– « Dis-moi d’abord pourquoi tu veux revenir parler ? » Réponse de Charles Pasqua : – « Je te le dirais, minotte (?), quand tu prendras en note ce que je vais te dicter. »

13h15 le dimanche". Charles Pasqua, une histoire française - France 2 - 23  juillet 2017 - En replay

– « Minotte » ? Connais pas.

  • Consultation du dictionnaire de l’argot marseillais :

– « féminin de « minot », gosse, enfant, gamine », quoi !

  • Mais pourquoi est-ce qu’ils me voient tous comme une gamine ou une demoiselle ?

Bon, passons.

La Minotte - 🌺C'est un doux mois d'avril qui débute en...

– “Ҫa y est ! Je suis prête. Alors, c’est quoi, le scoop ?”

Charles Pasqua répond :

– « Il n’y a pas de scoop, minotte [m’énerve vraiment à me voir tous comme une enfant!].

On n’est pas là pour faire du journalisme. Ecoute-moi bien !»

Charles Pasqua voudrait que j’éteigne la télévision et que je ne me consacre qu’à lui et ne me concentre que sur lui et sur ce qu‘il va me dire.

Je le vois tellement qu’il se veut proche.

Il a besoin d’être là physiquement.

Comme on dit dans la Police Nationale, c’est un « tactile ».

J’ai eu un peu le même problème avec Jojo. Lui, il était intenable.

– « Tu vois, regarde le ciel ! »

– « Euh, il fait nuit, je dois voir quoi ? »

– « Justement, tu ne peux rien voir ! »

Vidéo choisie par lui, Charles Pasqua, pour dire à Macron
qu’il vaut mieux éviter d’avoir le melon en politique !

Charlie a gagné.

Je baisse le son de la télévision que je laisse d’ordinaire toujours allumée avec un bruit de fond, comme pour me raccrocher à la réalité de ce monde, ne pas complètement basculer dans l’autre monde.

Il se tient devant moi et j’attends.

– « Tu sais combien de policiers vont mourir, cette année ? 

De policiers et de gendarmes », ajoute-t-il.

– « Non. Comment le saurais-je ? »

Je vois le calendrier de l’année 2022.

« Cette année », en fait, c’est l’année prochaine.

Charles Pasqua est debout, lourd, lourd à traverser ce qui nous sépare.

Je vois « deuil » et je vois le brassard noir que portent les fonctionnaires qui refusent de faire grève ou qui ne peuvent pas faire grève parce qu’ils n’en ont pas le droit.

Charles Pasqua semble compter les cercueils devant moi.

Il les passe en revue tel un ministre de l’intérieur qui se devrait d’honorer ses policiers et « les » gendarmes morts dans l’exercice ou pas de leurs fonctions,

  • « mais c’est et ce sera du tout au même.
  • « ils », la racaille, ils les tueront partout ! »
Pour les “cocus” du système institutionnel, les dindons de la farce,
les policiers plumés et les gendarmes enfumés !

Pour Charles Pasqua, il y a ses hommes, ses gars, « ses » policiers et « les » gendarmes.

  • Pour lui, un gendarme, ce n’est pas un policier, ce ne sera jamais un policier !

Leurs cultures sont trop différentes.

  • « Et puis, tant mieux ! » dit-il

Cette concurrence est nécessaire si elle reste loyale car elle permet une forme de régulation, d’auto-surveillance entre les deux faiseurs d’ordre.

L’Europe a voulu détruire cette harmonie des forces en opposition.

Pourtant des forces en opposition naît l’équilibre d’une grande Nation, la France.

Charles Pasqua se remet à marcher.

– « Arrête de me regarder, tu m’empêches de penser ! »

Je regarde mon clavier, j’attends.

“L’histoire est bien triste pour nous ! Mais, pour vous, elle est bien vilaine.”

– « Il va tuer, il va beaucoup tuer, ton Macron. »

Je réplique :

– « Ce n’est pas « mon » Macron ! »

– « Ton Président de la République »,  reprend-il.

« C’est la loi de la majorité, une loi démocratique. »

Il rit.

Puis il semble effectivement chercher ses mots.

– « Qu’est-ce qu’il en disait, déjà, le Général ? »

[Le Général de Gaulle]

Je réponds :

– « Que Macron est comme le comte de Lautréamont, le héros des chants de Maldoror ! »

Il confirme :

– « Oui, c’est une ordure, quoi : – « Maldoror, celui qui pue, qui pue la mort. » 

Ce type, il a aucun scrupule. Président de l’Europe, ça va lui monter à la tête, déjà qu’il a une tête de « cagole »  !»

