De COLUCHE : “Petite leçon de géographie pour les nuls ! Mayotte est une ville pour Claire O’PETIT, députée LREM ; la Guyane est une “île” pour Emmanuel MACRON, l’ex-Secrétaire National du même parti LREM. Et quand il s’envole pour l’île de Saint-Martin, votre actuel Président de la République, il s’expatrie. Peut-il gouverner un pays, la France, sans en connaître les contours et les desseins ?”

 

Avec bien des détours et des tours à vous jouer, les enjoués !

Vous, les nains joyeux de France, vous z’êtes les z’héros d’un dessin animé à la Walt DISNEY avec le géant vert MACRON, mais sans le “good end” à l’américaine, car sans lendemains chantants.

Juste le goût de la haine… contre vous qui les faites chier, ces élus LREM.

Il se la joue, film “à l’Emmanuelle”, Emmanuel MACRON !

Assis contemplatif et contemplé sur son fauteuil présidentiel, il décrète sans manière ce pays, votre pays, la France, être sans frontière, un pays devenu INEXISTANT.

Puisque sans frontière.

– “A mort, le nationalisme des “Nazes !, qu’y dit votr’Président, vive le mondialisme des LREM !””

Dans ce cas, quelle différence y aurait-il, après tout, entre une ville et une île ?

Prenons, par exemple, une ville comme Perpignan et une île comme Mayotte.

[COLUCHE a revêtu pour l’occasion le costume très professeural de l’enseignante en bas résille]

Pour Mme Claire O’PETIT, députée LREM, ex-Grande Gueule sur RMC, Mayotte est une ville, pas une île.

Pour Emmanuel MACRON, ex-Secrétaire National du parti LREM devenu Président de la République :

  • la Guyane est par contre une île

  • et l’île de Saint-Martin est une terre étrangère, pas française,

  • puisqu’il faut s’y expatrier.

C’est à dire sortir de la patrie française, des départements et des territoires d’outre-mer,

  • pour pouvoir s’y rendre en avion.

Ben ouais, quoi, l’erreur est humaine !

Même celle d’un Président de la République très, TrèS , TRES cultivé,

  • avec parfois des côtés très friches et friqués, du genre “j’m’en fiche”.

C’est qu’y faut quitter la France en avion quand on veut se rendre à l’île de Saint-Martin !

C’est pas permis à tous, surtout pas aux pauvres.

Donc on n’est plus en France, à l’île de Saint-Martin, surtout quand votre coffre-fort est à l’autre bout du monde, dans la partie non française de l’île de Saint-Martin.

Et bah oui !, quand t’es en France, t’es partout dans le monde !,

  • sauf dans la partie non française de l’île de Saint-Martin,

  • là où est pas enterré Johnny HALLYDAY, l’exilé fiscal,

  • encore un “expatrié” célèbre comme Emmanuel MACRON.

C’est beau, la France, non ?

Tu peux même aller en Nouvelle-Calédonie ou en Polynésie, la FRANCAISE, hein ?!

– Enfin, dépêche-toi pour la Nouvelle-Calédonie !

Car l’Emmanuel, y l’a déjà vendue à ses copains,

  • les multinationales du CACa40 !

T’imagine le backchich ?

Big “France is back !”, black micmac et Françafric !

Ni vu, ni connu.

Le backchich, c’est pas pour toi, pauvr’pom’,

  • mais pour eux !, les gens de la haute finance, pour leur profit personnel… et familial aussi.

Tout s’partage en famille !

– T’es de la famille et t’as d’la famille, toi, là-bas ?

Non ? Alors ferme ta gueule.

  • T’es hors jeu,

  • sauf si t’en vends !, du shit et des matières premières

  • et qu’tu prends du backchich en retour !

Sinon pourquoi rendre indépendante la Nouvelle-Calédonie et pas la Corse, hein ?

Bon, la différence entre la “ville” de Mayotte et “l’île” de Guyane, y’en a pas !

C’est vrai.

C’est le même bordel partout qui règne,

  • puisque personne ne gouverne, ni la Guyane, ni Mayotte, ni la Corse.

C’est donc le même bordel partout en France, même en France, piss’qu’on est encore en France, en Guyane et à Mayotte, et même en Corse !

  • si je m’abuse…, Docteur MABUSE !

Le même bordel qui règne partout dans la France, n’importe où qu’tu sois, sauf si t’es dans un quartier résidentiel V.I.P..

  • Bien vouloir prononcer à l’anglo-saxonne “Vie aïe pi”, comme “pipi”, à la fin,

  • du genre : – “Et je leur pisse dessus, na !”

Pass’que ça klaxonne mieux,”Vie aïe pi”,

  • comme un avertissement, dans les mémoires des “Français-e-s” “soumis-e-s” qui savent plus le parler, le français,

  • et qui baragouinent le “franglais” pour faire plus-se “classe”.

D’ailleurs y suffit qu’tu dises quand on t’demande :

– “T’as pipi ?”

– “Yes, “Vie aïe pi” !”

Stop, t’as tout dit.

Car, riche ou pauvre, le trou duc, y l’est toujours au même endroit.

J’suis trop fort en english.

Ce que j’m’amuse !

– J’ai l’droit, non ?

Oui, je sais, c’est ma pause “pipi, caca” qu’en horripilent certains,

– surtout à votr’époque de pudeur mal placée.

Faut pas dire “pipi, caca” mais t’as le droit de laisser crever un SDF sur un trottoir.

Y’a plus d’pissotières, y’a plus de “bains-douches” municipaux pass’que les pauvres, ça coûte trop cher aux riches.

– C’est beau, l’humanité !

Les riches, y devraient faire attention à la fureur des pauvres, un jour.

Un jour, c’est pas “Mon Prince” qui va venir !

Ce s’ra la “Führer” de pas vivre,

  • de pas pouvoir vivre de son travail par exemple.

Pourquoi ne pas vivre de son travail sur “l’île” de Perpignan, hein ?

Piss’que Perpignan, c’est très loin de Paris,

  • tellement loin d’ailleurs que c’est au moins aussi pire à gouverner que la Corse,

  • sinon même carrément pire.

Un patron à Véro, y disait même qu’y préférait les Corses aux Catalans pass’que les Corses, ça parle pas !

Tandis que les Catalans, eux, y causent.

Et y causent beaucoup de tort à ceux qu’ont raison…

Les plus forts à Perpignan, y z’ont toujours raison… d’avoir tort !

Tiens, un dernier exemple de l’ordre qui règne à Perpignan

  • sous la loi del “burro català”, du “bourreau” catalan (traduction phonétique, hein) :

– quand la société SAUR de Perpignan, celle qu’a jamais tort, coupe l’eau pendant 12 ans à Danièle et à son fils pour un impayé de 200 euros.

La société SAUR,

– qui sait qu’elle aura jamais tort à Perpignan,

  • le prouve

  • en ayant fait condamner la mère de famille par le “Palais de l’in-Justice” de Perpignan

  • pour un vol d’eau !

Parce que cette mère de famille, pour survivre avec son gosse, s’était bricolée un branchement sur un compteur général pour “filoter” de l’eau plate, pas de l’eau gazeuse.

Même si entre la société SAUR et Danièle, y’a d’l’eau dans le gaz avec el “burro/bourreau” “català-n” !

L’amour des bêtes peut conduire parfois à devenir “bête” !

Sinon il fallait faire six bornes à Danièle en voiture pour remplir des jerricans d’eau aux fontaines des villages alentour,

  • piss’qu’à Perpignan, ville honnie, le Maire a supprimé pratiquement tous les points d’eau gratuits pour faire fuir les SDF, les oiseaux du ciel et les bêtes de la terre.

Elle a survécu à la mode gitane, très locale à Perpignan, quoi,

  • tu vois le genre ?

Les gitans, pour ça, on les laisse tranquilles à Perpignan. Ils peuvent filoter gratis.

  • Mais faut être gitans, hein !?

C’est comme pour le métier de dealer !

La Police Nationale française qui n’arrive plus à recruter des policiers te fout une paix royale, marocaine de préférence, si tu deales des produits stupéfiants,

  • à une condition et une seule !, faut qu’tu sois au moins maghrébin ou qu’t’en aies l’air et la chanson.

Sinon tu pars à la “case prison”.

C’est ça, la discrimination positive.

C’est un commerce, le trafic de stupéfiants, qu’est réservé principalement aux Marocains, surtout çui de la vente du shit dit “illégale”, pour de faux en France,

  • avec des royalties à reverser au Commandeur des Croyants, le Monarque du Maroc, l’arrière-arrière-arrière-etc., petit fils de la fille du Prophète Mahomet, Fatima,

  • piss’qu’il a jamais réussi, le Prophète, à avoir un descendant mâle qui lui survive.

ALLAH, y l’a pas exaucé, dis donc !

“Y LL’A-H” pas eu de fils survivant, Yallah !, le faiseur de miracles, lui qui voulait tant en avoir !

Sans doute pass’qu’y s’comportait trop mal avec les filles, hein, comme Tariq RAMADAN ?

ALLAH,” Y LLAH” pas aimé et l’a puni.

Comme quoi, c’est un bon Musulman, mine de rien !, le “RAMADAN”

  • piss’qu’il imite le Prophète MAHOMET qu’avait été puni lui aussi.

Comment pouvez-vous lui reprocher d’imiter son Prophète à Tariq RAMADAN ?

On nous demande bien à nous d’imiter Jésus !

Dans un cas, quand t’imites Mahomet, t’es hors la loi dans un pays chrétien.

Et dans l’autre cas, quand t’imites Jésus, t’es aussi hors la loi dans un pays musulman.

Mais, dans le premier cas, si tu es hors la loi dans un pays chrétien, tu feras peut-être des travaux d’intérêt général,  – si l’Etat a de l’argent pour recruter le personnel, – si le nouveau personnel est d’accord pour travailler dans des conditions indignes et  – si les syndicats ne déclenchent pas de grève tournante.

  • Nan, c’est pas du Q, une grève tournante.

C’est du sérieux !

Sinon tu resteras chez toi à rien foutre,

  • avec un bracelet électronique que tout le monde oubliera, toi et ceux qui doivent te surveiller,

  • en cherchant sur Internet comment t’faire sauter pour faire exploser de plaisir autour de toi un maximum de “crétins”, avec ou sans bracelet électronique.

Par contre, si t’es chrétien dans un pays musulman, le suspens sera vite abrégé comme la durée de ta vie.

Car, dans le second cas, être chrétien au pays des Muzzs, c’est s’faire couper la tête à la mode musulmane pour avoir osé annoncer une “Bonne Nouvelle” !

– C’est dangereux, le bonheur, faut pas croire !

Et tu pardonneras aux imitateurs du Prophète Mahomet comme Jésus a pardonné aux Juifs,

  • pass’qu’ils ne savent pas c’qu’y font, tous ces cons !

Danièle, elle, elle a pas le droit, de pas respecter la loi à Perpignan.

Elle fait partie des pauvres qui n’ont aucun droit dans un Royaume chrétien,

  • enfin ! [soupir] autrefois chrétien.

Comme toi.

D’ailleurs le Tribunal Correctionnel de Perpignan la Catalane “l’a corrigée”, Danièle, pour de vrai !

Il a fait appliquer la LOI, la seule encore pratiquée dans ce pays athée, celle des RICHES.

Le TRIBUNAL CORRECTIONNEL de PERPIGNAN A CONDAMNE la mère de famille pour VOL d’EAU

  • VOL d’une EAU QUI AURAIT DU LUI ETRE REGLEMENTAIREMENT ET A BON DROIT VERSEE !

Trop fort, non ?

Evidemment les juges du Tribunal Correctionnel de Perpignan ont “oublié” de relever le non-respect des textes de loi par la société SAUR,

  • loi pourtant connue et applicable depuis 2013

  • société SAUR qui était dans l’obligation de laisser l’eau couler.

Si !

Mais quand “on” est riche et puissant à Perpignan, le respect de la loi, c’est pour les autres !

C’est ça, la vraie vie, la vraie vie des pauvres gens.

C’est du réel.

A Perpignan !

Les victimes, non seulement, ne sont pas défendues par les magistrats contre les coupables,

  • mais elles deviennent des coupables au Palais de “l’in-Justice” de Perpignan,

  • ce ventre de Perpignan qui transforme les vrais coupables en fausses victimes

  • et autorise même ces coupables, fausses victimes, à déposer plainte ensuite contre leurs vraies victimes, des pauvres gens sans défense,

  • pour “dénonciation calomnieuse”, le “nec plus ultra” de la vengeance des riches gens

  • protégés quelques fois par de “puissants” potentats tels qu’Ali JUPPE, surnommée la “Voix de l’ONU” dans ce département du bout du monde ou au centre du monde, “el centre del mon”,

  • “Voix de l’ONU” aujourd’hui écoutée par votre “MONARC”, Emmanuel MACRON

  • et pressentie pour être tête de liste LREM aux élections européennes.

Pass’qu’Ali JUPPE, y l’est trop fort !

Les Français le sortent par la porte et y rentre par la fenêtre LREM, “Ali JUPPE”.

Les Français disent : – “Nous, on veut plus de lui !”

Le Président de la République, lui, y dit qu’y veut que lui, Ali JUPPE,

  • et ne jure que par lui, avec Edouard PHILIPPE.

C’est le trio Bildeberg,

  • Ali JUPPE, Emmanuel MACRON et Edouard PHILIPPE, trois noms,

  • “trois points” c’est tout,

  • à retrouver dans la liste des invités triés sur le volet, le volet d’la fenêtre par où y l’est re-rentré, “Ali JUPPE”,

  • le carton d’invitation à la Conférence des Bildeberg, réunion ultra-secrète dans un lieu tenu caché le plus longtemps possible et dont le maintien de l’ordre est payé par les deniers des contribuables z’européens, ces cons de cochons payants.

La justice de France, c’est devenu en trois points “l’in-Justice” des pauvres,

  • une fraternité de riches,

  • des cochons de bourgeois qui se protègent jalousement et mutuellement,

  • pour ne pas finir la tête coupée par la “Veuve” révolutionnaire de 1789, Dame Guillotine inventée par l’un des Frères, un médecin !, pour faire mourir plus vite et au plus vite les ennemis d’une Révolution française devenue maçonnique.

Histoire,

  • s’y leur venait l’idée de se défendre elles-mêmes, aux victimes, aux “vraies victimes”,

  • de leur faire peur

  • et de leur ôter tous moyens de résistance et de subsistance.

– “Coupable vous z’êtes, d’avoir dénoncé calomnieusement un (faux) INNOCENT,

  • qui l’est devenu “in-justement” innocent,

  • pass’que les juges n’ont pas fait et n’ont pas voulu faire leur travail d’INSTRUCTION.”

Les sabotages judiciaires se succèdent à un rythme effréné !

C’est qu’y faut dissuader les pauvres de déposer plainte contre les riches !

C’est ça, l’exemplarité judiciaire à la française.

C’est la justice brutale del “burro català”,

  • l’inversion maçonnique des normes sociétales et morales qu’ils appliquent,

  • les FM, sans coup férir et sans faiblir,

  • au nom du devoir fraternel de secours mutuel.

Les juges italiens incorruptibles meurent tués sous les coups et les tirs de la P2 et de sa mafia italienne,

  • ayant décrété l’exercice de leur profession incompatible avec le secret de l’appartenance maçonnique
  • et incompatible avec l’appartenance maçonnique aussi,

tandis que les juges français mourront tués à cause de la prévarication et de la corruption qui sévissent en France,

  • sous les coups des pauvres et les tirs des Révolutionnaires
  • pour avoir secrété le venin de l’in-Justice par refus de rendre justice au peuple français,
  • ayant prêté le serment maçonnique de “devoir de solidarité fraternelle”, ce devoir de secourir toute soeur et tout frère “franc-maçon-ne”
  • et ayant prêté l’autre serment maçonnique du “pacte de non agression fraternelle” qui interdit à un policier ou à un juge maçon de dénoncer et d'”attaquer” en justice un autre franc-maçon, au mépris de l’article 40 du Code de Procédure Pénale.

Sauf quand vous vous appelez Jérôme CAHUZAC !

Les frères maçons, y voudraient son suicide physique !,

  • après avoir obtenu déjà son suicide politique,
  • qu’y s’y prendraient pas autrement.

_____________________________________________________________________

https://www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/une-perpignanaise-vit-12-ans-sans-eau-courante-la-saur-condamnee-1520444293

[Suite à un impayé en 2005 et à une coupure par le distributeur, une habitante de Perpignan a vécu 12 ans sans abonnement. Par décision de justice [du tribunal de Nanterre], le groupe SAUR est aujourd’hui obligé de rétablir la connexion.

L’histoire paraît à peine croyable, et c’est pourtant ce qu’a vécu cette famille catalane. Une habitante de Perpignan et son fils ont passé douze ans sans eau courante à domicile. Tout commence à cause de factures impayées en 2005 : Danielle (prénom d’emprunt) doit 200 euros à la SAUR, la compagnie qui distribue l’eau au robinet sur une partie de l’agglomération de Perpignan. Faute d’accord sur le règlement de la facture, le groupe coupe purement et simplement l’accès à l’eau pour le logement. La loi l’autorisait à l’époque, mais depuis 2013, elle interdit les coupures.

Des jerricans aux fontaines des villages

Pour se laver, pour les toilettes, pour la cuisine, Danielle a donc dû faire autrement pendant douze ans, entre détresse et débrouillardise. Elle raconte qu’elle prend parfois sa voiture et va chercher de l’eau avec des jerricans de 8 litres aux fontaines des villages voisins. Une transhumance pour l’eau que Danielle dit vivre avec une “certaine honte”, sous le regard des passants. La jeune femme installe aussi une connexion illégale sur le réseau pour avoir un minimum d’eau chez elle.

Après un long combat judiciaire, le tribunal de grande instance de Nanterre a ordonné le 15 janvier dernier à la SAUR de rétablir l’accès à l’eau.

La SAUR se défend, et accuse la jeune femme de “vol d’eau”

Le groupe de distribution d’eau rappelle par la voix de son directeur de la clientèle Christophe Piednoël qu’il “ne pratique ni coupure ni limitation du débit d’eau depuis un an et demi”. La SAUR insiste aussi sur le fait que cette habitante de Perpignan a toujours eu de l’eau à domicile, car elle s’est branchée illégalement sur le réseau pendant des années.

La compagnie parle de “vol d’eau”, constaté par un agent en mars 2013, puis par huissier en octobre 2016. Près de l’habitation, un branchement sauvage sur le réseau d’eau a été effectué.

Le groupe indique aussi que cette ancienne abonnée a été condamnée pour cette pratique à trois mois de prison avec sursis le 11 janvier dernier par le tribunal correctionnel de Perpignan.

Même si le cas de cette Catalane est exceptionnel par sa durée, il n’est pas rare. La fondation France Libertés aurait aidé quelques 1.500 familles à retrouver l’eau sur les quatre dernières années.]

“France Libertés”, pour vous défendre !

_______________________________________________________________________

Sauf que le Tribunal de Nanterre, y l’est pas situé à Perpignan dans le Sud de la France,

  • là où règnent les Frères de la Côte,

  • la région où sévit la P2 italiano-maçonnico-catalano-perpignanaise pimentée à la sauce niçoise, avec un goût de bouillabaise marseillaise bien corsée,

  • avec des relents de “french connection” à la Charles PASQUA, (Allo, Charlie ?), le “SAC” de noeuds des vipères ministérielles “à l’intérieur” de l’Etat français.

La route du crime, tu la dessines comme une tautologie de la répétition entre :

– Perpignan, le Tribunal de Grande Instance,

– Montpellier, sa Cour d’Appel

– et/ou Marseille, sa Cour d’Appel aussi,

– jusqu’à Paris, au Tribunal Correctionnel, à la XVIIème Chambre spécialisée en droit de la presse,

  • là où se couchent les magistrats qui font carrière dans un droit qui oppresse les opposants politiques et les lanceurs d’alerte !

Piss’que l’actuel Procureur de la République de Paris est un Roussillonnais d’origine, c’est à dire un Catalan.

La boucle est bouclée de Perpignan à Paris.

De temps en temps, comme Don Quichotte, François MOLINS, y vient et revient s’attaquer aux moulins à vent du pays catalan qui brassent de l’air, à défaut de traiter sérieusement leurs affaires de délits et de crimes,

  • car les délits et les crimes sont jamais prescrits pour les vrais innocents déjà condamnés,

  • faux coupables qui doivent le rester, coupables, à Perpignan

  • sinon on saurait qui sont les “VRAIS coupables”.

Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ?

Et ce serait un scandale qui pourrait renverser des gouvernements si on savait tout ce qu’on doit pas savoir.

Si vous saviez !!!!!!!,

  • tout ce que vous ne devez pas savoir !

Y faudrait en arrêter du monde, sur la côte SUD de la France, si on savait !

  • Il faudrait p’êt’tre que la police s’arrête elle-même, d’abord !, si on savait.

  • Et pis les juges, aussi, si on savait !

  • Et pis vos élus, surtout, si on savait.

Là, y’a pas de différences entre la ville de Mayotte et l’île de Perpignan ou de Guyane.

C’est simple : – la loi française n’est pas respectée !

C’est le bordel partout.

Pourtant dans 1 cas sur 3,

  • le cas de l’île de Perpignan avec son insularité politique qui ressemble à son insalubrité endémique,

  • y’a bien une différence !

C’est l’indifférence française constatée sur le sol de France

  • quant à la délinquance stupéfiante qui s’y développe avec sa racaille qui salope tout.

Si l’indolence est de couleur noire pour les blancs,

  • moi j’dis que l’indifférence, “c’est blanc bonnet et bonnet blanc” pour ce gouvernement LREM

  • face à l’injustice et au désordre qui règnent maintenant partout en France.

Car c’est bien les seuls à régner en France,

  • l’injustice et le désordre, aujourd’hui !

Les z’autr’s, au gouvern’ment, y sont aux abonnés absents.

Y’a qu’les dealers aujourd’hui qui osent encore faire des contrôles d’identité dans les “ZND”, les “Zones de Non Droit” !

Eux, y z’ont peur de rien,

  • encore moins-se de la Police Nationale.

– Ils lui pissent dessus, à la “Raie Publique” !

Y s’garent là où y veulent, les caïds de banlieue, et les z’autr’s là où y peuvent,

  • même que toi, tu veuilles pas, pass’que tu passes plus !,

  • même que ce soit interdit, pass’que c’est interdit.

La LOI, c’est eux qui la font,

  • les caïds de la cité, les “grands frères.”

Un peu comme la SAUR, quoi.

Y’a les voyous d’en haut et les voyous d’en-bas,

  • tous “frères”

  • et tous LOGES à la même enseigne, celle du fric.

Et toi, pauvr’con, tu subis.

Au fond t’as l’sort que tu mérites, non ?

  • Et t’avise pas d’aller en justice, surtout pas, malheureux !

Sauf si t’es dealer et qu’t’as des potes policiers

  • ou qu’t’es une “personne morale”, au sens juridique et commercial du terme, pas au “sens strict”,

  • c’est à dire une banque qu’a pignon sur rue avec le pognon des Français détenu en otage dans les coffres-forts de la “personne morale”

  • sans morale qu’est une banque en France.

Car y faut pas mélanger l’argent et la morale !, ça s’fait pas.

C’est comme en politique.

“Frère CAZENAZE”, le bien-aimé et regretté frère par ses z’autr’s Frères, “l’ex-sinistre de l’intérieur”, y le disait : – “On ne mélange pas la politique et la morale !”

C’est sûr, sinon les prisons seraient remplies d’hommes politiques et moins de terroristes islamiques.

Aujourd’hui, tu peux rien demander à la Justice.

Sauf de faire taire ton voisin, çui qu’y pense pas comme toi

– et pass’qu’y pense pas comme toi !

Et que toi, tu penses comme y faut penser, hein ?!

Vérifie avant de dénoncer quelqu’un.

Sinon, “laisse béton”.

Tu s’ras dénoncé à ton tour et ainsi de suite…

Enfoncé jusqu’au cou dans les faux procès d’un droit d’la presse qui est devenu l’instrument du pouvoir politique en place !

Mais attention…

Trois petits tours et puis s’en vont, les marionnettes du pouvoir !,

  • pour être remplacées par des fascistes qu’aiment pas se déguiser en “Guignol”, eux.

Le règime de la DELATION mène à toutes les dictatures et légitime toutes les saloperies.

C’est vrai “qu’on”,

  • pass’que “on” est toujours un con, hein Véro !,

– c’est vrai “qu’on/cons” est très forts en France,

  • dans l’exercice imposée de la délation zélée,

  • à la “Kommandatur du coin”, la police nazislamiste” et la presse “SOROS-ienne”.

Faut penser comme Georges SOROS en France et dépenser son argent comme Paris HILTON, pour être “considéré-e-s” en France !

Faut qu’tu passes à l’es-SOR-reuse de la “Pensée Unique”,

– toi qui ruisselles d’idées nouvelles, à défaut de ruisseler de fric.

  • Et ça douille, crois-moi !, pour tes fouilles toutes percées.

L’argent te sort des poches plus vite que tu le gagnes, dis-donc !,

  • si t’as le tort d’écrire que t’es pas content.

En amendes recouvrables, sans pitié, ni amitié qui tienne, tu devras payer ta DETTE.

Sauf si t’es membre de la Grande Fraternité des “Nique la France” !

Et que tu loges-LOGES à la bonne adresse,

  • celle qu’en a pas !, d’adresse.

– Piss’qu’on arrête pas de te le dire,

  • que la franc-maçonnerie, ça n’existe pas, m…rde !

Méchant COMPLOTISTE !

Remarque, si la Justice est débordée en France pour les délits et les crimes graves,

– elle a beaucoup de temps à perdre… à faire “la police de la pensée”

  • et à donner la fessée à toutes celles et à tous ceux qu’ont pas les idées lisses,

  • surtout dans la “peau lisse”.

Pas une ride sur le front !

Faut sourire et dire que : – “Tout va bien”.

Sinon t’es radié-e si t’irradies pas d’la bonne humeur.

Tu sais !, comme dans un épisode du “Docteur WHO”,

– la série de l'”Anonymous” voyageur temporel.

J’te raconte :

  • – Les Humains ont laissé se coloniser une “zone” extra-terrestre par des robots et des nanodrones, une zone qui devait devenir leur futur paradis planétaire

  • à cause d’un exode “populaire” du à une guerre nucléaire terrestre, elle,

ce qui s’prépare aussi pour vous, les Alter-Mondialistes.

  • Aussi arrête de dire que : – “C’est nul comme intrigue”.

 

Les robots analysent que :

  • les Humains,

  • y supportent pas la tristesse et le chagrin.

Or ils veulent leur bonheur piss’qu’y sont programmés pour rendre heureux les Humains.

Donc ils décident de supprimer toutes les causes de tristesse et de chagrin dans leur colonie paradisiaque,

  • EN SUPPRIMANT LES HUMAINS

  • qui sont tristes ou qui ont du chagrin ou les deux.

Faut pas être dépressifs, crois-moi, dans cet univers concentrationnaire créé par l’imagination malade d’actionnaires qui s’rêvent en boîte à sardines, sans sexe et sans complexes.

Tu vois, sous la Présidence d’Emmanuel MACRON, c’est PAREIL, TOUT PAREIL.

Ils veulent faire ton bonheur malgré toi !

Piss’qu’ils ne peuvent pas combattre l’immigration incontrôlée,

  • incontrôlée car VOULUE,

–  ne pouvant pas lutter contre la délinquance,

  • en particulier les trafics de stupéfiants qui gangrènent les cités,

  • trafics illégaux devenus LEGAUX de par la passivité de vos pouvoirs publics.

La SOLUTION est donc toute trouvée :

  • FERME TA GUEULE, DUCON !

T’auras bientôt plus que le droit de dire que :

– “T’es content”

ou que :

– “Tout va très bien, Madame la Marquise !”

Sinon, gare à toi !

– Et tare ta gueule à la récré,

  • la grande récré du Conseil des Ministres du mercredi matin,

  • çui qui s’tient le mercredi matin, jour des z’enfants, pour décider comment te la faire fermer…,

  • ta grande gueule !

Le “blanc” ne lutte pas, y s’efface !,

  • quand y s’agit de lutter contre la délinquance stupéfiante et l’immigration clandestine.

Il a bien trop peur de s’faire buter par les z’envahisseurs.

Le “blanc”, y tient trop à sa peau délavée qu’a pas d’couleurs.

Y l’a trop eu de lavages et pas assez de lessivage.

C’est pas comme avec l’argent sale.

Y manque le blanchissage.

Les taches restent.

Et les taches, elles z’ont pas d’couleur.

Elles sont sales !

C’est juste de la saleté.

C’est pour ça qu’on dit de quelqu’un :

  • – “Oh, la tache !”

  • ou – “Oh, quelle tache !”

Mais faut pas le dire de votre Président, ça le fâche.

Tu comprends, l’argent n’a pas d’odeur ni d’couleur.

Et c’est pour ça aussi que le “blanc”,

  • y l’aime autant l’argent sale !

Vous, vous dites tous :

– “Oh l’Afrique et ses Républiques bananières !”

D’abord, pour être une République bananière, faut avoir des bananes.

Et les manières qui vont avec.

C’est pas donné à tout le monde d’avoir la banane et du Banania au p’tit déj..

– Non, madame !

– Nan, môssieur !

La France n’est pas une République bananière.

– NAN !

Elle vend pas de bananes d’abord, piss’qu’elle en importe.

Sauf les bananes des Antilles, mais pas celles de la “ville de Mayotte”.

Pourtant, “on” mange aussi des bananes locales à Mayotte.

Mais bon, depuis qu’y sont français, l’alcool a remplacé beaucoup de leurs besoins alimentaires aux Mahorais précaires.

  • Car la France sait exporter le meillleur de sa culture, l’alcoolisme !

Après tu t’étonnes que les blancs, en France, y soient un peu dégénérés et engendrés par hasard, au hasard d’une cuite, entre deux vomis d’après-cuite.

Les enfants, y les z’aiment !

– Mais à condition que ce soit les enfants des autres !, hein, Johnny ?!

C’est plus facile.

On ne voit pas sa réalité en face.

Même quand elle est jolie comme la mélancolie, sa réalité, et qu’elle s’appelle Laura !

Ou même quand il est talentueux et aventureux comme son père et qu’il s’appelle David,

  • l’idéalité de Johnny, le beau-fils de “la Joie”, le fils idéal !

Après, là aussi, tout dépend du degré d’imprégnation de l’éponge paternelle quand y l’a signé c’qu’y dit ne pas avoir signé,

  • son énième testament pour échapper au fisc,

  • qu’y croyait.

– “Aie confiance !”, qu’elle lui a dit.

En anglais, ça se dit “Trust me”,

  • ou tout comme, comme “Trust”.

Faudrait et y l’aurait fallu avoir un éthylotest pour le savoir,

  • un test qui tue ou qui empêche de tuer quelqu’un,

  • particulièrement tes enfants ou ceux des z’autres sur la route quand tu prends ta voiture.

Pass’que c’est plus-se un abus de poivrot qu’un abus de faiblesse pour Johnny !

Tu veux que j’te dise ?

Eh ben, y faudrait inventer l’éthylotest antisignature, quand t’es bourré

– plutôt que l’éthylotest antidémarrage !

Un accident en voiture, c’est moins grave qu’un reniement de progéniture.

Bon, de toute façon, Jojo, y veut s’expliquer, maintenant et tout de suite,

  • lui qui peut plus forniquer avec Laeticia, “sa joie”,

  • c’qui lui permet de mieux comprendre tout à coup qu’y s’est fait niquer.

Car, même avec des caresses, une femme, elle peut s’faire damner un saint homme.

Il suffit qu’elle ait deux mains !

Pas besoin d’être en état de faiblesse.

Et toi, tu t’retrouves condamné à perpét,

  • de l’autr’côté, non plus de l’Océan, mais du néant,

  • pass’qu’tu croyais que c’était le vide, la mort,

  • que c’était pas d’ la matière d’abord

  • et donc qu’y avait pas matière à écrire dessus, pas même une épitaphe.

Johnny, en plus-se, c’était pas un saint,

  • c’était un homme.

Et y suffit simplement d’être un homme pour s’faire avoir par une femme !, CQFD.

Plus t’es mûr, plus le fruit tombe rapidement de l’arbre.

Même ses deux plus petites filles ne sont pas sûres d’avoir l’héritage !

Ce sera dur.

Tout dépendra d’la veuve :

– si elle a le veuvage joyeux et dépensier, avec les breuvages à la française qu’excusent tout, toutes les erreurs de comportement et d’aveuglement,

– ou si elle a le veuvage sourcilleux et industrieux pour conserver l’héritage du “père adoptif”,

  • ce qui serait plus sage, la vie n’étant qu’un bref passage sur cette terre,

  • avec “Jojo” qui l’attend de l’autr’côté pour lui souhaiter la bienvenue.

J’dis “père” parce que, même pour elle, Jojo, c’était plus-se devenu un second père à soigner qu’un homme à aimer.

Quel dévouement admirable !

Et que de dévoiements dans cette histoire et d’aboiements pour rien !, selon moi.

A cause du “fisc Rapetout”, le fisc français.

[ Véro, elle savait pas qu’j’allais donner mon avis sur cette affaire aussi, hein ?

“On” verra à deux, Johnny et moi, si elle conserve cet aparté ou pas dans cet article.

Pour l’instant, y doit être occupé à cuver sa colère contre lui-même, Jojo, quèque part par là, à côté de Véro qui passe pas tout son temps avec lui, c’qui fait qu’il râle.]

Donc revenons à notre leçon de choses, c’est à dire à notre leçon de géographie française.

Elle me plaît bien, à moi, Madame Claire O’PETIT avec son franc-parler qui dénote dans une classe politique qu’ose même plus s’exprimer.

Mais qui pourrait expirer, à force de vouloir nous faire croire que :

– “Tout va très bien, Madame la Marquise !”,

  • chanson de 1935, juste avant la Seconde Guerre Mondiale.

Pour LREM, le seul continent qui compte, c’est l’Allemagne !

Mais là, j’avoue qu’y faut qu’elle révise sa géographie !

Et qu’elle se tienne un peu au courant de l’actualité du monde, Madame O’PETIT, c’est à dire de la place de la France dans le monde, sauf si elle a pour excuse d’avoir la courante, ce qui l’empêch’rait de pouvoir écouter et voir les nouvelles dans sa vie courante.

– Quoiqu’aux chiottes, rien ne t’interdit de lire les journaux, de te torcher le cul avec et de tirer la chasse d’eau ensuite sur toutes les conneries écrites dessus.

  • Si t’en as marre d’être pris pour un con !

  • Au moins, là, tu tiens ta vengeance !

La folie de ce monde, votre monde !

D’un côté, la fille LE PEN qu’est accusée de diffuser des images violentes

– et de l’autre,

  • des médias qui vous bombardent tous les jours de vidéos choquantes sur ce qui s’passe en Syrie,

  • mais pas ailleurs dans le monde, hein ?!

Au Yémen, y s’passe rien !

Circulez, y’a rien à voir.

Les Emirs admirables et inénarrables ont déjà payé LE PRIX pour avoir la PAIX,

  • et bien payé vos édiles locaux et votre élite nationale

  • eux qui font la guerre partout dans le monde.

– “Foutez-leur la paix, aux Emirs arabes !, qu’y vous disent. C’est une espèce protégée.”

Car en voie de disparition ?

  • Y aurait-il une menace d’extinction sur l’espèce musulmane salafiste ?

  • Et on le saurait pas ?

Pourtant, à voir les chiffres du taux de reproduction, c’est encore une “FAKE NEW”.

ALERTE ROUGE !!!!!

Non, rassurez-vous !, y s’ront de plus en plus nombreux, les Salaud’s d’fils” de putes, grâce au contrôle du ventre des femmes et à la polygamie musulmane.

Et le gag, c’est que c’est signé par “PLACIDE”  !

Donc revenons à nos moutons chrétiens,

  • ces “crétins” qui aiment bien se faire insulter, cracher à la gueule, humilier, estropier et égorger

  • juste pass’que ça fait plaisir à leurs envahisseurs.

Question diffusion d’images violentes incitant à la haine, le moins qu’on puisse dire,

  • c’est que les Coptes égyptiens, y passent pas souvent à la télévision, eux !

Et pourtant ça fait des années qu’y sont menacés réellement d’extinction.

Y risquent pas de vous traumatiser, les Coptes égyptiens, à la télévision !

Même si, eux, ça fait longtemps qu’y z’ont dépassé le simple stade de l’image violente.

Y sont plus que menacés aujourd’hui, les Coptes égyptiens,

  • y sont REELLEMENT et IMPITOYABLEMENT TUES, par ceux qui sont arrivés après eux et qui ont colonisé toute l’Egypte.

Pour les z’autr’s Chrétiens du Moyen-Orient,

  • le génocide n’est toujours pas reconnu par l’ONU

  • pissqu’il est pas connu de l’ONU, la faute aux médias !

Faut les comprendre aussi !

Si les médias occidentaux n’en parlent pas, c’est donc qu’y a pas de génocide de Chrétiens au Moyen-Orient.

C’est encore une “FAKE NEW”.

Ou c’est encore plus “IN-FECT” que ça :

  • Les médias diffuseraient une propagande pro-islamiste ?

  • Nan, tu crois ?

  • Et pourquoi ?

A ton avis, Ducon ?!

Les Chrétiens persécutés et tués, c’est moins vendeur à la télévision que des Musulmans tueurs, victimes d’autres Musulmans tueurs,

  • tous modérés“, les Musulmans tueurs, si t’en crois les journaux !

Mais t’es pas obligé, Ducon, de croire toujours c’qu’on t’raconte.

Le Pape François 1er,, lui, y danse avec les loups.

– “Et tout va bien, tout va très bien, Madame la Marquise !”, comme à Perpignan.

Le “logeur de Daech”,

  • innocenté par des juges courageux (sic)

  • ou pétochards pass’qu’y z’auraient reçu des menaces (simple hypothèse de travail),

– s’est délogé dans une ville des Pyrénées-Orientales, – cherchez laquelle ? –

  • pas Perpignan, la ville principale du département où y’a le plus-se de loges maçonniques au kilomètre carré et de dealers au mètre carré

  • mais où la vie est moins agréable que dans les villages balnéaires environnants.

Or c’est justement son” métier officiel”, çui de dealer, pratiqué LEGALEMENT à Perpignan et dans le 9-3

  • là où le métier de loueur de squats est un métier jugé respecté et respectable

  • puisqu’il vient d’être reconnu par la Justice française comme étant une activité professionnelle honorable,

  • activité connue des Juges, non condamnée par eux, donc “reconnue honnête” !

____________________________________________________________________________________

https://www.ladepeche.fr/article/2018/03/07/2755104-attentats-paris-jawad-logeur-daech-est-refugie-occitanie.html?utm_referrer=https%3A%2F%2Fzen.yandex.com

Publié le 07/03/2018 à 22:59, Mis à jour le 08/03/2018 à 07:00

Attentats de Paris : Jawad, le logeur de Daech, s’est-il réfugié en Occitanie ?

[Jawad Bendaoud, surnommé le logeur de Daech pour avoir logé à Saint-Denis deux membres des commandos du 13 novembre, est sorti pour la première fois du silence depuis la tenue de son procès en février et sa relaxe surprise.[…]]

___________________________________________________________________________

— BFMTV (@BFMTV) 7 mars 2018

Une plage des Pyrénées-Orientales ?

Cette plage pourrait bien se situer en région Occitanie en particulier dans les Pyrénées-Orientales. Au cours de l’interview, Jawad Bendaoud explique vouloir rester discret. “Je ne veux pas qu’on sache où je suis. (…) Je ne veux pas être à Saint-Denis, je veux vraiment être en retrait, j’ai décidé de m’installer au calme”, dit-il. Il ajoute : “Je suis responsable un peu de ce qui s’est passé pour les habitants de Saint-Denis. Il y a des personnes qui ont été traumatisées, j’ai entendu des témoignages qui m’ont touché. Aller là-bas, leur montrer que je suis libre alors qu’eux-mêmes ne sont pas soignés de leur traumatisme, je ne pourrais pas”, explique-t-il.

_____________________________________________________________________

Confirmation de la localisation de l’interview par un article de l’INDEPENDANT, le journal catalan :

http://www.lindependant.fr/2018/03/08/jawad-bendaoud-logeur-de-daech-filme-sur-une-plage-du-barcares,3905027.php

Mis à jour le 08/03/2018 12:17

PERPIGNAN

Jawad Bendaoud, “logeur de Daech”, filmé sur une plage du Barcarès

Mis en examen puis relaxé pour avoir hébergé des terroristes du 13 novembre 2015, Jawad Bendaoud a trouvé refuge depuis sa libération sur la commune du Barcarès.

[..]]

——————————————————————————————————-

Commentaire “éclairant”

Magalirita Il y a 3 jours

[Il se rapproche de Barcelone pour retrouver des collègues … cf. le réseau qui a sévi(t) sur Las Ramblas.]

________________________________________________________________________

On comprend mieux pourquoi y s’est exilé dans les Pyrénées-Orientales, le dealer honnête !

Piss’que dealer, c’est honnête et que louer des squats, c’est honnête aussi,

  • y peut bien s’faire photographier dans le département le plus honnête de France !, le logeur de Daech.

Et continuer à ne pas payer d’impôts pour ces deux honnêtes activités professionnelles dans l’un des départements les plus pauvres de France

  • où circulent ostensiblement et publiquement de plus-se en plus-se de berlines de luxe,

  • celles des dealers, le seul métier “honnête” qui paie bien dans les Pyrénées-Orientales,

  • avec sa “défiscalisation” institutionnelle qui garantit une optimisation fiscale maximale !

J’me demande pourquoi la Justice française, elle a condamné Jérôme CAHUZAC ?!

  • Pass’qu’il est blanc de peau et que, lui, y devait payer ses impots ?

A la ville de Mayotte, y l’aurait pas pu !, le logeur de Daech se loger.

Les Muzzs noirs, des “Soumis”, y paraît,

  • y l’auraient foutu dans l’avion pour un retour direct en France.

  • “Return to sender” !, retour à l’expéditeur.

A l’île de Guyane, les autochtones indiens et les métis animistes l’auraient laissé dans la jungle amazonienne dealer avec les piranhas.

Quant à repartir au bled, les Muzzs blancs du Maghreb, y z’auraient dit aux “Céfrancs” qu’ont pas de couilles :

– “Vous pouvez vous les garder, vos racailles ! Si vous savez pas comment vous faire respecter, c’est pas notr’problèm’, c’est le vôtre, les couilles molles !”

Et j’leur donne pas tort.

C’est pour ça que Mohammed MERAH, y l’est enterré en France et pas en Algérie.

Même mort, les Algériens l’ont pas reconnu pour un des leurs.

– Tuer une fillette juive sans défense dans une cour d’école et tuer deux soldats maghrébins de l’armée française, la “Loyale”, à la déloyale, par surprise et désarmés,

  • c’est quoi l’exploit ?

Y’a qu’en France que Mohammed MERAH est un héros pour les racailles.

En Algérie, y sont moins cons.

La racaille, y l’enterrent même pas dans leurs cimetières musulmans, ni nulle part ailleurs chez eux en Algérie.

ILS LA REFUSENT !

Du coup, ils savent où l’envoyer pour s’en débarrasser, la racaille algérienne :

– en France,

  • plutôt que de la garder chez eux.

Les Algériens, y z’ont trouvé la chasse d’eau pour l’évacuation de leur racaille :

– la France

  • et la cuvette des chiottes, c’est la Méditerranée.

De toutes façons, quand, en France, des Algériens viennent pour défendre VOS LIBERTES qui sont aussi leurs libertés contre le terrorisme islamique,

– c’est vous, Français de m…rde, qui leur demandez de se soumettre aux “salauds d’fils” de putes afin de respecter leur “Islam”, votre Islam des “Soumis”,

  • alors que ces Algériens francophones et FRANCOPHILES ne cessent de vous ALERTER sur le danger de l’Islamisme,

  • eux qui ont déjà connu en Algérie les années noires du terrorisme islamique,

  • un terrorisme crapuleux qui a frappé dans toute son horreur leur pays de naissance et failli provoquer une guerre civile.

Ces résistants algériens, apostats, athées ou “laïques” dans leur pratique religieuse ont choisi LIBREMENT de renaître en France, leur pays de coeur et d’y faire naître leurs enfants.

Mais, en France, ils subissent, comme les Harkis, la haine des deux camps :

– la sotte haine raciste de certains Français de souche qui ne risquent rien, eux,

  • car ils sont les premiers à “se soumettre” au diktat religieux insupportable du “Vivre ensemble” pour plaire aux “Bisounours” institutionnels,

  • tout en se vengeant sur tout ce qui est “bronzé”,

– et la haine des Musulmans fascistes qui sont à la botte des Nazislamistes,

  • lesquels considèrent les résistants maghrébins francophiles comme des traîtres à leur propre cause,

  • la cause du “Jihad” à la mode salafiste.

L’affaire Mohammed MERAH, idolé adoré par des jeunes désoeuvrés et sépulture honorée en France par des tarés, est un bel exemple de cet aveuglement français qui cautionne les déviances totalitaristes

  • mais ne supporte pas qu’on appelle “un chat”, “un chat” ; “un islamiste”, “un islamiste”.

Les puristes de la langue française qui sont prêts à l’épuration ethnique, en chassant le “blanc de peau”, ne valent guère mieux.

Ils obéissent à coups de pétrodollars et dénoncent tout raisonnement contraire au leur sur l’air de :

– “Il a osé critiquer l’Islam !

Tant il est vrai qu’effacer des mots sur un écran d’ordinateur est tellement plus facile que d’efffacer des maux dans une société CORROMPUE par les pétrodollars islamistes et les trafics de stupéfiants !

Le terrorisme non combattu REELLEMENT est le cache de tous les trafics

  • lesquels inondent d’un cash abondant tous les canaux de la criminalité mondiale,

  • argent sale des salauds qui n’ont qu’une seule religion, l’exploitation humaine.

Pour complèter votre leçon de ce jour, vous allez me lire l’article très bien documenté de WIKIPEDIA sur l’islamiste Mohammed MERAH, jeune con des banlieues, éduqué sous des cieux français trop cléments.

Tout citoyen sensé et sensible à la souffrance humaine ne peut que s’interroger sur ce cumul,

  • non pas de circonstances, mais d’incompétences

  • entre les distractions policières

  • et les soustractions judiciaires.

Pour preuve, je vous invite à vous “mettre à table” aussi, en lisant, – j’insiste lourdement ! -, cet article édifiant qui ne peut qu’ALERTER sur ce qui se passe aujourd’hui en France.

Oui, je me “ré-pète” !, prout, prout…

Et c’est là “qu’on” se dit,

  • si “on” y réfléchit,

– que l’encyclopédie LIBRE appelée WIKIPEDIA permet de porter à la connaissance des “Tartuffe de la touffe” tout ce que d’aucuns voudraient faire oublier trop souvent,

  • les loupés “incroyables” de l’affaire Mohammed MERAH, un gosse des banlieues de France intelligent mais réfractaire au travail, un chiard plutôt débrouillard avec des dispositions artistiques,

  • qu’a MAL tourné sa vie, avec ou sans caméra,

  • pass’qu’en France, aujourd’hui, il est interdit de dire ce qui est bien et ce qui est mal,

  • sous peine d’être qualifié de RACISTE ou d’ISLAMOPHOBE.

Par contre, que beaucoup de Musulmans soient homophobes,

  • ça dérange personne, hein, les “LG-héBéTés” !

 

 

_______________________________________________________________________

https://fr.wikipedia.org/wiki/Mohammed_Merah

_________________________________________________________________________

Dans cette guerre fratricide et mortelle, Mohammed MERAH a tué deux frères de religion, de sa propre religion, deux militaires maghrébins :

  • le premier s’appelait aussi “Mohamed”, Farah CHAMSE-DINE LEGOUADN du 17e Régiment du génie parachutiste, tué parce qu’il tournait le dos à un lâche pendant qu’il composait son code bancaire

  • et le second, un sous-officier du 1er Régiment du train parachutiste, Imad IBN ZIATENN,

en lui disant fièrement et stupidement :

« C‘est ça l’islam mon frère : tu tues mes frères, moi je te tue. Il a rejoint l’ange de la mort, je n’ai pas peur de la mort. »

Si l’Islam, c’est tuer ses propres frères de religion,

  • alors il n’y a aucun espoir pour l’Islam

  • de devenir cette religion de la paix et de l’amour tant vantée qui serait capable de pacifier le monde,

  • même s’il ne devait rester au monde que des Musulmans.

Les Musulmans s’entretueraient aussi stupidement que s’entretuent aujourd’hui les Sunnites et les Chiites,

– au nom d’ALLAH et du Prophète MAHOMET,

  • le Coran dans une main

  • et le sabre dans l’autre.

Mais, en France, ce qui est certain pour l’instant, c’est que la jeunesse française,

  • NOTRE jeunesse française,

  • celle qui devient majoritaire dans les banlieues

  • et qui réussit si bien à gagner sa vie dans les trafics de stupéfiants et d’êtres humains,

  • pour la perdre bêtement, la vie, dans des règlements de comptes crapuleux,

– cette jeunesse FRANCAISE ne respecte qu’une seule règle, la “règle MACRONIENNE” :

_______________________________________________________________________

http://www.lefigaro.fr/politique/2018/03/10/01002-20180310ARTFIG00117-emmanuel-macron-a-la-jeunesse-indienne-just-do-it-et-ne-respectez-jamais-les-regles.php

[…]

En conclusion de son intervention, et alors que ses services lui faisait savoir à grand renforts de gestes qu’il était désormais plus que temps de quitter la scène pour passer à l’étape suivante de son voyage, Emmanuel Macron s’est quand même attardé pour répondre à des dernières questions. «You see? One last advice: never respect the rules.» «Vous voyez? Un dernier conseil: ne respectez jamais les règles.»

N’est-ce pas l’Arabie Saoudite qui donne le meilleur exemple du non-respect des règles humanitaires,

  • sous les félicitations béates d’une Europe critiquée pour son “racisme” 
  • par des Etats musulmans intolérants qui zigouillent les mécréants ?

_________________________________________________________________________

Je me suis souvent demandée pourquoi la mère de Fiona, Cécile BOURGEON, la tueuse présumée de sa propre fille, avait trouvé refuge à Perpignan dans les Pyrénées-Orientales,

  • après son infanticide à Clermont-Ferrand en Auvergne.

 

 

_______________________________________________________________

http://www.lindependant.fr/2016/12/28/affaire-fiona-la-mere-liberable-souhaiterait-s-installer-a-perpignan,2283631.php

Septembre 2013, Cécile Bourgeon quitte le domicile perpignanais de sa mère entourée de policier-s

Mis à jour le 28/12/2016 16:54 26 commentaires Partager Actu

JUSTICE

«Affaire Fiona», la mère “libérable” souhaite s’installer à Perpignan

La demande de libération de Cécile Bourgeon sera finalement examinée le 10 janvier. La mère de la petite Fiona a émis le souhait de vivre à Perpignan.

[…]

Le souhait de vivre à Perpignan

Après avoir purgé 39 mois de détention provisoire, la mère de la petite Fiona, morte sous les coups il y a trois ans et demi et dont le corps n’a toujours pas été retrouvé, est « libérable ». Elle a donc émis le souhait de s’installer à Perpignan où réside sa mère et où elle-même et son ex-compagnon sont venus se « réfugier » après ce qui n’était encore que la « disparition » de la fillette. C’est aussi à Perpignan que le couple a été placé en garde à vue et que Cécile Bourgeon a finalement avoué « que sa fille était morte accidentellement sous les coups et que son corps était enterré dans la région de Clermont-Ferrand » (L’Indépendant des 25 et 26 septembre 2013). Perpignan où Cécile Bourgeon entend donc toujours s’installer si sa demande de libération est acceptée le mois prochain.

[…]]

La libération de Cécile BOURGEON, c’était “a joke”. 

__________________________________________________________________

Pas toi ?

  • Non, vous ne vous z’êtes vraiment pas posé la question, vous tous qui me lisez ?, demande COLUCHE.

– Pas une seule fois ?

  • Pourquoi ?

  • Pass’qu’elle est originaire de Perpignan, sa maman vivant dans cette ville “charmante” ?

(guillemets d’ironie)

Non ?!

– “Ah, pass’que c’est Perpignan !”, dites-vous.

Là, pour une fois, on est tous d’accord.

Mais pas seulement.

Cécile BOURGEON et son ex-compagnon, Berkane MAKHLOUF, trempaient dans le milieu de la drogue.

___________________________________________________________

http://www.lindependant.fr/2016/11/25/mort-de-fiona-la-mere-condamnee-a-5-ans-d-emprisonnement-et-son-ex-compagnon-a-20-ans-de-reclusion-criminelle,2278604.php

Mort de Fiona: la mère condamnée à 5 ans d’emprisonnement et son ex-compagnon à 20 ans de réclusion criminelle

[Les ex-concubins avaient fait croire à un enlèvement pendant des mois, avant d’avouer la mort de Fiona dont le corps n’a jamais été retrouvé. Faute d’autopsie, la cause de la mort de Fiona n’a pas été éclaircie – coups, absorption de médicaments, voire de drogues, le couple étant toxicomane. La défense n’a eu de cesse de plaider l’accident domestique, exhortant la cour à ne pas céder à “l’émotion” et à la “colère” dans leur condamnation. La cour s’était retirée vers 15h30 pour délibérer.]

http://www.lindependant.fr/2016/11/14/mort-de-fiona-la-drogue-etait-partout-avant-le-drame,2276588.php

Mort de Fiona: “la drogue était partout” avant le drame

“Si on n’avait pas consommé tout ça, on n’en serait pas là.” L’ex-compagnon de la mère de Fiona, arrêtés tous deux à Perpignan et accusés d’avoir tué la petite fille, a décrit un quotidien sous l’emprise de la drogue au premier jour de leur procès, lundi, devant les assises du Puy-de-Dôme.

[…]

La drogue était partout

Puis cet homme de 35 ans raconte sa vie, marquée par la violence, l’absence du père, la drogue, l’échec scolaire et le traumatisme de la rue. Vers 20 ans, il se lance “dans le business” en vendant “du shit”. “Pour sortir de cette vie-là, j’ai pas fait grand-chose, j’étais toxicomane.” Avec Cécile, ils ont tout essayé: héroïne, champignons hallucinogènes, cocaïne, crack. Mais “on sniffait” juste, jamais d’injection, souligne-t-il.

Les photos de Fiona et d’Éva devant des plants de cannabis? “Je sais, c’était imbécile (…) Peut-être, si on n’avait pas consommé tout ça, on n’en serait pas là”, lâche-t-il, une nouvelle fois sans émotion. A la maison, “la drogue était partout, sur la table de la cuisine, dans la chambre. Les enfants voyaient faire. On était négligents”, reconnaît Berkane Makhlouf, vêtu d’une chemise sous un pull gris. En début d’audience, lui et Cécile Bourgeon avaient écouté sans sourciller le président de la cour exposer le déroulé macabre des faits – tel que l’enquête a pu l’éclairer en tout cas.

[…]]

________________________________________________________________________

A Perpignan, et peut-être même partout en France, on se lance dans le business en vendant du shit ?

Et personne ne reprend cette “évidence”.

  • C’est juste de l’import/export, hein ?

Pendant ce temps, d’honnêtes et respectables commerçants mettent la clef sous la porte, accablés de dettes et ébranlés par les poursuites persécutoires du fisc perpignanais,

  • si “t’en es pas” du business local

  • et si “t’en es pas” des “bien-LOGES” à Perpignan !

Combien de temps les Français vont-ils accepter “ce deux poids deux mesures” d’une Justice française à la ramasse qui passe son temps à défendre les privilèges d’une même caste sociale ?

Une seule erreur de procédure suffit à détruire tout le travail d’enquêteurs spécialisés dans le trafic de stupéfiants,

  • car la Justice pointilleuse sur les formes, et moins sur le fond, permet fréquemment aux “caïds” locaux de bénéficier de relaxes,

  • lesquels ensuite font un bras d’honneur aux policiers honnêtes, en sortant du Tribunal Correctionnel.

Policiers honnêtes ?

Il se dit à Perpignan que l’erreur de procédure se monnaye et qu’elle peut se payer jusqu’à dix mille euros !,

  • si un policier accepte de “se tromper”.

Par contre, toi, le citoyen honnête qui est injustement poursuivi pour avoir dénoncé des “indélicatesses”,

  • et pour avoir soupçonné de la prévarication au sein d’un trafic d’influences notoirement connu de tous

  • et aussi pour avoir lancé des ALERTES en santé et sécurité au travail,

  • mais c’est toute ta procédure arbitraire qui est une ERRRREUR !

  • Et une HORREUR judiciaire.

Et là, tu vois les juges, avec ou sans robe de chambre, redoubler de roublardise dans l’instruction, en jonglant :

  • sur les erreurs de procédure qui ne sont plus que des “erreurs de plume”,

  • sur les faux documents qui ne sont pas écartés de l’instruction malgré des tromperies avérées pour cause d’impertinence envers le ou la juge d’instruction qui s’prend pour votr'”chef de sévices” ou votr’patron marron,

  • sur tous les possibles motifs de classement sans suite à inventer et bien d’autres raisons toutes aussi loufoques, invoquées comme on invoque le nom du diable pour tuer son meilleur ennemi !,

  • sur les conflits d’intérêts non reconnus, mais connus de tous ces magistrats qui autorisent des mis en cause à instruire contre les victimes, comme par exemple des juges de tutelle contre leurs anciens “majeurs protégés” lorsqu’ils ne le sont plus, justement, des “protégés” ! Juges d’instruction, ex-juges de tutelle  REVELANT ensuite l’entièreté du dossier de tutelle à la partie adverse, sans reconnaissance de l’abus de faiblesse qui pourrait en découler pour les “victimes” de ces abus judiciaires, lesquelles étaient majeures protégées à la date des faits qui leur sont reprochés par d é p i t, des faits tellement lointains qu’ils ne peuvaient s’en souvenir, étant médicamentés pour dépression ou autre maladie mentale à l’époque des faits.

  • sur les rejets par les juges d’instruction de demandes d’actes des victimes, sans jamais que les mis en cause qui  ont harcelé et persécuté les victimes ne soient inquiétés dans ces instructions menées à pas de charge contre des victimes sans défense, instructions où tout est communiqué aux parties adverses, parfois sans même passer par des avocats, puisque certaines parties adverses ne figurent pas “officiellement” dans l’instruction, parties adverses très protégées par ces juges d’instruction, au contraire des victimes qui ont pour seul tort d’avoir OSE demander JUSTICE,

  • et enfin sur le système maçonnique de blanchiment des crapules et de noircissement des victimes, à l’aide de stratagèmes spécieux prouvés par l’ajout de documents dont l’origine reste toujours opportunément anonyme au moment de leur découverte dans les dossiers d’instruction.

Comme si cela ne suffisait pas, vous pouvez ajouter les complicités extérieures avec des organismes d’Etat autres, ententes illégales permettant la non-notification d’ordonnances ou de jugements expédiés sous des numéros postaux “incorrects” ou inexistants,

  • ce qui rend tout simplement INTROUVABLES les courriers recommandés
  • et ne permet pas aux victimes de pouvoir faire appel contre leurs prédateurs.
  • Car, en France, même si tu n’as pas reçu notification de l’ordonnance d’un juge d’instruction ou la notification du jugement d’un tribunal, il suffit aux magistrats et à leurs greffes de “dire” et d’avoir écrit dans les courriers non reçus que ces documents ont été “expédiés” pour que la procédure soit réputée avoir été respectée et toi, réputé les avoir reçus.

Question :

– Qui peut à ce point ORGANISER un tel désordre judiciaire en France ?

  • Ou plutôt, qui peut ORGANISER contre le peuple de France un tel DENI de JUSTICE ?

 

Conclusion :

Arrêtez d’être honnête et de payer vos impôts !

  • Paysans de France, cultivez du cannabis marocain et des pavots afghans :

– Vous pourrez ainsi bénéficier de toute l’indulgence des juges français et le fisc fermera les yeux sur votre “business”.

N’oubliez cependant pas de prendre la double nationalité marocaine ou afghane,

  • sans laquelle vous serez interdits de pouvoir exercer ce business “traditionnel”.

Car cette exception culturelle et cultuelle, le “business” stupéfiant avec ses squats uniques au monde, ne peut pas bénéficier aux Français de souche, sauf s’ils sont policiers comme Jonathan GUYOT…

– Qui résidait où ?

Rappelez-moi !

A Perpignan,  sa ville d’origine.

__________________________________________________________________________

https://www.francetvinfo.fr/faits-divers/police/cocaine-disparue-a-la-pj/vol-de-cocaine-au-36-quai-des-orfevres-dix-ans-de-prison-pour-l-ex-policier_2103399.html

Vol de cocaïne au 36 quai des Orfèvres : dix ans de prison pour l’ex-policier

Jonathan Guyot a été condamné à dix ans de prison, la peine maximale, pour le vol de 50 kg de cocaïne au siège de la brigade des stupéfiants à Paris.

__________________________________________________________________________

Les Français de souche sont interdits d’exercice de vente de shit et autres drogues librement monnayables dans nos villes et campagnes françaises.

Mais ils peuvent se convertir, hein ?!, les Français de souche !

  • pour plus avoir à payer d’impôts
  • et gagner par jour entre 10 000 et 30 000 euros, chiffres d’affaires de certains de ces commerces de rues  dits “illicites”,
  • sans avoir à payer non plus de bail commercial.

Et si c’est le Commandeur des Croyants qui vous demande de vous convertir à l’Islam, rappelez-vous qu’un certain Henri IV disait déjà :

– “Paris vaut bien une messe !”

  • La France vaut bien une “conversion”, non ?

Il vous suffira ensuite aussi de convertir l’Euro en dinar ou en dirham marocain, comme vous voulez !

Enfin, mes chers frères de religion, vous pourrez MENTIR comme vous respirez, en pratiquant la taqiya islamique “à l’envers” pour pouvoir continuer à manger du porc et à boire du vin.

C’est ce qu’on appelle vulgairement :

– “La leur faire à l’envers !”

Accessoirement, vous pourrez aller à votre église, si désertée que vous aurez pris soin de la transformer en “mosquée”, pour faire croire que… – “vous z’en êtes”, vous aussi !

  • Après tout, c’est de bonne guerre, non ?

Quand les Français seront tous des dealers et des voleurs,

  • peut-être que l’Etat français se posera enfin la bonne question,

– PEUT-ETRE !?

  • QUI VA PAYER LES RETRAITES DES ELUS LREM ?

  • Et les retraites des juges et des policiers ripoux ?

Vous répondrez alors à l’Etat français :

– “Pas moi, le MONARC !”

Advertisements

Rêve que j’espère non prémonitoire de la nuit du 16 au 17 février 2018 révélé à la demande du Seigneur : – “Jusqu’à Perpignan en chemin de fer, de Perpignan jusqu’à Canet en chemin de terre et, arrivée à Canet, la mer recouvrant la terre sous un ciel liquide noyant les étangs et frappant les eaux avec des crépitements de mitraillettes.”

Résultat de recherche d'images pour "ter perpignan montpellier"

J’aime beaucoup prendre le train,

  • le TER surtout, cet omnibus qui longe la côte maritime

  • et dessert toutes les gares, stations touristiques et plages typiques du Roussillon

  • où les étangs flirtent avec la mer Méditerranée

  • pendant que des flamands ponctuent de rose un camaieu de bleus célestes et terrestres.

Le TER sillonne lentement et majestueusement les paysages variés du littoral, offrant à l’oeil des voyageurs des tableaux impressionnistes travaillés par le vent, les éléments naturels et l’intervention artificielle des hommes.

Parfois le train marche sur l’eau et, de chaque côté des rails, étangs et mer se disputent la montée sans vagues d’une étendue liquide sans horizon qui recouvre peu à peu le chemin de fer.

Je m’attends toujours à ce qu’un jour, un contrôleur de la SNCF nous annonce que le train ne peut plus avancer et qu’il nous faut atteindre Perpignan, non pas à pied, mais à la nage.

Résultat de recherche d'images pour "ter perpignan montpellier"

Peut-être est-ce pour cette raison que j’ai rêvé de voyager de Perpignan jusqu’à Canet sous un ciel qui avait ouvert ses vannes et lâché ses flots d’humeur contre une humanité qui paraissait l’avoir fâché ?

Je l’ignore.

L’avenir nous le dira.

Car, sans varier, cette règle s’applique qui veut que la prédiction ne soit comprise que :

  • lorsque l’évènement est advenu.

Sinon elle reste incompréhensible parce qu’imprévisible.

  • Un comble, pour une prédiction !

Cependant prédire l’imprévisible est la condition même du “prophète”,

  • condition qui précède sa lapidation publique

  • par des gens incrédules lesquels gesticulent en vain et articulent un discours de la méthode éculé,

  • à l’argument ridicule et incontournable suivant : – “Dieu est hasard !”

D’ailleurs, je sais pourquoi le petit train de la Vie chemine courageusement et audacieusement :

– si les roues tournent, ce n’est pas parce qu’elles sont actionnées par un principe mécanique, non !

  • que nenni !

 

  • Les Frères de Lumière ont la réponse :

– c’est grâce au hasard si vous parvenez à destination… ou pas !

Or le hasard, ce n’est rien d’autre que le nom donné à Dieu par des ignorants qui ne savent pas lire l’Histoire de l’Homme ou leur propre histoire.

Ne pas savoir lire, c’est être analphabètes, non ?

  • Et des analphabètes néo-maçonniques, le XXIème siècle en est plein !

Résultat de recherche d'images pour "hasard"

Donc, j’ai rêvé que je prenais le train.

J’arrive à la gare de Perpignan, baptisée par le “Fou” génial catalan, Salvador DALI,

  • “El Centre del Mon”

– le génie étant la folie, et la folie étant le génie catalan, ce génie démesuré et abjuré par l’orthodoxie religieuse de notre siècle obscurantiste.

Son “caleçon taché”, maculé d’excréments et peint avec un réalisme saisissant, lui vaudrait aujourd’hui la prison à vie !

Donc j’arrive dans cette gare devenue… –  euh, je ne sais pas trop !?

Disons une mocheté absolue, multicolore et déserte avec ces boutiques vides et ces SDF jeunes et vieux qui cherchent un sens à leur vie dans une vie qui n’a plus aucun sens,

  • surtout à Perpignan.

Les fontaines n’ont plus d’eau pour éviter d’attirer les SDF, justement.

Et les arbres n’ont plus ni branches, ni feuilles, pour éviter d’attirer les oiseaux voyageurs, comme les étourneaux étourdis, des SDF eux aussi.

La ville est aussi hospitalière pour l’humain pauvre que pour les chats abandonnés, non stérilisés mais…

  • affamés jusqu’à leur mort !

Une méthode d’élimination des pauvres bêtes abandonnées, souvent des animaux autrefois familiers ou des chatons jetés de voitures ou de balcons par des êtres humains encore plus bêtes qu’eux.

A Perpignan, ils préfèrent les rats aux chats.

Donc ils auront la peste et les rats.

Résultat de recherche d'images pour "peste et rats"

Je l’ai toujours écrit et je le maintiens.

La ville pullule de rats.

Et, avec la chasse aux oiseaux migrants, la ville vibre et pique, pas seulement à cause des marteaux-piqueurs, les bétonneurs,

  • mais à cause de tous les insectes qui s’y multiplient, harceleurs comme les rats, qui n’ont plus de prédateurs naturels pour les faire disparaître, ces oiseaux honnis et bannis du ciel par la ville de Perpignan.

A Perpignan, ils préfèrent le béton à la verdure.

Alors que,

  • dans les déserts, partout ailleurs dans le monde, les hommes replantent difficilement des arbres pour retenir l’eau, la terre arable et sèment des haies et des bosquets pour contenir l’humidité des sols fertiles et ne pas mourir sur du sable et de la pierre stériles.

Eh bien, à Perpignan, le rêve exotique,

  • c’est le désert avec son oasis tous les deux cents kilomètres où deux ou trois palmiers se mirent dans une flaque d’eau, genre de piscinette agrémentée de rocaille et de cactus.

Sauf qu’à Perpignan, vous avez le bac de la piscine sans l’eau pour vous y baigner, surtout pas !

Car cette eau pourrait abreuver les SDF et les migrants du ciel, les oiseaux,

  • – malheureux – !

Coupons l’eau à tous ceux qui n’en ont pas, c’est mieux.

Les hommes politiques s’admirent dans les reflets des vitres de verre du Centre del Mon, se voyant grands quand, vus du ciel, ils sont si petits.

Un peu à l’image de leurs coeurs,

  • pierres plates et épines de plantes grasses, sécheresse et vindicte !

Donc me voilà à Perpignan.

Je descends du train et m’engage dans le grand hall vide, le fameux “Centre del Mon”.

Résultat de recherche d'images pour "gare de perpignan sale"

Des SDF tendent la main et s’accrochent aux plus riches, les plus dédaigneux d’eux, pourtant.

Ils n’ont pas de monnaie, les riches, jamais.

Ils ont juste des cartes bancaires, des “Golden Cards”.

– “My heart belongs to my Golden Card, to my Master Golden Card !”

Les jeunes traînent avec des chiens.

Comme Johnny HALLYDAY, ils aiment les chiens !

Et les chiens les aiment.

Ils leur rendent leur amour aux hommes, sans rien exiger d’eux que d’être avec eux, à traîner à longueur de journée et à avoir soif et faim, eux aussi.

  • C’est bien les seuls à les aimer, ces jeunes qui n’ont pas d’avenir et le savent !

Car aimer les chiens ne suffit pas à créer de l’humain avec les autres “chiens”.

Je passe entre un jeune qui alpague un vieux con,

  • et une jeune qui regarde, hagarde, le vieux con repousser le jeune.

  • Un SDF mature tente de la jouer : – “Sois sympa, mon prince, file-moi au moins une clope !”, en retenant par la manche un autre vieux con qui se sauve, tirant sur son bras pour le libérer et retirant sa main de sa poche pour mieux s’enfuir, valise à la main.

_________________________________________________________________

https://www.causeur.fr/perpignan-declin-louis-aliot-catalogne-148058

Perpignan, la Catalane assoupie

parDaoud Boughezala

– 1 décembre 2017

[ Ghettoïsation, clientélisme et sinistrose économique: depuis des décennies, Perpignan décline malgré les efforts de quelques élus dynamiques. Tandis qu’à Barcelone la prospère, nombre de Catalans rêvent d’indépendance, sa voisine française se cherche encore. Reportage.

Terminus Perpignan, tout le monde descend au « centre du monde ». Pardon, au «centre del món», comme il est écrit sur les panneaux de la gare. Inspirée d’une saillie fantasmagorique de Dali sur la dérive des continents, l’inscription en catalan n’annonce pas franchement la couleur. Car Perpignan trône au cœur d’un des départements les plus pauvres de l’Hexagone et accumule les records négatifs. Non content de la placer dans le flop 5 des métropoles économiquement les moins dynamiques de France et de Navarre, Le Figaro a récemment classé la capitale catalane au sommet des villes où il fait bon investir dans l’immobilier : les prix y sont si bas qu’un an suffit à rentabiliser l’achat d’un appartement. En sortant de la gare, je croise une théorie de mendiants à quelques mètres des inévitables kebabs. Nul punkachien à l’horizon, bien que nombre d’entre eux débarquent ici, persuadés que la misère sera moins pénible au soleil. Palmiers, plaques de rue bilingues français-catalan et immeubles à teintes pastel donnent des accents ibériques à ce dernier bout de France avant la frontière. Vu de Paris, Gitans, Maghrébins et petits Blancs donnent l’impression de se tirer la bourre.

[…]]

Résultat de recherche d'images pour "perpignan ville sale"

___________________________________________________________

Ainsi je me retrouve devant,

  • mais pas encore dehors,

– devant la façade vitrée, si haute et si grande, si impersonnelle et si moche du bâtiment appelé le “Centre del Mon”.

Dehors, il tombe des trombes d’eau.

Et j’ai laissé ma voiture chez moi.

Comme la plupart des policiers, ou ex-policiers,

  • comme la plupart des fonctionnaires, ou ex-fonctionnaires,

– j’ai fui Perpignan.

J’habite ailleurs !

Résultat de recherche d'images pour "perpignan ville sale"

C’est pas une vie aussi pour les Gitans privés de vacances – Voir article de l’Humanité

Le Maire de Perpignan est sans doute celui qui habite le plus loin de Perpignan puisqu’il a choisi de traverser la Méditerranée et de résider plus souvent qu’à son tour au Maroc.

  • C’est peut-être pour ça que le nouveau maire plante autant de rocaille, de cactus et de palmiers, détruisant tout ce qui avait été planté par l’ex-“père-maire”, Paul  ALDUY, et autrefois préservé tant bien que mal par son “fils-maire”, Jean-Paul ALDUY,

  • allant jusqu’à détruire le square Bir-Hakeim avec ses arbres bi-centenaires,  plantés depuis 1800, actuellement encerclés et entravés par des tuyaux, à cause d’un chantier qui est un vrai “chantier” ! où les platanes “remarquables” se sont retranchés sur pied,  entourés de tranchées et de terre retournée avec des bulldozers tranchant dans le vif de leurs racines, au risque, voulu ou pas, de provoquer à terme la mort de ces arbres “vénérables” au sein du parc très couru de Perpignan.

La “Promenade des Platanes” est aussi devenue la “Promenade des “Plantés””,

[allusion à la chanson de Julien CLERC “Je suis planté”]

  • avec ses platanes mutilés et torturés dont l’ombre a été réduite à portions congrues, ces arbres étant devenus les “ennemis publics numéro un” des agents des services d’entretien des espaces verts de la Mairie de Perpignan,

  • platanes à remplacer partout dans la moche ville par des palmiers qui tombent malades à Perpignan et meurent les uns après les autres.

________________________________________________________________________

Résultat de recherche d'images pour "square bir hakeim"

[C. Ripoull dénonce un «massacre à la tronçonneuse» à Perpignan

Lundi 14.9.2015. 18:15h]

________________________________________________________________
  • D’ailleurs les platanes ont été déjà arrachés autour de la fontaine sans eau, fontaine exceptionnelle offerte par la Catalogne espagnole, mais qui repose en paix comme une carcasse de voiture, désossée la plupart du temps, jouet cassé par “l’enfant gâté” de la ville, lequel cumule les mandats malgré ses promesses jamais tenues de s’en abstenir.

  • La place est entourée et assiégée par des pelouses artificielles qui pourrissent et garantissent davantage le maintien éternel d’odeurs réelles et nauséabondes telles qu’urines humaines et déjections animales là où d’anciennes pelouses naturelles, maintenant détruites, étaient capables d’absorber et de neutraliser ces odeurs à peine supportables pour l’odorat humain et même canin.

Amen.

Il lui manque l’esprit saint à Monsieur le Maire de la ville de Perpignan,

  • cet esprit visionnaire qui animait l’ancien Maire de Montpellier, Georges FRECHE, un “personnage”,

  • un “Monsieur”, celui-là, un vrai “Monsieur”, “Monsieur” Georges FRECHE.

Il doit avoir la nostalgie du Maroc, le Maire de Perpignan,

  • tandis que le Maire de Montpellier, Georges FRECHE, lui, avait la nostalgie de l’Empire romain avec sa ville tracée au cordon, grâce à “l’équerre et au compas”.

Résultat de recherche d'images pour "square bir hakeim"
Fermé TOTALEMENT pour cause de travaux, un “VRAI CHANTIER” !

Donc le Maire de “Perpignan la Catalane” la transforme en un “Casablanca” bigarré, avec ses souks et ses ventes de stups, ses burnous et ses babouches pittoresques ou parfois cauchemardesques, tant la notion d’élégance relève de canons différents selon les moeurs, les époques et les lieux.

Parce que Marrakech, c’est trop chic pour devenir Perpignan.

Mais Perpignan, ce n’est pas assez chic pour Monsieur le Maire de cette ville, agglomération qui n’a plus de poumons verts et va sans doute asphyxier, au sens propre comme au sens figuré, ses habitants, et s’asphyxier,

  • pour se venger des hommes bêtes qui ignorent que ce sont les arbres qui transforment le gaz carbonique en oxygène, pas le béton !

http://madeinperpignan.com/il-est-ou-le-maire-il-est-ou-tube-de-lete-par-clotilde-ripoull-et-perpignan-equilibre-1/

Je suis prête à parier que cet été, Perpignan, ville non industrialisée, aura aussi sa pollution à l’ozone permettant d’accuser les automobilistes d’en être à l’origine pour qu’ils deviennent les cochons payants d’une immense farce politique locale et nationale,

  • appelée l'”écologie punitive”.
  • A moins que les services de police et le Palais de Justice – qui porte si mal son nom ! -,  ne se décident enfin à taxer les dealers de stupéfiants qui enfument les édiles et plument les volatiles toxicos à Perpignan ?

Perpignan, c’est déjà le Maghreb, mais sans la capacité des polices algériennes et marocaines à faire régner l’ordre.

Résultat de recherche d'images pour "maghreb perpignan"

“Maghreb, femmes à l’honneur” ? Il suffit de lire les titres pour en être convaincus. 

A Perpignan, ceux qui font régner l’ordre, c’est la “racaille”, comme à Marseille,

  • petites cailles adorées et fort bien traitées dans cette ville du Sud méditerranéen.
  • Charité bien ordonnée commence par soi-même !

Pour ce qui est de cette charité-là, les dealers ont bien intériorisé cette norme “culturelle” française.

Pour sûr, à Perpignan, on a pris de l’avance sur le projet européen d’intégration,

  • inclure l’arc méditerranéen dans l’espace européen,

  • en devenant la plus grande place de vente de stups sur le front hispanico-franco-maghrébin.

Depuis 2017, le Maire de Perpignan a entrepris de construire la plus grande Mosquée du pays catalan sur un terrain de 2 400 m2 vendu 140 000 euros, prix de la dhimmitude, à une association arabo-turque, “l’Ensoleillée”, “ASSATE”, dans le quartier de Mailloles,

  • après avoir promis de favoriser l’implantation d’une agence immobilière musulmane dans le quartier sud de Perpignan au Moulin à Vent, réservée à qui de droit !,

  • c’est à dire principalement aux pratiquants et trafiquants de la seule religion qui a le droit, dans ce pays laïque, de discriminer “positivement” les bénéficiaires des faveurs de Monsieur le Maire.

Résultat de recherche d'images pour "mosquée à Perpignan"
La loi du quartier, laquelle ? La “Charia” ? Pas la loi française, c’est sûr.

Etre Chrétien à Perpignan revient à n’avoir plus aucun droit, victoire pour les maçons néo-cons !

Mais ce qu’ont oublié les “pas francs”-maçons de Perpignan,

  • ville qui en compterait le plus en France au mètre carré,
  • c’est qu’eux aussi ne seront plus les bienvenus à “Perpignan-la-Mecque”.

D’où le déménagement du Pôle Universitaire de Droit appartenant à l’UPVD de Perpignan au Centre Ville de Perpignan, “bouge” déserté, le Centre Ville, avec, à terme, un projet très simple et qui devrait rapporter gros aux élus locaux :

– déménager dans le futur l’intégralité de l’Université au centre de Perpignan pour laisser “se communautariser” le sud de Perpignan “en paix”

  • et faire de Perpignan,

  • ce souk ouvert à tous les trafics illicites,

  • une porte ouverte de l’Arabie islamique sur l’Europe.

C’est pour cette raison, à Perpignan même, qu’ont été construits des abattoirs gigantesques, respectant la norme “halal”, avec leurs salles d’abattage orientées vers la Mecque, s’il vous plaît !,

  • pour aider les sacrificateurs musulmans à trouver la Mecque,

  • parce qu’un dieu sanguinaire leur commande de ne pas endormir les animaux pour les égorger CONSCIENTS, encore aujourd’hui au XXIème siècle, agonisant de longues minutes avant que les bêtes ne meurent.

Les abattoirs ont été édifiés près de l’autre TRES GRANDE MOSQUEE de Perpignan, celle qui est désertée par les Musulmans car trop éloignée du centre de Perpignan,

  • située entre l’aéroport de Perpignan-Rivesaltes et le noeud autoroutier international aux fins de favoriser les flux “touristiques” halal.

___________________________________________________________________

Résultat de recherche d'images pour "mosquée à Perpignan"

L’église chrétienne et ancienne de Perpignan est située malheureusement dans le quartier des “dealers”. A deux pas de l’entrée de l’église, des “mineurs guetteurs” installés sur le perron d’une maison font bien comprendre aux visiteurs et/ou pratiquants qu’ils les dérangent dans leur petit commerce !

La police nationale ne peut rien faire car prendre les dealers en flagrant délit serait mission impossible et la police municipale renvoie les victimes d’insultes et de menaces vers le procureur de la république qui est aux abonnés absents. Lol !

Les incendiaires et les dealers courent toujours. Mais les policiers syndicalistes qui dénoncent ces faits sont révoqués. Ouf, la réputation de la police nationale est sauvée ! 

  • Rappelez-moi : le trafic de stupéfiants est illégal en France, non ? Ou me trompè-je ?

Résultat de recherche d'images pour "poivrot humour"

_______________________________________________________________________

Merci aux généreux contribuables perpignanais !

Pourtant Perpignan est une des villes les plus pauvres de France et ses commerces désertés en sont la preuve. Je devrais préciser, les “commerces honnêtes” !

Sa jeunesse française est en totale déshérence et tombe en désespérance.

Donc il est juste de dire que le seul métier d’avenir qui existe à Perpignan est bien celui de vendeur de shit marocain, à condition de l’être, Marocain ou au moins Maghrébin et de parler “arabe”.

Sinon vous allez direct à la case “prison” !

_________________________________________________________________

http://www.cnews.fr/justice/video/drogue-quand-une-saisie-record-revele-les-liaisons-dangereuses-entre-stups-et-indics-155824

Drogue : quand une saisie record révèle les liaisons dangereuses entre “stups” et “indics”

Justice – Publié le 03 mars à 19:11 – Mis à jour le 23 mai 2016 à 17:53

Résultat de recherche d'images pour "serpico"
A Perpignan, les juges d’instruction sont “débordé(e)s”
Absolument dé-bor-dée !. ou le paradoxe du fonctionnaire
  • quand il s’agit de défendre les victimes de patrons harceleurs
  • mais disposent de suffisamment de temps libre pour mettre en examen les syndicalistes “incorruptibles” et incorrigibles qui “parlent”
  • et surtout écrivent trop.
Je connais même un-e juge d’instruction qui, par d e p i t, fait la tournée des bars pour conseiller personnellement aux tenanciers de “dénoncer” un policier pour racket, il paraît. J’écris “il paraît”, parce que le policier en question et les tenanciers ignoraient,
  • pour le premier qu’il les rackettait
  • et pour les seconds qu’ils étaient rackettés.

D’ailleurs un, puis deux des tenanciers interrogés par “le-la” juge d’instruction durant sa tournée des bars ont demandé au policier :

_ “Alors tu nous rackettes ?”

Un-e juge d’instruction qui enquête seul-e sur son terrain favori,

  • les bars de la ville de Perpignan,

c’est beau, non ?

Et c’est du sérieux ! 

Résultat de recherche d'images pour "juge d'instruction ripoux"

 

C’est aussi en sirotant un verre au comptoir d’un bar que “le-la” même juge d’instruction, toujours par d e p i t, s’était fendu-e d’un rapport contre un autre pilier de bar,

  • un policier, qui aurait manqué de respect à son supérieur hiérarchique…
  • lequel était absent et de la scène du crime de lèse-majesté  et absent au moment de la “commission” de ce crime.

Comment manquer de respect à son supérieur hiérarchique lorsqu’il n’est pas présent sur les lieux de votre irrespect, je vous le demande ? Un mystère de plus qu’Hercule POIVROT devra résoudre à Perpignan.

M. “le-la” Juge, sauf votre respect, arrêtez la tournée des bars le soir dans la petite ville de Perpignan. A force vous allez finir par avoir mauvaise réputation !

Et vous savez ce qu’on dit : – “Quand deux poivrots se rencontrent, ils se racontent des histoires de poivrots !” Poursuivez de votre ire les “vrais” délinquants et arrêtez de vous prendre pour un commissaire de police en règlant leurs comptes “personnels” à leurs places,

  • commissaires d’ailleurs qui ne vont plus sur le terrain depuis longtemps.

 

Résultat de recherche d'images pour "poivrot humour"

______________________________________________ _________

Je résume l’article qui nous intéresse par rapport à Perpignan :

  • François MOLINS, le Roussillonnais, actuel procureur de la République de Paris, fait dessaisir de l’enquête sur le trafic de stupéfiants marocain un service d’investigation à compétence nationale, spécialisé dans la lutte contre  les trafics de stupéfiants
  • aux fins de protéger un “dealer” à la casquette d’indic, Sofiane H.,
  • un “parrain de la drogue”, inscrit comme “tonton” dans les listes d’indics du même service de police.

Question pour les nuls :

  • Combien de tonnes de drogues transitent du Maroc via Perpignan vers Nantes pour arriver à Paris, grâce à des “go-fasts” autoroutiers, quelquefois interceptés,
  • sous couvert de “pistage de trafiquants de stupéfiants” qui sont de toute manière déjà identifiés et inscrits comme “tontons” dans nos services de police, donc “protégés” par la justice ?
  • Et combien cette “bienveillante protection” rapporte-t-elle aux protecteurs “institutionnels”, fonctionnaires de police et magistrats ?
  • Ce qui est  certain, c’est que l’Etat et les contribuables français n’y trouvent guère profit. Ce sont même eux les perdants, puisque le “tonton”, l’homme à protéger, est le “parrain” à la tête du réseau, comme dans le cas de Sofiane H.,
  • parrain qui devrait être l’homme à abattre, si nous étions dans un pays de droit.

Autre question d’importance :

 

Résultat de recherche d'images pour "michel neyret"

______________________________________________________________________________

https://www.nouvelobs.com/justice/20170317.OBS6775/proces-du-vol-de-cocaine-au-36-quai-des-orfevres-chute-d-un-policier-modele.html

Procès du vol de cocaïne au “36 Quai des Orfèvres” : chute d’un policier modèle

[…]

Par ailleurs, lors du procès, Farid Kharraki a affirmé que la drogue lui avait été remise par deux personnes en présence de Guyot. “Qui ?”, l’interroge alors le président. “Je ne sais pas”, rétorque le trafiquant, soudain mutique. “Donc Jonathan Guyot n’a pas agi seul ?”, l’interroge encore le président du tribunal.

Demandez à l’IGPN, ils sont assis au fond de la salle.Vincent Monnier

_______________________________________________________________

  • – “DEMANDEZ A L’IGPN, ILS SONT ASSIS AU FOND DE LA SALLE.”
  • – “Vous leur avez demandé ?
  • “Surtout pas !”

_ Au fait, demander quoi ?

_ Ah oui, si Jonathan GUYOT, originaire de Perpignan et ayant toujours ses attaches dans cette ville “merveilleuse”, avait des complices au sein de la Police Nationale ?

Pas la peine, nous avons la réponse :

_ IL FAUT DEMANDER A L’IGPN.

_ Si c’était “non”, la réponse, nous l’aurions su de suite.

  • Donc c’est “OUI“.

_ Oui, il y a d’autres complices au sein de la Police Nationale que l’IGPN a protégés.

Résultat de recherche d'images pour "juge d'instruction ripoux"

_____________________________________________________________

 

Si vous voulez vendre de la drogue sans appartenir à la “Communauté”, vous risquez à coup sûr de vous faire arrêter par la Police Nationale,

  • plus pour concurrence déloyale, – ce commerce NON “national” n’est pas permis aux Français de souche -,
  • que pour trafic de stupéfiants, – trafic illégal selon la loi française et internationale -,
  • mais  LEGAL dans la pratique perpignanaise et donc sur le territoire français.

Il semble bien y avoir un accord tacite entre la gouvernance de cette ville et les forces de police pour ne pas “embêter” les “touristes” du Maghreb ou les “bi-nationaux” qui vivent plus qu’aisément grâce à ce commerce devenu LEGAL,

  • la vente des stupéfiants, puisque,

  • s’il est interdit par la loi française de vendre des drogues,

  • la police nationale et le procureur de la République l’autorisent.

Qui ne dit mot consent et qui n’agit [pas] autorise !

Si l’on est français et que l’on veut vivre bien à Perpignan,

– il faut se faire élire maire ou conseiller municipal pour avoir sa part du gâteau et recevoir les bakchichs traditionnels accordés généreusement dans le monde du Maghreb aux “Céfrans” qui acceptent de se soumettre.

La “Dhimmitude” a ses propres habitudes et son habitat insalubre.

Résultat de recherche d'images pour "mosquée à Perpignan"

Nous ne pouvons pas loger nos SDF dans des logements sociaux mais tout le monde s’en fout !

  • Pendant ce temps Monsieur le Maire de Perpignan concède un terrain de 2 400 mètres carrés à une association “culturelle” arabo-turque et le lui cède pour une somme astronomiquement… basse de 140 000 euros.

Heureusement Monsieur le Maire de Perpignan est un Républicain !

Sinon, j’aurais eu peur.

Me voilà rassurée.

Résultat de recherche d'images pour "poivrot humour"

_________________________________________________

Et me voilà débarquée à Perpignan, dans une gare du bout du monde,

  • déjà à l’autre bout de la Méditerranée.

[Mais si !, j’aime bien Marrakech. Même que j’y suis née ! Mais de là à faire venir le Maroc et son shit en France !, il y a un fossé, une mer, la Mer Méditerranée, entre eux et nous, les trafiquants de drogue, qui ne devrait pas être franchi.]

Il pleut à seaux.

Des seaux remplis d’eau céleste qui vous trempent des pieds à la tête et traversent ma parka.

Je recule, pas pressée de sortir de suite et heurte une vieille dame.

– “Vous n’avez pas de moyen de transport ?” me demande-t-elle.

– “Non, j’ai laissé ma voiture chez moi. Je ne pensais pas qu’il pleuvrait autant à Perpignan !”

– “Si vous voulez, je peux vous raccompagner chez vous. Vous habitez Perpignan ?

– “Non, juste à côté.”

– “Ah, moi aussi. Moi, j’habite Canet-Village.

La “mamie” m’indique un nom de résidence cossue, principalement réservée aux classes aisées, aux retraités aisés, les seuls qui soient riches avec les dealers.

Je n’hésite pas longtemps.

Résultat de recherche d'images pour "gare de perpignan"

A Perpignan, prendre un bus, c’est comme parier au Loto. Il y a beaucoup plus de perdants que de gagnants !

Mode d’emploi des bus perpignanais :

– si vous voulez arriver à l’heure, efforcez-vous de ne pas partir à l’heure, surtout pas !

Mais bien avant l’heure…

Autrement dit un parcours qui vous prendrait vingt minutes avec votre voiture personnelle vous prendra une heure

  • si vous avez eu la chance d’avoir votre bus à temps,

– non pas que vous soyez arrivé-e en retard !

– mais si votre bus, lui, n’a pas trop de retard.

  • Et si votre bus a beaucoup de retard, ce qui est habituel dans Perpignan,

– n’hésitez pas à doubler ou parfois tripler l’estimation du temps de parcours prévu en voiture

– et donc à partir beaucoup plus tôt de chez vous pour prendre votre bus,

  • au moins une heure avant

  • par rapport à l’heure “normale” prévisible de départ de votre bus s’il arrivait à l’heure.

Image associée

Les seuls bus à l’heure sont ceux qui vous embarquent de force !

Sachant cela, vous comprendrez pourquoi j’accepte avec reconnaissance la proposition d’aide de la gentille dame âgée.

[qui pourrait être moi. Mais, dans mes rêves, je ne me vois pas vieillir.]

La “mamie” me précède jusqu’à sa voiture, mieux couverte que moi pour affronter ce temps qui est plus breton que catalan.

La pluie tombe si fort qu’à l’intérieur de la voiture, nous avons du mal à nous entendre parler. Les essuie-glaces peinent à rejeter la flotte qui s’accumule sur le pare-brise avant.

Les cumuls d’eau commencent à bloquer les rues de Perpignan, mais heureusement, nous sommes enfin sorties de cette “ville à bouchons”,

  • sans champagne ni campagne à cause de l’amour de la rocaille et de la canaille,

  • bouchons partout et toujours,

  • qu’il vente, qu’il pleuve ou qu’il fasse beau !

Parce qu’à Perpignan, comme à Paris, nous avons notre périphérique qu’il faut emprunter, surtout pour se rendre à Canet.

Résultat de recherche d'images pour "canet en roussillon photos"

Canet-Plage et ses petites boutiques le long de la promenade de la mer

Un périphérique autour de Perpignan avec plein de ronds-points,

  • sans lesquels la circulation serait plus fluide

  • et sans lesquels il n’y aurait plus de bouchons, ce qui serait moins rigolo.

Champagne !

Donc ce serait moins rigolo s’il fallait faire sauter les bouchons à Perpignan sans champagne et sans rond-points.

Sachant que les Pyrénées-Orientales ont récemment obtenu un prix :

  • le prix du rond-point le plus laid de France,

– placé par un jury national et impartial en deuxième position,

  • c’est à dire avec attribution de la “médaille d’argent du rond-point le plus laid de France”.

C’est dire combien il y a de ronds-points et combien, eh bien, en plus !,

  • ils sont moches, vraiment très moches, les ronds-points de Perpignan.

______________________________________________________________

https://actu.fr/occitanie/cugnaux_31157/palmares-toulouse-perpignan-possedent-deux-pires-ronds-points-france_15018733.html

Palmarès. Toulouse et Perpignan possèdent deux des pires ronds-points de France

L’association Contribuables Associés organisait, jusqu’au 8 janvier, le “Concours du pire rond-point de France”. Deux des trois “gagnants” se situent en Occitanie. Explications.

[…]
[Résultat : l’Occitanie s’est distinguée en plaçant deux communes de notre région sur le podium. Derrière le « Masque d’André-Malraux » de Pontarlier, grand vainqueur, figurent le « Cadran solaire » de Perpignan (2e) – 300 000 euros tout de même – et « L’arbre en ciel » de Cugnaux, à l’ouest de Toulouse (3e, pour un coût de 68 000 euros). […]]
Résultat de recherche d'images pour "ronds points de perpignan"
_____________________________________________________________

La petite voiture zigzague sur le périphérique et arrive péniblement à s’en sortir, malgré toutes mes appréhensions.

Ma conductrice paraît plus sereine que moi.

– “Nous serons bientôt à Canet”, dit-elle, satisfaite.

Horrifiée, je réalise que…

La “mamie” a oublié que je n’habitais à pas à Canet et nous avons raté la bretelle de sortie vers mon village.

J’essaie diplomatiquement de faire remarquer cette erreur de destination et de rappeler que je ne souhaite pas aller à Canet, moi.

Mais ma bonne Samaritaine continue de papoter et de rouler comme si de rien n’était et comme si mon village n’était rien pour elle.

  • Seule compte sa destination à elle, Canet.

Puis, tout à coup, paraissant piquée par une mouche, elle se tourne vers moi en souriant :

– “Je fais d’abord quelques courses dans les magasins du centre, ensuite je les dépose chez moi et après seulement je vous ramène chez vous, d’accord ? Après tout, nos villages sont assez proches, non ? C’est juste un petit détour. Si je vous ramène maintenant chez vous, le temps d’aller et venir, les commerces seront fermés . Et je n’ai plus rien à manger dans mon frigo”, termine-t-elle en riant.

Résultat de recherche d'images pour "canet en roussillon centre ville"

Quoi dire ?

Faire un caprice et exiger qu’elle me laisse là, sur la “deux voies”, en bord de route et sous des trombes d’eau, en déclarant fièrement :

– “Non merci ! Je rentre chez moi à pied.”

La route disparaît sous des flaques d’eau qui deviennent des ruisseaux qui deviennent des petites rivières.

Résultat de recherche d'images pour "canet en roussillon inondé"

Marcher ?

Patauger et bientôt nager seront des termes plus exacts pour décrire la traversée des eaux.

Nous arrivons assez vite à Canet.

Et des Hauts de Canet, la route plonge vers le bord de mer.

“Plonger” n’a jamais été un terme aussi exact à employer pour rouler vers cette “cuvette” qui s’emplit d’eau rapidement et qui commence à me faire peur, Canet-Plage.

Résultat de recherche d'images pour "canet plage"

Mais la “mamie” n’en a cure.

Elle veut faire ses courses.

Nous descendons vers le centre de Canet pour aller nous garer sans trop de problèmes,

  • pour une fois, à Canet !,

  • dans un parking qui devrait s’appeler plutôt une “pataugeoire” ou un bassin pour enfants.

C’est joli, Canet.

C’est propre et bien entretenu.

Les commerces sont des invitations à dépenser son argent pour des plaisirs non défendues, les plaisirs de la vie.

Canet a su préserver ses petites boutiques et ma conductrice s’empresse de filer vers une Supérette, puis un bar-tabac-presse, pour foncer finalement chez un Traiteur dont la vitrine expose des plats à faire saliver un noyé.

Résultat de recherche d'images pour "traiteur canet en roussillon"

“La Marée” de Canet-Sud – L’établissement existe depuis 25 ans.

Sébastien Rosse et son équipe vous y accueillent , dans un espace de 100 m² dédié aux poissons, fruits de mer et crustacés.

De la petite place centrale où a été garée la voiture, je la vois, la “mamie” et peux la suivre des yeux, faire ses courses effectivement avec gourmandise et une certaine mignardise.

Enfin, elle revient, les bras chargés de victuailles et son cabas de grand-mère plein à craquer.

Elle jette le tout à l’arrière du véhicule et se précipite dans la voiture, pour échapper à la pluie qui mouille tout et pénètre les corps, après avoir empesé les vêtements et pesé du poids de ses millions de gouttes d’eau sur les godasses devenues informes de ses victimes humaines.

Je note que ses cheveux, à la mamie, à la coiffure d’avant si élégante, pendouillent comme une perruque en train de sécher sur un fil de linge, sans retenue ni tenue.

Elle démarre rapidement :

– “Partons vite avant que nous ne puissions plus circuler !”

Résultat de recherche d'images pour "canet en roussillon inondé"

Canet et ses inondations

Là je me dis que c’est “mort” pour pouvoir retourner ce soir dans mon village.

Je risque fort d’avoir à passer la nuit chez ma bonne Samaritaine, si elle m’accepte.

Il va falloir que je prévienne ma famille de mon retard devenu certain, sinon de mon impossibilité à les rejoindre dans l’immédiat.

Car il est plus sage d’attendre que le ciel se calme, à l’abri, sous un toit de maison ou d’immeuble.

Nous quittons la petite place et réussissons à sortir du parking qui ressemble de plus en plus à un vrai bassin de piscine.

La voiture de Madeleine*

[Appelons-là ainsi]

– la voiture de Madeleine est petite mais stable.

Elle est assez haute sur roues,

  • ce qui évite de s’enliser ou de glisser vers les fossés sur les routes d’eau qui détrempent le sol et gondolent les chaussées alluvionnaires
  • mais ça ne m’empêche pas de “baliser”.

Résultat de recherche d'images pour "canet en roussillon inondé"

Colère à Canet : – “D’habitude, on est toujours averti à temps !”

Une automobile n’est pas un canot de sauvetage, sauf si elle est amphibie,

  • ce qui n’est pas le cas de la voiture conduite par ma gentille secouriste.

Un petit village dans le village de Canet a été construit, les pieds dans l’eau, pour les touristes de l’été,

  • des touristes aisés qui doivent pouvoir se baigner à leur aise, sans avoir trop de kilomètres à parcourir à pied.

L’écologie, aujourd’hui, c’est d’amener la mer au plus près des habitations !,

  • pour éviter que les gens ne se déplacent trop avec leurs voitures polluantes.

Du moins je suppose !

Sauf qu’à être trop près des plages, c’est la mer qui transporte les habitations loin de chez elle.

Des habitations qui la rongent comme un cancer, le cancer du littoral méditerranéen.

Résultat de recherche d'images pour "canet en roussillon inondé"

Canet : L’Hôtel des Flamants Roses inondé, 35 personnes au chômage technique…

Il n’y a pas que le soleil qui tue, à vouloir trop bronzer sur le sable chaud.

Il y a aussi la pluie !, une pluie qui transforme ce sable en marais mouvants, inquiétants car déconcertants.

Des serpents d’eau se glissent jusqu’à la route qui est de plus en plus inondée.

Moi et la “mamie”, malgré la pluie battante et la froideur pénétrante de la nuit qui commence à tomber, nous sortons de la voiture.

Madeleine ne pouvait plus avancer.

Il y avait trop d’eau qui monte, qui monte, qui monte, tout en bas, vers Canet-Plage.

Elle a choisi de se garer en bord de route pour laisser passer les puissants 4×4 qui font rugir leur moteur de bonheur,

  • du bonheur de servir enfin à quelque chose !,

  • en nous doublant et en nous éclaboussant.

Nous regardons toutes les deux, dégoulinantes d’eau, la cuvette se remplir jusqu’à peut-être déborder.

Mais quand, quand va-t-elle déborder la cuvette de Canet ?

Résultat de recherche d'images pour "canet en roussillon inondé"

Canet et ses inondations

Nous commençons à avoir peur, très peur.

Moi, j’ai peur de ne plus jamais pouvoir rentrer chez moi.

Et Madeleine aussi, elle a peur de ne pas pouvoir rentrer chez elle, en-bas, là-bas, là où elle est attendue.

Son chat l’attend.

Pourra-t-il aller se cacher ?

Non !

Pourra-t-il sortir du trou où il est piégé et échapper à cette marée montante et galopante qui noie petit à petit, peu à peu, Canet-Plage ?

Lui, le chat, les voisins de Madeleine et les familles venues passer quelques jours dans le Sud de la France,

  • là où il fait toujours plus beau qu’ailleurs ?

 

Résultat de recherche d'images pour "canet en roussillon inondé"

Tempête à Canet, 5 mars 2013.

Alors, comme s’il ne suffisait pas de voir l’eau monter d’en-bas, par le bas,

  • d’un pas pesant et lourd, mais d’un pas lent et sûr,

– et l’eau d’en-haut se mettre à tomber plus vite encore,

  • avec de la pluie serrée chutant de là-haut sans arrêt, à coups de seaux d’eau violents
  • le ciel se noircit sous nos yeux effrayés, plus noir que la nuit, sombre et menaçant.

Nous voyons la Mer Méditerranée se transformer en une estampe japonaise aux formes  cruelles  et tourmentées,

  • avec ces ébauches de vagues gravées sur bois comme des mains géantes qui sortent de l’eau pour saisir tout ce qui se présente à elles

  • et se saisir de la vie sur terre !

C’est comme si je voyais la Mort à l’oeuvre.

Résultat de recherche d'images pour "tableau japonais vague"

C’est à la fois terrifiant et glorifiant, à la gloire d’une force naturelle que rien, ni personne, ne peuvent jamais arrêter !

La Mer Méditerranée, cette eau si calme avec ses vagues si apaisées, s’enrage.

La “belle” perd sa façade lisse et, la bave aux lèvres, elle déborde de l’horizon,

  • “mer-ère” couvrant toute vie et recouvrant tout espoir de survie par son linceul blanc flottant dans les airs,

  • écume de mer presqu’animée de vie avec ses vagues-mains sorties de leurs manches liquides pour venir agripper les corps des vivants

Par Hokusai — Metropolitan Museum of Art, base de données en ligne : entrée 45434, Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=2798407

Ses vagues ne sont plus des barrières linéaires

  • mais deviennent des geysers furieux qui jaillissent du plan d’eau autrefois étal sous des cieux devenus orageux  alors que, si peu de temps avant, ils étaient bleus, si bleus.

Soudain, comble de l’horreur et de la peur, les cieux s’ouvrent, ils se trouent.

Ils se perforent de trous et de sillages de lumière qui viennent frapper la mer.

On entend la foudre

[si c’est la foudre ?]

  • crépiter comme une mitrailleuse

  • et tracer sur l’eau qui continue de monter jusqu’à nous des traits perpendiculaires, réguliers et arbitraires, comme peuvent l’être des tirs militaires, lorsque la “poudre de feu” a parlé.

J’entends encore le crépitement de ces impacts de “foudre”

[S’agit-il de “foudre” ?]

  • et j’entends surtout résonner le silence des morts,

– le silence de tous ceux qui se sont retrouvés ensevelis, sans pouvoir fuir leurs habitations, sous une mer devenue furieuse et périlleuse, jalouse comme une ventouse, aspirant tout l’air de la terre et attirant comme un aimant toute la terre sur la planète des hommes.

Nous rentrons instinctivement la tête dans nos épaules devant ces frappes aériennes terrifiantes et mortifiantes.

Résultat de recherche d'images pour "tsunami éruption volcanique"

Des nuages noirs, si noirs, plus noirs que la nuit, avec des trouées de lumière, genre de “foudres”, mortelles. 

Leur force est si grande que nous nous résignons à mourir debout, non pas assises dans la petite voiture,

  • par peur stupide de périr emportée par les eaux dans ce véhicule qui n’est plus qu’un fétu de paille.

L’eau arrive vers nous comme un cheval au galop dont la crinière d’écume éclabousse d’étoiles de feu la nuit qui vient enfin de tomber.

L’eau ?

Des murs d’eau.

Des mains géantes et mutilantes, des mains qui arrachent tout sur leur passage,

  • toute vie et toute envie de vivre.

Parce que les autres sont déjà morts et qu’il n’y a plus d’échappatoire possible.

Résultat de recherche d'images pour "tsunami éruption volcanique"

C’est le matin.

Je suis couchée dans mon lit.

Je me dis que je vais revoir le soleil et je me sens l’âme d’une Indienne qui a envie de faire la danse du Soleil pour saluer le lever de l’astre du jour !

Résultat de recherche d'images pour "sioux danse du soleil"
Animisme et Christianisme ont pour source commune le “Grand Esprit” avec des symboles COMMUNS
Les Indiens sont des frères de foi.

Il pourra se passer, un mois, trois mois, cinq ans ou dix ans avant que ce rêve ne se réalise.

Je l’espère le plus tard possible !

Et J’espère : – “Jamais !”

C’est ce que je me dis quand je décide qu’il est trop tôt pour se lever et que je referme mes yeux.

Je ne veux plus rien voir, plus rien savoir.

Malgré le soleil et la lumière du jour !

Peut-être grâce au soleil et à sa chaleur bienveillante…

– Dors encore !

  • Dors pour oublier qu’un dieu en colère est plus fort que les hommes…, tous les hommes.

Résultat de recherche d'images pour "sioux danse du soleil"

Le Maître de la Terre veut supprimer des vies et il appelle à en sacrifier d’autres pour laver l’affront des hommes qui veulent se prendre pour des dieux !

Depuis la nuit des temps, les hommes savent qu’ils doivent respecter ce pacte avec le Maître de la Terre.

Mais, au XXIème siècle, les hommes sont devenus si intelligents qu’ils pensent pouvoir arrêter une “Mer-ère” en colère avec leurs petits bras musclés et leurs tracteurs robotisés !

Je ne les ai pas vus mourir.

Au moins, tout a été si rapide qu’ils n’ont pas dû souffrir.

Je l’espère très fort !

Je ne veux pas savoir.

Je ne veux plus savoir.

Plus rien savoir.

Je finis par retrouver le sommeil, un sommeil d’où je chasse l’angoisse et la mort.

Dormir, c’est déjà mourir un peu.

Accepter de s’abandonner sans défense, sans lutter, pour partir très loin, et parfois si loin qu’on ne se réveille plus.

Pour moi, c’est ça, la mort.

Un sommeil qui laisse derrière lui un corps lourd et pesant pour nous faire voyager vers d’autres pays et d’autres émotions.

Et quand on se réveille, la vraie question est de savoir

  • qui est dans la réalité ?

  • Où est cette réalité ?

– Est-ce ce monde où l’on croit vivre ou est-ce ce songe où l’on croit dormir ?

Résultat de recherche d'images pour "mort sommeil"

Tout ce que je demande, c’est de ne jamais avoir à assister, impuissante, à la mort des autres,

  • des autres qui sont autant de moi-mêmes,

  • et que je ressens comme moi-même,

– avec leurs peurs et leurs espoirs.

__________________________________________________________

PERPIGNAN, VILLE IDEALE ?

Résultat de recherche d'images pour "sondages humour"

Majorité des avis, moins un, sur la ville de Perpignan, le “Centre du Monde”, “El Centre del Mon” :

https://www.ville-ideale.fr/perpignan_66136

Avis posté le 11-02-2018 à 08:49
Par WillyWilliam

1.94

Environnement

Transports

Sécurité

Santé

Sports
et loisirs

Culture

Enseignement

Commerces

Qualité
de vie

1

3

1

2

1

2

3

2

2

Les points positifs : Soleil.
Visa, seul moment de culture dans l’année.

Les points négatifs : Perpignan est un village endormi, abandonné.
Assez tistounet, mieux vaut ne pas être dépressif. Les ruelles du centre de sont gaies que par la couleur du bàti. Rien le dimanche.
Beaucoup de commerces mettent la clé sous la porte.
Insécurité grandissante, racailles partout. Jeunesse désoeuvrée.
Ville sale. Mauvaises odeurs dans les ruelles.

10d’accord 3pas d’accord

——————————————————————

Avis posté le 25-01-2018 à 13:13
Par loute
Actualisé X 4

1.94

Environnement

Transports

Sécurité

Santé

Sports
et loisirs

Culture

Enseignement

Commerces

Qualité
de vie

1

2

1

2

3

3

2

1

2

Les points positifs : Les monuments, le soleil. La mer, la montagne à proximité. Les alentours de Perpignan. Résider dans les communes à l’extérieur de Perpignan est préférable pour profiter pleinement du positif de la région.

Les points négatifs : Ville très sale et insécurité permanente. Des poubelles et containers qui traînent partout à longueur de journée. Tags partout. Ressenti “quartiers abandonnés” particulièrement quartier jouxtant la gare et st-martin (avenue Ribère, quais de Genève, Hannover, rue Cerdagne). Les trottoirs de l’avenue Ribère JAMAIS LAVÉS contrairement à d’autres quartiers et pourtant…
Cependant l’Agglo écoute vos doléances et répond autant qu’il leur est possible à vos attentes.
Pourquoi les tags ne sont jamais enlevés malgré les demandes sur des lieux publics alors qu’en centre ville aussitôt retirés.

11d’accord 2pas d’accord

—————————————————————–

Avis posté le 19-01-2018 à 14:49
Par Marie

1.06

Environnement

Transports

Sécurité

Santé

Sports
et loisirs

Culture

Enseignement

Commerces

Qualité
de vie

0

4

0

1

5

5

1

1

0

Les points positifs : Le seul point positif : le soleil et des températures agréables une bonne partie de l’année.

Les points négatifs : Ville extrêmement sale et surtout une insécurité permanente !!! Des quartiers qui font froid dans le dos, des sans abris qui font la manche à chaque feu de circulation, des groupes de racaille qui vous agresse verbalement et physiquement. Des embouteillages en permanence, des gens en pyjama au bord de la route en pleine journée… et j’en passe.
Bref depuis mon arrivée je pense qu’à une chose : mon départ.

15d’accord 3pas d’accord

Avis posté le 02-01-2018 à 22:00
Par Tintintin

2.88

Environnement

Transports

Sécurité

Santé

Sports
et loisirs

Culture

Enseignement

Commerces

Qualité
de vie

2

2

2

4

3

2

4

3

3

Les points positifs : L’air marin.

Les points négatifs : Ville sale, des catalans vantards, aucune culture à part Dali et la boisson. Ville morte en semaine, discussions insipides, insécurité croissante. Gitans en pyjama à 15h de l’après-midi qui zonent dans les rues. Fort taux de chômage, pas de boulot.

16d’accord 4pas d’accord

Avis posté le 31-12-2017 à 13:10
Par JuneHop

2.50

Environnement

Transports

Sécurité

Santé

Sports
et loisirs

Culture

Enseignement

Commerces

Qualité
de vie

3

3

1

2

1

1

3

2

3

Les points positifs : Dans la ville? Rien.
Sinon la mer et la montagne à proximité.. Mais bouchons pour la mer en été, et chaleur infernale.
La côte pour de belles balades hors saison.

Les points négatifs : Centre du monde? Vaste blague. Je ne vois pas ce que les catalans trouvent à cette ville : sale, triste, des gens bizarres qui zonent, attention aux vols et car jacking. Des gitans en pyjama à 15h qui profitent des aides et ne font rien à part se poser sur le trottoir et regarder les gens comme s’ils n’avaient jamais vu personne. Fort taux de chômage, les gens errent et ne font rien à part regarder le temps passer.
Aucune activité culturelle, discussions avec les gens insipides, ça vole pas très haut, normal car à part boire et se saoûler pas grand chose à faire. Les gens se soulagent dans les ruelles et ça se sent…
En hiver c’est mort et désert. Tristesse absolue. J’ai réussi à tenir quelques temps mais l’ailleurs m’appelle ouf !
Un conseil : ne venez pas, ou fuyez si vous pouvez !

20d’accord 6pas d’accord

———————————————————————–

Juste pour information, le seul avis positif donné sous « false flag » par un « institutionnel » est contesté par les lecteurs du site « ville-ideale.fr » – « Perpignan – 66000 » :

4d’accord 11pas d’accord

3+1 dont l’auteur du « false flag »

———————————————————————–

Evaluation générale de la ville de Perpignan

par le site “ville-idéale.fr” – “Perpignan – 66000”

5,15 / 10

Note moyenne obtenue par critère

Environnement

5,06

Transports

4,79

Sécurité

3,07

Santé

5,86

Sports et loisirs

5,98

Culture

5,59

Enseignement

5,64

Commerces

5,41

Qualité de vie

5,12

Notes obtenues sur 133 évaluations

Résultat de recherche d'images pour "trappes islam humour"