé sous la porte.
Insécurité grandissante, racailles partout. Jeunesse désoeuvrée.
Ville sale. Mauvaises odeurs dans les ruelles.

10d’accord 3pas d’accord

——————————————————————

Avis posté le 25-01-2018 à 13:13
Par loute
Actualisé X 4

1.94

Environnement

Transports

Sécurité

Santé

Sports
et loisirs

Culture

Enseignement

Commerces

Qualité
de vie

1

2

1

2

3

3

2

1

2

Les points positifs : Les monuments, le soleil. La mer, la montagne à proximité. Les alentours de Perpignan. Résider dans les communes à l’extérieur de Perpignan est préférable pour profiter pleinement du positif de la région.

Les points négatifs : Ville très sale et insécurité permanente. Des poubelles et containers qui traînent partout à longueur de journée. Tags partout. Ressenti “quartiers abandonnés” particulièrement quartier jouxtant la gare et st-martin (avenue Ribère, quais de Genève, Hannover, rue Cerdagne). Les trottoirs de l’avenue Ribère JAMAIS LAVÉS contrairement à d’autres quartiers et pourtant…
Cependant l’Agglo écoute vos doléances et répond autant qu’il leur est possible à vos attentes.
Pourquoi les tags ne sont jamais enlevés malgré les demandes sur des lieux publics alors qu’en centre ville aussitôt retirés.

11d’accord 2pas d’accord

—————————————————————–

Avis posté le 19-01-2018 à 14:49
Par Marie

1.06

Environnement

Transports

Sécurité

Santé

Sports
et loisirs

Culture

Enseignement

Commerces

Qualité
de vie

0

4

0

1

5

5

1

1

0

Les points positifs : Le seul point positif : le soleil et des températures agréables une bonne partie de l’année.

Les points négatifs : Ville extrêmement sale et surtout une insécurité permanente !!! Des quartiers qui font froid dans le dos, des sans abris qui font la manche à chaque feu de circulation, des groupes de racaille qui vous agresse verbalement et physiquement. Des embouteillages en permanence, des gens en pyjama au bord de la route en pleine journée… et j’en passe.
Bref depuis mon arrivée je pense qu’à une chose : mon départ.

15d’accord 3pas d’accord

Avis posté le 02-01-2018 à 22:00
Par Tintintin

2.88

Environnement

Transports

Sécurité

Santé

Sports
et loisirs

Culture

Enseignement

Commerces

Qualité
de vie

2

2

2

4

3

2

4

3

3

Les points positifs : L’air marin.

Les points négatifs : Ville sale, des catalans vantards, aucune culture à part Dali et la boisson. Ville morte en semaine, discussions insipides, insécurité croissante. Gitans en pyjama à 15h de l’après-midi qui zonent dans les rues. Fort taux de chômage, pas de boulot.

16d’accord 4pas d’accord

Avis posté le 31-12-2017 à 13:10
Par JuneHop

2.50

Environnement

Transports

Sécurité

Santé

Sports
et loisirs

Culture

Enseignement

Commerces

Qualité
de vie

3

3

1

2

1

1

3

2

3

Les points positifs : Dans la ville? Rien.
Sinon la mer et la montagne à proximité.. Mais bouchons pour la mer en été, et chaleur infernale.
La côte pour de belles balades hors saison.

Les points négatifs : Centre du monde? Vaste blague. Je ne vois pas ce que les catalans trouvent à cette ville : sale, triste, des gens bizarres qui zonent, attention aux vols et car jacking. Des gitans en pyjama à 15h qui profitent des aides et ne font rien à part se poser sur le trottoir et regarder les gens comme s’ils n’avaient jamais vu personne. Fort taux de chômage, les gens errent et ne font rien à part regarder le temps passer.
Aucune activité culturelle, discussions avec les gens insipides, ça vole pas très haut, normal car à part boire et se saoûler pas grand chose à faire. Les gens se soulagent dans les ruelles et ça se sent…
En hiver c’est mort et désert. Tristesse absolue. J’ai réussi à tenir quelques temps mais l’ailleurs m’appelle ouf !
Un conseil : ne venez pas, ou fuyez si vous pouvez !

20d’accord 6pas d’accord

———————————————————————–

Juste pour information, le seul avis positif donné sous « false flag » par un « institutionnel » est contesté par les lecteurs du site « ville-ideale.fr » – « Perpignan – 66000 » :

4d’accord 11pas d’accord

3+1 dont l’auteur du « false flag »

———————————————————————–

Evaluation générale de la ville de Perpignan

par le site “ville-idéale.fr” – “Perpignan – 66000”

5,15 / 10

Note moyenne obtenue par critère

Environnement

5,06

Transports

4,79

Sécurité

3,07

Santé

5,86

Sports et loisirs

5,98

Culture

5,59

Enseignement

5,64

Commerces

5,41

Qualité de vie

5,12

Notes obtenues sur 133 évaluations

Résultat de recherche d'images pour "trappes islam humour"
Advertisements