“Avec une pute, il faut t’attendre à tout !
Moins à être cocu qu’à être vaincu par un faux-cul.”

———————————————-

[ Stop – C’est quoi, « cagole » ?

J’entends « folle » au sens de « La cage aux folles » .

Je vérifie en supposant, vu l’accent, que ce doit être de l’argot marseillais.

« Charlie » me montre une pute outrageusement maquillée, « une vraie pute, celle qui fait le sexe pour le sexe, même pas pour l’argent » (sic) :

– « Tu vois, c’est une « cagole » ! » répète-t-il.

Le Wiktionnaire définit « cagole » comme une :

———————————————–

Je vois un Macron grimé, déguisé en femme.

  • Charles Pasqua éclate de rire !

– « Tu vois, ça, c’est un « dossier ». »

[En fait, le 1er janvier 2022, Emmanuel Macron va devenir Président du Conseil de l’Union européenne]

Protestation de ma part :

– « S’il prend son pied en se la jouant « Berthe aux grands pieds », je m’en fiche, moi ! »

– La “Marine” sera-t-elle la cocue de l’histoire ?

Explication étonnamment historique de l’homme politique :

– « Tu ne crois pas si bien dire !

« Berthe aux grands pieds » est la première reine carolingienne, la mère de Charlemagne, le premier Empereur romain.

  • C’est aussi la première reine à avoir été bénie par un Pape.

Car c’est son époux, Pépin le Bref, seulement maire du palais au départ qui instaure la tradition de l’onction catholique des Rois de France grâce à une alliance avec le pape Zacharie qui va conférer une dimension religieuse au règne de ce couple, en sacrant ce nouveau roi et en bénissant son épouse, « Bertrade » ou « Berthe aux grands pieds ».

  • Rappelle-toi que Pépin le Bref, premier roi carolingien, a renversé Childéric III,
  • le dernier roi mérovingien en 751,
  • par un « coup d’Etat. »

Je l’interroge mentalement :

– « Tu n’aurais pas digéré sa visite, la visite d’Emmanuel Macron au Pape François, l’Agnostique, que je n’en serais pas autrement surprise ! »

Il sourit :

– « Bah oui, il m’arrive encore de bouffer du curé à mes heures perdues mais, moi, je suis moins tordu que lui. Si je te tutoie, toi, je n’irais pas tutoyer un Pape ! C’est quand même le représentant de Dieu sur terre pour les Cathos. Qui peut tutoyer Dieu ? Sauf le diable.

De toutes façons, c’est un vieux croûlant [là, je censure la suite de ses propos, sorry !]. »

Il soupire :

– « Tu m’escagasses ! »

[J’apprends l’argot marseillais. C’est dommage, il manque l’accent tonitruant du ténor marseillais que je ne peux pas vous faire entendre]

Moi :

– « Tu voulais dire quoi ? »

Lui

– « Ce type est fou ! Son séjour à Bruxelles va finir de l’allumer. »

Je reçois l’image de l’Empereur Caligula.

De suite je recherche des citations, à la demande de Charlie.

Nous partageons un intérêt commun, me semble-t-il, pour Albert Camus.

Charles Pasqua choisit deux citations du « Caligula » (1944) d’Albert Camus :

  • [Comme tous ceux qui n’ont point d’âme, vous ne pouvez pas supporter ceux qui en ont trop.
  • Trop d’âme !
  •  Voilà qui est gênant, n’est-ce pas ?
  •  Alors, on appelle cela maladie : les cuistres sont justifiés et contents.]
– Ne jamais oublier que le gel alcoolique tue les virus, même le Covid 19 !
Scène culte choisie par l’ancien VRP de la société Ricard

Promesse d’Emmanuel Macron selon Charles Pasqua :

[Or vous savez ce que Charles Pasqua pensait des promesses des hommes politiques ?

– « Les promesses des hommes politiques n’engagent que ceux qui y croient ! »]

– « La seule promesse jamais tenue par un homme politique !», ricane Charles Pasqua avec un rictus très bizarre.

Il est parti.

– Sacré bonhomme, Charlie, qui n’aime pas qu’un président français se fasse sacrer par un Pape !

– Il n’y a pas plus con qu’un peuple cocu !
On croirait voir les Français excuser tous les mensonges de Macron qui se barre avec la Caisse des Dépôts et Consignations (CDC), toutes leurs économies.

Je n’ai pas réussi à trouver la preuve d’un intérêt spécifique porté à Albert Camus par Charles Pasqua, hormis peut-être sa volonté de me plaire, Albert Camus étant l’un de mes philosophes préférés.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: