Suite de la “vision” du 31 janvier 2016 : Guerre totale, guerre foetale – Transhumanisme – Etre immortel signifie devenir mortel, perdre son âme.

 

Soyons honnêtes

Enfin je veux dire : – “Sois honnête !”

Je me parle à moi-même.

Ce rêve empoisonne mes nuits et mes jours.

Le monde foisonne de rêves d’immortalité.

Afficher l'image d'origine

Pourtant dans le mot “immortalité”, il y a le mot “mort”.

Notre humanité a choisi la mort comme destin.

Elle l’a choisie avant sa naissance, en choisissant le fruit de la “con-naissance”, le fruit du bien et du mal.

“Con-naissance”, c’est un peu le “cum”, “l’avec” qui accompagne l’homme sur le chemin de la vie, lorsqu’il a choisi de naître plutôt que de ne pas mourir.

Car choisir de naître, c’est choisir de s’incarner pour connaître le bien et le mal, donc mourir.

Le MAL suprême étant pour l’homme, la mort, car de la mort, nous affirment les anciens, nul n’est jamais revenu sauf CHRIST.

Qui a vaincu la mort, sauf Dieu ?

L’Homme-Dieu a vaincu la mort.

Et les hommes rêvent tous de devenir comme des dieux.

Des “Immortels”.

Afficher l'image d'origine

J’ai beaucoup de mal avec ce “rêve” de la nuit du 31 janvier 2016.

Des incendies volontaires allumées par des bandes d’hommes errants, des flammes de l’enfer sur terre, enfer sur terre voulu par d’autres hommes sous abris souterrains et mondains, réfugiés de luxe dans des paradis fiscaux, il n’y avait plus qu’un seul monde sans végétaux, sans animaux, mais avec… des hommes.

Ces hommes qui se voulaient être immortels, des “Immortels”, des êtres d’exception échappant à la mort.

Il y avait eu une guerre nucléaire et tant d’autres guerres durant lesquelles l’homme semblait avoir expérimenté contre lui-même et la terre toutes sortes d’armes biologiques, chimiques et cataclysmiques ayant entraîné l’éradication du manteau terrestre et l’extinction de toutes espèces animales.

L’humanité survivante, “l’élite” grotesque vit maintenant dans un univers cauchemardesque, sous bulles, un univers qui se délite, un univers stérile.

En attendant de pouvoir s’exiler sur une autre planète !

C’est là où se trouve le piège caché dans cette promesse de l’immortalité.

La perte de l’âme contre la promesse de l’immortalité.

C’est une promesse satanique si ancienne.

C’est le contrat faustien.

Où l’homme croyant tout pouvoir perd tout et n’obtient rien.

Rien du tout.

Afficher l'image d'origine

Si tout se recycle, le cycle de la matière n’est pas le cycle de la vie, certainement pas celui de la vraie Vie.

C’est compliqué.

Ce qui m’a été expliqué, je dois l’exprimer par des mots.

Transformer des “concepts” en images et des images en mots.

Alors j’ai attendu, le passage d’un ange, d’un interprète, l’irruption d’un “visiteur”.

Et je suis là, devant mon clavier, je dois l’écrire.

Mais comment le décrire ?

Il le faut.

C’est urgent.

Ce serait urgent.

SOS “Save Our Souls”

– “Les hommes ont oublié qu’ils ont une âme”, dit le Seigneur.

Ils pensent sauver leur corps et ne pensent plus qu’à sauver leur corps.

De la mort.

Mais la mort n’est pas la fin.

Ce n’est que le début.

L’oublier, c’est mourir justement.

Afficher l'image d'origine

Alors je vais procéder par flashs, comme ils me reviennent.

Car je n’ai pas noté ce rêve, trop long, trop dur, trop monstrueux.

Mais il le faut, écrire, encore écrire, finir de décrire cette vision.

Ames sensibles s’abstenir !

Ne jetez pas le blâme sur moi, mais sur ceux qui veulent devenir des “Immortels”.

Les autres, imaginez que je vous invite à lire un livre d’anticipation sur un futur d’horreur sans les couleurs de la vie.

Et faites tout en votre pouvoir pour que ce futur n’arrive jamais !

Afficher l'image d'origine

Premier flash :

– sur cette terre dévastée, il n’y a plus de nourriture.

Evidemment.

Puisqu’il n’y a plus ni végétaux, ni animaux.

Il reste “nous”, les hommes.

Enfin, il reste “eux”, l’élite barbare, la plus cruelle et la plus stupide qui soit parce qu’elle s’est auto-détruite, en détruisant tout autour d’elle.

Les maisons sont souterraines, comme s’il n’y avait plus de bouclier atmosphérique, avec non pas seulement une climatisation, mais un air artificiel, complètement aseptisé, qui est totalement “contrôlé” par des machines intelligentes et réactives.

Les humains ne ressemblent plus guère à des humains.

Ce sont des “transhumains”, des “Immortels”.

Je vais les appeler du nom de “Transhumaniens”.

Qu’est-ce qu’un “transhumanien” ?

Ils ressemblent à ces “Aliens” qu’on nous montre comme étant des extra-terrestres.

Ils sont moches, sans pilosité, sans différences.

Tous clonés de clones.

Tous nés il y a longtemps, si longtemps.

Ils produisent des clones pour se reproduire de manière artificielle, à cause de la barrière microbienne.

Sans père, ni mère.

Ils ont survécu.

A toutes les guerres.

Ils sont “transgenres”, ni hommes, ni femmes.

De toute façon, ils évitent tout contact physique, même entre eux, car ils pourraient en “mourir”.

Leur hantise : – mourir !

Afficher l'image d'origine

Les plus affreux ont une peau transparente et glauque, dont l’élastique se distend, comme la peau des très très vieux.

Sauf qu’ils ne sont pas vieux.

Ils sont “immortels”.

Malgré toute leur science, si ces “Immortels” ont réussi à trouver le secret de l’immortalité, se réparant comme des machines, ils n’ont pas réussi à trouver le moyen de stopper le rythme temporel des divisions cellulaires, l’horloge biologique.

Afficher l'image d'origine

Excusez-moi, si j’ai des difficultés à traduire “scientifiquement” ce que j’ai “vu”.

Disons que la peau qui recouvre des organes “interchangeables” n’est pas “immortelle”, elle.

Elle pend en lambeaux.

Pour “sortir” ou se rendre “visibles” , les “Immortels” se revêtent d’une combinaison “skinique”.

C’est le “terme” qui me vient, puisque le langage anglo-saxon dominera ce monde des “Transhumaniens”, avec ses théories libérales et libertariennes.

Combinaision “skinique”, c’est le terme qui convient, car c’est le nom qui m’est donné pour ces combinaisons de “fausse peau”.

Sortir pourquoi ?

Le monde est impur, sans possibilité de respirer si ce n’est sous assistance “biomécanique”.

Certains n’ont même plus de poumons.

Ils sont branchés à la machine domestique qui les tient ou les maintient en vie.

Ou sortent avec la “combinaison skinique” et son appareil respiratoire.

C’est un milieu “stérile”, sous bulles, comme les êtres qui l’habitent.

Sortir pourquoi ?

Plus personne ne fera l’amour ni n’aimera quelqu’un d’autre.

Afficher l'image d'origine

Dans une pièce grise, qui ressemble à l’alvéole d’une ruche, un “Immortel” se dirige vers une couveuse.

Chambre sous coupole transparente, sous “bulle”.

On me dit de regarder attentivement ce qui va se passer.

Tout me rebute :

– l’être est laid et l’environnement clinicien.

Je m’attends au pire.

A cause de l’avertissement “Regarde !”

L’Immortel ouvre une couveuse qui contient comme un foetus, une masse de chair informe “vivante”, pas congelée.

Et il mange “in vivo”.

Sa propre chair clonée.

Alors il m’est expliqué à la fois le système de reproduction et de conservation de cette humanité “diabolique” car pour moi véritablement monstrueuse.

Depuis la dernière guerre qui a tué la planète et toutes les autres formes de vie, les Immortels ont proclamé une paix éternelle, grâce aux progrès frénétiques de leur science eugénique.

Ils s’auto-reproduisent et ne se remplacent jamais.

Puisqu’ils sont “immortels”.

Le chiffre de la population des dieux vivants doit rester impérativement stable pour des questions de survie de cette humanité qui est pourtant un véritable cimetière.

Il n’y a plus que des “Vénérables Maîtres”.

Donc les Immortels se clonent.

Ils se clonent pour se réparer en cas de maladie, ce qui est déjà prévu dans notre civilisation, par des greffes “auto-immunes” (le système immunitaire reconnaissant le “soi” du “non-soi”).

Ils se clonent pour ne pas mourir, pour se nourrir.

Dans la pièce où pénètre l’Immortel pour se nourrir, il y a plusieurs couveuses.

Tous les “foetus”, des clones de lui-même, sont “condamnés” à mourir.

Ces clones n’ont été créés que pour guérir l’Immortel ou pour le nourrir, je le rappelle.

Pour nourrir l’Immortel,  des morceaux de choix “reposent”, “not in pace”, dans les couveuses, et  “se reproduisent” grâce à la division cellulaire.

L’immortel ne veut pas mourir et doit donc se nourrir, se nourrir de lui-même, une chair qu’il crée à partir de sa propre “viande”.

Puisqu’il n’y a plus de nourriture sur terre, ni végétale, ni animale.

L’Immortel est un “cannibale” qui se nourrit de lui-même.

Il pourrit sur pied de manger cette “carne” vivante.

Comme les cadavres qui se décomposent, rien ne tient sur cette peau fossilisée, ni les oreilles, ni l’appendice nasal.

La greffe “auto-immune”par ingestion, l'”auto-anthropophagie” garantit, selon les Immortels, une parfaite compatibilité biologique entre la nourriture et l'”hôte nourri”.

Leur plus grande crainte est manifestement de mourir d’une infection microbienne.

La “nourriture” n’est même pas cuite.

L’Immortel se sert dans la couveuse avec des mains hideuses.

Afficher l'image d'origine
[ Dans ma vision la couveuse n’était pas à roulettes et isolée dans une salle. Plusieurs couveuses étaient alignées les unes après les autres, comme des  pièces d’outillage lors d’un travail à la chaîne, en usine, pour de la fabrication/consommation de chair humaine.]
Moins la “viande” est sortie de son emballage stérile, moins il y a de risques de contamination.

Si les tissus du clone sont trop “mangés” et qu’ils meurent, le reste de la viande vivante est immédiatement détruite.

Pour être consommé, le morceau de choix doit être vivant, c’est à dire pour eux, “sain”.

L’Immortel retire ses mains de la couveuse comme moi je retirerais un plat du four après cuisson.

Sauf que, lui, il a mangé une partie du plat directement dans le four.

En plongeant les mains dans le magma de tissus, corps vivant qu’il dévore comme moi je mangerais la chair d’un abricot.

Le Seigneur veut que vous sachiez quel avenir vous vous préparez à vivre avec vos théories de “transhumanisme” et vos illusions d’immortalité.

Afficher l'image d'origine

Seconde partie, second flash :

Nous y voilà, enfin, l’immortalité !

Le rêve de toute une humanité qui fuit la mort et prépare sa mort.

C’est la partie pour moi la plus complexe.

Elle traite de l’âme.

Pour ceux bien sûr qui pensent avoir une âme.

Pour les autres, ils peuvent s’arrêter à la première partie qui décrit simplement ce que sera une vie “immortelle”, une vie physique immortelle à l’état de décomposition contenue, retenue.

“Poubelle, la vie !” sous couveuse.

D’où vient l’âme ?

Je ne sais pas.

Bah non !

Excusez-moi du peu.

Si je le savais, je vous l’écrirais de suite.

Mais ce qui m’a été dit est important… pour vous.

Donc je l’écris, seulement ce qui m’a été dit.

Sans autre démonstration.

Croyez-moi ou pas sur parole.

Peu m’importe !

Afficher l'image d'origine

Au moment de la “reproduction” sexuelle, l’âme s’incarne.

Car l’âme naît d’un acte d’amour, plutôt prend vie dans un corps lors d’un acte d’amour.

C’est la “conception”.

Dans tous les cas, il faut la rencontre entre “l’animus et l’anima”, la fusion entre deux principes, l’un mâle et l’autre femelle.

Néanmoins la vie peut naître du viol physique d’un autre corps.

Une âme peut choisir de s’incarner dans ces conditions peu idéales.

Vous me direz : – “Reproduction sexuelle, sauf pour le clonage !”

Justement.

Le clonage ne permet pas à une âme de s’incarner.

Le clonage, c’est juste la duplication d’une unité physiologique humaine, ou plutôt sa “division”, au point de perdre son âme humaine dans une multiplicité de corps.

Ce n’est pas l’irruption de la Vie dans la vie.

C’est une imitation de la vie, une pâle copie d’une vie qui va s’éteindre et qui parasite la vie de “l’original”, comme des “rejet(s)-ons” tirent la sève du tronc principal de l’arbre et le font crever.

Pour le Seigneur, le clone est une greffe qui n’aurait pas fonctionné.

C’est juste un “doublon” qui va mourir plus vite et qui n’est pas “animé” au sens spirituel du terme.

Un clone ne peut pas avoir d’âme.

Vous pouvez reproduire la division cellulaire à l’envi, pas la vie.

Car ce n’est pas la Vie, ce qui donne la vie, ce qui vous permet de dire que vous êtes vivants.

Afficher l'image d'origine

Troisième flash

Les voyageurs du temps

Ce fut si bref, comme un intervalle dans le temps, une ouverture sur un continuum nous contenant, nous et eux.

Et si nous, nous étions eux ?

Et si eux, ils étaient nous ?

Non pas nos “ancêtres” mais ce que nous allons devenir, nos “descendants”.

Des “petits hommes gris” enlèvent des personnes, il paraît.

Les hommes d’aujourd’hui qui prétendent en avoir vu disent que ce sont des “extra-terrestres”.

Moi je les appellerais des “infra-terrestres”ou des “voyageurs du temps”.

[Le temps est une notion humaine “relative”. Les Transhumaniens sont notre présent et notre avenir, une projection/projet politique par absence de conscience de l’humanité dans sa totalité, une abjection de l'”hyper-soi”  qui devient une aberration scientifique.]

Les “Immortels”, ces loques humaines qui n’arrivent plus à se reproduire sexuellement, donc spirituellement, n’ont qu’une seule peur, la peur de perdre leur immortalité, de mourir.

Avant la catastrophe nucléaire et… après la mort de tous les êtres humains, animaux et végétaux, au moment où cette élite a découvert le clonage, la conception artificielle, cette élite, qui s’abrite si bien contre nous, a jouï et s’est réjouï de sa survie car elle seule a survécu.

Donc, pour cette élite oligarchique et si peu aristocratique, elle a vaincu le monde.

Avec, pour esclaves à son service, de puissantes machines robotisées, quasi-humanisées.

Tout va bien.

Mais la mort est programmée dans l’horloge biologique cellulaire.

Et là, les “Immortels” comprennent qu’en ayant perdu leur pouvoir de reproduction sexuelle, ils ont perdu leur pouvoir de donner la Vie.

De se reproduire, c’est à dire de ne pas mourir.

Car leurs clones mourront avec eux.

Afficher l'image d'origine

[Expérience non pas de retour après la mort, mais de retour après un enlèvement par les “petits gris”, avec cette question : – Que cherchent-ils ? Que veulent-ils de nous ?]

Je terminerais cet article de manière très “catholique”, excusez-moi du terme, disons “orthodoxe”.

Sachez que c’est pour cette raison que le Seigneur est contre l’eugénisme, la conception artificielle, la reproduction non humaine d’humains.

Parce que l’âme doit venir dans le monde pour animer le monde, sinon le monde mourra.

Et pour qu’une âme vienne au monde, il faut qu’elle puisse s’incarner par la force de l’amour ou parfois de la haine, la haine n’étant que l’autre visage de l’amour, l’amour qui s’ignore.

– “Je te hais-me”, “je t’adore ou je t’abhorre”, mais je ne peux vivre sans toi, sans moi. Car l’autre, c’est moi, c’est toi aussi.

L’homme ainsi créé artificiellement, sans procréation sexuelle, n’est qu’un doublon, un clone, un être non humain à l’état précaire, fût-il immortel !

– “Un robot pourra être immortel mais il ne sera jamais un homme”, dit le Seigneur.

Cherchez la source de l’amour, car dans la source de l’amour se trouve la source de la Vie, la vie éternelle, celle de l’âme.

Ne confondez pas l’état stationnaire d’un corps physique que vous voulez rendre immortel avec la “vraie” immortalité de l’âme qui vous permet de passer d’un état de conscience à un autre état qui n’est pas seulement un état de survivance, mais un état d’éternité, hors du corps de l’homme, vivant ou mort.

C’est la Métamorphose.

Préférez la mort, en étant vivant, à l’état de vie, une vie de “morts-vivants”.

Il ne faut pas avoir peur de mourir.

Il faut s’y préparer.

Il faut avoir peur de perdre son âme.

Et de s’égarer dans les couloirs du temps, comme les “petits gris” qui ne sont pas des “Aliens” mais seraient nos descendants à la recherche du temps perdu, du secret de la sexualité et de la reproduction de l’être humain avec une âme. Pour rattraper ce temps qui les a abandonnés dans leur immortalité uniquement biologique.

Afficher l'image d'origine

Comment incarner une âme dans la chair quand on n’est pas Dieu sur terre ou ailleurs ?

Comprenez-vous la différence entre être morts physiquement mais vivants et être vivants mais morts spirituellement ?

Le Seigneur s’interroge, nous interroge.

Combien d’entre vous sont “déjà” des morts-vivants et se croient immortels ?

Alors qu’ils ont “déjà” perdu leur âme et ne pourront jamais franchir le passage qui mène à l’éternité de l’être, la mort puis la Vie.

Je vous laisse sur une oeuvre de Georges GURDGIEFF :

  • “Récits de Belzébuth à son petit-fils”.

Dans cette oeuvre au titre fort inquiétant,  l’auteur à la réputation sulfureuse explique comment il est capable de reconnaître les rares hommes qui ont encore une âme dans cette humanité déshumanisée parmi les morts-vivants qui vaquent à leurs occupations quotidiennes.

C’est un personnage singulier, Georges GURDGIEFF.

D’aucuns diront que c’est un charlatan.

Il tient encore salon dans un univers où il fait le “passeur d’âmes”.

Ou serait-il devenu leur  “trépasseur” ?

Grâce à lui, j’ai compris que Jésus ne parlait pas en paraboles lorsqu’Il disait par exemple :

– “Laissez les morts aller enterrer les morts”

Ou encore lorsque Jésus fustigeait les Pharisiens et les traitait de sépulcres blanchis, de “morts-vivants”.

J’ai compris que l’on pouvait perdre son âme de son vivant et n’être plus qu’un corps.

Alors, oui, certains morts-vivants souhaitent pouvoir mourir éternellement sur cette terre, se décomposer, se diviser et se cloner pendant très très longtemps.

Pour eux, c’est être “immortels” que de devenir terriblement mortels.

Que de devenir ce qu’ils sont déjà, des “zombies”, des êtres sans âme.

La survie de l’humanité, celle qui s’incarne pour devenir immortelle en franchissant le passage vers l’autre Vie, dépend de sa reproduction sexuelle.

La famille, “un homme/une femme” et leurs enfants, ce n’est pas seulement pour faire joli, avec un côté “rétro”, Belle Epoque, etc..

La famille, l’union de l'”animus/anima”, c’est la clef de voûte de l’Eternité étoilée.

C’est un sanctuaire dont l’enceinte “sacrée” doit rester inviolable.

La famille, c’est le lieu de passage de l’âme, l’âme de l’humanité vers l’Eternité, une autre dimension .

Qu’y puis-je mais ?

Et qu’y suis-je pour pouvoir écrire le contraire de ce qu’il m’est demandé d’écrire ?

Détruire les familles, c’est un projet diabolique, celui de la division, une division familiale qui s’achève par la division cellulaire, la possibilité de reproduire les corps, sans les âmes, par le clonage ou la reproduction artificielle.

Pour une vie sans fin qui finit par s’étioler dans le cerveau déjà malade du “Transhumanien” immortel et le pousse à se se protéger de la mort par de l’auto-anthropophagie.

– “Il n’y a pas de projet scientifique salutaire dans le transhumanisme, dit le Seigneur. C’est à cause de votre ignorance du processus de la mort et de ce qu’est la mort, “terra incognita”, que vous concevez l’inconcevable, vous détruire vous-mêmes, en vous réduisant à un corps physique.”

Le “transhumanisme”, votre projet, c’est juste l’exploitation et la marchandisation des corps jusqu’au moment où la mort réclame son dû.

Personne ne peut échapper à la mort… spirituelle, la séparation de l’âme d’avec le corps.

Mais vous pouvez choisir de devenir “immortels”, même déjà morts.

Et beaucoup d’entre vous, de toutes façons, sont déjà morts, même s’ils se croient encore “vivants”.

Car ils ont perdu leur âme.

Afficher l'image d'origine
Advertisements

5 thoughts on “Suite de la “vision” du 31 janvier 2016 : Guerre totale, guerre foetale – Transhumanisme – Etre immortel signifie devenir mortel, perdre son âme.”

  1. Savez-vous qui était “saint” pour Georges GURDGIEFF ?
    Non pas le “martyr” qui accepte, ou pire, veut mourir pour la gloire de Dieu alors qu’il pèche par orgueil et souhaite mourir pour être glorifié lui-même par les hommes de son vivant et après sa mort ?
    Non pas le “moine” qui se retire du monde pour prier pour les autres, pour leurs difficultés dans ce monde égoïste et égotiste.
    Car Jésus était dans le monde, parmi nous.

    Non, pour Georges GURDGIEFF, la figure du saint s’incarne dans la figure du “père”, du père de famille.
    Vous savez, si !, vous le savez, intuitivement, vous le sav(i)ez.
    Vous savez, ce pauvre type que vous accablez, votre salarié, votre voisin, le “sans-toit” à la rue avec ses gosses et sa femme… c’est un “père” qui se bat pour faire vivre sa famille.

    Pour le ténébreux Georges GURDGIEFF, le saint homme, c’est l’image du père qui sacrifie tout à ses enfants, pour qu’ils puissent vivre, eux, mieux que lui, se nourrir et ne pas mourir dans la misère comme lui.

    Si vous y réfléchissez bien, vous noterez que cette “vision” de “l’homme saint”, c’est aussi la vision du CHRIST-Jésus.
    De la parabole du “Fils prodigue” au “Notre Père”, prière léguée par Jésus à ses disciples, la figure du “Père” est la figure centrale de la sainteté, donnée en exemple à tous les hommes sur cette terre.

    Or notre siècle matérialiste, opportuniste et sataniste, n’a de cesse de vouloir détruire la “famille”, une famille dont le pivot central est la figure du “père”.

    Nous sommes nés dans le siècle des enfants sans père et sans repères.
    Et le prix à en payer est le prix du sang et des guerres.

    Like

  2. D’aucuns diront :

    – Elle prétend parler, cette “folle” au nom du CHRIST, et nous donne comme repère, un “occultiste”, un “mage” du nom de GURDGIEFF qui a écrit un livre inspiré par Belzébuth !

    Le Seigneur me demande de répondre :

    – d’abord que Lui seul connaît les coeurs des hommes et que ceux qui vous précéderont au Paradis seront ceux qui L’auront cherché jusqu’en enfer, s’il le faut, animé d’une soif de connaissances et de savoir, d’une soif d’amour, en Vérité ! Car s’ils cherchent Dieu, c’est qu’ils L’ont déjà trouvé.

    – ensuite Il me demande de rappeler la colère de Ses propres disciples fâchés de voir un “mage” se servir du nom de Jésus pour chasser les démons en Son nom, lui qui ne suivait pas Jésus parmi et avec Ses disciples.
    Et qu’a-t-Il répondu, le CHRIST, à Ses disciples atteints de prosélytisme ?

    [ Marc
    9.38. Jean lui dit: Maître, nous avons vu un homme qui chasse des démons en ton nom; et nous l’en avons empêché, parce qu’il ne nous suit pas.

    39 Ne l’en empêchez pas, répondit Jésus, car il n’est personne qui, faisant un miracle en mon nom, puisse aussitôt après parler mal de moi.

    40 Qui n’est pas contre nous est pour nous.]

    Le Seigneur rappelle à Lui Ses ordres hospitaliers et guerriers, ordres gnostiques ou qui “se croient” agnostiques et qui Le cherchent parce qu’ils L’ont déjà trouvé !

    Like

  3. Le temps ?
    Qu’est-ce que le temps ?

    Il m’a été demandé de revenir sur la notion du temps.
    Pour la plupart d’entre vous, le temps, c’est le cadran d’une montre ou d’une horloge.
    Aujourd’hui, ce temps s’est réduit à une fraction d’heure, de minute et de seconde sur des écrans “connectés”.
    Nous pourrions être manipulés et perdre une heure de temps, en aurions-nous conscience ?

    Avant, dans le temps, il y avait les cadrans solaires.
    Et les cloches des églises qui rythmaient le temps du travail des hommes.
    Ce temps se rapprochait du temps de la terre.

    Aujourd’hui tout est prévu pour nous conditionner dans un temps, celui de la consommation, la nôtre ou la leur, le temps de ceux qui consomment notre temps de travail par exemple, ou notre temps de création.
    Car le temps de création de l’artiste est encore un temps qui reste libre… jusqu’à quand ?

    Mais tout ce temps n’est qu’une illusion.
    Passé, présent, avenir se confondent en un seul temps… qui n’existe pas.

    Et tous nous dépendons du même temps, du même continuum spatio-temporel.
    Je l’écris “continuum”, mais peut-être n’est-ce pas le terme le plus adéquat ?

    Aussi je vais tenter dans mon prochain commentaire de vous expliquer la “queste” du temps par les “Immortels”, eux qui incarnent nos “projections” futures si nos élites oligarchiques continuent à vouloir être les seules à posséder la terre pour eux.

    Et le temps !

    Like

  4. Ceux que d’aucuns nomment les “petits gris”, clones humanoïdes voyageant cachés de nous, ou “Immortels” ne sortant pas de leurs bulles, veulent trouver le moment-clef où l’ADN humain s’est fracturé contre la notion de sexualité et de reproduction.

    A quoi bon se reproduire si vous êtes immortels ?
    Ainsi pensaient nos plus lointains ancêtres, ces “infra-terrestres”.

    Mais le “temps” passant, le temps menaçant de finir dans un temps qui n’était plus éternel, malgré les échanges d’organes et les réparations mécaniques des “biomembres”, bras, jambes, yeux artificiels, les “Immortels” [pardonnez-moi ce jeu de mots !] tombent en “pièces détachées”.

    Il manque l’énergie vitale, la mécanique des fluides énergétiques qui crée une cohésion vitale. Un corps, c’est une illusion.
    Vous le savez bien !
    Il n’a de solide que ce que vous en voyez ou en pouvez voir.
    Dans les faits, ce sont des atomes qui s’agglomèrent et se désagrègent.

    L'”ego” que vous appelez de votre petit ou grand nom n’est qu’une illusion.
    Vos composants sont immortels mais vous, vous êtes mortel(le).

    Comme un canard à qui l’on vient sauvagement de couper la tête, vous continuez de marcher mécaniquement dans la rue, même privé(e) d’âme, privé(e) d’être.
    L’Etre, c’est la Source, ce qui vous permet d'”être”.

    Les “petits gris” ont perdu l’Etre.
    Ils sont Immortels mais ne portent plus la Vie et ne peuvent plus transmettre la vie.
    Au moment de l’union sexuelle, une énergie “vitale” se transmet pour donner la Vie dans la vie.
    La Vie “psychique” dans la vie physique pour “animer” le corps humain.

    Certains Satanistes le savent bien qui essaient de canaliser cette énergie “vitale” à leur profit, copulant comme des ânes à qui mieux-mieux.
    En effet, quand vous perdez votre âme, il faut bien recharger vos batteries corporelles comme vous le pouvez, c’est à dire piètrement et médiocrement.
    Vous pouvez être vivant(e), mais comme les Immortels, sans “Vie”.
    Vous perdez votre énergie vitale.

    Et sans énergie vitale, vous perdez votre “cohésion” spirituelle, psychique et physique.
    Les réparations “esthétiques” sont de l’ordre du “trompe-l’oeil”.
    Mieux vaut une personne âgée “animée” de bonnes intentions qu’une “momie” figée dans son éternel et faux-sourire au botox !

    Like

  5. Aujourd’hui, ou demain, ou dans deux cent ans, je l’ignore, les “Immortels” courent après le temps et tentent de retrouver la faculté de procréer, non pas pour donner la vie, mais pour se maintenir en vie, eux-mêmes.

    Leur problème, vous le comprendrez, est celui de ne pas disparaître, pas seulement de mourir.
    Je m’explique.

    Admettons qu'”on” invente les voyages dans le “temps”, cette illusion qui nous maintient toutes et tous dans une même cohésion sociale, spatio-“temporelle”.

    Imaginons que les “homo sapiens” deux fois “sapiens, sapiens”,
    [s’il vous plaît ! Excusez-moi du peu]
    soient menacés d’extinction à cause d’un virus, genre grippe aviaire, qui aurait encore muté.

    Inventons que les savants de cet “avenir”, une probabilité du nôtre parmi tant d’autres, découvrent que l'”homo neanderthalensis” était résistant à ce virus.
    Que vont-ils faire, nos “sachants” très savants ?
    Puisqu’ils savent “voyager” dans le “temps”, ils vont envoyer des “homo sapiens” vers l’époque néanderthalienne dans le but de fabriquer du sérum ou de “bâtardiser” l’espèce “sapientale” avec l’espèce néanderthalienne.

    Et là, que se passera-t-il ?
    Figurez-vous, c’est bête, non ?,
    que ce voyage dans le temps va précipiter l’extinction de l’espèce humaine “homo sapiens”, en permettant à l’espèce néanderthalienne de survivre et de devenir l’espèce humaine dominante.

    L’histoire humaine s’en trouve bouleversée.
    Vous n’existez plus.
    Et moi non plus.
    [Mais ça ferait trop plaisir à la hiérarchie humaine ! Je suis si dangereuse… ]

    Et mes mignons “petits gris” n’existent plus, dignes ou indignes descendants des “homo sapiens”, sans nez, sans oreilles et sans yeux (globes artificiels).

    Conclusion :
    – Les “Immortels” doivent réussir à redevenir “mortels”, à procréer et à se recréer, sans trop interférer génétiquement dans leur propre ascendance, sous peine de se faire disparaître eux-mêmes.

    Ils n’empêcheront pas les guerres, ces vieux “sages” qui sont comme les “trois singes” qui ne voient pas, n’entendent pas et ne parlent pas.
    Sinon les Immortels s’empêcheraient d’exister s’ils empêchaient nos conflits.
    Ils cherchent juste à retrouver le secret de l’énergie vitale et à trouver… l’âme.
    Qui doit bien se nicher quelque part dans le corps humain.
    Mais où ?

    Si vous le savez ou si vous avez trouvé la solution pour leur permettre de se reproduire sexuellement, sans mourir, n’hésitez pas à les contacter via :

    Sérieux, vous l’avez cru ?

    Essayez la télépathie.
    Et racontez-nous.
    Attention, il paraît qu’ils ne sont pas très empathiques, déjà qu’ils ne sont guère sympathiques d’aspect.

    Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s