“Il est des batailles que l’on gagne et qui vous font perdre la guerre !”, dit le Général De GAULLE au Président de la République française, Emmanuel MACRON.

 

Résultat de recherche d'images pour "bataille général de gaulle"
[…] idéologies adverses, LIBERALES, marxistes, hitlériennes […]
Et les LIBERALISTES et autres LIBERTAIRES osent se revendiquer du gaullisme ?

“Il est des batailles que l’on gagne et qui vous font perdre une guerre !”, dit le Général De GAULLE, en parlant de Daech et du Califat (sic) irakien.

Le mal se répand plus vite quand les germes sont dispersées dans la nature.

“Il est des batailles que l’on gagne et qui vous font perdre la guerre, la guerre économique !”, dit le Général De GAULLE au Président de la République française, Emmanuel MACRON, le convoquant pour la future signature d’ordonnances qui cassent les ordonnances prises dans l’intérêt du peuple français, ordonnances qui n’avaient jamais été prises contre le peuple français, son peuple dont il a toujours respecté la volonté.

“Il est des batailles qu’il ne faudrait jamais livrer, des batailles qui vous mènent à une guerre totale contre votre propre peuple, le peuple de France.

Ce sont les batailles du déshonneur et de la peur quand les marchands d’armes monnayent le sang des hommes contre de l’argent qu’ils payent aux politiques et quand les banquiers pratiquent l’usure sur les corps qui jonchent le champ de ces batailles sociales, de ces guerres civiles fratricides.

Résultat de recherche d'images pour "bataille général de gaulle"

Lui, le Général De GAULLE,

[Le Général De GAULLE parle de lui à la troisième personne du singulier]

– a préféré rendre libres des pays colonisés par son pays, la France, la Nation des Droits de l’Homme, plutôt que de livrer des batailles temporairement gagnées dans une guerre au final qui aurait été perdue, la guerre pour la libération de ces pays occupés par notre pays, la France, laquelle serait devenue alors une nation négrière et esclavagiste.

Résultat de recherche d'images pour "bataille général de gaulle"

Vous êtes en train de faire de mon beau pays, la France, le pays de la honte et de la culpabilité, la culpabilité d’une dette que vous faites reposer entièrement sur un peuple rendu à l’esclavage des financiers et au servage des banquiers.

Le politique a perdu sa face devant l’économique et la farce va tourner au tragique et au macabre.

Ceux qui sont devenus français pour fuir la misère et la guerre ne sont pas prêts, eux, à payer la dette des riches marchands d’armes et à accepter de servir, à l’identique d’un peuple français trompé par ses représentants indigents intellectuellement, un pouvoir de plus en plus corrompu et avili par l’argent des banques.

Si vous préparez une guerre contre votre peuple, sachez que jamais aucun Roi français, ni jamais aucun Président de la République française n’ont réussi à gagner une guerre contre le peuple de France, même si quelques batailles gagnées leur ont fait croire le contraire.

Le droit du plus fort, l’arbitraire qui veut attraire les financiers et leur argent au plus haut niveau du pouvoir pour une oligarchie apatride de plus en plus riche, est le droit de la mort.

Ce droit du plus fort a tous les torts, dont le principal est que la mort n’apporte que le deuil et les désillusions.

Il est plus facile de détruire que de construire.

Vous n’avez aucun projet politique et ce manque de perspective rend le tableau économique d’une rare médiocrité, l’autorité de l’Etat ne reposant plus que sur un système démissionnaire de transfert des pouvoirs tant sur les régions que sur des sociétés d’exploitation privée se foutant de la France [sic] comme moi je me fous de ces bons à rien.

Il ne vous appartient pas de décider à la place d’un juge des indemnités à octroyer à un ouvrier injustement licencié.

Mais il vous appartient d’éviter les licenciements injustes.

Sinon à quoi sert-il de gouverner la France, si vous encouragez ceux qui violent ses lois ?

Des lois inscrites sur le fronton du Temple de la République française, le droit au travail et à un logement dignes.

[- “Les deux, Mon Général !”, ajoute le grand homme, en se moquant gentiment de moi et en s’adressant comme à lui-même. Le Général répond à mon interrogation muette sur l’accord de l’adjectif qualificatif “digne-s”, au singulier s’il s’accorde avec “logement”, au pluriel si l’adjectif “digne-s” s’accorde avec “travail” ET “logement”.]

– Pour qu’un travail élève l’homme et sa Nation, il faut que ce travail soit digne de l’Homme, comme vous diriez, Mademoiselle !

[Le “Mademoiselle” est taquin, lié à mon état de naïveté sur la nature humaine]

Qui veut diriger une nation d’esclaves n’est plus lui-même qu’un esclavagiste !

Donc un esclave.

Car quel besoin y a-t-il d’être intelligent pour diriger des gens que l’on traite comme des esclaves ?

Il n’est plus besoin d’être le Président de la République française, d’un peuple qui élit des représentants issus de ce même peuple.

Il suffit d’être le chef d’une dictature, une dictature oligarchique et MEPRISABLE.

[Je mets le qualificatif “MEPRISABLE” en majuscules car le Général CLAME ce terme comme une claque qui serait mise dans la …, euh…, la gueule de… A vous de deviner]

Occupez-vous plutôt de récupérer l’argent des banques, avant qu’il ne soit trop tard !

Avant la banqueroute mondiale.

Sauf à cautionner que la Dette publique doit être remboursée par le sang des peuples, lors d’une Troisième Guerre Mondiale, une guerre qui sera nucléaire, à coup sûr en Europe, comme le veut l’OTAN que vous devriez quitter fissa.

Avant qu’il ne soit trop tard !

Pour vous qui en mourrez et partirez dans un lieu autre que le mien, dans un exil post-mortem loin de tous ceux que vous aimez et qui vous aiment, s’il en est encore !,

– et pour tous ceux qui mourront par votre faute et seront reçus avec les honneurs dus aux combattants morts pour la France, une France dont l’oligarchie mondiale souhaite la mort, comme elle souhaite la mort des autres nations européennes qui s’opposent à la spoliation de leurs biens fonciers et fiduciaires.

C’est une guerre contre les banques qu’il vous faut mener, Monsieur le Banquier !

Pas une guerre contre le peuple français.

A vous de prouver dans quel camp vous vous trouvez, le camp des traîtres à leur nation, le camp des Pétainistes, ou le camp des Résistants, celui des Patriotes, le camp des NATIONALISTES.

Avant qu’il ne soit trop tard !

 

 

Advertisements

Du Général De GAULLE : – “”Je veux, j’exige et j’ORDONNE !” n’est pas digne d’un monarque, ni encore moins d’un élu républicain. Le gouvernement par ordonnances n’est légitime qu’en cas de crise grave, par exemple, dans l’après-guerre. Sommes-nous en guerre contre le peuple de France, oui ou non ?”

Résultat de recherche d'images pour "gouvernement par ordonnances"

A cette époque, j’ordonnais dans l’intérêt du peuple français, pas contre mon propre peuple et sa volonté souveraine, déclare le Général De GAULLE.

Lorsque j’ai gouverné par ordonnances, c’était après-guerre. Pour exemple simple, l’ordonnance du 2 février 1945 sur l’enfance délinquante a été promulguée pour protéger les mineurs et leur permettre d’avoir une justice d’exception qui se justifiait alors par le grand nombre d’orphelins, grand nombre d’enfants à la rue, de familles sans logement, conséquences dramatiques de la Seconde Guerre Mondiale.

Le Général ajoute, presque cynique mais surtout triste :

– Rassurez-vous, la Troisième Guerre Mondiale ne laissera pas grand-monde à la rue, sauf des cadavres d’humains et d’animaux, tous traités de la même manière. L’homme-animal sera redevenu ce qu’il est !

Après la guerre, en 1945, la misère était telle qu’il fallait rétablir des règles de fonctionnement étatique républicaines, et non erratiques comme aujourd’hui, pour créer une cohésion sociale. Là où le chaos avait régné, il faut, il fallait faire régner l’ordre, un ordre non dictatorial.

Or aujourd’hui, en France, ce n’est pas la guerre.

Ou alors, c’est une guerre menée contre les peuples de l’Europe, contre les nations européennes, contre la France.

Au lieu de combattre la misère, la misère est devenue une arme entre les mains d’une oligarchie toute-puissante, ayant pouvoir de vie et de mort sur les plus pauvres et les plus faibles d’entre vous.

Résultat de recherche d'images pour "guerre contre la misère"

Oui, cette oligarchie financière et bancaire a tout pouvoir sur le peuple de France, en particulier à cause de l’obligation de domicilier ses revenus sur un compte bancaire, ce qui “autorise” les banques à user et abuser de leur pouvoir punitif et…. favorise les traitements d’exception devenus légaux mais totalement, du mot “totalitaire”, immoraux, contre les “résistants” et les pauvres gens, pauvres gens si bien-nommés “précaires”, volontairement maintenus dans cet état de précarité par les plus riches, ceux qui ont des dentiers car ils sont les rentiers de la Dette publique et qu’ils peuvent s’acheter le sourire de façade qui ne quitte jamais leur visage même devant l’horreur économique de ce monde, leur monde !

Un monde immonde.

L’oisiveté de ces rentiers est la plus redoutable des armes chez ces gens riches dénués de tous scrupules et capables de tout, du pire surtout. Ils sont le crépuscule annonçant la terrible nuit d’une guerre totalitaire.

Etre pauvre, aujourd’hui, en France, c’est pire qu’en temps de guerre.

C’est être maudit, désigné à la vindicte populaire comme un fainéant alors que tout a été fait justement pour supprimer les emplois industriels, commerciaux et agricoles.

Le chômage NATIONAL a été voulu contre le peuple de France pour briser sa résistance.

Le politique doit penser l’avenir.

Il ne doit pas le subir !

L’élu politique qui parle et part du principe de réalité pour ne rien vouloir changer est un pétainiste.

C’est celui qui abdique avant même d’avoir tenté de gagner la guerre. Vaincu, sans se battre, quel déshonneur !

Il est du devoir de l’homme politique de protéger le peuple qui l’a ELU, son peuple, lui, et pas un autre.

Résultat de recherche d'images pour "pétainiste"

[Oui, image choisie avec le ou sur commande du Général De GAULLE]

Et son devoir, le devoir de l’Elu est de combattre la corruption, cette pollution des esprits qui tue bien plus de gens en France que la pollution atmosphérique qui préoccupe vos “bobos” de gauche.

Or la seule solution pour combattre la corruption est d’appauvrir les riches.

L’argent est devenu le nerf de cette guerre menée contre le peuple de France.

Il ne s’agit pas de morale catholique ou autre, mais de bon sens !

Trop d’argent nuit au bon fonctionnement des institutions car l’homme n’est pas un saint.

Il est incapable de résister à l’appel du dollar qui tue des vies dans d’autres pays et en France.

L’élu politique de France est l’un des plus corrompus d’Europe, sinon du monde. Il est incapable de résister aux cris des pétrodollars qui coulent à flots comme le pétrole noir qui jaillit des terres d’Arabie, la source de tous les maux de l’Occident chrétien.

Les comptes off-shore se multiplient comme les puits de pétrole et les forages de gaz de schiste tandis que les petites gens doivent s’expliquer sur le versement de liquidités de plus en plus chiches sur leur compte bancaire, gestion “privée” les privant même de leur droit de choisir comment utiliser leurs économies ou d’établir un ordre de grandeur dans des dépenses dites toutes prioritaires, gestion bancaire devenue un outil d’oppression du peuple par des banques dévoyées au service des voyous de la République.

Les banques sont au service des créanciers et des “fonds vautours”.

La première liberté à redonner au peuple est donc celle de choisir ou non d’ouvrir un compte bancaire pour y domicilier qui, son salaire, qui ses aides sociales, qui, ses rentes.

Ainsi se termineront d’eux-mêmes les plus graves abus bancaires qui appauvrissent principalement nos concitoyens, à coups d’agios, de commissions d’intervention et que sais-je encore !

Résultat de recherche d'images pour "banques voleuses"

Les banques ne gèrent pas les comptes. Elles grèvent les petits salaires, les chargent de pénalités insupportables et étouffent les Français sous leur poids économique astronomique. Le rapport de forces est par trop inégal.

Les banques vident et vampirisent, aspirent les petites économies des plus modestes pour les soumettre à un système totalitaire qui est le leur, un système GLOBALitaire au service d’une oligarchie mondialiste qui se paie le LUXE de faire des leçons de morale à un peuple français en souffrance, le réprimandant sans cesse contre ses réticences à ne pas vouloir recevoir ses futurs assassins.

Le peuple n’a même plus le droit de se protéger lui-même alors que l’Etat français est défaillant dans sa protection du territoire, incapable d’assurer la sécurité du pays et des citoyens français, par manque de moyens budgétaires et de ressources humaines.

C’est l’argent aujourd’hui qui décide de tout.

Quand une banque en vient à vider le compte bancaire d’une étudiante handicapée, comme ce fut récemment le cas, parce que l’étudiante avait rappelé que son compte était clôturé depuis 2011 et que cette jeune fille se plaignait des prélèvements injustifiés subis sur ce compte non encore clôturé malgré ses différentes lettres recommandées, ce fut un braquage commercial, du vol à petite échelle mais dont on se doute bien qu’il doit se répéter à grande échelle, ce mauvais genre de vidage d’un petit compte par une banque scélérate qui a pignon sur rue.

presse7210423638639687285_n

Quand une banque en vient à vider le compte bancaire d’une étudiante handicapée, comme ce fut récemment le cas, parce que l’étudiante avait rappelé que son compte était clôturé depuis 2011 et que cette jeune fille se plaignait des prélèvements injustifiés subis sur ce compte non encore clôturé malgré ses différentes lettres recommandées, ce fut un braquage commercial, du vol à petite échelle mais dont on se doute bien qu’il doit se répéter à grande échelle, ce mauvais genre de vidage d’un petit compte par une banque scélérate qui a pignon sur rue.

Le Crédit Agricole a prélevé directement tout l’argent qui restait, un peu plus d’une centaine d’euros, sur le compte bancaire de cette jeune personne que la banque savait être handicapée, au lieu de rembourser à l’étudiante, comme elle le lui réclamait, les sommes indûment prélevées au titre de la nouvelle pénalité inventée grâce à l’inactivité de votre “commissionnaire” Pierre MOSCOVICI en 2014, au titre de la loi ECKERT, pour sanctionner les plus pauvres comme les SDF, la pénalité dite de “compte inactif”.

Faire payer l’inactivité, alors qu’au contraire, d’habitude un commerçant ne peut faire payer que ce qu’il a fait, ses “actions”, c’est incroyable, non ? Si la Banque n’agit pas pour un client, rien ne doit être payé par ce client. C’est du bon sens ! A quand le repas dû au restaurateur qui ne vous l’aura pas préparé ?

Image associée

Rendez-vous compte, bonnes gens, que les banques ont réussi à vous faire payer même le travail qu’elles ne font pas pour vous ! 

Grâce à une loi d’Etat.

Evidemment que le compte de la jeune étudiante était inactif puisqu’il aurait dû être clôturé depuis 2011 ! et qu’elle ne l’utilisait plus, du fait du décès de son parrain, celui qui approvisionnait ce compte depuis l’âge de ses quatre ans. Et si un décès, ce n’est pas un cas de force majeure, signalé à la banque, alors qu’est-ce qu’un cas de force majeure ? Ne rien faire, peut-être… comme cette banque et faire payer son inactivité à la jeune étudiante handicapée.

Par conséquent cette enfant devenue étudiante ne pouvait pas récupérer l’argent qui restait sur son compte, au décès de son parrain, malgré ses demandes répétées.

Et si cinq euros représentent de quoi manger sur une semaine, c’est à dire la possibilité de se nourrir avec une baguette de pain chaque jour et un peu de Nutella tartiné sur un morceau de cette baguette, – pâte indigeste, la Nutella, que je déconseille vivement ! -, alors imaginez ce que représentent plus de cent euros pour cette jeune étudiante qui devait payer ses frais d’inscription à l’Université de son choix.

Le Crédit Agricole a calculé factieusement :

[Non pas facétieusement !, mais “factieusement”, adverbe tiré du substantif “factieux”]

  • au centime d’euro près, le montant de pénalités achevant de spolier définitivement l’étudiante handicapée. Les cent euros ont servi à payer ce montant fallacieux ajout de pénalités supplémentaires, montant ajusté à celui du solde du compte pour ne pas avoir à rembourser même un centime d’euro à l’étudiante handicapée, sans donner aucunement droit à sa juste demande de remboursement.

Cette banque détestable qui vole les personnes handicapées sait fort bien que cette étudiante n’aura jamais les moyens financiers d’engager un procès contre elle pour cent euros.

Résultat de recherche d'images pour "crédit agricole humour"

Si cette étudiante s’était appelée Nadine de ROTHSCHILD, qui d’entre vous pourraient douter qu’elle n’aurait  pu obtenir le remboursement du montant des pénalités indûment prélevées pendant six ans sur son ancien compte bancaire au Crédit Agricole ainsi que le virement du solde de son ancien compte sur son nouveau compte bancaire ?

La question qui se pose est de savoir combien de personnes handicapées et/ou vulnérables se font ainsi racketter par le Crédit Agricole ?

La question qui se pose est de connaître le nombre de paysans volés par cette banque dite rurale et honnête.

Les petits ruisseaux font les grandes rivières !, d’argent, des rivières d’affaires dans lesquelles se noient les victimes de ces abus bancaires à répétition.

Qui contrôle quoi ?

Et qui contrôle qui ?

Le secteur bancaire contrôle tout.

C’est une certitude absolue.

La preuve, les Français ont élu à la tête de la France, un banquier.

Résultat de recherche d'images pour "abus bancaires"

C’est une première en France !

Après l’élection de Georges POMPIDOU dont peu se souviennent encore qu’il fut lui aussi banquier, ancien directeur général de la Banque Rothschild et aussi fin lettré que le banquier Emmanuel MACRON.

Je suis très sensible au sort des personnes handicapées, comme vous devez déjà le savoir.

Et je félicite le président de la république, votre président de la république, Emmanuel MACRON, de s’en préoccuper et d’avoir osé s’afficher publiquement et sportivement en fauteuil roulant. Il s’est “rabaissé” jusqu’à vouloir prendre la place d’un handicapé moteur.

C’était plus que symbolique et la manière dont les médias français ont traité sa prestation courageuse est symbolique de l’ambiance cynique de ce milieu médiatique des “médiocres”. Ce cynisme est révoltant pour les personnes handicapées.

Lorsque des sociétés privées nuisent au bon fonctionnement de la société publique, l’Etat ne peut pas rester passif et doit sévir sévèrement.

[La racine de “sévir” et de “sévère” n’est pas la même car le Général n’aime pas les répétitions, sauf pléonasmes volontaires pour provoquer un effet de style. Et pour le Général lui-même écrivain, cette facilité est un “effet de manches” comme les avocats agitant leurs mains pour ne rien dire. Je vous renvoie à l’étymologie de ces deux mots “sévir” et “sévère”]

Il est inadmissible que les banques qui ont obtenu l’obligation inconcevable et aliénante de faire domicilier les revenus des Français dans des agences qui sont privées,

– devant donc être déclarées d’utilité publique puisqu’elles gèrent le patrimoine fiduciaire des Français , sinon elles n’auraient pas pu obtenir cet avantage exclusif et considérable de l’obligation de faire domicilier les revenus des Français sur un compte bancaire -,

il est inadmissible que ses banques soient devenues les premières causes de l’appauvrissement des ménages français et un frein essentiel à la croissance des ménages français.

Résultat de recherche d'images pour "crédit agricole humour"

Pourquoi la France a-t-elle cédé aux banques pareil privilège exorbitant, sans se donner les moyens réels de contrôler leur activité financière et avec la complicité passive d’une Banque de France devenue leur caution “morale” ?

C’est tout à fait anormal.

La corruption prend son départ dans la gestion des comptes bancaires français.

Une gestion calamiteuse !

Une gestion, pour tout dire, odieuse !

Qui tue des gens en France, plus sûrement que ne le ferait le cancer.

S’il y a bien un domaine où il faudrait “ordonner” et “co-ordonner”, c’est le domaine bancaire.

Sinon il ne servira à rien d’ordonner dans l’avenir de détruire le tissu social pour “libérer” les bonnes volontés, langage “néo-cons” [sic] des abrutis qui prennent les Français pour des demeurés !, novlangues de technocrates ploutocrates qui n’ont jamais réellement travaillé ailleurs que dans un bureau cossu et fessu.

Françaises, Français, vous avez élu à la tête de votre pays un banquier.

S’il y a bien un domaine qui est de son domaine de compétences, ce sont les finances et la Banque.

Par conséquent, plutôt que de s’attaquer au Code du Travail, lui qui n’en connaît que les aspects rébarbatifs, tels que ceux décrits par les copains de la bande des coquins qui dirigent actuellement la France des nouveaux barbares, j’invite vivement votre Président de la République à s’attaquer au Code Général des Impôts avant que les Français ne choisissent de le faire à sa place.

Qu’Emmanuel MACRON daigne se souvenir ce qui fut cause de la Révolution française, l’inégalité fiscale, les injustices sociales et leurs exceptions de classes !

S’il ne veut pas mourir prématurément.

S’il y a bien un domaine dans lequel Emmanuel MACRON excelle et règne en maître, sinon en seigneur, c’est bien celui des finances et des banques, d’une banque, la banque ROTHSCHILD.

Résultat de recherche d'images pour "rothschild humour"

Emmanuel MACRON doit prouver très rapidement aux Français son indépendance politique vis à vis des banques et sa probité personnelle, sans clientélisme, en préparant sa réforme fiscale, la VRAIE, pas celle voulue par les copains de la bande de coquins.

Alors le président de la république, libéré de ses liens graveleux, pourra endosser pleinement l’habit de défenseur des libertés publiques.

Sinon, comment lui-même entravé par ses relations privées et gavé d’argent comme une oie est gavée avant Noël pour finir sur l’autel des fêtes populaires, la tête coupée, comment pourrait-il se dire libre, Emmanuel MACRON ?

Et si votre président de la république n’est pas libre, comment pourrait-il libérer votre patrie, la France ?

Je mets au défi Emmanuel MACRON de faire une révolution fiscale JUSTE, avant que le peuple de France “ne l’impose” !

Et l’impôt du sang est toujours plus lourd à payer pour les riches sourds aux cris des pauvres gens que l’ISF tant décriée dans ces milieux de rentiers oisifs et nocifs.

Il faut lever les impôts des riches, non pas les leur enlever !, pour sauver la France.

Avant qu’il ne soit trop tard !

Si Emmanuel MACRON devient le Président des Français, et non pas le représentant commercial de la Banque Rothschid, le VRP des plus riches triquards, je lui prédis, moi, le Général De GAULLE, un avenir inattendu.

Enfin, pas tant “inattendu” que ça !, pour le jeune homme qu’il fut !

Ah moins que vous ne préfériez jouer les VRP de la Banque Rothschild, jeune homme ?

Auquel cas, je ne pourrais plus rien faire pour vous.

Résultat de recherche d'images pour "rothschild humour"

Et j’espère, en ce cas, un cas désespéré, que Bruno LE MAIRE saura reprendre à temps sa liberté, avant la grande révolution, celle de votre siècle, quand tous les peuples s’uniront pour s’affranchir du joug de cette oligarchie financière.

Alors vous pleurerez, vous, les élus politiques et autres potentats locaux sur vos privilèges disparus.

L’argent ne se mange pas, ni ne se boit.

Avoir des comptes bancaires, offshore ou pas, peu importe !

Ce qui est important, c’est l’usage que vous faites de votre argent.

Aujourd’hui, dès aujourd’hui, et non pas demain.

Car demain, il sera trop tard.

Il est déjà trop tard !

Donnez, donnez pour irriguer les terres de France.

Sinon vous mourrez.

Non pas comme moi qui suis déjà mort, mais VIVANT !

Vous mourrez, DEFINITIVEMENT.

Et cette mort-là, vous ne la souhaiteriez pas à vos pires ennemis !

Pourtant, vous arrivez à la souhaiter pour vous-mêmes, gens qui vous prenez pour des aristocrates sans vouloir payer l’impôt du sang à votre pays.

Celui qui a peur de mourir n’a jamais vécu.

On ne meurt pas quand on a connu la vie !

La VRAIE Vie.

Vous devrez choisir, Monsieur le Président de la République, entre l’honneur et le déshonneur.

Résultat de recherche d'images pour "honneur de gaulle"

Et il vous reste peu de temps pour choisir.

« Il y a une societé entre le petit oyseau qu’on nomme le roytelet, et le crocodile ; le roytelet sert de sentinelle à ce grand animal, » 

[Montaigne, II, 195]

La question qui se pose est :

– Qui est le crocodile ?

Le roitelet étant celui qui veut, ordonne et exige, à défaut de pouvoir obtenir par la persuasion, il cherche à pouvoir obtenir par la force le “pouvoir” sur le peuple.

Une force illégitime ayant pour cadre l’application de la loi du plus fort dans un monde économique sauvage, car non régulé.

Ne vous moquez pas des sauvages !

Vous en êtes.

Imposer la dérégulation, c’est vouloir vivre dans un monde de sauvages.

Résultat de recherche d'images pour "attaques de crocodiles"